Réussir Son Management

Des outils pour impulser la réussite collective et être plus efficace

Comment adopter de bonnes pratiques RSE d’achats responsables ?

N'hésitez pas à partager cet article :

Parmi les fondamentaux de la RSE d’une entreprise, les achats responsables occupent une place centrale. Nous abordons les principales pistes permettant d’adopter de bonnes pratiques RSE d’achats responsables, à travers les grands outils de référence qui guident aujourd’hui les organisations vers un meilleur impact social et environnemental.

Article de Dominique Wolff, Wolff-Consulting, consultant senior en management stratégique et RSE/RSO.

Comment adopter de bonnes pratiques RSE d’achats responsables ?

 

Tout commence par l’évaluation de la chaîne d’approvisionnement

L’analyse des pratiques d’achats actuelles est la première étape incontournable, pour qu’une entreprise puisse fixer les objectifs d’une politique d’achats responsables, à commencer par les critères de sélection des fournisseurs. Les pratiques des fournisseurs sont passées au crible, ainsi que les risques sociaux et environnementaux que chacun représente. 

On examine notamment les conditions de travail et la conformité aux normes, les éventuelles certifications, adhésions à des organismes de contrôle et participations à des programmes démontrant l’engagement des fournisseurs envers des pratiques sociales et environnementales responsables.

Les résultats de l’Analyse de Cycle de Vie des produits peuvent être utilisés pour définir les critères d’achats. C’est aussi un moyen d’identifier des fournisseurs dont les activités ont un moindre impact ou de faciliter la communication pour de futures améliorations.

 

Une formation achats responsables pour les collaborateurs

Toutes les parties prenantes sont impliquées dans l’élaboration d’une stratégie d’achats responsables. En interne, priorité aux salariés du service achats pour une formation aux bonnes pratiques. La plupart des formations achats responsables et RSE introduisent le concept, avant d’aborder la réduction des risques, les outils, comme le reporting, les aspects légaux, les référentiels, les labels, ainsi que le sujet primordial de la charte achats responsables. 

Néanmoins, pour une pleine intégration de cette charte à l’ensemble des processus opérationnels, il s’avère fréquemment impératif que d’autres collaborateurs soient formés ou sensibilisés.

 

Une charte achats responsables favorise les bonnes pratiques

Avec une charte achats responsables, une entreprise et ses fournisseurs s’engagent formellement envers de bonnes pratiques. Même si les lois et normes en vigueur prévalent toujours, le document signé a une valeur contractuelle.

Qu’il soit relativement succinct ou volumineux, il traite des aspects listés ci-dessous.

  • Une charte achats responsables énonce les principaux engagements de l’entreprise concernant sa RSE, les valeurs qui guident ses processus d’achats, ses objectifs et les référentiels sur lesquels elle s’appuie. Par exemple, les Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU, la norme ISO 26000, les Principes directeurs des Nations unies relatifs aux droits de l’Homme et aux entreprises, les lignes directrices du GRI (Global Reporting Initiative).
  • Le document précise par quelles pratiques l’entreprise s’engage concrètement envers ses fournisseurs, une partie qui aborde généralement les conditions de paiement, la transparence dans la communication, les conditions de travail et la rémunération, l’évaluation des performances et de la conformité des fournisseurs… Elle clarifie sur quels critères s’effectue la sélection des fournisseurs.
  • Une charte achats responsables spécifie les attentes envers les fournisseurs et fournit par conséquent des éléments tangibles pour favoriser le respect des pratiques à mettre en place. Cette partie précise les moyens de contrôle qui seront utilisés et selon quels éléments il est entendu que la charte n’est plus respectée.

 

Quid de la charte RFAR et le label achats responsables ?

Une entreprise peut signer la Charte relation fournisseurs et achats responsables du Médiateur des entreprises (MDE) et du Conseil National des Achats (CNA). Ce n’est pas un label, mais une liste de 10 engagements que toute organisation peut s’engager à respecter. Plus de 2 000 entreprises françaises ont recours à cet outil permettant d’adopter de bonnes pratiques RSE d’achats responsables.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Écologie en entreprise : pourquoi et comment instaurer cette démarche ?

