Réussir Son Management https://reussir-son-management.com Des outils et des pensées pour impulser la réussite collective et être plus efficace Wed, 30 Oct 2019 13:09:09 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.2.4 https://i0.wp.com/reussir-son-management.com/wp-content/uploads/2017/09/cropped-Icône-du-site.jpg?fit=32%2C32&ssl=1 Réussir Son Management https://reussir-son-management.com 32 32 Des outils et des pensées pour impulser la réussite collective et être plus efficace. Les métiers du management m’intéressent fortement.<br /> J’aime l’entreprise et j’aime l’innovation, surtout lorsqu’elle booste les performances économiques en s’appuyant sur l’humain et l’écologie. Double diplômé de l’École Supérieure de Commerce et de Management de Tours-Poitiers et de l’Université de Sherbrooke au Canada, j’ai choisi de me spécialiser en Gestion et Développement Durable. J’ai aussi été président d’une association de Commerce Équitable. Les métiers du management m’intéressent fortement. En plus de mes 2 années de président d’association, j’ai passé 10 ans en entreprise en tant que manager de rayon, directeur de magasin et directeur régional. J’ai pu exercer ces fonctions pendant 7 ans en France et 3 ans en Russie. Aujourd’hui, je veux relier tous ces points. À l’heure de la complexification du monde et de la libération des entreprises, je me lance dans ce blog où je souhaite inspirer, mais aussi fournir des moyens pratiques d’aider les managers et les leaders à mieux performer en étant plus heureux avec leurs équipes et plus respectueux de l’environnement qui nous entoure. Pour cela, j’aborderai de nombreux thèmes généraux comme : Les nouvelles organisations des entreprises Les nouvelles attitudes et compétences des leaders Les nouvelles méthodes managériales libératrices Comment prendre en considération l’environnement qui nous entoure Mais aussi des thèmes plus précis comme : La gestion des conflits et des crises, la gestion du climat social, l’esprit de groupe Les aspects comme le recrutement, l’intégration, la formation et les rythmes managériaux Les réunions et la prise de décision La stratégie, les valeurs, la mission des entreprises Ainsi que des thèmes pour aider les leaders eux-mêmes comme : Mieux gérer son temps Mieux s’organiser Être plus efficace Le tout pour aller chercher de la performance et du bonheur avec ses équipes ! Bien amicalement, Julien Julien Godefroy clean episodic Julien Godefroy ctrenquil@club-internet.fr ctrenquil@club-internet.fr (Julien Godefroy) Réussir son management Réussir Son Management https://reussir-son-management.com/wp-content/uploads/2017/09/cropped-Ordinateur-Bannière-Twitter.jpg https://reussir-son-management.com 130623007 Comment bien communiquer et passer un message efficacement ? https://reussir-son-management.com/comment-bien-communiquer/ Fri, 19 Jan 2018 10:30:21 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1957 https://reussir-son-management.com/comment-bien-communiquer/#respond https://reussir-son-management.com/comment-bien-communiquer/feed/ 0 <p>Mettre en place une dynamique d’équipe afin d’attendre les objectifs de manière efficace nécessite de savoir comment bien communiquer. Travailler</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/comment-bien-communiquer/">Comment bien communiquer et passer un message efficacement ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Mettre en place une dynamique d’équipe afin d’attendre les objectifs de manière efficace nécessite de savoir comment bien communiquer. Travailler Il est donc essentiel de savoir passer un message efficacement pour :
– diffuser une information, s’exprimer
– échanger, débattre, se mettre d’accord
– s’assurer que tout le monde a bien compris, va aller dans le même sens et soit à l’unisson
– passer à l’action
Une mauvaise communication pourra créer l’inverse : éparpiller les personnes. À l’image de 2 aimants, si la communication est bonne, ils se rapprocheront. Si la communication est mauvaise, ils s’éloigneront. Tout comme 2 aimants répondent à des règles physiques, la communication répond à des règles elle aussi. Voici, selon moi, les 3 règles essentielles pour savoir comment bien communiquer et passer un message efficacement. Ensuite, je ferai un récapitulatif global de la méthode de manière théorique, mais aussi de manière pratique à travers un exemple.

 
1 – Utiliser la Communication Non Violente pour bien s’exprimer
Le premier point pour savoir comment bien communiquer et de savoir s’exprimer correctement. Nous pouvons très souvent réagir sur l’instant en nous laissant emporter par nos émotions. Les émotions sont importantes, mais nous devons y faire attention. En effet, si nous prenons l’exemple de la colère, nous pourrions avoir des mots blessants qui ne permettraient pas à la personne en face de nous de les recevoir pleinement.
C’est bien le premier point : savoir s’exprimer correctement pour que la personne qui reçoit ce que nous disons puisse le faire pleinement. Pour cela, il faut être très clair et exprimer plusieurs choses. Je vais m’appuyer sur le protocole de Communication Non Violente, qui est très puissant pour envoyer et s’exprimer efficacement.
 
Le protocole
La première étape consiste à faire part de l’OBSERVATION. Ainsi, nous allons exprimer la situation qui pose problème ou le sujet de ce que nous allons dire. Cela peut très bien être quelque chose qui a été mal fait, mais aussi un objectif qu’il faudrait atteindre ou une autre situation. Cela permet de déterminer quel est le sujet.
La deuxième étape consiste à exprimer notre SENTIMENT. En effet, lorsque nous nous exprimons, nous avons une émotion qui se cache derrière. Au lieu de l’exprimer en la vivant, il nous faut l’exprimer oralement. La personne comprendra mieux. Par exemple, au lieu de vivre sa colère pour montrer à quelqu’un notre agacement, il est préférable de lui exprimer simplement que nous sommes agacés. Il faudra donc trouver le bon moment pour le faire, le temps de gérer notre colère. Exprimer sa tristesse sera plus fort que de pleurer sans expliquer. Il en est de même pour la peur. Consultez mon article sur les différentes émotions pour plus de détail en cliquant ici.
La troisième étape va être d’exprimer notre BESOIN par rapport à cette situation. Par exemple, la situation est que notre collaborateur était en retard. Cela nous a mis en colère. Nous avons besoin de nous sentir respectés. Nous allons donc exprimer le fait que nous avons besoin d’être respectés.
Enfin, la quatrième étape consiste à exprimer notre DEMANDE. Par exemple, la situation est que notre collaborateur était en retard. Cela nous a mis en colère. Nous avons besoin de nous sentir respectés.]]>
Julien Godefroy clean 7:56 1957
Théorie de Vroom : mieux comprendre la motivation au travail https://reussir-son-management.com/theorie-de-vroom/ Thu, 18 Jan 2018 10:30:16 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1941 https://reussir-son-management.com/theorie-de-vroom/#respond https://reussir-son-management.com/theorie-de-vroom/feed/ 0 <p>Selon la théorie de Vroom, la motivation est égale à V x I x E ! soit motivation = valence x</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/theorie-de-vroom/">Théorie de Vroom : mieux comprendre la motivation au travail</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Selon la théorie de Vroom, la motivation est égale à V x I x E ! soit motivation = valence x En effet, Maslow nous a expliqué les besoins des personnes. Il fallait, dans un premier temps, satisfaire les besoins physiologiques comme survivre, se nourrir ou encore se loger. Ensuite, nous avons besoin de nous sentir en sécurité. Une fois ce besoin satisfait, nous avons un besoin d’appartenance, à savoir, être aimé, écouté, compris ou encore estimé par les autres. Après, nous avons besoin d’estime de soi, de se sentir utile ou encore d’avoir une identité. Enfin, nous avons le besoin de nous accomplir à travers nos connaissances, nos valeurs.
Victor H. Vroom apporte un tout autre éclairage sur la motivation. En effet, la pyramide de Maslow base la motivation sur les besoins des personnes. La théorie de Vroom base la motivation sur les attentes des personnes.

 
1 — Différence entre le besoin et l’attente
Pour différencier la théorie de Maslow et la théorie de Vroom, il faut faire la différence entre les besoins et les attentes. Le besoin se base sur un manque. J’ai un manque et je veux le satisfaire. Par exemple, j’ai faim. Je souhaite donc manger. C’est quelque chose qui m’est nécessaire. L’attente se porte sur ce que va m’apporter quelque chose, quelqu’un ou la réalisation d’une action. La nuance est assez fine, mais elle existe. En d’autres termes, le besoin est une obligation. L’attente est plus un souhait.
Par exemple, je vais travailler, car j’ai besoin de gagner de l’argent pour acheter de quoi manger. Ma motivation se base donc sur un besoin physiologique, car je n’ai pas le choix. Ainsi, en tant que manager, je dois m’assurer que mon employé est payé pour qu’il ait de la motivation.
Autre exemple, je peux travailler, car j’attends de pouvoir aller au restaurant régulièrement. Nous ne sommes pas obligés d’aller au restaurant pour nous nourrir. Cependant, nous souhaiterions pouvoir aller diner à l’extérieur régulièrement grâce à l’argent de notre travail. Si le manager arrive à satisfaire cette attente en payant un salaire qui permette cela, alors il y aura de la motivation.
Je peux aussi prendre l’exemple d’un client. Celui-ci peut avoir un besoin : acheter de quoi manger. Mais il pourra aussi avoir des attentes comme être accueilli avec le sourire. Cette vision est donc très utile pour les managers. Elle se résume en 3 points : la valence, l’instrumentalité et l’expectation.
 
2 — Limites de la théorie des besoins
La pyramide de Maslow et la théorie des besoins ont deux grandes limites. Il est donc essentiel, en tant que manager, de ne pas uniquement se baser sur Maslow pour motiver nos salariés.
 
a – Pas de hiérarchie
La première grande limite de la théorie de Maslow est le fait qu’elle hiérarchise les besoins. Ainsi, il faut avoir passé le stade 1 pour pouvoir réellement atteindre le stade 2. Or, certains doutes sont émis. Si nous prenons un exemple professionnel, si une personne est mal payée, et donc qu’elle a des difficultés à satisfaire ses besoins physiologiques, va-t-elle mal travailler ? Exemple inverse, ce n’est pas parce qu’une personne est surpayée qu’elle travaille bien. Certes, le salaire peut influencer la motivation ou la qualité du travail, mais il est loin d’en être le seul responsable. Il y a donc bien autre chose.
 
b – La théorie des 2 facteurs
La deuxième grande critique survient par les recherches du psychologue américain Frederick Irving Herzberg et sa théorie des 2 facteurs. Il montre que la satisfaction au travail fonctionne séparément de l’insatisfaction au travail. Ainsi,]]>
Julien Godefroy clean 8:40 1941
Communication au travail : pourquoi écouter ses équipes ? https://reussir-son-management.com/priorite-aux-priorites-ecouter/ Wed, 10 Jan 2018 06:00:31 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1902 https://reussir-son-management.com/priorite-aux-priorites-ecouter/#respond https://reussir-son-management.com/priorite-aux-priorites-ecouter/feed/ 0 <p>5 raisons essentielles pour comprendre qu’écouter permet une bonne communication au travail et ainsi gagner en efficacité et avoir des équipes motivées.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/priorite-aux-priorites-ecouter/">Communication au travail : pourquoi écouter ses équipes ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> 5 raisons essentielles pour comprendre qu’écouter permet une bonne communication au travail et ainsi gagner en efficacité et avoir des équipes motivées. Nous ne pouvons pas assister à toutes les réunions, faire toutes les formations que nous souhaiterions ou encore nous impliquer pleinement dans tous les projets. Idem dans notre vie personnelle. Nous ne pouvons pas passer autant de temps avec nos enfants que nous le souhaiterions. Il est difficile d’aller faire du sport régulièrement ou encore faire une sortie romantique régulièrement avec notre conjoint.
Finalement, nous en sommes tous au même point : nous n’avons pas assez d’une journée pour tout faire. La vie se résume donc à un concept simple : donner la priorité aux priorités. Il faut donc cesser de croire que nous sommes débordés. En effet, manquer de temps est tout à fait normal. Cependant, nous ne devons pas manquer de temps pour nos priorités. Quelles sont donc nos priorités dans la vie ?
Je souhaiterais évoquer une priorité essentielle au travail : écouter ses équipes. Certes, nous sommes déjà très pris. Cependant, si nous ne prenons pas le temps d’écouter nos équipes, nous allons tomber dans un cercle vicieux. À l’inverse, écouter ses équipes nous fait basculer dans un cercle vertueux. Plus nous les écouterons, plus le travail se passera bien. Plus le travail se passera bien, plus nous aurons de temps pour les écouter.
Prendre le temps d’écouter ses équipes est essentiel pour avoir une bonne communication au travail. C’est donc un investissement très rentable pour 5 raisons.

 
1 – Une communication au travail qui permet de mieux comprendre les clients
Nos équipes connaissent mieux nos clients que nous. Au pire, elles les connaissent aussi bien. Elles sont en relation directe avec eux. Comme elles les côtoient régulièrement, elles connaissent leurs problématiques.
Ainsi, nos équipes sont une mine d’informations pour mieux comprendre le marché ou comment sont les clients ? Nous pouvons donc mieux comprendre leurs problématiques et donc leurs besoins et leurs attentes. Prendre le temps d’écouter nos équipes c’est donc prendre le temps d’écouter nos clients.
Si nous sommes en contact direct avec les clients, nous nous faisons un avis sur eux. Il est tout de même essentiel de confronter nos pensées avec nos équipes. Nous pourrons ainsi nous faire une vision la plus juste de nos clients.
Nous savons tous que mieux nous comprenons nos clients, plus nous avons de chances que nos affaires fonctionnent. Écouter nos équipes, c’est donc bien donner la priorité aux priorités, car c’est écouter le client.
 
2 – Permet d’avoir de meilleurs produits ou services
Avoir une bonne communication au travail en écoutant nos équipes, c’est aussi trouver les solutions pour répondre aux besoins et aux attentes de nos clients. En effet, nos équipes produisent les biens ou les services qui répondent aux besoins des clients, au moins en partie.
Elles connaissent donc parfaitement nos produits. Elles connaissent leurs fonctionnements et donc leurs forces et leurs axes de progrès.
Non seulement nos équipes connaissent les feedbacks des clients. Mais en plus, elles peuvent agir, au moins en partie pour améliorer les procédures ou les caractéristiques du produit. Écouter nos équipes, c’est donc encore une fois bien donner la priorité aux priorités. En effet, cela nous permet de savoir comment adapter nos offres au mieux en fonction de la demande.
 
3 – Une communication au travail qui permet d’...]]>
Julien Godefroy clean 8:14 1902
Comment se faire respecter au travail en tant que manager ? https://reussir-son-management.com/comment-se-faire-respecter-au-travail/ Tue, 09 Jan 2018 06:00:45 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1887 https://reussir-son-management.com/comment-se-faire-respecter-au-travail/#comments https://reussir-son-management.com/comment-se-faire-respecter-au-travail/feed/ 2 <p>Une des principales problématiques d’un manager est de savoir comment se faire respecter au travail par ses équipes. Je pense</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/comment-se-faire-respecter-au-travail/">Comment se faire respecter au travail en tant que manager ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Une des principales problématiques d’un manager est de savoir comment se faire respecter au travail par ses équipes. Je pense Le problème est que la peur de ne pas être respecté au travail peut nous pousser à agir d’une manière inappropriée. Nous avons peur de ne pas être respectés, alors nous voulons imposer le respect. Nous pouvons devenir très autoritaires et très directifs. Certaines fois, nous pouvons l’être beaucoup trop.
En retour, nos équipes ne se sentent pas respectées. Elles vont donc avoir à leur tour des attitudes inappropriées. Cela va renforcer notre sentiment de ne pas être respecté. Nous allons donc accentuer notre autorité et notre directivité. Nos équipes poursuivront dans des attitudes inappropriées. Le cercle vicieux est en place. Nous avons créé la réalité de notre peur.
Ce cercle vicieux va démotiver les équipes et peut nous épuiser. Il faut donc en sortir pour retrouver un cadre de travail serein et où les équipes sont motivées. Voici, selon moi, les 6 points incontournables pour savoir comment se faire respecter au travail en tant que manager. Ainsi, nous pourrons avoir un cadre de travail bienveillant et efficace.

