Management libéré et babyfoot

N'hésitez pas à partager cet article :
  • 27
    Partages

Il est important d’avoir un babyfoot pour avoir un management libéré. Cela signifie que le babyfoot joue un rôle dans la mise en place et le maintien de la libération. Mais cela veut aussi dire que ce n’est pas l’unique action à mettre en place. Bien évidemment, ce serait trop simple.

Les nouveaux enjeux sont tels que nos méthodes de management doivent changer vers plus de responsabilisation et d’autonomie de nos équipes. La démarche qui consiste à avoir un management libéré y répond. Le bonheur au travail n’est pas une arnaque ! Mais mettre en place cette démarche n’est pas toujours simple.

Le babyfoot n’est pas un acte anodin et il ne faut pas le sous-estimer. Il peut nous aider à impulser la démarche pour libérer son entreprise et ses équipes. À bien des égards, il permettra de jouer un rôle majeur pour développer un management libéré. Selon moi, il y a 3 grands avantages de mettre en place le babyfoot au sein de son entreprise :

Management libéré et babyfoot

 

1 – Un geste symbolique désintéressé

 

Quel est, de manière simple, le sens de la libération  ?

En France, le taux d’implication des employés au travail est inférieur à 10 %. Gallup est sur le point de sortir sa dernière étude et les résultats ne se sont pas améliorés en France. L’objectif est donc d’impliquer le collaborateur au travail.

Cet article n’a pas pour but de lister tous les moyens de le faire. Je vous invite à consulter cet article pour mieux comprendre les différents stades d’évolution des entreprises et les entreprises opales. Cet autre article vous donnera un exemple parmi d’autres qui m’est arrivé personnellement grâce à la libération. Dans cet article concernant Patagonia, vous aurez l’exemple d’une entreprise libérée.

Toujours est-il que le management libéré tourne autour de l’humain et de son bien-être. L’objectif est de rendre nos équipes plus heureuses. Ainsi, seront-elles plus productives et donc plus efficaces. Mais, il est essentiel d’être sincère dans la démarche. En effet, si les actions pour libérer son entreprise et ses équipes ne visent que le développement du chiffre d’affaires, les équipes vont le sentir et ne croiront pas en la démarche.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Patagonia, entreprise écologique et libérée - 2ème partie

 

D’où l’intérêt du baby foot pour le management libéré

Symboliquement, il ne fait pas référence à un objet qui pourrait améliorer notre rendement. Acheter un ordinateur plus adapté aux besoins d’un collaborateur est une bonne chose. Il sera content et sa productivité augmenter. Mais il saura que la démarche est intéressée, car ce nouvel ordinateur a pour but d’augmenter sa productivité. Le babyfoot est complément désintéressé de la productivité. Symboliquement, c’est donc un geste fort à destination de ses équipes.

Il n’y a plus d’ambiguïté et le message envoyé est le suivant : « En tant que manager, avant même de penser aux résultats, je souhaite me consacrer au bien-être de mes équipes ». La priorité est mise sur l’humain. Le management libéré démarre donc bien sur une démarche humaine sincère.

 

2 – Un geste convivial qui crée du lien

 

Le babyfoot contribuera aussi à créer de la convivialité

En effet, il montre que le lieu de travail n’est pas uniquement une place pour travailler. On peut aussi s’y détendre. C’est d’ailleurs conseillé pour retrouver de l’énergie et faire face à son travail. Mais le babyfoot a quelque chose de plus que le canapé qui lui est vraiment idéal pour le repos.

En effet, le babyfoot permettra aussi d’instituer un lieu pour créer du lien. Le télétravail va se mettre en place. Je crois que ces nouvelles méthodes de travail permettront de faire des gains de productivité. En effet, le principe du télétravail repose sur : « Je te fais confiance. Tu peux t’organiser comme tu veux, le plus important est que tu atteignes tes objectifs ». L’avantage pour l’employé sera : « Plus je serai efficace, plus j’atteindrai mes résultats en peu de temps. Je pourrai passer plus de temps à faire autre chose ».

Cependant, le télétravail va casser le lien social entre les différents acteurs de l’entreprise.

Cette dernière va donc devoir s’adapter et mettre en place des moments particuliers où les équipes se retrouvent pour travailler, mais aussi, pour discuter et créer du lien. Il faudra donc favoriser la création de souvenirs communs autour d’activité, symboliquement, le babyfoot en fait partie.

 

Créer plusieurs ambiances

D’ailleurs, les espaces de coworking, notamment les cafés, qui permettent de se retrouver ensemble pour travailler et créer du lien misent déjà sur :

– Un mix de différentes ambiances. Différents cadres sont nécessaires pour travailler ce qui veut dire que nous y faisons bien différentes activités.