À noter qu’il existe le Label Relations fournisseurs et achats responsables (RFAR), dont le parcours volontaire commence avec l’adoption de cette charte. Il est décerné par les pouvoirs publics pour 3 ans.

Voici les 10 engagements de la Charte relation fournisseurs et achats responsables :

  1. Assurer une relation financière responsable vis-à-vis des fournisseurs
  2. Entretenir une relation respectueuse avec l’ensemble des fournisseurs, favorable au développement de relations collaboratives
  3. Identifier et gérer les situations de dépendances réciproques avec les fournisseurs
  4. Impliquer les organisations signataires dans leur filière
  5. Apprécier l’ensemble des coûts et impacts du cycle de vie
  6. Intégrer les problématiques de responsabilité environnementale et sociétale
  7. Veiller à la responsabilité territoriale de son organisation
  8. Le professionnalisme et l’éthique de la fonction achats
  9. Une fonction Achat chargée de piloter globalement la relation fournisseurs
  10. Une fonction de médiateur « relations fournisseurs », chargé de fluidifier les rapports internes et externes à l’entreprise

Excepté le Label Relations fournisseurs et achats responsables décerné par les pouvoirs publics français, depuis 2017, il n’existe pas de label spécifique dans ce domaine. Plusieurs labels RSE accordent une importance particulière à la fonction achats, par exemple, Engagé RSE (Afnor), Lucie 26000, Ecovadis et B Corp. Diverses reconnaissances sont également utilisées dans des secteurs où les efforts en matière d’achats responsables ont un impact considérable, comme dans l’industrie du textile ou celle de l’agroalimentaire. 

 

S’appuyer sur la norme ISO 20400 pour développer de bonnes pratiques d’achats responsables

La Charte relation fournisseurs et achats responsables et le label associé sont adossés à l’ISO 20400. Il s’agit d’une norme non-certifiable, qui fournit un cadre complet, afin d’intégrer les grands principes de la RSE aux achats responsables. 

Les recommandations de la norme ISO 20400 encouragent en effet les entreprises à évaluer leurs pratiques et les risques fournisseurs, pour une gestion plus responsable de la chaîne d’approvisionnement. Tous les aspects des processus d’achats sont abordés et ISO 20400 peut être utilisée par des entreprises de toutes tailles et de tous secteurs. ISO 20400 permet aussi de mettre en place un suivi des progrès.

 

Quels indicateurs pour le suivi des bonnes pratiques ?

Élément crucial, abordé en principe dans les formations achats responsables, le plan de progrès identifie les points d’amélioration, grâce à des indicateurs (KPI), afin de mettre en œuvre des actions préventives ou correctives et améliorer constamment les pratiques.

Il existe de très nombreuses mesures pour s’assurer que les bonnes pratiques d’achats responsables évoluent favorablement. À titre d’exemples : le pourcentage de produits responsables, le pourcentage de transactions respectant les bonnes pratiques établies par la charte, le nombre de fournisseurs respectant les critères, le taux de satisfaction des fournisseurs, de multiples mesures visant à réduire l’empreinte carbone, améliorer le recyclage et d’autres points liés à l’empreinte de la chaîne d’approvisionnement. 

 

En conclusion, ces mesures pour évaluer, former, mettre en place une charte ou suivre des référentiels renforcent vos engagements, mais vont aussi améliorer votre compétitivité. Si ce sont des choix judicieux au niveau des enjeux sociétaux, ces pratiques deviennent également nécessaires à l’heure actuelle sur un plan commercial.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

​​Téléchargez gratuitement mon eBook 

« Comment avoir des équipes plus motivées et plus efficaces ? »

+ de 40 conseils pour développer l'engagement et la responsabilisation de votre équipe