 
1 – Sortir du rapport de force
La première clé pour savoir comment se faire respecter au travail est de sortir du rapport de force. En effet, le rapport de force entraine un déséquilibre dans la relation avec l’autre. Si nous sommes dans le rapport de force, nous allons chercher à nous positionner au-dessus de l’autre. Si l’autre est dans le rapport de force, il va chercher à se positionner au-dessus de nous. Les relations sont donc en +/- ou -/+.
Le problème est que si nous sommes dans le rapport de force, nous allons donc mettre la relation en +/-. Que va faire l’autre personne ? Elle va vouloir contre-balancer ce rapport de force et donc se positionner en +/- à son tour. La relation va aller de déséquilibre en déséquilibre.
En d’autres termes, pour être plus précis, si je ne respecte pas un membre de mon équipe, il aura tendance à ne pas me respecter non plus. Si un membre de mon équipe ne me respecte pas, j’aurai aussi tendance à ne pas le respecter. Il faut donc donc sortir de ce rapport de force ou de cette situation déséquilibrée. Il faut pour viser une relation +/+, où chacun a le respect de l’autre et est considéré par l’autre.
Respectons donc nos équipes pour qu’elles nous respectent. Nos équipes nous respectent donc respectons-les. Si nous avons manqué de respect à nos équipes, sachons le reconnaitre. Nous pourrons ainsi nous excuser pour remettre la relation en +/+. Si nos équipes nous ont manqué de respect, sachons faire la part des choses. Exprimons que nous n’acceptons pas le manque de respect à travers une Communication Non Violente, mais restons dans le respect pour remettre rapidement la relation en +/+.
 
2 – Définir le cadre de travail
Pour savoir comment se faire respecter au travail en tant que manager, il faudra aussi définir le cadre de travail avec ses équipes. Le cadre de travail, ce sont les règles qui régissent les relations professionnelles entre les personnes. Cela peut être très simple. Nous pouvons par exemple définir avec nos équipes : se respecter, s’écouter, se rencontrer collectivement 2 fois par mois, être solidaire, etc.
Ce sont toutes les règles que nous et nos équipes estimons essentielles pour travailler dans de bonnes conditions et en bonnes relations mutuelles. Il est essentiel que toutes ces règles soient cooptées par tout le monde. Pour cela, il faut donc organiser une réunion avec des groupes de travail. Chaque groupe réfléchira sur les règles communes.]]>
Julien Godefroy clean 11:18 1887
Comment manager une équipe en 6 étapes ? https://reussir-son-management.com/comment-manager-une-equipe/ Thu, 04 Jan 2018 05:30:18 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1849 https://reussir-son-management.com/comment-manager-une-equipe/#comments https://reussir-son-management.com/comment-manager-une-equipe/feed/ 2 <p>Découvrez comment manager une équipe à travers 6 étapes et ainsi développer leur motivation et leur efficacité pour faciliter l'atteinte des objectifs.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/comment-manager-une-equipe/">Comment manager une équipe en 6 étapes ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez comment manager une équipe à travers 6 étapes et ainsi développer leur motivation et leur efficacité pour faciliter l'atteinte des objectifs. L’aspect humain de notre métier et les liens qui se créent rendent notre travail complexe. Nous pouvons donc nous égarer dans notre management. Ainsi, je pense qu’il faut savoir se recentrer sur l’essentiel du management régulièrement. Faire moins, mais mieux. En d’autres termes, il faut intervenir moins. Simplement quand cela est vraiment utile et que cela apporte une vraie plus-value.
Alors, comment savoir quels sont les fondements du management ? Je pense qu’une des clés est de se poser la question : « Qu’est-ce que j’attends de mon manager ? » En effet, nous avons beau être managers, nous sommes aussi managés. Et si nous sommes un entrepreneur, essayons de nous poser la question : « Lorsque j’étais salarié, qu’est-ce que j’attendais de mon manager ? » Dans l’absolu, se poser la question de ce que j’attends de mon manager ou de mon supérieur hiérarchique me permet de mieux comprendre mes équipes.
En effet, nous sommes tous humains. Nous avons donc tous des attentes semblables. Certes, nous avons des nuances et sûrement des différences. Mais il est certain qu’en sachant ce que nous attendons de notre manager, nous nous rapprochons de ce qu’attendent nos équipes.
Je vous invite donc à faire cet exercice et à vous poser la question. En attendant, je l’ai fait, et voici ce que ça a donné pour moi pour savoir comment manager une équipe.
 

 
1 – Définir un terrain de jeu clair
Pour savoir comment manager une équipe, il est essentiel d’avoir défini des règles à respecter. Cependant, nous ne pouvons pas tout prévoir et surtout nous ne devons pas tout contrôler. Nous n’allons donc pas poser des règles dans tous les domaines.
Ainsi, dans un premier temps, des règles de sécurité sont essentielles. Ensuite, des règles comme « les actions que nous menons doivent satisfaire le client et ne pas nuire au travail des collègues » doivent se mettre en œuvre. En effet, le client et l’esprit d’équipe sont incontournables. Une contrainte budgétaire peut aussi être ajoutée. Je pense qu’il ne faut pas être trop lourd sur les règles de fonctionnement.
Bien évidemment, chaque métier et chaque secteur a ses spécificités. Nous devons donc adapter les valeurs et les procédures. L’idéal pour que les équipes suivent et soient pleinement responsabilisées est de les impliquer dans la définition de ce cadre de travail. Ainsi, parce qu’elles l’auront décidé, elles en auront directement la responsabilité. Reste au manager de s’assurer que tout est cohérent par rapport au projet et aux valeurs de l’entreprise.
 
2 – Être exemplaire est essentiel pour comprendre comment manager une équipe
Ce qui est certain c’est que pour savoir comment manager une équipe il faut savoir être exemplaire. Une fois que les règles sont établies, il est essentiel d’en être le garant en les respectant nous-mêmes. L’exemplarité c’est incarner et garantir le cadre de travail et donc montrer comment doivent se passer les relations et les actions au travail.
Certes,]]>
Julien Godefroy clean 7:28 1849
Comment se motiver au travail ? https://reussir-son-management.com/comment-se-motiver-au-travail/ Tue, 02 Jan 2018 09:00:10 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1836 https://reussir-son-management.com/comment-se-motiver-au-travail/#respond https://reussir-son-management.com/comment-se-motiver-au-travail/feed/ 0 <p>Que l’on soit manager ou employé, et même si nous sommes passionnés par notre métier, il peut être difficile certaines</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/comment-se-motiver-au-travail/">Comment se motiver au travail ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Que l’on soit manager ou employé, et même si nous sommes passionnés par notre métier, il peut être difficile certaines Daniel Goleman dans son livre « L’intelligence émotionnelle » parle de l’automotivation. Se basant sur les travaux de Peter Solvey, il y a 5 formes d’intelligence émotionnelle :
– La connaissance des émotions
– La maitrise de ses émotions
– La perception des émotions d’autrui
– La maitrise des relations humaines
– et l’automotivation !
Savoir s’automatiser est une forme d’intelligence. C’est une excellente nouvelle puisque cela signifie que nous pouvons la développer ou l’améliorer. La question est de savoir comment le faire au travail. Je vous propose donc 8 clés, pour savoir comment se motiver au travail.

 
1 — Comprendre ce qui nous bloque
La première des clés pour comprendre comment se motiver au travail est de comprendre ce qui nous bloque. En effet, lorsque nous avons postulé à notre travail, nous avions de la motivation. Elle était en plus ou moins grande quantité, mais elle était là. Toujours est-il que si nous avons signé ou si nous nous sommes engagés dans ce travail, c’est que nous avions de l’envie, de l’énergie et donc de la motivation.
L’énergie n’étant plus là, nous avons perdu notre motivation et n’arrivons plus à nous mettre au travail. Il est donc nécessaire, dans un premier temps, d’identifier l’événement qui nous bloque ou qui nous a bloqués. Une dispute avec un collègue, notre patron, un membre de notre équipe, une remarque d’un client que nous n’avons pas digérée ou encore une lassitude dans notre travail, etc. sont autant d’événements qui peuvent nous démotiver et couper notre énergie. Cela peut aussi être un cumul de plusieurs événements.
Si vous n’avez aucune idée de l’événement marquant, pas de soucis. Vous pouvez passer à l’étape suivante, car vous aurez tout de même un ressenti. Cependant, en identifiant l’événement, nous pourrons agir dessus pour changer les choses et retrouver de l’énergie et de la motivation.
 
2 — Identifier l’émotion
Une fois que nous avons identifié l’événement, pour mieux savoir comment se motiver au travail, il sera nécessaire de comprendre l’émotion que nous ressentons. En effet, nous savons tous que si nous avons de la joie, nous allons avoir énormément d’énergie et de motivation. Si nous avons des difficultés à nous motiver, c’est que nous n’éprouvons pas de joie.
Les différentes émotions sont très importantes pour mieux comprendre les autres ainsi que nous-mêmes. C’est pour cela que nous parlons d’intelligence émotionnelle. En identifiant notre émotion, nous nous comprendrons mieux et il sera plus simple de savoir comment se motiver au travail. Je vous invite à lire mon article sur ce sujet en cliquant ici.
Pour rappel, voici ce que signifient nos émotions :

* La joie = satisfaction d’un besoin
* La peur = présence d’un danger
* La colère = sentiment de ne pas être respecté
* La tristesse = lorsqu’il y a un manque

Ainsi, si nous ne sommes pas motivés et que nous avons identifié l’événement, il nous faut nous demander « Qu’est-ce que je ressens par rapport à cet événement ? » ou en d’autres termes « Quelle émotion suis-je en train de vivre par rapport à cet événement ? »
Si c’est de la tristesse, c’est qu’un manque est survenu. Si c’est de la peur,]]>
Julien Godefroy clean 9:57 1836
Comment être un bon manager ? https://reussir-son-management.com/comment-etre-un-bon-manager/ Wed, 27 Dec 2017 03:00:42 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1541 https://reussir-son-management.com/comment-etre-un-bon-manager/#respond https://reussir-son-management.com/comment-etre-un-bon-manager/feed/ 0 <p>Se demander comment être un bon manager est une bonne démarche. En effet, beaucoup de situations dépendent de notre attitude.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/comment-etre-un-bon-manager/">Comment être un bon manager ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Se demander comment être un bon manager est une bonne démarche. En effet, beaucoup de situations dépendent de notre attitude. créer et développer de la cohésion d’équipe, il est nécessaire de se questionner sur la manière dont nous faisons notre job.
Mais être un bon manager est un bien grand mot. Ce n’est pas une liste d’attitudes ou de compétences qui font que nous sommes un bon manager. Différentes personnes avec différentes attitudes et compétences peuvent être de bons managers. Alors par où commencer dans cette question bien plus complexe qu’elle y parait ? Finalement, quels sont les points communs nécessaires ?
Voici, selon moi, les 5 clés pour se mettre sur la bonne voie et commencer à répondre à la question : « Comment être un bon manager ? »

 
1 – Limiter les erreurs
Pour commencer, nous avons tendance à vouloir être un bon manager voire à être le meilleur. En tant que managers, notre travail consiste à créer du lien entre les personnes pour qu’elles travaillent ensemble. La complexité des personnalités et des liens rend notre travail difficile.
Ainsi, avant de chercher à savoir comment être un bon manager, il est déjà préférable d’éviter de faire trop d’erreurs. Je vous renvoie dans un premier vers mon article sur les 5 erreurs à éviter. Cliquez ici pour le consulter. J’y évoque les erreurs classiques suivantes :

* Vouloir tout contrôler
* Faire de l’individuel en collectif
* Ne pas donner les moyens de réussir
* Sanctionner avant de comprendre
* Vouloir rendre tout le monde pareil (uniformiser)

L’idée première est donc d’essayer de limiter les erreurs avant d’essayer d’être un bon manager.
Ensuite, l’idée est de chercher à garder ses équipes et à les maintenir motivées. Je vous renvoie à mon article expliquant comment réduire le turnover en cliquant ici :

* Intégrer en toute bienveillance
* Bien recruter
* Bien former
* Responsabiliser et impliquer ses équipes
* Mettre en place un cadre de travail adapté
* Considérer ses employés comme des humains

 
2 – Garder son humilité
Dans cette même démarche, mais pour aller plus loin, il est essentiel de faire preuve d’humilité. Savoir comment être un bon manager c’est savoir comment être humble. En effet, l’humilité permet de garder des relations saines avec les autres. Nous entretenons aussi une relation honnête et lucide par rapport à nous-mêmes. Ces relations saines permettront de travailler en toute transparence et en toute confiance. L’unique but est d’atteindre les objectifs et satisfaire les clients.
Être manager n’est pas simple… à l’image d’un manager d’une équipe de football, en cas de victoire, c’est grâce à l’équipe, en cas de défaite, c’est à cause du manager. Nous sommes là pour faire réussir les autres, à savoir nos équipes. La réussite provient de leur travail. Nous ne sommes qu’un maillon de la chaine. Nous ne sommes pas un héros. Notre égo doit donc être mis de côté pour nous consacrer à la réussite collective. Notre réussite personnelle passe après.
Je pense aussi à la notion de simplicité qui peut exister dans l’humilité. Savoir rester simple c’est se comporter avec nos équipes comme avec n’importe qui, comme avec notre famille et nos amis. Il ne faut pas oublier que si nous sommes managers, ce n’est pas parce que nous sommes un homme supérie...]]>
Julien Godefroy clean 8:22 1541
Comment manager une équipe difficile ? https://reussir-son-management.com/comment-manager-une-equipe-difficile/ Fri, 22 Dec 2017 03:00:53 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1520 https://reussir-son-management.com/comment-manager-une-equipe-difficile/#comments https://reussir-son-management.com/comment-manager-une-equipe-difficile/feed/ 2 <p>Savoir comment manager une équipe difficile est un vaste sujet. En effet, cela peut être un individu qui est difficile</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/comment-manager-une-equipe-difficile/">Comment manager une équipe difficile ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Savoir comment manager une équipe difficile est un vaste sujet. En effet, cela peut être un individu qui est difficile Nous comprenons donc rapidement que savoir manager une équipe, c’est déjà comprendre ce qui se passe pour agir efficacement. Je vais évoquer 6 points, qui nous aideront à mieux comprendre et mieux avancer pour répondre à cette question complexe : « Comment manager une équipe difficile ? ».
Je ne pourrai pas évoquer toutes les situations, tellement elles sont nombreuses. Mais n’oublions pas, beaucoup de professionnels, comme les coachs, sont là pour accompagner les managers dans les situations difficiles. Demander de l’aide peut être compliqué, mais facilite toujours la résolution de nos problèmes.


1 – Écouter — identifier les points de blocage
La première étape pour savoir comment manager une équipe difficile va être d’écouter. C’est tellement simple, mais pas si facile à mettre en place. Il va falloir vraiment s’intéresser à ce que nous dit l’autre. Il faudra donc rencontrer tous les membres de notre équipe pour savoir ce qu’ils ont à dire.
« Une équipe difficile » ne veut pas dire grand-chose. Je pense qu’une « équipe difficile » est une équipe qui bloque, qui ne veut pas avancer ou qui sabote et qui recule. Si l’équipe agit de cette manière, c’est qu’elle connait ou a connu une situation qui désormais les bloque.
À travers les entretiens, il sera donc essentiel de bien comprendre :

* La situation qui bloque
* Qui est vraiment bloqué dans l’équipe
* Qui n’est pas bloqué dans l’équipe

Lorsque nous connaitrons la situation, nous pourrons agir : donner du sens, corriger ce qui a été mal fait, prendre une autre direction, impliquer l’équipe, etc.
Savoir qui est bloqué dans l’équipe pour permettra d’identifier les personnes ayant besoin d’un accompagnement plus poussé. Quant aux personnes qui ne sont pas bloquées, elles pourront nous aider à débloquer la situation et faire avancer leurs collègues.
Bien comprendre et bien écouter sera une exercice très fatigant.
 
2 – Écouter — identifier les émotions cachées
Lors de l’écoute, il faudra aussi chercher les émotions qui se cachent derrière les propos de nos équipes. Ces informations seront d’une importance capitale. En effet, l’émotion nous donnera des axes complémentaires ou prioritaires pour avancer et débloquer les situations. En effet, voici les 4 grandes émotions et ce que nous devons faire :

* Si nous avons détecté de la peur, il faudra identifier ce qui fait peur et ensuite rassurer. Par exemple, si l’entreprise subit de grandes restructurations, l’équipe a pu devenir « difficile », car les personnes ont peur de perdre leur emploi. Il faudra donc les rassurer sur le fait qu’elles vont bien garder leur emploi, ou sur le fait qu’elles vont être accompagnées en termes de formation ou encore financièrement, etc.
* Si nous avons détecté de la colère,]]>
Julien Godefroy clean 16:19 1520
Comment prendre confiance en soi en 7 astuces ? https://reussir-son-management.com/comment-prendre-confiance-en-soi/ Wed, 20 Dec 2017 03:00:55 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1500 https://reussir-son-management.com/comment-prendre-confiance-en-soi/#respond https://reussir-son-management.com/comment-prendre-confiance-en-soi/feed/ 0 <p>Avoir confiance en soi, c’est avoir conscience de sa valeur. Savoir comment prendre confiance en soi c’est donc aussi savoir</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/comment-prendre-confiance-en-soi/">Comment prendre confiance en soi en 7 astuces ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Avoir confiance en soi, c’est avoir conscience de sa valeur. Savoir comment prendre confiance en soi c’est donc aussi savoir c’est avoir conscience de sa valeur. Savoir comment prendre confiance en soi c’est donc aussi savoir comment prendre conscience de sa valeur. Ce n’est déjà pas une chose aisée, mais en plus, la confiance est cyclique. Elle peut être présente et disparaitre puis revenir pour s’en aller à nouveau.