– Une ambiance studieuse et une ambiance plus détendue. Lorsque nous nous rencontrons, nous cherchons bien à travailler et à nous détendre. Les liens que nous tissons sont donc de différentes natures : à la fois professionnel, mais aussi plus informel. Le babyfoot est donc d’autant plus important.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Entreprise libérée : exemple concret

J’ai pris l’exemple du télétravail, car il va se développer fortement dans les prochaines années. Je voulais montrer l’enjeu du babyfoot pour les organisations de demain. Mais bien évidemment, avec les entreprises actuelles, organisées autour de sièges centraux, le babyfoot crée de la même manière du lien social.

 

3 – Un geste simple pour commencer

Attraper les pommes à hauteur d’homme…

Coconstruire la vision de l’entreprise avec tous les collaborateurs aura bien évidemment un impact plus fort que l’achat d’un babyfoot. Nous sommes tous d’accord. Cependant, la co-construction de la vision est un exercice plus complexe. Il nécessite des équipes déjà capables de prendre la parole et d’impulser des actions au sein de l’entreprise.

C’est l’histoire du pommier. Si nous commençons à cueillir les pommes en haut de l’arbre il faudra :

– dépenser de l’énergie pour sortir l’échelle
– prendre le risque de tomber
– se fatiguer à déplacer l’échelle pour accéder aux pommes
– mettre un filet pour que les oiseaux ne les mangent pas.

Il est beaucoup plus facile de cueillir les pommes à portée de bras.

 

…pour minimiser les risques

Commencer par le plus simple minimisera les risques de chutes et les dépenses d’énergie tout en maintenant la qualité.

Les pommes à portée de bras sont aussi juteuses que les pommes en haut de l’arbre. Mais il faut prendre une décision. C’est l’histoire de l’âne de Buridan. Cet âne qui a faim et qui a soif est face à un seau d’avoine et à un seau d’eau. Ne sachant pas par quoi commencer, il finira par mourir de faim et de soif. Commencer c’est décider. Alors décider de commencer est essentiel. Sans prendre de risques, le babyfoot permettra de décider de passer à l’action et d’avancer.

En effet, le babyfoot a aussi un autre impact. Nous comprenons tous, de manière instinctive, que le babyfoot est un objet de confort et de convivialité. Nous pouvons donc facilement comprendre sa symbolique, à savoir qu’il a été acheté pour que nous nous sentions bien au travail. Commencer par quelque chose d’aussi simple, permet de rendre très concret et tangible la libération. Ensuite, il sera plus facile de passer sur des actions plus abstraites. Elles auront beaucoup plus d’impact comme la co-construction de la vision.

 

En complément pour avoir un management libéré

Comme vous l’aurez compris, le babyfoot n’est pas l’unique action à mettre en place pour avoir un management libéré. Cependant, il joue un rôle fondamental. Bien évidemment, il est possible de remplacer le babyfoot par autre chose : un billard, une console de jeu, des jeux de société ou d’autres types d’activité. Finalement, il est nécessaire de trouver une action symbolique, créatrice de lien et simple à mettre en place.


N'hésitez pas à partager cet article :
  • 27
    Partages
  • 27
    Partages

2 pensées sur “Management libéré et babyfoot

  • à
    Permalink

    Merci Julien pour ce bel article.

    Pour moi, le babyfoot est un peu un symbole qui veut dire “nous avons à coeur votre bien être au travail”. C’est une démarche indispensable.

    Le babyfoot m’a fait penser à une bibliothèque. Je pense que oui, l’entreprise pour laquelle nous travaillons doit être garante de notre bonheur et de notre bien être sur notre lieu de travail.
    Le bonheur et le bien être, c’est aussi avoir le sentiment de nous améliorer, d’apprendre de nouvelles choses. Que penserais-tu de mettre “en libre service” des livres et des formations tout au long de l’année ?

    Tiffany

    Répondre
    • à
      Permalink

      Merci Tiffany pour ce commentaire.

      Effectivement, le babyfoot est bien la symbolique du message « nous avons à cœur votre bien-être au travail ». Je partage tout à fait et c’est pour cela que je pense qu’il faut soutenir cette démarche. Bien évidemment, d’autres actions seront nécessaires pour crédibiliser ce message à long terme.

      J’aime aussi beaucoup ton idée que le bonheur passe par l’apprentissage et que l’entreprise peut nous accompagner sur ce chemin. Je t’invite à lire mon article de samedi prochain (4 novembre). Je parle de : « Comment développer la compétence de ses équipes ? ». Parmi les différents points, j’aborde les questions de la formation et de la curiosité. Pour cela, les formations et les livres sont importants. Tu as donc lu dans mes pensées et je partage tout à fait ton point de vue.
      De plus, grâce au numérique, il est désormais possible d’y accéder en tout temps !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement mon livreComment avoir des équipes plus motivées et plus efficaces ?