Réussir Son Management

Des outils pour impulser la réussite collective et être plus efficace

Comment savoir si c’est la bonne entreprise ? 5 critères avant de postuler

N'hésitez pas à partager cet article :

La recherche d’emploi est un passage obligé pour la plupart des actifs sur le marché du travail. Aujourd’hui, grâce à internet, il est possible d’avoir accès en un clic à de nombreuses annonces correspondant à votre domaine d’activité.

Peut-être vous retrouvez-vous perdu face à plusieurs offres à pourvoir. Ou sans doute avez-vous accepté, faute de mieux, un entretien avec une boîte qui ne vous branche pas spécialement. Que votre cœur balance entre deux entreprises, que vous hésitiez à candidater ou à accepter un entretien d’embauche, il est normal d’avoir des appréhensions.

Avant d’envoyer votre lettre de motivation, il est important de trier le bon grain de l’ivraie… et de prendre en compte vos besoins et aspirations personnelles professionnelles, dans la mesure du possible. D’où l’intérêt de prendre un temps de réflexion en amont, histoire d’être fixé sur ce que vous cherchez vraiment, en particulier si vous comptez vous engager sur un CDI.

Voici 5 critères clés pour savoir si cette entreprise vous correspond.

Comment savoir si c’est la bonne entreprise ? 5 critères avant de postuler

 

1. L’intérêt du poste

Vous allez y passer au moins 35h par semaine, sinon plus : autant vous demander si la fiche de poste vous intéresse vraiment avant de déposer votre dossier de candidature. Si le descriptif de l’offre est incomplet, n’hésitez pas à noter des questions pour un éventuel entretien. Les meilleures entreprises sont transparentes sur les profils qu’elles recherchent : être attentif à la fiche de poste optimise vos chances de trouver la perle rare.

 – Quel est le type de poste ?
 – Le travail correspond-il à votre CV et à vos expériences professionnelles ?
 – À vos motivations ?
 – À vos compétences ?
 – Est-il conforme à votre projet professionnel ?

Le statut correspond-il à vos aspirations et à vos capacités ? Cette question est primordiale si le poste implique des missions de management.

Méfiez-vous des listes de missions à rallonge et sans trop de rapport entre elles : vous devrez sans doute assumer plusieurs postes en un seul. Enfin, sachez faire la différence entre les compétences obligatoires et les compétences demandées. Certaines entreprises l’indiquent en amont dans l’offre, mais ce n’est pas le cas de toutes. De nombreuses boîtes spécifient « obligatoire » entre parenthèses pour certaines compétences clés.

Dans tous les cas, soyez transparent avec l’entreprise. Ne faites pas semblant d’aimer le travail en équipe si ce n’est pas le cas, ne prétendez pas maîtriser un outil si vous n’y avez jamais touché. C’est en respectant vos aspirations que vous trouverez l’entreprise idéale.

 

2. Les conditions de travail

Depuis le COVID, les candidats accordent de plus en plus d’importance aux conditions de travail dans leur entreprise. On peut les résumer en 4 axes : les horaires,  les relations entre collègues, le sens de votre travail et la faisabilité des tâches qui vous sont allouées.

 

 – Les horaires de travail : vos journées de travail sont-elles atypiques, ou au contraire serez-vous amené à faire du 9h-18h ? Le télétravail est-il autorisé, et si oui dans quelle mesure ? Avez-vous la liberté de définir seul vos horaires de travail ? Vos journées travaillées structurent votre quotidien : peut-être trouverez-vous votre motivation dans l’imprévu. Au contraire, les heures d’astreintes ou les week-ends travaillés ne sont pas l’idéal si vous avez besoin d’un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

 

 – Les relations entre collègues : des relations saines basées sur la confiance, l’écoute, la communication et une bonne répartition des tâches sont les piliers essentiels pour une entente optimale et un bon fonctionnement de l’entreprise. Une entreprise où le respect du travail de l’autre et l’entraide sont présents sont autant de « green flags » pour vous. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Équilibre de vie : 7 leviers pour concilier toutes ses sphères de vie

 

 – Le sens de votre travail : votre poste doit correspondre à un réel besoin pour que vous vous sentiez utile dans votre quotidien. Un bon process d’intégration y est pour beaucoup : une bonne connaissance des différents postes occupés par vos collègues et une vision d’ensemble de votre complémentarité vous aideront à y voir plus clair sur votre rôle.