Pourtant, pour grandir, se développer, mais aussi être heureux, il est essentiel d’avoir de la confiance en soi. Si nous sommes managers d’une équipe, la confiance que nous portons en nous rejaillira sur nos équipes et sur leur confiance en elles. En effet, pour faire confiance aux autres, il faut, à la base, avoir confiance en soi.
La confiance en soi est essentielle pour notre développement, notre bonheur et notre réussite. C’est valable dans notre vie privée, mais aussi dans notre vie professionnelle. La difficulté est que la confiance n’est pas quelque chose d’inné. L’avantage est que le manque de confiance n’est pas une fatalité. Nous pouvons agir sur notre niveau de confiance en soi. Voici les 7 points essentiels, selon moi, pour avoir confiance en soi.

 
1 – Accepter
Accepter ce que nous sommes nous permettra de comprendre comment prendre confiance en soi. Si nous manquons de confiance, c’est souvent parce que nous ne voyons que nos défauts ou nos limites. Mais il faut bien prendre conscience que nous ne sommes pas parfaits. En effet, cela changera notre confiance.
Accepter son imperfection et ce que nous sommes ne baissera pas notre estime. À l’inverse, croire que nous sommes parfaits nous fera perdre de la confiance à chaque fois que nous faisons une erreur. L’acceptation de notre imperfection et du fait que nous ne sommes qu’un être humain nous permettra donc d’avoir une estime plus juste vis-à-vis de nous-mêmes et donc de maintenir notre confiance.
Accepter ce que nous sommes c’est être plus juste et indulgent vis-à-vis de nous-mêmes. Nous maintenons ainsi la confiance. N’oublions pas non plus que nous passons une grande partie de notre vie à apprendre de nouvelles choses. Le processus d’apprentissage nécessite de faire des erreurs et du temps. Nous devons donc accepter ce processus pour maintenir notre confiance. Nous pouvons être fiers de nous lorsque nous apprenons de nouvelles choses. Alors, acceptons les erreurs et le temps nécessaire.
 
2 – Lister ses points forts
Pour apprendre comment prendre confiance en soi, il est intéressant de faire cet exercice :

* Lister toutes nos qualités et tous nos succès
* Demander à nos proches de nous lister nos qualités et nos succès

Lorsque nous sentons que la confiance n’est pas là, il nous suffira de relire ces points pour retrouver de la confiance. Ce n’est pas parce que nous connaissons un échec que nous ne sommes plus dignes de quoi que ce soit.
De plus, certaines fois, nous pouvons être bloqués parce que nous avons des difficultés à accepter les compliments ou que les autres parlent de nous de manière positive. Il faut apprendre à dire oui, à accepter les compliments. Comment se remplir de confiance si nous ne savons pas accepter les compliments ?
Pour cela, la prochaine fois que quelqu’un nous fait un compliment, laissons un temps de silence pour qu’il résonne en nous. Ne nous justifions pas d’avoir bien agi et de recevoir un compliment. Prenons-le sans répondre pour l’accepter et remplir notre seau de confiance.
 
3 – Regarder les situations de manière positive
Construire son discours intérieur…
Notre discours intérieur nous permet de mieux comprendre comment prendre confiance en soi. Si nous pensons que nous ne valons rien et que nous n...]]>
Julien Godefroy clean 14:35 1500
Comment manager à distance ? Avantages, inconvénients et prérequis https://reussir-son-management.com/travailler-de-chez-soi/ Mon, 18 Dec 2017 03:00:32 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1472 https://reussir-son-management.com/travailler-de-chez-soi/#respond https://reussir-son-management.com/travailler-de-chez-soi/feed/ 0 <p>Découvrez les avantages, les inconvénients et les prérequis pour manager à distance et mettre en place le télétravail efficacement.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/travailler-de-chez-soi/">Comment manager à distance ? Avantages, inconvénients et prérequis</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez les avantages, les inconvénients et les prérequis pour manager à distance et mettre en place le télétravail efficacement. D’ailleurs, une étude disponible sur le site de Parlons RH nous informe que 70% des collaborateurs se disent heureux au travail. Lorsque nous rentrons dans le détail, nous nous apercevons que 81% des entrepreneurs se disent heureux au travail. Pourquoi ? Ils semblent que trois points majeurs viennent faire la différence. Le premier est l’autonomie. Le deuxième est la possibilité de prendre des décisions. Enfin, le troisième est l’absence de manager.
Travailler de chez soi peut apporter ces trois points majeurs. En effet, travailler de chez soi va nous obliger à prendre des décisions, notamment sur notre organisation. Cela va développer notre autonomie. Personne ne sera là pour nous dire comment faire. Enfin, le manager ne travaillant pas chez nous, il ne sera pas présent. Travailler de chez soi semble donc être une bonne option pour développer la motivation de nos équipes. Mais attention à notre manière de manager à distance.
En effet,  tout n’est pas aussi simple. Cet article a pour but de faire le tour sur les points essentiels du télétravail. Voici donc les avantages, les inconvénients et 4 points clés pour mettre en place le télétravail et manager à distance.

 
I – Les avantages de manager à distance
 
1 – Pour le collaborateur
 
 – Plus de temps disponible
Le premier avantage pour le collaborateur est qu’il aura plus de temps disponible. En effet, travailler de chez soi permet de réduire ses temps de transport. Selon une étude du ministère du Travail, les Français mettent en moyenne 50 minutes aller-retour pour faire leur trajet domicile-travail.
Comme nous le verrons dans la 3ème partie, je ne suis pas en faveur pour que les collaborateurs travaillent 5 jours par semaine à domicile. Mais si nous prenons 3 jours de travail à domicile par semaine, les collaborateurs économiseraient 150 minutes soit 2,5 heures par semaines.
 
 – Réduire les frais liés au transport
De plus, réduire les temps de transport c’est aussi réduire les frais liés au transport. Les collaborateurs auront moins besoin d’utiliser la voiture. Ils consommeront moins d’essence et diminueront les frais kilométriques de la voiture. Si le collaborateur utilise les transports en commun, il pourra aussi réduire le prix de son abonnement.
 
 – L’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle sera meilleur
Ce temps gagné pourra aussi être utilisé pour passer plus de temps avec la famille. L’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle sera donc aussi meilleur. Nous pourrions aussi ajouter que le collaborateur pourra déjeuner depuis chez lui. Ce qui lui donnera une occasion supplémentaire de passer plus de temps avec sa famille.
Le collaborateur pourra aussi travailler lorsqu’il sera le plus disponible. Il ne sera pas obligé de respecter les horaires de travail. Nous pouvons même imaginer, si le collaborateur préfère, qu’il travaille le week-end alors que normalement, ce sont ses jours de repos. En échange, il pourra prendre une journée de repos sur la semaine. Le collaborateur peut donc moduler au mieux ses horaires. Cela contribuera toujours à un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle.
]]>
Julien Godefroy clean 1472
6 astuces pour réduire le turnover en entreprise ? https://reussir-son-management.com/turnover-entreprise/ Wed, 13 Dec 2017 03:00:16 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1438 https://reussir-son-management.com/turnover-entreprise/#respond https://reussir-son-management.com/turnover-entreprise/feed/ 0 <p>Le turnover existe au sein de nos équipes et de notre entreprise. Ce phénomène est normal. Chacun est libre de</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/turnover-entreprise/">6 astuces pour réduire le turnover en entreprise ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Le turnover existe au sein de nos équipes et de notre entreprise. Ce phénomène est normal. Chacun est libre de La première cause de départ étant une mauvaise entente avec son manager, nous comprenons rapidement que le turnover en entreprise trouve en grande partie sa source dans un sentiment de mal-être qui pousse les employés à partir.
Selon Leigh Branham, auteur du livre « The 7 Hidden Reasons Employees Leave: How To Recognize The Subtle Signs And Act Before It’s Too Late », les 7 raisons du départ des employés sont :

* L’emploi (ou le lieu de travail) ne correspond pas à ce à quoi s’attendait la personne.
* Il y a un décalage entre la personne et le job
* La personne ne reçoit que trop peu de coaching pour l’aider et de feedback pour le faire avancer
* Il y a trop peu d’opportunités de développement et de possibilités d’évolution
* L’employé se sent sous-estimé et non reconnu
* L’employé ressent trop de stress lié à une surcharge de travail et à un déséquilibre vie pro/vie perso
* Il n’y a plus de confiance envers les leaders

Réduire le turnover en entreprise, c’est garder ses équipes pour garder leurs compétences et leurs expériences. Nous pouvons donc atteindre des objectifs toujours plus ambitieux et créateurs de valeur. C’est aussi passer moins de temps à recruter et à intégrer. Enfin, c’est se laisser le temps de créer des liens forts pour avoir une forte cohésion d’équipe et se sentir bien avec elle.
Voici mes 6 astuces. Elles répondent aux 7 raisons cachées du turnover de Leigh Branham. Elles permettent de réduire fortement le turnover en entreprise.

1 – Bien recruter
Recruter s’avère donc être le premier point essentiel pour réduire le turnover en entreprise. Nous nous devons de mettre en avant les avantages de notre entreprise pour attirer les meilleurs candidats. Cependant, la sincérité et l’honnêteté seront de mise. Comme nous le dit Leigh Branham, si le candidat s’aperçoit que la réalité ne correspond pas à ce que nous avons dit, il partira. Nous aurons donc perdu du temps et donné une mauvaise image de notre entreprise.
Ensuite, pour éviter qu’il y ait un décalage entre le job et la personne, il nous faudra vérifier les compétences du candidat en appelant ses anciens managers ou en échangeant avec des membres de notre réseau ayant travaillé avec lui. Je vous invite à consulter mon article « 7 astuces pour bien recruter efficacement ». Il nous faudra aussi présenter ce travail de la manière la plus objective possible. En effet, le candidat a aussi la responsabilité de s’assurer que ce job lui convient.
2 – Bien intégrer
L’intégration est le 2ème point important. Une bonne intégration permettra de s’assurer que le candidat retrouve ce qui a été dit en entretien. En effet, les perceptions sont subjectives et le décalage peut provenir d’une peur. Le candidat qui vient d’arriver dans l’entreprise aura besoin d’être rassuré.]]>
Julien Godefroy clean 9:21 1438
Comment avoir un management équilibré : ni trop rigide ni trop souple ? https://reussir-son-management.com/avoir-management-equilibre/ Mon, 11 Dec 2017 03:00:33 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1421 https://reussir-son-management.com/avoir-management-equilibre/#respond https://reussir-son-management.com/avoir-management-equilibre/feed/ 0 <p>Manager, c’est souvent devoir choisir entre être rigide ou être souple. Nous pouvons souvent hésiter et surtout nous pouvons souvent</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/avoir-management-equilibre/">Comment avoir un management équilibré : ni trop rigide ni trop souple ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Manager, c’est souvent devoir choisir entre être rigide ou être souple. Nous pouvons souvent hésiter et surtout nous pouvons souvent Si nous sommes plus justes, alors nos équipes devraient bien vivre notre management et être plus motivées. Mais avoir un management équilibré n’est pas simple. Entrons dans le vif du sujet et examinons de plus près cette notion et ce que nous pouvons faire. Voici 4 clés pour mieux comprendre le management équilibré.

 
1 – Se rassurer : un voleur reste un voleur
Le premier point est de comprendre que chaque membre de notre équipe à sa propre personnalité. Nous ne pouvons pas le changer. Nous pouvons développer sa compétence et le faire évoluer dans son attitude. Mais, nous ne pouvons pas changer sa personnalité. Donc, peu importe notre management, la personnalité du collaborateur restera la même.
Je vais prendre un exemple radical où nous aurions dans notre équipe un collaborateur qui vole. Nous sommes, par exemple, managers dans un atelier et un de nos collaborateurs vole régulièrement de l’outillage. Si nous avons un management trop rigide, cet employé se dira à lui-même pour justifier son acte que, parce que nous sommes trop rigides et directifs, alors nous ne méritons rien d’autre que d’être volés. À l’inverse, si nous sommes trop souples, il se dira à lui-même que nous ne voyons rien et donc que c’est notre faute s’il vole. Peu importe notre management, un voleur est un voleur.
Il en est de même pour un rabat-joie : si nous sommes trop rigides, il se dira que nous mettons une mauvaise ambiance. Cela justifiera son attitude. Si nous sommes trop souples, il se dira que sans règles il ne peut pas y avoir de bonnes relations entre les personnes et donc pas de bonne ambiance.
Ce n’est donc pas obligatoirement notre management qui pousse les personnes à voler ou à être rabat-joie, mais bien leur caractère.
J’évoque ce point pour nous rassurer. Notre management ne peut pas être parfait et nous ferons des erreurs. Et ce n’est pas parce que nous n’avons pas trouvé l’équilibre dans notre management que nos collaborateurs ont de mauvais comportements. Rassurons-nous, car ce n’est pas parce que notre management n’est pas équilibré que nous sommes la cause de tous les problèmes.
 
2 – La difficulté d’avoir un équilibre
Comme nous venons de l’évoquer succinctement, chaque individu a sa propre personnalité. En théorie, nous devons nous adapter à chacun. Cependant, nous ne connaissons pas toute leur histoire et ce que les individus nous montrent n’est qu’une facette de ce qu’ils sont.
Ainsi, avec la meilleure volonté du monde, nous ne pouvons pas connaitre les individus parfaitement. De plus, nous avons notre propre histoire et notre propre vision du monde. C’est à travers nos propres prismes que nous apprenons à connaitre les autres. Entre ce qu’ils sont réellement et ce que nous voyons, il y a obligatoirement un écart.  Ainsi, nous aurons beau faire notre maximum pour avoir le meilleur management possible, ce ne serait pas parfait, car nous ne connaissons pas et ne pouvons pas connaitre parfaitement les individus.
Pour poursuivre dans cette logique, comme chacun voit le monde à travers le prisme de ses croyances et de son histoire, les situations sont donc différentes pour chacun. Nous pourrions juger qu’un collaborateur a mal agi alors que pour lui, sa réaction est tout à fait normale. Nous pourrions donc vouloir être strictes dans notre management pour le recadrer. Lui ne comprendrait pas, car il aurait le sentiment d’avoir bien agi et attendrait de la soupless...]]>
Julien Godefroy clean 10:35 1421
Comment manager une équipe expérimentée ? https://reussir-son-management.com/manager-equipe-experimentee/ Fri, 01 Dec 2017 03:00:15 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1340 https://reussir-son-management.com/manager-equipe-experimentee/#respond https://reussir-son-management.com/manager-equipe-experimentee/feed/ 0 <p>Il est certain que pendant notre carrière professionnelle, tout manager aura la chance de manager une équipe expérimentée. En effet,</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/manager-equipe-experimentee/">Comment manager une équipe expérimentée ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Il est certain que pendant notre carrière professionnelle, tout manager aura la chance de manager une équipe expérimentée. En effet, Cependant, pour avoir du succès avec une équipe expérimentée, voire plus expérimentée que nous, il y a certaines règles à respecter. J’ai déjà vu un manager dans cette situation. Il voulait bien faire, mais il n’a pas respecté certains points. 2 semaines après son arrivée, son directeur a été contraint de mettre un terme à sa période d’essai. En effet, toutes les équipes l’appelaient le petit roquet.
Cette triste histoire aurait pu être joyeuse. Pour cela, voici les 6 points incontournables pour manager une équipe expérimentée.

 
1 – Humilité obligatoire
L’humilité est un état d’esprit dans lequel nous avons conscience de nos faiblesses et de nos imperfections. Cet état d’esprit est essentiel puisque nous avons en face de nous des équipes expérimentées. Elles connaissent donc bien leur travail, les problématiques, les situations ou encore les procédures.
Si nous arrivons en voulant tout expliquer, cela ne peut pas fonctionner, car il est surement possible qu’elles en sachent plus que nous. Ce serait donc prendre de grands risques.
Par contre, si nous arrivons en toute humilité, en ayant conscience de nos faiblesses et en les assumant, nous ne ferons pas l’erreur de nous positionner en manager qui sait tout. Au-delà du fait que nous serons plus ouverts à la discussion (utile pour le point numéro 2), les équipes se sentiront plus respectées. Ce qui est essentiel.
 
2 – Prise en considération de l’avis de l’autre
Plus les équipes seront expérimentées et avanceront en âge, plus la transmission du savoir leur devient importante. L’image du vieux sage enseignant au plus jeune n’est pas un mythe, mais bien un fonctionnement et un besoin.
En effet, boucler la boucle signifierait qu’après que nous ayons appris et appliqué, nous souhaiterions transmettre notre savoir. C’est une forme de reconnaissance et de satisfaction personnelle.
À partir de cela, nous comprenons bien que toutes équipes expérimentées auront l’envie de transmettre leurs savoirs. Même si cela n’est pas toujours possible (intégrer des stagiaires ou la relève peut donc être une bonne chose), il est possible, dans un premier temps, d’écouter pour prendre en considération ce que les équipes ont à dire. Non seulement nos équipes auront le sentiment d’exister et d’être utiles, mais en plus, il est certain qu’elles aient de très bonnes solutions.
 
3 – Exemplarité
Il est certain que pour manager une équipe expérimentée, notre attitude sera essentielle. Ces équipes sont plus exigeantes et attendent que le manager applique ce qu’il demande. En effet, nous ne sommes pas le premier manager qu’elles voient passer. Elles en ont « vu d’autres ». Ainsi, elles risquent de nous faire passer un test. Il sera donc tout naturel qu’elles écoutent ce que nous disons et observent si nous l’appliquons. Elles pourront aussi constater si des résultats se réalisent. Nous en parlerons au point numéro 5, mais l’idéal serait que les équipes expérimentées définissent par elles-mêmes les objectifs. Nous pourrions ainsi nous assurer qu’elles y adhèrent et qu’elles sont parfaitement impliquées.
Par contre, je pense que si nous sommes exemplaires, les effets seront encore plus importants et rapidement l’équipe suivra....]]>
Julien Godefroy clean 12:17 1340
Ne rien lâcher : tout un art ! https://reussir-son-management.com/lart-de-ne-rien-lacher/ Wed, 29 Nov 2017 03:00:39 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1373 https://reussir-son-management.com/lart-de-ne-rien-lacher/#comments https://reussir-son-management.com/lart-de-ne-rien-lacher/feed/ 1 <p>Régulièrement, nous sommes confrontés à des échecs. Certes, ils font partie de l’apprentissage et sont des situations tout à fait</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/lart-de-ne-rien-lacher/">Ne rien lâcher : tout un art !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Régulièrement, nous sommes confrontés à des échecs. Certes, ils font partie de l’apprentissage et sont des situations tout à fait Je suis convaincu que savoir ne rien lâcher s’apprend. Ce n’est pas une compétence innée, héritée de la naissance. Selon moi, savoir ne rien lâcher répond à l’apprentissage de 6 points essentiels.

 
1 – Définir des objectifs de vie
Pour apprendre à ne rien lâcher, encore faut-il avoir quelque chose à ne pas lâcher. Il est donc essentiel d’avoir des objectifs. Ne rien lâcher ne signifie pas toujours continuer sur la même voie. Changer de voie n’est pas un souci. Par contre, ne rien lâcher, signifie, selon moi, toujours être en direction de son objectif.
 
Savoir changer de voie…
En effet, il serait dommage de considérer que de ne rien lâcher signifie rester toujours sur la même voie. Si celle-ci est mauvaise, nous pourrions nous égarer. Certaines fois, il faut savoir contourner l’obstacle et changer de voie. Si nous avons toujours nos objectifs en ligne de mire, alors nous ne lâchons rien. Bien au contraire, adapter sa voie en fonction de la difficulté est essentiel pour ne rien lâcher. Nous ne devons surtout pas surestimer nos forces (ni les sous-estimer d’ailleurs).
 
… en sachant où nous allons
Ainsi, l’objectif nous permet de savoir où nous allons. Cette direction nous permet d’avoir une raison pour ne rien lâcher. Alors, comment définir les objectifs ? Je pense qu’il est essentiel de se définir des objectifs de vie. En entreprise, nous pouvons écrire des objectifs à la journée, la semaine, le mois, l’année, à 2 ans, à 5 ans, à 10 ans ou encore 20 ans. Pourquoi ne le ferions-nous pas pour notre vie ?
Quels sont mes objectifs de vie aujourd’hui, cette semaine, ce mois-ci, cette année, pour les 2 prochaines années, pour les 5 prochaines années, les 10 prochaines années ou encore les 20 prochaines années ? Avoir des objectifs à long terme nous permet de nous mettre dans la bonne direction pour accomplir ce que nous avons au plus profond de nous.
Lorsque nous connaitrons des échecs ou des situations difficiles, il sera beaucoup plus facile de trouver une nouvelle voie. En effet, nous avons défini un cap. Et comme tous les chemins mènent à Rome, l’échec ne sera pas aussi difficile qu’il n’y parait. Au pire, il sera un contre temps, au mieux, il sera l’opportunité de trouver un meilleur chemin pour atteindre nos objectifs.
 
2 – La 1ère cause de l’échec, c’est l’abandon
Il ne faut jamais abandonner. En effet, la 1ère cause de l’échec, c’est l’abandon. Abandonner c’est cesser de se donner la chance d’y arriver.
L’idée est donc, en cas de difficultés ou d’échec, de continuer à avancer. Si c’est trop difficile, il faut faire de petits pas. Nous surestimons ce que nous pouvons faire en une journée, mais nous sous-estimons ce que nous pouvons faire en un an. Il est certain que nous pouvons préférer faire de grands pas et avancer rapidement. Mais cela fatigue et cela demande beaucoup d’énergie. Et certaines fois, nous pouvons en manquer.
Faire de petits pas, c’est s’assurer de toujours avancer en consommant peu d’énergie. C’est le fameux doucement, mais sûrement. C’est la méthode Kaizen qui nous permet progressivement de sortir de notre zone de confort et d’avancer sans trop nous brusquer et en limitant le stress et la dépense d’énergie.
Enfin, pour donner plus de poids à ses petits pas, il faut régulièrement regarder l’avancement de nos projets. En effet,]]>
Julien Godefroy clean 12:03 1373
Savoir déléguer : l’art de responsabiliser ses équipes en 4 étapes https://reussir-son-management.com/lart-de-responsabiliser-ses-equipes-4-points/ Mon, 27 Nov 2017 03:00:23 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1335 https://reussir-son-management.com/lart-de-responsabiliser-ses-equipes-4-points/#comments https://reussir-son-management.com/lart-de-responsabiliser-ses-equipes-4-points/feed/ 1 <p>Savoir déléguer consiste à responsabiliser. L’art de responsabiliser ses équipes serait l’art de les rendre conscientes de leurs obligations ou</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/lart-de-responsabiliser-ses-equipes-4-points/">Savoir déléguer : l’art de responsabiliser ses équipes en 4 étapes</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Savoir déléguer consiste à responsabiliser. L’art de responsabiliser ses équipes serait l’art de les rendre conscientes de leurs obligations ou C’est une des clés de notre rôle de manager. Nous ne pouvons pas tout assumer. Nous devons donc savoir déléguer ou amener nos équipes à se responsabiliser par elles-mêmes.Des équipes responsables soulageront notre charge de travail. De plus, elles seront plus motivées, car elles auront le sentiment d’avoir de l’impact sur leur environnement tout en se sentant importantes. Responsabiliser ses équipes c’est donc gagner du temps tout en les motivant.
Pour responsabiliser ses équipes et savoir déléguer, nous avons quelques actions à mettre en œuvre. Selon moi, il y a 4 étapes essentielles.
 
 
1 – Mettre en place une relation de travail +/+
Le premier point pour responsabiliser ses équipes et savoir déléguer est de mettre en place une relation de travail +/+ ou d’adulte à adulte. En d’autres termes, il faut mettre notre collaborateur au même niveau que nous.
 
Plusieurs types de relations
La relation manager/employé peut déséquilibrer la relation. Le manager peut être un peu comme le père de famille et l’employé comme son enfant. Nous sommes donc dans une relation déséquilibrée que l’on appelle adulte/enfant ou que l’on symbolise par +/-. D’autres fois, si le manager manque de confiance face à un employé, nous pouvons être dans une relation — /+. Enfin, si les 2 personnes sont dans un manque de confiance, nous sommes dans une relation -/-.
+/-, -/+, -/-, sont 3 relations déséquilibrées et il est essentiel de sortir de ces fonctionnements. La position +/+ est la plus profitable pour tous. C’est un prérequis pour la mise en place de la responsabilisation. En effet, chacun se comporte en adulte et chacun a confiance en soi. 
 
Comment mettre en place le +/+
Pour cela, le manager jouera un rôle essentiel. Il devra mettre de côté son égo qui pourrait écraser le collaborateur et faire basculer la relation dans le +/-. Le plus important sera de considérer ses équipes comme des adultes et les mettre en confiance pour qu’elles soient en +. Il devra aussi gérer les égos des autres pour qu’ils ne soient pas trop forts. Si tel était le cas, une rencontre en individuel permettra de poser la problématique et d’expliquer ses attentes. Si cela n’entraine pas une baisse de l’égo de l’autre, des formations de développement personnel pourront l’aider.
Il faudra aussi former les équipes à la gestion des conflits et la Communication Non Violente pour que les relations puissent se passer en bons termes. Elles ne doivent pas faire -/+, +/- continuellement.
Une fois le positionnement adulte/adulte mis en place, chacun est dans la bonne posture et la relation est optimale pour que chaque individu soit en mesure de prendre ses responsabilités. En effet, c’est bien le comportement adulte qui est responsable.
 
2 – Mettre en place la confiance
Afin de responsabiliser ses équipes et savoir déléguer, il faudra aussi une relation de confiance entre le manager et les équipes. En effet, prendre ses responsabilités, c’est répondre à ses obligations et les assumer. Nos équipes doivent donc être dans une situation où elles se sentiront en confiance pour agir et assumer leur responsabilité.
Pour cela, il faut travailler sur la relation. En tant que managers, nous devons bien comprendre nos équipes. Si elles se sentent comprises et acceptées, elles se sentiront plus en confiance.]]>
Julien Godefroy clean 9:37 1335
Comment déstresser : 5 astuces pour mieux gérer son stress au travail https://reussir-son-management.com/5-astuces-mieux-gerer-son-stress/ Fri, 24 Nov 2017 03:00:39 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1288 https://reussir-son-management.com/5-astuces-mieux-gerer-son-stress/#comments https://reussir-son-management.com/5-astuces-mieux-gerer-son-stress/feed/ 1 <p>Découvrez 5 astuces efficaces pour mieux savoir comment gérer son stress et ainsi déstresser et retrouver toute sa sérénité</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/5-astuces-mieux-gerer-son-stress/">Comment déstresser : 5 astuces pour mieux gérer son stress au travail</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez 5 astuces efficaces pour mieux savoir comment gérer son stress et ainsi déstresser et retrouver toute sa sérénité Le stress est un mécanisme qui vise à nous permettre de nous défendre en cas d’agression. C’est aussi un mécanisme qui nous permet de nous adapter à de nouvelles situations. À l’origine, le stress, est une bonne chose. Il nous permet de nous donner de l’énergie pour surmonter les obstacles.
Les risques et les effets pervers du stress arrivent lorsque le stress se prolonge. Notre corps est devenu fatigué de nous donner de l’énergie. Nous nous sentons épuisés et de mauvaise humeur. Le stress est un outil très puissant sur une période donnée. Mais sur le long terme, il s’avère être contre-productif et peut même conduire à des burn-out ou encore à des dépressions. En effet, à trop puiser dans nos ressources, nous nous épuisons.
Il faut donc être en mesure de gérer son stress au travail. J’entends par là, le laisser fonctionner lorsque nous en avons besoin, mais surtout savoir comment nous pouvons l’arrêter lorsque cela n’est plus nécessaire. Ainsi, nous pourrons alterner des périodes de commotion d’énergie plus importantes pour des sujets qui en valent la peine. Puis, nous aurons des périodes de récupérations pour reprendre des forces.
Le stress étant une mécanique naturelle, il se met en place tout seul. Nous allons donc voir les 5 astuces qui vont nous aider à savoir comment déstresser et donc à stopper notre stress lorsqu’il n’est pas utile ou fondé sur des situations qui n’en valent pas la peine.

 
1 – Rationaliser la quantité d’objectifs…
Le premier point, selon moi, pour mieux savoir comment gérer son stress au travail et savoir comment déstresser est de rationaliser ses objectifs. J’entends par là faire le point sur ses objectifs. En effet, le stress peut se fonder sur des peurs et sur une situation imaginaire.
Nous nous mettons à imaginer une certaine quantité de travail, mais en réalité, nous ne savons pas très bien ce que nous avons à faire. Nous allons donc stresser pour une situation et une quantité de travail qui n’existe pas. L’idée est de rationaliser, à savoir, comptabiliser et noter précisément ce que nous avons à faire. Cela peut nous rassurer, car nous allons réellement faire le point sur la situation et nous n’allons pas rester dans notre imaginaire. Nous allons ainsi calmer notre peur.
 
Prendre le temps de faire le point pour savoir comment déstresser
Ainsi, selon moi, il est nécessaire de prendre le temps de faire le point sur ce que nous avons réellement à faire. Il nous faut donc regrouper au même endroit, au sein d’une liste par exemple, tout ce que nous avons à faire. C’est la première étape de la méthode d’organisation GTD ou de la méthode ZTD.
En listant tout ce que nous avons et en rangeant au même endroit ainsi que tous les documents à traiter, nous allons pouvoir clarifier et rassurer notre esprit. En effet, le stress peut naitre du fait que nous ne savons plus où nous en sommes et donc nous ne savons plus comment faire. Nous n’avons donc plus de prise sur notre environnement et notre vie. En traitant et en regroupant ce que nous avons à faire, nous reprenons la main sur notre travail.
 
Rationaliser et simplifier si besoin pour gérer son stress au travail
]]>
Julien Godefroy clean 8:31 1288
Comment organiser une réunion de travail efficace : 3 étapes https://reussir-son-management.com/reunions-de-travail-interessantes/ Wed, 22 Nov 2017 03:00:39 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1269 https://reussir-son-management.com/reunions-de-travail-interessantes/#comments https://reussir-son-management.com/reunions-de-travail-interessantes/feed/ 3 <p>Nous avons tous participé à des réunions de travail interminables et sans intérêt. Ce sont les risques de nos métiers.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/reunions-de-travail-interessantes/">Comment organiser une réunion de travail efficace : 3 étapes</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Nous avons tous participé à des réunions de travail interminables et sans intérêt. Ce sont les risques de nos métiers. Elles nous permettent, lorsqu’elles sont bien menées et bien animées, de nous mettre en dynamique non seulement individuellement, mais aussi collectivement. C’est donc un exercice important qu’il ne faut pas négliger.
Le risque, c’est qu’avec le temps, les réunions deviennent une routine. Elles sont organisées machinalement et sans âme. Elles deviennent alors contre-productives, car elles nous font perdre un temps précieux.
Voici les 3 étapes pour savoir comment organiser une réunion de travail efficace.
 

 
1 – Savoir pourquoi on fait une réunion
Souvent, nous pensons que le contenu est essentiel pour organiser une réunion de travail. Une nouvelle information vient d’arriver. Nous voulons informer tout le monde. Nous envoyons donc une invitation à toute l’équipe. Nous nous rencontrons et… finalement, aucune énergie et aucune plus-value ne ressort de la réunion. En effet, transmettre une information de manière descendante n’a aucun intérêt au sein d’une réunion de travail. Tout le monde perd son temps.
Il vaut mieux envoyer un mail ou remettre l’information en mains propres. Chacun peut la lire lorsqu’il est pleinement concentré et disponible. S’il y a des questions, il suffit d’appeler le manager pour avoir des réponses.
Par contre, lorsqu’il y a débat ou une nécessité de mettre en place des actions, la réunion s’impose ! Nous en reparlerons dans la 3e partie.
Avec le développement en cours et à venir du télétravail, toutes les tâches individuelles vont pouvoir être faites depuis chez nous. Les tâches collectives, elles, devront toujours se faire à l’office. Ainsi, les réunions de travail seront un des prétextes pour se retrouver.
En effet, à l’heure actuelle, et sûrement bien plus dans l’avenir, elles jouent un rôle de créatrices de lien social. Il est essentiel que les équipes se voient et échangent afin de mieux se connaitre et de développer leurs liens pour travailler plus efficacement. Le contenu n’est donc pas l’essentiel de la réunion. Les réunions de travail ont donc un mérite, c’est que nous le voulions ou non, elles nous permettent de créer de la relation et aide à la cohésion d’équipe. C’est donc essentiel pour savoir comment organiser une réunion de travail efficace.
Cela signifie que les réunions de travail n’ont de sens que si ce qui y est fait nécessite un travail de groupe. Tout n’est donc qu’une question d’animation.
 