 

 – La faisabilité des tâches : il arrive que faire des heures supplémentaires soit nécessaire. C’est le cas notamment lorsque l’on débute et qu’il faut emmagasiner un certain nombre de connaissances, ou en période de forte charge. Mais si le temps de travail qui figure dans votre contrat est systématiquement dépassé, vous devez vous interroger; le travail qui vous est demandé est-il réellement faisable ? Travailler systématiquement à flux tendu ne favorise pas une ambiance très saine en entreprise. 

 

Évidemment, il n’est pas évident de connaître ces éléments en avance. Pour vous faire une idée, vous pouvez consulter les avis sur l’entreprise que vous souhaitez intégrer sur des portails comme Gowork.fr

 

3. L’adéquation avec vos valeurs 

Un poste en adéquation avec vos valeurs a toutes les chances de favoriser votre épanouissement au travail. C’est la raison pour laquelle la recherche d’emploi nécessite un travail sur vous en amont afin de définir vos priorités et vos limites. C’est ainsi que vous parviendrez à mettre le doigt sur vos valeurs professionnelles. Pour vous y aider, vous pouvez vous poser les questions suivantes : 

 

 – Quelles sont vos priorités dans la vie ?
 – Quelles sont les choses qui vous révoltent ou vous rebutent ?
 – Avez-vous des causes qui vous tiennent à cœur ? 

 

Communiquer vos valeurs professionnelles à l’avance est primordial. Par exemple, certaines boîtes mettent l’accent sur l’autonomie, l’indépendance et le libre arbitre de chacun, quand de nombreux instants conviviaux et une forte cohésion d’équipe, avec des temps d’échanges réguliers, sont nécessaires à d’autres. Ou encore, vous avez de fortes valeurs humanistes, vous aurez plus de chance de vous épanouir dans une entreprise à management participatif qui favorise l’économie sociale et solidaire. 

 

4. Le salaire

C’est évidemment la principale raison pour laquelle la plupart des gens se rendent au travail : la moitié des salariés français le considèrent comme le levier numéro 1. Et ce même s’il est loin d’être une raison suffisante pour rester au sein d’un emploi. Votre rémunération doit être établie en fonction de vos compétences, de votre niveau d’étude, de votre expérience et du contrat.

Un salaire trop bas n’est pas seulement un frein pour votre vie quotidienne, il peut aussi être le reflet d’un manque de reconnaissance professionnelle. La rémunération doit être mise au centre de la discussion au cours de l’entretien, même si ce n’est pas dès le début. Pas de tabou ! 

 

5. Le type de management

Nous avons parlé plus tôt de l’ambiance dans l’entreprise. Cette dernière dépend souvent du type de management qui y est pratiqué. Aujourd’hui, la majorité des salariés tend à préférer un management souple, basé sur l’écoute et la confiance mutuelle entre un manager et ses collaborateurs. Cependant, certains salariés préfèrent un management plus traditionnel, qui peut être perçu comme rassurant. Il en existe 4 types : à vous de déterminer celui avec lequel vous êtes le plus à l’aise. 

 

 – Le management directif, très vertical et organisationnel, vise à cadrer les procédures de travail via un système de structuration et de vérification des tâches accomplies. Il peut être efficace dans les situations d’urgence ou avec des collaborateurs peu autonomes. 

 

 – Le management persuasif consiste à convaincre les collaborateurs du bien-fondé d’une organisation. Plus ouvert et à l’écoute, un manager persuasif fédère par le dialogue.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment créer le bon environnement pour avoir des salariés heureux ?

 

 – Le management participatif, plus ambitieux, consiste à rechercher l’équilibre en impliquant chaque collaborateur dans les prises de décisions. On atteint ici un stade où une autonomie minimale est requise de la part des équipes.

 

 – Le management délégatif, enfin, limite le manager à un rôle de vérification des tâches accomplies. Dans ce type de management, seuls les résultats comptent : l’équipe a donc une liberté totale sur le choix des process de travail. Une autonomie qui trouvera pleinement sa place dans une équipe composée de profils séniors.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

​​Téléchargez gratuitement mon eBook 

« Comment avoir des équipes plus motivées et plus efficaces ? »

+ de 40 conseils pour développer l'engagement et la responsabilisation de votre équipe