2 – L’animation des réunions de travail
Comme nous l’avons vu dans la première partie, toutes les tâches individuelles n’ont bien sûr pas leur place en réunion. Ainsi, pour savoir comment organiser une réunion de travail il faut savoir que prendre connaissance de l’information ne doit pas se faire en réunion. Cela peut être long, fastidieux. L’idéal est donc de les transmettre aux collaborateurs. Ensuite, si des actions ou des échanges sont nécessaires, la réunion s’impose.
 
Favoriser les échanges
La réunion n’a d’intérêts que si elle est constituée d’échanges entre les personnes. Il faut donc retenir, dans l’animation, que nous devons favoriser les relations et les échanges afin de savoir comment organiser une réunion de travail. Par exemple, il ne doit donc pas être question de présenter les chiffres du mois, mais plutôt d’écouter chacun sur sa vision des résultats et de stimuler la créativité de groupe pour trouver les actions à mettre en place.]]>
Julien Godefroy clean 7:06 1269
Comment reprendre une équipe sereinement et efficacement ? https://reussir-son-management.com/reprendre-une-equipe-sereinement/ Mon, 20 Nov 2017 03:00:35 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1249 https://reussir-son-management.com/reprendre-une-equipe-sereinement/#respond https://reussir-son-management.com/reprendre-une-equipe-sereinement/feed/ 0 <p>En tant que managers, nous avons de grandes chances de connaître plusieurs entreprises dans notre vie. Celles-ci ne seront pas</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/reprendre-une-equipe-sereinement/">Comment reprendre une équipe sereinement et efficacement ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> En tant que managers, nous avons de grandes chances de connaître plusieurs entreprises dans notre vie. Celles-ci ne seront pas Selon moi, il y a 3 grandes phases à respecter pour faire une reprise d’équipe efficace et qui nous permettra d’être crédibles, acceptée et reconnue par nos équipes à court, moyen et long terme.

 
1 – Phase d’observation
La première phase lorsque nous arrivons dans une nouvelle entreprise et découvrons nos nouvelles équipes est d’observer. Cela signifie que nous ne devrons prendre aucune décision pendant toute cette phase d’observation. Celle-ci peut durer entre 2 à 3 mois. Reprendre une équipe sereinement et efficacement nécessite donc du temps.
 
Cas particuliers
Certains cas particuliers, pour reprendre une équipe, peuvent durer plus longtemps au besoin. En effet, arriver dans une entreprise qui a pu connaître de graves traumatismes (perte de part de marché importante, décès de collaborateur avec changement de management) pourrait nécessiter plus de temps avant que les équipes acceptent un nouveau manager.
L’inverse est moins vrai. J’entends par inverse vouloir mettre moins de 2 mois pour faire une reprise d’équipe. En effet, des situations d’urgence (par exemple une perte de part de marché au moment même de la reprise d’équipe) peuvent nous laisser penser qu’il faut réagir vite et prendre des décisions rapides. Cependant, si nous n’observons pas, nous risquons de prendre de mauvaises décisions, mais aussi de nous couper de nos équipes qui pourraient voir d’un mauvais œil certaines de nos décisions. Nous pourrions, avec de la réussite, prendre de bonnes décisions à court terme, mais le risque de ne pas faire adhérer les équipes est tellement fort que je ne le conseille pas. En effet, si nous n’avons pas l’adhésion de nos équipes, la collaboration ne dépassera pas le court terme, ou alors, la collaboration ne sera pas efficace.
 
L’observation
L’observation consiste à prendre la température du climat social, pour voir comment sont les relations entre les personnes. Ainsi, devons-nous remarquer si les relations sont amicales, courtoises ou tendues et remplies de non-dits et de stress.
Ceci nous permettra de savoir les sujets faciles à aborder ou non et nous donnera des indications sur la manière dont nous pouvons communiquer avec les personnes. En effet, arriver de manière trop chaleureuse dans un climat froid, nous mettra en décalage. Et même si nous souhaitons mettre de la convivialité dans nos équipes, il faudra savoir se contenir au début, pour ne choquer personne. L’inverse est vrai aussi.
Il sera donc question d’évaluer les comportements, mais aussi les compétences de chacun. En effet, ce sera l’occasion de connaître les difficultés que rencontre à la fois l’équipe, mais aussi l’individu dans son travail au quotidien. Ainsi, pourrons-nous faire un bilan des forces et des axes de progrès de l’équipe.
Mais c’est bien en nous laissant le temps d’observer que nous pourrons être sûrs de notre jugement. Observer une fois un comportement n’est pas la même chose que de l’observer plusieurs fois. Si nous ne prenons pas le temps d’observer, nous pourrions vouloir signifier certains comportements que nous avons constatés qu’une seule fois et donc nous égarer. Cela est vrai pour les comportements acceptables et ceux non acceptables.
Enfin, observer c’est aussi faire attention et noter tout ce qui trouve autour des équipes : comment fonctionne l’entreprise, les réunions, les modes de décision,]]>
Julien Godefroy clean 7:28 1249
Cohésion d’équipe : comment la créer et la développer ? https://reussir-son-management.com/creer-developper-cohesion-dequipe/ Fri, 17 Nov 2017 03:00:09 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1234 https://reussir-son-management.com/creer-developper-cohesion-dequipe/#comments https://reussir-son-management.com/creer-developper-cohesion-dequipe/feed/ 8 <p>Découvrez les 4 points essentiels pour créer et développer la cohésion d’équipe et ainsi obtenir de meilleures performances collectives</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/creer-developper-cohesion-dequipe/">Cohésion d’équipe : comment la créer et la développer ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez les 4 points essentiels pour créer et développer la cohésion d’équipe et ainsi obtenir de meilleures performances collectives En effet, l’adage qui veut que : « seul on va plus vite, ensemble on va plus loin », me semble à moitié erroné. À plusieurs, nous allons plus loin. En effet, les compétences de chacun mises ensemble nous permettant de résoudre des problèmes plus compliqués et complexes.
Mais seuls, nous n’allons pas plus vite. Par exemple, dans le domaine de l’apprentissage, si je m’entoure de personnes compétentes, j’irai plus vite pour apprendre. Dans le management, c’est pareil. Parce que je m’entoure des bonnes personnes, nous irons plus vite à comprendre et à avancer. Même s’il faut prévoir un temps pour s’organiser, se briefer et échanger, c’est un investissement qui nous fera gagner du temps très rapidement.
Mais pour cela, nous devons avoir une bonne cohésion d’équipe. Elle nous permet d’aller plus vite et plus loin que la simple somme des compétences et motivations de chacun. La cohésion d’équipe permet de ne plus raisonner en somme d’individualité, mais comme dans un collectif plus fort et capable de soulever des montagnes. Ensemble, les individus ne forment plus qu’un, grâce à un bon esprit d’équipe.
Il n’y a rien de magique à cela. Pour créer et développer cette cohésion d’équipe, il faut éviter certaines erreurs, mais aussi respecter certaines règles. Selon moi, il y en a 4.

 
1 – Créer une histoire commune pour la cohésion d’équipe
Le premier point pour créer et développer la cohésion d’équipe est de créer une histoire commune. Pour cela, il est important de constituer des souvenirs en commun. Nous devons briser la glace entre chaque membre pour qu’ils apprennent à mieux se connaitre et qu’ils aient des expériences en commun.
 
Les émotions et souvenirs créent du lien
En effet, les expériences et les souvenirs en commun permettent de créer du lien à travers, notamment des émotions communes. Le team building est un bon exemple pour développer l’esprit d’équipe. Imaginons que nous avons organisé une descente en rafting. Lors du parcours, nous allons avoir des émotions de peur lors de certains passages, mais aussi de joie lorsque nous aurons terminé et aurons la satisfaction d’avoir accompli un exploit. Ces émotions communes soudent la relation, car elles ont été partagées. Nous sommes tous différents, mais nos émotions, elles, se ressemblent. Les émotions nous unissent, car nous avons vécu la même chose, au même moment.
De plus, ces émotions et ces expériences communes sont des souvenirs qui font que nous ne pouvons pas oublier les personnes et que nous avons des choses à nous raconter. En effet, il n’est pas rare de voir un groupe soudé, qui, lorsqu’il se retrouve, a beaucoup d’histoires à se raconter. Souvent, entre bons amis, nous nous rappelons les souvenirs communs. Ces moments partagés ensemble nous lient aux autres.
 
Faisons simple, mais favorisons les échanges pour un bon esprit d’équipe
Ainsi, est-il recommandable de mettre en œuvre des situations collectives pour créer des expériences communes et développer l’esprit d’équipe. Beaucoup d’entreprises organisent des team building,]]>
Julien Godefroy clean 8:15 1234
Recadrer un collaborateur efficacement et en toute bienveillance  https://reussir-son-management.com/comment-recadrer-un-collaborateur/ Wed, 15 Nov 2017 03:00:05 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1205 https://reussir-son-management.com/comment-recadrer-un-collaborateur/#comments https://reussir-son-management.com/comment-recadrer-un-collaborateur/feed/ 1 <p>Découvrez une méthode simple et efficace en 5 étapes pour recadrer un collaborateur et le mettre en dynamique pour changer la situation</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/comment-recadrer-un-collaborateur/">Recadrer un collaborateur efficacement et en toute bienveillance </a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez une méthode simple et efficace en 5 étapes pour recadrer un collaborateur et le mettre en dynamique pour changer la situation L’objectif est simple : faire en sorte que notre collaborateur se fixe un objectif et s’y tienne pour changer la situation.
Il ne s’agit pas d’écraser notre collaborateur. Il ne s’agit pas non plus de lui dire ses quatre vérités et d’en rester là. Ensuite, sanctionner doit être la dernière des dernières solutions. Sanctionner, peut-être vu comme un échec de la mise en mouvement. De plus, je ne suis pas certain que la sanction aide, en tout temps, à la mise en mouvement. Mon article sur le feedback peut aussi être intéressant.
Je vous propose 5 étapes pour recadrer un collaborateur efficacement et le mettre en mouvement pour que la situation change. Je prendrai l’exemple d’un collaborateur qui arrive en retard régulièrement. Nous ne l’avons pas encore rencontré. Il est donc temps d’agir.


1 – Communiquer pour exprimer la situation
La première étape pour recadrer un collaborateur est d’exprimer ce qui ne va pas. Pour cela, le meilleur des protocoles est celui de la Communication Non Violente. Il se divise en 4 étapes :

* Exprimer la situation qui pose problème

Dans le cadre d’un retard, nous allons dire : « Lundi, j’attendais ton arrivée pour 9 h. J’ai attendu 30 minutes avant que tu arrives ». Les faits doivent être précis, exacts et incontestables. Nous devons avoir assisté à la situation pour donner du poids à nos propos.

* Exprimer ses sentiments

Donner son ressenti donnera du poids à votre discours et permettra à votre interlocuteur de mieux comprendre ce que vous vivez. Nous pouvons ainsi dire : « Je suis en colère, car je ne me sens pas respecté. En effet, j’ai attendu sans avoir de nouvelles de ta part et je comptais véritablement sur ta présence pour (commencer à travailler, ouvrir le magasin, que tu me donnes un dossier, etc.) ».
Une bonne connaissance des émotions et de leurs impacts est importante.

* Exprimer ses besoins

Ensuite, nous devons exprimer notre besoin. En effet, celui-ci est dans notre tête. Il peut être logique pour nous, mais pas forcément pour notre collaborateur. Nous devons donc lui exprimer par exemple : « J’ai besoin de savoir que je peux te faire confiance ».

* Exprimer ses attentes

Enfin, nous devons formuler une demande claire, nette et précise afin que le collaborateur sache précisément ce que nous attendons de lui : « Acceptes-tu d’arriver à l’heure le matin ? »
Pensez à bien vous exprimer avec « Je ». Ainsi, comme cela concerne notre ressenti, le collaborateur ne pourra pas le remettre en question.

2 – Laisser s’exprimer le collaborateur et l’écouter
Ensuite, dans le but de recadrer un collaborateur, nous devons aussi lui donner du temps pour s’exprimer sur ce que nous venons de dire. Nous devrons l’écouter et nous assurer qu’il a bien compris la situation, notre ressenti, nos besoins et nos attentes.
Si nous avons bien respecté les 4 étapes précédentes,]]>
Julien Godefroy clean 10:19 1205
Comment gagner du temps au travail avec la méthode Zen to Done ? https://reussir-son-management.com/comment-gagner-du-temps-zen-to-done/ Mon, 13 Nov 2017 04:00:15 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1174 https://reussir-son-management.com/comment-gagner-du-temps-zen-to-done/#respond https://reussir-son-management.com/comment-gagner-du-temps-zen-to-done/feed/ 0 <p>Découvrez la méthode d’organisation Zen to Done (ZTD) qui vous fera gagner du temps au travail et vous rendre encore plus efficace.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/comment-gagner-du-temps-zen-to-done/">Comment gagner du temps au travail avec la méthode Zen to Done ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez la méthode d’organisation Zen to Done (ZTD) qui vous fera gagner du temps au travail et vous rendre encore plus efficace. la méthode GTD — Getting Things Done et la méthode NERAC, mais elle possède aussi ses propres spécificités.
Ainsi, la méthode ZTD – Zen to Done, s’inscrit en parfait complément de ces 2 autres méthodes. Je conseille souvent de faire un mix des différentes méthodes pour les rendre plus adaptées à nos besoins et être encore plus efficace.
Voyons en détail les 10 étapes de cette méthode.

 
1 – Collecter
Comme toute organisation qui se respecte, pour gagner du temps, nous devons mettre en place un système de notes. Je vous invite à consulter les 2 autres méthodes pour plus de détails (GTD et NERAC). Globalement, l’idée de la méthode Zen to Done est aussi d’avoir un système de centralisation des notes.
Au lieu d’avoir des notes papier, informatique, sur votre bureau, sur votre téléphone, sur des post-it ou encore dans des bannettes, l’idéal est de tout regrouper au même endroit. Pour cela, je conseille toujours un système de note informatique couplé à un cloud. Ainsi, nous pouvons avoir la même note disponible avec notre téléphone, notre tablette et notre ordinateur. Nous avons donc toujours sur nous la possibilité de prendre des notes. Lorsque nous sommes plus au calme, avoir cette note sur notre ordinateur peut nous permettre de travailler plus confortablement.
Pour aller plus loin, il est possible de nos jours de numériser tous nos documents avec un scan ou notre téléphone. Ainsi, pouvons-nous avoir tous nos documents et tâches à faire en format numérique et regroupés au même endroit.
 
2 – Traiter
Cette étape de la méthode Zen to Done est aussi commune aux autres méthodes d’organisation. Pour traiter une tâche, il y a 3 grands procédés pour être efficace et gagner du temps :
– Si une tâche prend moins de 2 minutes, nous devons la faire tout de suite. J’aime beaucoup cette action. Cela permet de traiter une grande quantité de tâches et donc de libérer de « l’espace » dans notre esprit pour les tâches plus complexes. Ainsi, nous ne sommes plus préoccupés par les innombrables tâches en attente.
– Ensuite, il faut prendre une décision pour chaque note en fonction de la méthode Eisenhower. Pour rappel : je fais ce qui est important et urgent, je planifie ce qui est important et non urgent, je délègue ce qui est non important et urgent et je verrai plus tard ce qui est non important et non urgent.
– Enfin, je n’hésite pas à supprimer les tâches qui n’ont aucune utilité et à classer les documents qui ne méritent aucune action immédiate.
 
3 – Planifier
L’idée est de prendre le temps de planifier les tâches de manière régulière. Il y a 2 bons timings pour cela : 1 fois par semaine et 1 fois par jour.
– Chaque semaine, il est important de placer les grosses pierres sur un agenda. Nous pouvons le faire le lundi pour lancer la semaine ou le vendredi pour préparer la semaine suivante. Ainsi, donnons-nous un cap à notre semaine et savons-nous dans quelle direction aller.
– Ensuite, tous les matins, il est important de lister les Tâches les Plus Importantes (TPI) de la journée, dont les grosses pierres. Ainsi, les objectifs de la semaine sont découpés à la journée et co...]]>
Julien Godefroy clean 6:21 1174
Comment bien intégrer un nouvel embauché pour le faire réussir ? https://reussir-son-management.com/bien-integrer-collaborateur/ Fri, 10 Nov 2017 03:00:45 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1152 https://reussir-son-management.com/bien-integrer-collaborateur/#comments https://reussir-son-management.com/bien-integrer-collaborateur/feed/ 1 <p>Découvrez 6 clés pour bien intégrer un nouvel embauché et contribuer à sa réussite professionnelle et celle de l’entreprise</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/bien-integrer-collaborateur/">Comment bien intégrer un nouvel embauché pour le faire réussir ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez 6 clés pour bien intégrer un nouvel embauché et contribuer à sa réussite professionnelle et celle de l’entreprise Cela contribuera fortement à ce qu’il se sente bien et donc à sa réussite professionnelle ainsi qu’à celle de l’entreprise. À l’inverse, mal intégrer un nouveau collaborateur pourra faire qu’il se sente mal et nuira à son travail. Les chances qu’il puisse partir seront plus grandes.
Voici, selon moi, les 6 clés d’une intégration d’un nouvel embauché réussie + 1 bonus pour aller plus loin.

 
1 – Préparer sa venue
Le premier point pour bien intégrer un nouvel embauché est de préparer sa venue. Il doit sentir immédiatement qu’il va pouvoir travailler dans de bonnes conditions. Ainsi, est-il important de mettre à sa disposition immédiatement tout le matériel et les outils dont il aura besoin. Son ordinateur doit être prêt. Sa boite mail doit déjà être en service ainsi que tous les logiciels dont il aura besoin. S’il doit avoir un téléphone, celui-ci doit être activé et doit pouvoir fonctionner immédiatement. Son bureau ou son espace de travail doivent clairement être libres et aménagés pour que le collaborateur puisse s’y installer dès que possible.
Non seulement le collaborateur sentira qu’il existe, mais en plus, nous lui enverrons une image de professionnalisme qui le rassura et qui montrera aussi notre niveau d’exigence. En effet, avoir organisé de manière professionnelle l’arrivée d’un nouveau collaborateur ne pourra que l’inciter à se comporter lui-même en professionnel.
 
2 – Annoncer l’arrivée du collaborateur
Ensuite, il est essentiel de prévenir toute l’équipe de l’arrivée d’un nouvel embauché. Il n’y aurait rien de plus gênant que de le présenter à des collègues qui ignoreraient qu’un nouveau collaborateur arrive. Au lieu de se montrer chaleureux, ils se montreraient surpris.
En effet, les premiers instants d’une rencontre sont importants. Si chacun est informé de l’arrivée d’un nouvel embauché, les premiers échanges seront plus humains et constructifs. De plus, le collaborateur se sentira flatté et sentira réellement qu’il est attendu. Il prendra donc ses marques beaucoup plus facilement et sera beaucoup plus en confiance.
Un mail avec une photo et un descriptif du nouveau collaborateur peut être envoyé à toute l’entreprise quelques jours avant son arrivée. Ainsi, chacun aura eu le temps d’en prendre connaissance et de savoir qu’un nouveau collaborateur arrive.
Si un endroit central existe, comme une salle de pause ou un passage obligé, il pourrait être très conviviale d’y inscrire sur un tableau « Bienvenue à » pour signaler à tout le monde l’arrivée du collaborateur. Ce dernier ne devrait d’ailleurs pas rester insensible à la démarche.
Enfin, un petit cadeau personnalisé, comme une tasse portant les couleurs de l’entreprise et le prénom du collaborateur, sera du plus grand effet pour donner un esprit corporate et sceller l’arrivée du nouveau venu.
 
3 – Être disponible pour intégrer
Bien évidemment, il faudra prévoir du temps pour intégrer le nouvel embauché. Il ne s’agira pas de lui consacrer une heure et de nous éclipser. En effet, il faut mettre en place la relation et créer du lien.
Il faudra se présenter une nouvelle fois et le laisser en faire de même. Nous pourrons lui présenter l’entreprise, ses nouveaux collègues et ses missions. Cela peut aussi être le moment d’expliquer les modes de fonctionnement et nos attentes. Les sujets sont donc très larges. Cela peut se faire autour d’un café ou à table.
Ainsi, prendre le temps au début d’expliquer toutes les nouveautés est essentiel. En effet, lorsque le collaborateur aura commencé à travailler, le temps manquera et nous serons à nouveau pris dans notre quotidien.
 
]]>
Julien Godefroy clean 6:04 1152
Compétences du manager : 15 leviers pour un management moderne https://reussir-son-management.com/les-15-cles-du-management-moderne/ Wed, 08 Nov 2017 03:00:56 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1111 https://reussir-son-management.com/les-15-cles-du-management-moderne/#comments https://reussir-son-management.com/les-15-cles-du-management-moderne/feed/ 3 <p>Découvrez les 15 compétences du manager moderne dans un monde où de nouveaux enjeux apparaissent et où les qualités des managers évoluent.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/les-15-cles-du-management-moderne/">Compétences du manager : 15 leviers pour un management moderne</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez les 15 compétences du manager moderne dans un monde où de nouveaux enjeux apparaissent et où les qualités des managers évoluent. À l’époque du taylorisme, il fallait savoir maintenir des procédures en place en contrôlant que les employés fassent correctement leur travail. Aujourd’hui, le manager doit rendre ses équipes heureuses. La révolution du management est en cours. Et même si Gary Hamel a appelé son livre « La fin du management », il explique clairement que le management n’en est pas à sa fin.
Bien au contraire, après les révolutions agricoles, mécaniques et numériques, nous connaissons actuellement une révolution managériale et une évolution des compétences du manager.
Le manager doit évoluer pour animer ses équipes. Il doit s’adapter aux nouveaux paradigmes de la révolution numérique, des problèmes écologiques, des besoins de bien-être et de réalisation de ses employés, de l’importance grandissante de la qualité des produits et des organisations qui évoluent d’un mode pyramidal à un mode en réseau (Marc Halévy). Hard skills ou soft skills, les deux sont concernées.
Il est donc temps de redéfinir ce qu’est le management moderne et les compétences du manager. Voici, selon moi, les 15 leviers.

 
1 – Compétence du manager : un management connecté
La place du numérique ne fait que grandir. C’est devenu un incontournable et doit être une clé des compétences du manager pour une raison principale : communiquer.
La communication, surtout avec l’arrivée du télétravail, pourra se faire de manière satisfaisante grâce au numérique. Mails, groupes WhatsApp, appels Facetime ou Skype, nous pourrons partager de la manière que nous le souhaitons l’information et les documents.
Les réseaux sociaux nous permettront aussi de rester informés sous la forme qui nous convient. Créé un blog commun pourra aussi nous permettre de nous exprimer sur des sujets plus profonds et en détail. De plus, tous ces modes de communication favoriseront les réponses, les échanges et les débats pour trouver toujours plus de solutions de manière toujours plus participative.
 
2 – Un management qui s’adapte
Le changement n’est plus une nouveauté, c’est devenu une norme. Finalement, l’absence de changement serait un vrai changement ! D’ailleurs, les entreprises opales, qu’évoque Frédéric Laloux dans son livre « Reinventing Organizations », ne parlent plus de changement ou de conduite du changement. Finalement, dans ce nouveau contexte, cela n’a plus de sens.
Ainsi savoir s’adapter aux nouvelles situations devient une qualité essentielle et basique. Le management moderne doit aimer le mouvement. Il faudra savoir accompagner les équipes pour franchir le pas. Une fois celui-ci franchi, il faudra savoir constamment se mettre en dynamique et mettre en dynamique ses équipes.
Ainsi, la créativité sera stimulée quotidiennement et permettra à l’entreprise d’innover jour après jour. L’innovation étant désormais un enjeu majeur de survie.
Mais savoir s’adapter c’est aussi savoir anticiper. Ainsi, les compétences du manager seront d’anticiper les nouvelles tendances et les nouveaux besoins pour pouvoir y répondre. Car s’adapter n’est pas si difficile si nous en avons le temps. Réagir dans l’urgence est toujours plus difficile et plus couteux.
 
3 – Un management qui aime les initiatives
Le management moderne et les compétences du manager devront aussi laisser la place ...]]>
Julien Godefroy clean 16:07 1111
Management positif : le cerveau ne comprend pas la négation https://reussir-son-management.com/managers-positivez-le-cerveau-ne-comprend-pas-la-negation/ Mon, 06 Nov 2017 04:00:29 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1088 https://reussir-son-management.com/managers-positivez-le-cerveau-ne-comprend-pas-la-negation/#comments https://reussir-son-management.com/managers-positivez-le-cerveau-ne-comprend-pas-la-negation/feed/ 1 <p>Mieux comprendre le fonctionnement du cerveau et les impacts sur l’animation des équipes et ainsi comprendre un aspect fondamental du management positif.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/managers-positivez-le-cerveau-ne-comprend-pas-la-negation/">Management positif : le cerveau ne comprend pas la négation</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Mieux comprendre le fonctionnement du cerveau et les impacts sur l’animation des équipes et ainsi comprendre un aspect fondamental du management positif. bonne ambiance au travail est souvent signe d’une bonne cohésion d’équipe et d’un travail efficace. Le manager cherche donc à la développer à travers un management positif qui impulsera de bonnes relations au travail et un cadre de travail serein.
Pour cette raison, en tant que managers, nous avons compris qu’il nous faut rester positifs pour impulser une bonne énergie à nos équipes. Nous cherchons un management positif de manière assez naturelle. En retour, nous sentons que nos équipes sont dynamiques et motivées. Instinctivement, nous sentons que c’est la bonne attitude.
Mais avoir un management positif, ce n’est pas uniquement envoyer de bonnes ondes à travers une attitude positive. Un management positif, c’est aussi une manière de s’exprimer. Et manager de manière positive, c’est utiliser des tournures de phrase positives. Pourquoi ?
Parce que le cerveau n’est pas programmé pour comprendre la négation et donc les tournures de phrases négatives. Ainsi, utiliser l’affirmation sera beaucoup plus puissant et influencera nos collaborateurs dans la bonne direction. À l’inverse, utiliser les tournures négatives pourra les mener sur le mauvais chemin. Voyons ceci en détail.

 
1 – Le cerveau ne comprend pas la négation
Le cerveau ne comprend pas la négation. Qu’est-ce que cela signifie ? Prenons un exemple. Si je vous demande de ne pas penser à une baleine, vous allez immédiatement visualiser une baleine dans votre esprit. Ensuite, vous allez vous dire que vous devez oublier cet animal et arrêter d’y penser. Vous essaierez donc de ne penser à rien ou à autre chose. Mais le mal est fait. Vous ne deviez pas penser à une baleine et vous l’avez fait.
Rassurez-vous, tout ceci est normal. En réalité, le cerveau ne peut pas comprendre « ne pas penser à une baleine ». Il est obligé d’imaginer ce qu’il est possible de faire, puis se dit qu’il ne faut pas le faire. La négation n’est pas naturelle pour lui. Il imagine donc l’action interdite, puis il décide de faire l’inverse.
Ainsi, le cerveau ne peut pas comprendre la négation. Il sera forcément obligé de passer par la case « ce qu’il faut faire ». Ensuite, il imaginera l’inverse, « ce qu’il ne faut pas faire ».
 
2 – Quels sont les impacts avec le management positif ?
Les impacts sont très importants. Imaginons que nous sommes en train de conduire. Notre conjoint nous dit de ne pas regarder à droite. Nous allons imaginer regarder à droite puis nous allons nous dire de ne pas le faire. Cependant, à l’instant où nous allons imaginer regarder à droite, notre regard a de grandes chances de se porter sur la droite. Cela n’arrivera peut-être pas à 100 % du temps. Cependant, dans la majeure partie des situations nous allons regarder à droite. Ce qui est déjà énorme.
Ainsi, lorsque nous employons une tournure négative avec quelqu’un, il va penser positivement, être incité à faire l’action (voir il va passer à l’action), puis se désister. Si je dis à un enfant qu’il ne peut pas manger de bonbons, la réaction en général sera que l’enfant aura une très grande envie de manger des bonbons. Même si l’enfant ne mange pas de bonbons, il est certain que nous avons décuplé son envie d’en manger. Nous commençons à comprendre l’importance du management positif.
Ainsi, sans le vouloir, en utilisant des formulations négatives, nous allons inciter nos interlocuteurs à faire ce que nous ne voulons pas qu’i...]]>
Julien Godefroy clean 8:27 1088
Comment développer les compétences de ses équipes ? https://reussir-son-management.com/developper-les-competences-de-equipes/ Sat, 04 Nov 2017 03:00:07 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1068 https://reussir-son-management.com/developper-les-competences-de-equipes/#respond https://reussir-son-management.com/developper-les-competences-de-equipes/feed/ 0 <p>Notre métier de manager ou de leaders est de permettre à nos équipes de « grandir ». En effet, nous devons les</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/developper-les-competences-de-equipes/">Comment développer les compétences de ses équipes ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Notre métier de manager ou de leaders est de permettre à nos équipes de « grandir ». En effet, nous devons les Ainsi, pouvons-nous nous comporter comme un coach qui aiguillera ses équipes pour développer les compétences techniques, mais aussi les aider dans leur développement personnel. Nous devons donc nous assurer que le terreau a bien été enrichi avec les bons ingrédients pour favoriser l’apprentissage.
Au sein de ce terreau, je dénombre 7 ingrédients indispensables pour savoir comment développer les compétences des équipes.

 
1 – Donnez de la confiance
Le premier ingrédient pour savoir comment développer les compétences restera toujours la confiance. Elle permet aux équipes de se sentir bien, soutenues et armées pour apprendre. Sans la confiance du manager ou du leader, elles n’oseront pas de peur de faire des erreurs. Elles ont besoin d’un cadre bienveillant qui leur permettra de se sentir en sécurité pour se lancer le processus d’apprentissage.
Montrer que nous avons confiance en nos équipes c’est savoir les écouter pour leur donner de l’importance. Nous devons prendre en considération leur point de vue. Il nous faudra les soutenir lorsqu’elles font des erreurs ou encore déléguer des missions de plus en plus intéressantes et importantes.
 
2 – Formez dès l’intégration
Le deuxième ingrédient pour savoir comment développer les compétences consiste à former les équipes de manière théorique. Ainsi, pourrons-nous mettre à leur disposition toutes les informations dont elles auront besoin de manière pédagogique. Le format peut être papier, digitale (e-learning/MOOC) ou encore présentiel sous forme de formation de groupe ou de coaching.
Dès l’arrivée du collaborateur, lors de son intégration, il faudra lancer le parcours de formation. Non seulement parce qu’il peut être long, mais aussi parce qu’il facilitera la réussite de l’intégration du collaborateur.
 
3 – Éveillez la curiosité
Savoir comment développer les compétences de ses équipes c’est aussi être capable de leur donner envie de s’intéresser à autre chose. Nous devons leur donner envie de découvrir de nouveaux domaines. Nous pouvons, leur donner des informations comme certains chiffres pour les encourager à regarder certaines performances. Il sera aussi possible de les sensibiliser à des domaines plus larges comme le développement durable ou les impacts sociétaux de l’entreprise.
Pour cela, certaines réunions comme les réunions mensuelles (voir l’article sur les rythmes managériaux) peuvent nous permettre de présenter à nos équipes de nouveaux sujets. Mettre à leur disposition des magazines ou des livres peuvent aussi être un bon complément. Il est aussi possible de leur donner du temps pour aller voir comment fonctionnent les autres services de l’entreprise.
Patagonia, une entreprise californienne qui vend des articles de sport, permet à ses employés de partir plusieurs mois pour travailler pour une association écologique ou sociale. Non seulement les employés développent de la compétence, mais en plus ils élargissent leur vision. Ils se sensibilisent par l’action.
 
4 – Donnez des objectifs SMART
Les objectifs sont aussi un ingrédient essentiel. En effet, il va donner la direction des compétences à développer. Bien évidemment, il aura fallu au préalable définir la compétence nécessaire pour l’entrep...]]>
Julien Godefroy clean 7:53 1068
Comment mieux s’organiser avec la méthode NERAC ? https://reussir-son-management.com/mieux-sorganiser-methode-nerac/ Thu, 02 Nov 2017 03:00:25 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1031 https://reussir-son-management.com/mieux-sorganiser-methode-nerac/#respond https://reussir-son-management.com/mieux-sorganiser-methode-nerac/feed/ 0 <p>Découvrez la méthode NERAC qui vous permettra de mieux vous organiser, d’être plus efficace et donc de vous libérer du temps.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/mieux-sorganiser-methode-nerac/">Comment mieux s’organiser avec la méthode NERAC ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez la méthode NERAC qui vous permettra de mieux vous organiser, d’être plus efficace et donc de vous libérer du temps. Nous avons déjà vu quelques méthodes pour être plus efficace avec « Méthode Pomodoro : besoin d’être efficace ? Essayez la !» ou, «Comment lire vite et faire le plein d’information avec la lecture rapide ». Nous avons aussi abordé les questions d’organisation avec « Comment travailler efficacement avec la méthode GTD ? » ou encore « Comment gérer son temps plus efficacement en 9 actions ? ».
Aujourd’hui, nous allons voir une nouvelle méthode : la méthode NERAC. Elle vous aidera surement à mieux faire le point sur vos priorités et à mieux vous organiser. Cela signifie : Noter, Estimer, Réserver, Arbitrer, Contrôler.

 

 
NERAC — Noter
Comme la plupart des méthodes, la première étape de la méthode NERAC est de prendre des notes. Comme nous l’avons déjà vu, il est essentiel d’avoir toujours de quoi noter sur soi. S’il vous est possible d’avoir un carnet et un stylo sur vous, c’est parfait. Sinon, sachez que tous les smartphones ont un système de note. Combiner la prise de note sur votre téléphone avec un système de cloud et vous pourrez les retrouver sur tous vos appareils : téléphone, tablette et ordinateur.
Pensez à ne pas avoir plusieurs supports pour votre prise de note. Cela évitera de les égarer et surtout cela vous prendra moins de temps à faire le tri ou à les consulter. En effet, imaginez 10 supports différents de prise de notes. C’est 10 fois plus d’énergie pour les consulter et les trier. C’est aussi autant de chances supplémentaires de perdre des informations.
Notez donc toutes vos activités au même endroit.
 
NERAC — Estimer
Une fois que les différentes activités et tâches sont notées, il faut estimer le temps nécessaire à leur réalisation lors de la méthode NERAC. Cela a toujours été un point délicat pour moi. J’ai toujours tendance à prévoir plus de temps nécessaire, par précaution. Or, je pense que c’est une grave erreur.
La loi de Pareto
Vous connaissez sans doute la loi de Pareto. C’est la loi du 20/80 : 20 % des tâches rapportent 80 % des résultats ou encore 20 % de nos clients rapportent 80 % de nos ventes, etc. C’est une loi universelle qui nous permet de prioriser nos tâches et qui nous évite de rentrer dans des détails inutiles. Le but est de réduire notre quantité de travail et donc notre temps de travail, tout en restant efficace. Par exemple, si je dois faire 4 tâches en 4 heures et que j’en retire une, je travaillerai moins.
Le parfait complément
En complément, nous avons une méthode qui consiste à réduire notre temps de travail pour réduire le nombre de tâches. En effet, si nous nous obligeons à ne travailler que 2 heures, nous en ferons moins que si nous travaillons 4 heures. Pour reprendre le fil de ce que j’écrivais, selon cette loi, c’est une erreur de planifier trop de temps pour une tâche. Si je prévois 4 heures pour une tâche, j’aurai tendance à les utiliser et donc à rentrer dans les détails ou à ralentir. Or les détails ne me rapporteront pas beaucoup (loi de Pareto) et si je ralentis, je serai moins efficace.
Je conseille de prévoir moins de temps plutôt que plus de temps. Si je planifie 2 heures pour faire une tâche,]]>
Julien Godefroy clean 6:22 1031
Management libéré et babyfoot https://reussir-son-management.com/de-limportance-babyfoot-pour-liberer-son-entreprise/ Tue, 31 Oct 2017 04:00:07 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=1048 https://reussir-son-management.com/de-limportance-babyfoot-pour-liberer-son-entreprise/#comments https://reussir-son-management.com/de-limportance-babyfoot-pour-liberer-son-entreprise/feed/ 5 <p>Découvrez les 3 raisons qui font que le babyfoot est une des clés pour permettre le développement d'un management libéré et collaboratif.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/de-limportance-babyfoot-pour-liberer-son-entreprise/">Management libéré et babyfoot</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez les 3 raisons qui font que le babyfoot est une des clés pour permettre le développement d'un management libéré et collaboratif. Les nouveaux enjeux sont tels que nos méthodes de management doivent changer vers plus de responsabilisation et d’autonomie de nos équipes. La démarche qui consiste à avoir un management libéré y répond. Le bonheur au travail n’est pas une arnaque ! Mais mettre en place cette démarche n’est pas toujours simple.
Le babyfoot n’est pas un acte anodin et il ne faut pas le sous-estimer. Il peut nous aider à impulser la démarche pour libérer son entreprise et ses équipes. À bien des égards, il permettra de jouer un rôle majeur pour développer un management libéré. Selon moi, il y a 3 grands avantages de mettre en place le babyfoot au sein de son entreprise :

 
1 – Un geste symbolique désintéressé
 
Quel est, de manière simple, le sens de la libération  ?
En France, le taux d’implication des employés au travail est inférieur à 10 %. Gallup est sur le point de sortir sa dernière étude et les résultats ne se sont pas améliorés en France. L’objectif est donc d’impliquer le collaborateur au travail.
Cet article n’a pas pour but de lister tous les moyens de le faire. Je vous invite à consulter cet article pour mieux comprendre les différents stades d’évolution des entreprises et les entreprises opales. Cet autre article vous donnera un exemple parmi d’autres qui m’est arrivé personnellement grâce à la libération. Dans cet article concernant Patagonia, vous aurez l’exemple d’une entreprise libérée.
Toujours est-il que le management libéré tourne autour de l’humain et de son bien-être. L’objectif est de rendre nos équipes plus heureuses. Ainsi, seront-elles plus productives et donc plus efficaces. Mais, il est essentiel d’être sincère dans la démarche. En effet, si les actions pour libérer son entreprise et ses équipes ne visent que le développement du chiffre d’affaires, les équipes vont le sentir et ne croiront pas en la démarche.
 
D’où l’intérêt du baby foot pour le management libéré
Symboliquement, il ne fait pas référence à un objet qui pourrait améliorer notre rendement. Acheter un ordinateur plus adapté aux besoins d’un collaborateur est une bonne chose. Il sera content et sa productivité augmenter. Mais il saura que la démarche est intéressée, car ce nouvel ordinateur a pour but d’augmenter sa productivité. Le babyfoot est complément désintéressé de la productivité. Symboliquement, c’est donc un geste fort à destination de ses équipes.
Il n’y a plus d’ambiguïté et le message envoyé est le suivant : « En tant que manager, avant même de penser aux résultats, je souhaite me consacrer au bien-être de mes équipes ». La priorité est mise sur l’humain. Le management libéré démarre donc bien sur une démarche...]]>
Julien Godefroy clean 3:38 1048
Faire un feedback : un art nécessitant 4 points essentiels https://reussir-son-management.com/lart-du-feedback/ Thu, 26 Oct 2017 02:00:35 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=962 https://reussir-son-management.com/lart-du-feedback/#comments https://reussir-son-management.com/lart-du-feedback/feed/ 1 <p>Découvrez comment faire un feedback efficace pour faire progresser vos équipes et les mettre en dynamique vers leurs objectifs.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/lart-du-feedback/">Faire un feedback : un art nécessitant 4 points essentiels</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez comment faire un feedback efficace pour faire progresser vos équipes et les mettre en dynamique vers leurs objectifs. développer leurs compétences. Pour cela, nous avons plusieurs outils comme leur donner de la confiance, réussir leur intégration, les former correctement et régulièrement, leur fixer des objectifs SMART ou encore les responsabiliser et leur donner de l’autonomie. La communication est aussi essentielle. Le feedback s’avère particulièrement important pour développer les compétences de nos collaborateurs.
Donner du feedback c’est donner au moment présent, de l’information sur une situation passée en vue d’influencer le futur. En d’autres termes, c’est donner son avis de manager sur une situation à un de ses collaborateurs. L’avantage pour le salarié c’est qu’il va avoir des points de repère. Il va savoir où il en est par rapport à ce qu’il a fait. Il va donc pouvoir poursuivre ou réajuster afin d’atteindre son objectif.
Cependant, nous ne pouvons pas donner un feedback sans l’avoir préparé et sans y réfléchir un minimum à l’avance. En effet, le collaborateur va être influencé par ce que nous allons lui dire. Nous devons donc nous assurer que notre feedback est bien fondé. De plus, le feedback est là pour donner envie. Le but est de mettre en dynamique le collaborateur pour qu’il continue ou modifie ce qu’il fait. Il n’est donc pas question de le critiquer négativement pour passer nos nerfs. Nous avons donc des points clés à respecter.

 
1 – Choisir le bon feedback
Nous pouvons considérer qu’il y a 3 manières de faire un feedback :
 
Le feedback positif : perpétuer un comportement
Il s’agit de donner notre avis sur une situation qui s’est bien passée. L’objectif est de mettre en avant, auprès de notre collaborateur, ce qu’il a bien fait pour qu’il continue à le faire.
 
Le feedback correctif : faire évoluer positivement un comportement
Il s’agit de donner notre avis sur une situation qui s’est plus ou moins bien passée. L’objectif est de mettre en avant ce que notre collaborateur a bien fait et ce qu’il pourrait faire mieux. Tout ceci, en vue de perpétuer ce qui se passe bien et solutionner les problèmes restants.
 
Feedback négatif : tout remettre en question et tout changer
Ce feedback peut exister en théorie, mais c’est plus difficile en pratique. En effet, je ne connais aucune situation où le collaborateur aurait tout fait mal. De plus, même si une telle situation pouvait se produire exceptionnellement, il faudrait tout de même trouver ce que le collaborateur a bien fait pour le garder motiver. Si nous lui envoyons un feedback uniquement négatif, il est certain qu’il risque de réagir par une attitude négative. Le feedback négatif, s’il devait être amené à exister, est donc à proscrire. 
Comme nous allons le voir, il ne faut jamais tomber dans le feedback négatif. C’est l’erreur à ne pas commettre. Les deux seuls feedbacks possibles sont le feedback positif et le feedback correctif. Pour que ces deux feedbacks soient efficaces, il faut respecter 3 points.
 
2 – Faire un feedback bienveillant
 
Rencontrer en individuel
La bonne attitude est de faire un feedback en face à face et en individuel. Il peut être très gênant pour un collaborateur de recevoir un feedback en collectif.]]>
Julien Godefroy clean 6:31 962
Comment travailler efficacement avec la méthode GTD ? https://reussir-son-management.com/comment-mieux-sorganiser-et-etre-plus-efficace-avec-la-methode-gtd/ Fri, 18 Aug 2017 08:09:14 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=323 https://reussir-son-management.com/comment-mieux-sorganiser-et-etre-plus-efficace-avec-la-methode-gtd/#comments https://reussir-son-management.com/comment-mieux-sorganiser-et-etre-plus-efficace-avec-la-methode-gtd/feed/ 2 <p>Découvrez comment travailler efficacement avec la méthode GTD et les 5 étapes clés pour mieux s'organiser, mieux gérer ses priorités et être plus efficace.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/comment-mieux-sorganiser-et-etre-plus-efficace-avec-la-methode-gtd/">Comment travailler efficacement avec la méthode GTD ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez comment travailler efficacement avec la méthode GTD et les 5 étapes clés pour mieux s'organiser, mieux gérer ses priorités et être plus efficace. mieux motiver nos équipes. Ainsi, plus elles seront motivées, plus elles seront efficaces. L’efficacité se fait avec la motivation.
Le problème est que nous pouvons être très motivés, mais pas du tout efficaces. Si toute notre énergie provenant de notre motivation n’est pas canalisée, nous allons faire beaucoup de tâches et finalement, nous n’obtiendrons pas de résultats.
Je souhaite donc intervenir dans mon blog sur le thème de l’organisation et de la gestion des priorités pour comprendre et savoir comment travailler efficacement. Comme le disait Peter Drucker, « Il n’y a rien de plus inutile que de faire avec efficacité quelque chose qui ne doit pas du tout être fait ».
Ainsi, dans un premier temps, je souhaite rappeler la méthode « GTD » que vous connaissez surement et que vous pouvez trouver dans le livre de David Allen « Getting Things Done ». Cette méthode simple, mais terriblement efficace nous aide à mieux gérer nos priorités et à mieux nous organiser, nous et nos équipes. Cette méthode fonctionne bien, mais pour cela, il faut penser à l’appliquer.
David Allen nous explique dans son livre une méthode en 5 points :

* La collecte
* Le traitement
* L’organisation
* L’examen
* L’action

Regardons de plus près ce qui se cache derrière chaque étape.

 
1 – La collecte pour savoir comment travailler efficacement
L’objectif ici consiste à se vider l’esprit de tout ce qui s’y trouve. Cela ressemble à un grand brainstorming qui se traduit en français par « remue-méninge ». L’objectif consiste à écrire (sur papier ou sur ordinateur) toutes les tâches que vous avez en tête. Il faut donc toutes les lister pour les collecter.
Une fois que toutes nos idées en tête sont listées, il faut regrouper les papiers en cours, les fichiers informatiques en cours et les autres documents qui nous polluent aussi.
En effet, les tâches non réglées dans notre tête peuvent nous polluer l’esprit. Tout ce qui peut rester sur notre bureau réel et sur notre bureau informatique nous pollue aussi. Tout ceci attire notre œil. Il se concentrera dessus et nous fera perdre en attention et en productivité.
Il faut donc regrouper toutes les tâches et tous les documents. Profitez-en, à ce moment, pour réduire les endroits de collecte. Souvent, nous avons notre mémoire, notre ordinateur, notre téléphone, plusieurs bannettes, des classeurs, des trieurs, des cahiers, des carnets, des post-it, etc.
Bref, tous ces moyens de collecte peuvent faire beaucoup. Nous pourrions avoir un carnet et un stylo toujours sur soi. Cela permet de collecter au même endroit beaucoup de choses.
Prendre des notes dans son téléphone peut aussi s’avérer très efficace. Pensez donc à ce moment à réduire les lieux de stockage d’information et de documents pour gagner en efficacité lors de la prochaine collecte. Je vous expliquerai un peu plus loin dans cet article comment je fais.
 
2 – Le traitement
Une fois toutes les tâches et tous les documents regroupés, la question consiste à déterminer ce que nous devons faire de chaque chose pour comprendre comment travailler efficacement.
Il faut donc se poser la question : « Ai-je une action à faire ? » Par exemple, j’ai une facture qui traine sur le bureau. Je l’ai déjà payée. Je n’ai donc plus d’action à faire par rapport à cette tâche. Dans ce cas,]]>
Julien Godefroy clean 13:59 323
Intelligence interpersonnelle au travail : utiliser les émotions https://reussir-son-management.com/reagir-face-aux-emotions-de-nos-equipes/ Wed, 02 Aug 2017 08:26:57 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=272 https://reussir-son-management.com/reagir-face-aux-emotions-de-nos-equipes/#respond https://reussir-son-management.com/reagir-face-aux-emotions-de-nos-equipes/feed/ 0 <p>Découvrez comment utiliser l’intelligence interpersonnelle au travail pour mieux comprendre comment réagir face aux émotions de vos équipes</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/reagir-face-aux-emotions-de-nos-equipes/">Intelligence interpersonnelle au travail : utiliser les émotions</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez comment utiliser l’intelligence interpersonnelle au travail pour mieux comprendre comment réagir face aux émotions de vos équipes Et nous avons aussi le cœur. Le cœur, ce sont nos émotions. Ce mode de fonctionnement va plus vite que le cerveau, car il est beaucoup plus spontané. En effet, les émotions nous permettent de réagir face à une situation sans avoir à y réfléchir pendant longtemps. Elles vont plus vite.
Je peux avoir peur, parce que je ressens un danger. La colère me gagne, car mes valeurs sont bafouées ou que je ne me sens pas respecté. Je peux être triste, car il me manque quelque chose. Enfin, la joie m’envahit lorsqu’un de mes besoins est satisfait. Comprendre ces émotions, c’est donc comprendre ce que nous vivons lorsqu’elles sont présentes. Mais c’est aussi comprendre ce que vit l’autre. C’est tout l’enjeu de l’intelligence émotionnelle.
Ainsi, pour faire preuve d’intelligence interpersonnelle au travail lorsque nous échangeons avec nos équipes, le meilleur moyen de bien les comprendre est de lire leurs émotions. Vous pouvez consulter mon article « Les différentes émotions pour mieux comprendre nos équipes ». Il explique comment fonctionnent les émotions. Tout l’enjeu, pour renforcer de bonnes relations au travail, va être de rapidement voir et comprendre l’émotion que vit l’autre.
Mais, être face à de la tristesse, de la colère ou de la peur peut nous mettre mal à l’aise. Voici un article qui nous aidera à avoir une bonne attitude face aux émotions des autres et ainsi utiliser l’intelligence interpersonnelle au travail. Ainsi, nous pourrons être plus efficaces.

 
1 – La peur : peur de quoi ?
Pour pouvoir utiliser l’intelligence interpersonnelle au travail, nous devons comprendre que la peur nous indique un danger. Elle peut nous pousser à fuir, à ne plus bouger ou à combattre. Mais, cette peur peut nous empêcher de réagir correctement face à un problème.
Si une personne de notre équipe nous explique qu’elle a peur, nous devons discuter avec elle pour l’aider. La première chose à faire est de lui demander : « De quoi as-tu peur ? » Une fois que nous savons de quoi elle a peur, il nous sera plus facile de la rassurer. Une fois que la personne sera rassurée, elle se sentira mieux et pourra affronter le problème qui lui faisait peur sans fuir ou sans bouger, mais bien de manière plus efficace.
Souvent, par manque de confiance, nous pouvons ne pas nous sentir capables de surmonter un problème professionnel. Nous bloquons et la situation ne change pas. Souvent, j’ai pu bloquer sur des tâches dont je pensais qu’elles me prendraient beaucoup trop de temps. J’avais peur de ne pas pouvoir faire le reste si je réalisais cette tâche.
J’ai identifié cette peur. Pour me rassurer, j’ai réfléchi au temps réellement nécessaire pour faire cette tâche. Je l’ai planifiée et faite en temps et en heure. Lorsque je restais bloqué dans la peur sans l’identifier, je n’avançais pas. Le jour où j’ai concrètement identifié ma peur, j’ai eu les moyens d’agir dessus pour avancer.
Peur = « De quoi as-tu peur ? » = Rassurer = Possibilité d’agir sur le problème
 
2 – La colère : se faire respecter
Un de nos employés débarque dans notre bureau. Il est remonté comme une pendule !]]>
Julien Godefroy clean 10:14 272
Les différentes émotions pour mieux comprendre nos équipes https://reussir-son-management.com/mieux-comprendre-nos-emotions-mieux-comprendre-nos-equipes/ Tue, 01 Aug 2017 09:26:42 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=265 https://reussir-son-management.com/mieux-comprendre-nos-emotions-mieux-comprendre-nos-equipes/#comments https://reussir-son-management.com/mieux-comprendre-nos-emotions-mieux-comprendre-nos-equipes/feed/ 1 <p>Mieux comprendre quelles sont les différentes émotions et ce qu'elles signifient pour mieux comprendre et manager nos équipes</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/mieux-comprendre-nos-emotions-mieux-comprendre-nos-equipes/">Les différentes émotions pour mieux comprendre nos équipes</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Mieux comprendre quelles sont les différentes émotions et ce qu'elles signifient pour mieux comprendre et manager nos équipes l’accompagner et lui permettre de rester motivé.
Trop longtemps, nous avons pu croire qu’il fallait se couper de nos émotions au travail. Elles pouvaient être considérées comme inappropriées dans le monde professionnel. Ainsi, si nous nous énervions à cause de notre colère, nous allions forcément avoir des mots déplacés et recevoir de la rancœur de nos collègues pendant plusieurs jours. Si nous avions peur, nous pouvions passer pour des faibles incapables de réaliser notre mission. Pleurer était inconcevable.
Cependant, nous sommes câblés avec des émotions. C’est ainsi. Nous sommes des humains. C’est donc en retenant nos émotions, en nous frustrant, que tout dérape. La colère n’est pas forcément violente. Cependant, des colères non exprimées durant plusieurs mois voire plusieurs années peuvent en effet finir par nous mettre dans un état de rage incontrôlable. Ce n’est donc pas la colère en elle-même, mais bien ça « non-expression » qui finit par être dramatique.
Si nous avons des émotions, ce n’est pas pour rien et elles nous sont très utiles. Les 4 différentes émotions sont :

* Peur
* Colère
* Tristesse
* Joie

Les différentes émotions sont comme un système de guidage. En effet, suivant les situations qui surviennent dans notre vie, des émotions se déclenchent en nous. Elles sont là pour nous indiquer la manière dont nous avons vécu cette situation et comment nous pouvons y faire face. En effet, les émotions sont un véritable moteur qui nous pousse à agir. Voici les 4 émotions fondamentales et ce qu’elles signifient.


1 – La peur : lorsqu’un danger est là
Nous sommes en train de faire une randonnée. Nous marchons actuellement dans de hautes herbes. Soudain, nous entendons un bruit étrange. Quelque chose a bougé à côté de nous. Notre rythme cardiaque s’accélère, notre vision s’affute et nos muscles se gonflent. Nous sommes prêts à courir ou à affronter le danger. Un serpent apparait à nos pieds. Nous nous mettons à courir et nous avons pu rester en vie sans nous blesser. Grâce à la peur, nous avons pu surmonter le danger et survivre.
Ce qui est intéressant, c’est que le même mécanisme existe professionnellement. Imaginons que nous ayons un gros challenge à relever. En effet, nous sommes des vendeurs de cartables. Dans 3 mois, c’est la rentrée des classes et nous n’avons toujours rien préparé. Cette opération commerciale représente 65 % de nos ventes annuelles. La peur nous envahit, car nous sommes en retard et un challenge important nous attend. De la même manière, notre rythme cardiaque va commencer à s’accélérer, notre vision et nos sens vont s’affuter. Nous allons être orientés à 100 % vers l’objectif. Notre corps va puiser dans ses réserves pour nous donner toute l’énergie nécessaire pour affronter ce challenge.
Ainsi, les différentes émotions sont là pour nous aider à réagir par rapport à une situation qui nous arrive. La peur nous aide à affronter les dangers. Elle va stimuler notre corps et notre esprit pour pouvoir affronter le danger. Nous pouvons avoir 3 manières d’y répondre : fuir, nous figer et combattre.
 
2 – La colère : si nos valeurs ou nous-mêmes ne sommes pas respectés
 
Un exemple de tous les jours
Vous êtes en train de rouler tranquillement en voiture sur une route prioritaire. Tout à coup, un autre automobiliste venant d’une rue sur votre droite vous coupe la route à toute al...]]>
Julien Godefroy clean 12:55 265
Un outil du manager : le coaching pour mettre en dynamique https://reussir-son-management.com/presentation-dune-methode-de-coaching-exceptionnelle/ Mon, 17 Jul 2017 18:24:19 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=251 https://reussir-son-management.com/presentation-dune-methode-de-coaching-exceptionnelle/#comments https://reussir-son-management.com/presentation-dune-methode-de-coaching-exceptionnelle/feed/ 4 <p>Le coaching en entreprise est un outil du manager pour mettre en dynamique un collaborateur bloqué dans une situation et retrouver efficacité et plaisir.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/presentation-dune-methode-de-coaching-exceptionnelle/">Un outil du manager : le coaching pour mettre en dynamique</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Le coaching en entreprise est un outil du manager pour mettre en dynamique un collaborateur bloqué dans une situation et retrouver efficacité et plaisir. la cohésion d’équipe. Ils n’arrivent pas à boucler un dossier ou à faire leur travail ce qui nuit à l’efficacité de l’entreprise. Mais surtout, ils peuvent souffrir de cette situation et donc se démotiver. Quelle attitude avoir dans cette situation ? C’est à ce moment-là qu’un outil du manager peut nous aider : le coaching en entreprise.
La première étape est de les écouter. Pour cela, je vous invite à lire mon article « Savoir écouter pour motiver ses équipes ». En effet, même si l’écoute peut sembler être un acte anodin, elle permet de réellement maintenir nos équipes motivées.
Cependant, cela peut ne pas être suffisant. Certaines fois, l’écoute va soulager le collaborateur, mais il ne se mettra pas en dynamique pour autant. Nous devrons donc aller plus loin en les aidant à trouver eux-mêmes un objectif et des solutions.
L’avantage lorsque quelqu’un trouve lui-même ce qu’il doit faire est qu’il est plus facile pour lui de se mettre en mouvement. En effet, lorsque nous avons trouvé nous-mêmes une solution à notre problème, nous sommes plus convaincus. Lorsque nous sommes persuadés de ce que nous devons entreprendre, alors nous allons avoir plus de convictions pour passer à l’action. 
À l’inverse, lorsqu’on nous impose une idée, nous pouvons être plus réticents à la mettre en œuvre. Chaque situation peut avoir différentes issues. L’important est d’avancer. Ainsi, en tant que manager, le plus dur pour nous est de ne pas proposer de solutions, mais bien d’aider la personne à trouver sa voie.
Ainsi nous pourrons débloquer la situation. C’est tout le principe du coaching en entreprise. Je vous propose une méthode en 5 étapes.

 
Étape 1 : Phase d’écoute de la situation et du ressenti
La première étape de cet outil du manager sera d’écouter la personne pour comprendre la situation. Cependant, nous devons bien garder en tête que nous ne sommes pas là pour trouver une solution. Ainsi, devons-nous juste comprendre les grandes lignes de la problématique et du contexte.
Ensuite, une fois que la personne s’est exprimée sur la situation, il faudra basculer sur son ressenti. Ce qui nous intéresse, au-delà de la situation, c’est de comprendre comment la personne a réagi. Il faut donc lui demander : « Qu’as-tu ressenti dans cette situation ? » ou bien : « En quoi cette situation t’a affectée ? ».
L’objectif de cette étape du coaching en entreprise est que la personne parle de ce qu’elle ressent et donc de ses émotions. Je vous conseille de lire mon article sur « Mieux comprendre nos émotions pour mieux comprendre nos équipes » et « Comment réagir face aux émotions de nos équipes ? »
Pourquoi ? Parce qu’à situation égale, nous pouvons avoir des réactions différentes. Si une voiture nous coupe la route, certains vont rester calmes et d’autres vont se mettre en colère. Ainsi, la situation seule ne nous permet pas de comprendre réellement le problème. Par contre, avec le ressenti, nous comprendrons rapidement d’où vient le blocage.
Il existe 4 grandes émotions qui nous permettent de mettre des mots sur nos ressentis :

* Si nous ressentons de la peur,]]>
Julien Godefroy clean 9:48 251
Savoir écouter pour motiver ses équipes https://reussir-son-management.com/savoir-ecouter-acte-managerial-puissant/ Mon, 10 Jul 2017 19:31:06 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=242 https://reussir-son-management.com/savoir-ecouter-acte-managerial-puissant/#comments https://reussir-son-management.com/savoir-ecouter-acte-managerial-puissant/feed/ 2 <p>Découvrez comment savoir écouter et être pleinement dans le management pour motiver nos équipes en leur donnant de l’importance et de la bienveillance</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/savoir-ecouter-acte-managerial-puissant/">Savoir écouter pour motiver ses équipes</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez comment savoir écouter et être pleinement dans le management pour motiver nos équipes en leur donnant de l’importance et de la bienveillance Le charisme ? Le caractère ? Selon moi, c’est savoir écouter. Il est possible de résoudre énormément de problématiques avec de l’écoute. Elle nous permet de donner de la considération et de l’importance à l’autre. Cela va nous aider à motiver nos équipes.
Il est un peu avant 10 h du matin, je suis directeur du magasin et je travaille dans mon bureau. Une de mes employées arrive dans les locaux un peu avant de commencer son travail. Comme tous les matins, elle vient me saluer. Elle passe la tête à travers la porte de mon bureau et me dit bonjour.
Je sens tout de suite que quelque chose ne va pas. Nous discutons quelques instants. Je la prie de venir s’asseoir. Elle m’explique ses soucis. Je l’écoute avec toute ma disponibilité. Ses soucis sont d’ordre personnel mélangé à des soucis d’ordre professionnel. Je continue à l’écouter.
Elle se met à réfléchir tout en me parlant. Elle se rassure et trouve ce qu’elle va faire. C’est alors qu’elle me remercie chaleureusement et part travailler avec le sourire. Je reste là, assis sur ma chaise. Je n’ai rien fait, me dis-je.
Pourtant, parce que j’ai su écouter, une de mes employées vient de changer d’état émotionnel. Les gens ont besoin de vider leur sac, leur trop-plein. Il peut être difficile de trouver de l’écoute dans ce genre de moment. Chacun est plongé dans son travail.
L’heure tourne et chaque minute passée à discuter est considérée comme une perte de temps. Mais si une personne dans l’équipe ne se sent pas bien, elle ne sera pas productive. Et ça, c’est la vraie perte de temps.
Voici 6 étapes pour savoir écouter et ainsi motiver nos équipes et créer une bonne ambiance au travail.

 
1 – Mise en place de la confiance
Au quotidien, dans notre management et lorsque nous travaillons avec nos équipes, il est important de leur montrer que nous nous intéressons à elles. Savoir écouter est donc essentiel. Il va donc falloir développer la relation de confiance.
Connaitre leur situation familiale, leurs enfants, leurs passions ou leurs priorités dans leurs vies est très important. Cela montre que nous leur donnons de l’importance et surtout que nous les voyons dans leur globalité et pas simplement leur aspect professionnel. Nous avons tous besoin de nous sentir importants (pyramide de Maslow – besoin d’estime). De plus, le travail n’est qu’une partie de ce que nous sommes et nous avons besoin d’être reconnus dans tous les domaines de notre vie.
Il est très important d’être dans une démarche sincère pour vraiment motiver nos équipes. Notre management ne doit donc surtout pas être hypocrite.
Il est important de s’intéresser réellement et véritablement à nos équipes. Si ce n’est pas le cas, elles le sentiront et il sera difficile pour elles de se confier lorsqu’elles en auront besoin.
Un dernier point important pour la confiance est de soutenir nos équipes lorsqu’elles font des erreurs.
Je ne parle pas des fautes professionnelles, mais des petites erreurs que peuvent faire nos équipes au quotidien. Par exemple, un de nos employés modèles arrive pour la première fois en 10 ans en retard au travail.
Je pense qu’il est important de le soutenir et de lui...]]>
Julien Godefroy clean 9:11 242
Gestion de conflit en entreprise : 3 étapes efficaces https://reussir-son-management.com/trois-methodes-efficaces-gerer-conflits/ Wed, 28 Jun 2017 12:04:01 +0000 https://reussir-son-management.com/?p=222 https://reussir-son-management.com/trois-methodes-efficaces-gerer-conflits/#comments https://reussir-son-management.com/trois-methodes-efficaces-gerer-conflits/feed/ 1 <p>Découvrez une méthode efficace de gestion de conflit en entreprise à travers 3 étapes pour maintenir de bonnes relations au travail.</p> <p>L’article <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com/trois-methodes-efficaces-gerer-conflits/">Gestion de conflit en entreprise : 3 étapes efficaces</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://reussir-son-management.com">Réussir Son Management</a>.</p> Découvrez une méthode efficace de gestion de conflit en entreprise à travers 3 étapes pour maintenir de bonnes relations au travail. Ainsi, lorsqu’un conflit éclate, des personnes se sont opposées sur des idées ou des perceptions. Elles peuvent aussi avoir été agressives dans le fond ou dans la forme. Il peut donc y avoir de moins bonnes relations entre les personnes. 
Mais, le problème n’est pas le conflit en entreprise. En effet, il a le mérite d’avoir permis aux personnes de s’exprimer. Ce qu’il faut, c’est savoir gérer le conflit pour que les relations entre les personnes s’améliorent. 
En effet, ces conflits ralentissent le travail des personnes concernées. De plus, la moindre étincelle peut raviver les tensions et nuire au travail de tout un groupe. Sans parler de l’ambiance au travail qui peut être désastreuse et la motivation des personnes à zéro. Pire, nous pouvons avoir des départs, car les relations se sont trop dégradées et il n’est plus possible de les réparer.
En conclusion, un conflit non géré ou mal géré à des répercussions graves sur une période plutôt longue. Voici, selon moi, les 3 étapes à prendre en considération pour bien gérer un conflit.
 

1 – Prévoir des moments pour échanger sur les tensions ou les conflits
En cas de gestion de conflit en entreprise, l’objectif est de prévoir des moments d’échanges réguliers où chacun pourra s’exprimer en toute sécurité. L’idée est de prévenir les conflits pour éviter qu’ils ne surviennent.
Chacun sait que ces moments sont prévus régulièrement dans l’agenda, chacun sait qu’il aura un moment où il pourra écouter et être écouté. Ainsi, chacun sait donc qu’il pourra exprimer un mal-être facilement et écouter celui de ses collègues facilement.
Ces réunions ont 3 avantages

* Prévenir de futurs conflits : avant même l’apparition du conflit, les personnes peuvent s’exprimer et remettre les désaccords à plat.
* Sortir des conflits : si un conflit a réussi à éclater, cette réunion sera parfaite pour discuter et chercher un moyen de sortir du conflit.
* Évaluer le climat social de l’entreprise : en fonction des sujets évoqués et de la manière dont ils sont évoqués, ces moments permettront de connaitre l’état d’esprit et le niveau de motivation des personnes.

Exemples de réunions de prévention des conflits
Frédéric Laloux dans « Reinventing Organizations » nous présente 3 exemples :

* Le lycée ESBZ prévoit que chaque classe se réunisse une fois par mois pour échanger. Lors de ces réunions, un facilitateur est choisi pour permettre à chacun de s’exprimer en toute sécurité. 
* Au sein de l’entreprise Heiligenfeld, les personnes évaluent une fois par an leur relation avec les autres personnes. Ainsi, la gestion de conflit en entreprise est plus facile, car nous connaissons la qualité des relations et savons s’il y a des problèmes ou non.
* RHD organise une réunion une fois tous les 2 mois pour évoquer tous les problèmes se terminant en « -isme » (par exemple le sexisme) afin...]]>
Julien Godefroy clean 7:14 222