Grille de Blake et Mouton : Repérer et cerner les styles de management

N'hésitez pas à partager cet article :

Élaborée par Robert Blake et Jane Mouton, docteurs en psychologie, cette grille managériale permet de définir les styles de management. En effet, la grille de Blake et Mouton cartographie les différents modèles comportementaux en termes de leadership en s’appuyant sur 2 critères : l’intérêt pour l’humain et le résultat.

Cette matrice permet ainsi de repérer facilement les 5 grands types de management. Également appelée grille des 2 dimensions du management, cette grille est un outil managérial qui se présente sous forme d’une matrice s’articulant sur deux axes :

  • en abscisse pour les résultats
  • en ordonnée pour l’humain

Le comportement du manager permet de déterminer son style de leadership. Ce dernier reflète notamment sa personnalité, son expérience professionnelle ainsi que sa philosophie. Cela montre également la manière dont il exerce son pouvoir au sein de son équipe et la façon dont il délègue son autorité.

Toutefois, il existe plusieurs facteurs qui peuvent influencer le style de leadership du manager. D’où l’intérêt d’utiliser la grille de Blake et Mouton pour mettre en évidence la façon dont le manager se comporte envers ses équipes et son intérêt pour la production.

Grille de Blake et Mouton : Repérer et cerner les styles de management

 

Le principe de la grille de Blake et Mouton

La grille de Blake et Mouton présente une matrice qui s’articule autour de deux axes. D’une part, l’axe des abscisses qui met l’accent sur l’intérêt du management pour la rentabilité, les résultats. Ici, la stratégie est orientée vers l’accroissement du chiffre d’affaires de l’entreprise et de ses revenus. Cela implique donc la réduction des coûts. D’autre part, l’axe des ordonnées qui fait référence à l’intérêt pour les relations humaines. Le management tourne ainsi autour du bien-être des employés et de la mise en place d’un environnement de travail adapté.

Le style de management appliqué dépend du degré d’intérêt que l’entreprise porte à ces deux axes. Pour déterminer les 5 styles de management majeurs, Blake et Mouton divisent la grille en 9 points pour chaque axe. De cette analyse résultent 5 styles prédominants de management en entreprise. À chaque style de management, le premier chiffre correspond à l’aspect résultat et le second à l’humain.

Pour un manager, cette matrice permet de cerner les différents types de leadership et de prendre conscience de son style de management dominant. C’est également grâce à cet outil qu’il peut adapter son mode de management au contexte actuel ainsi qu’aux besoins de l’entreprise. La grille de Blake et Mouton est ainsi un outil managérial qui présente de nombreux avantages pour l’entreprise. Cette grille est même adaptée dans d’autres secteurs, notamment en marketing et à la culture d’entreprise. Toutefois, la matrice présente des limites en se basant uniquement sur deux facteurs pour déterminer les modes de management. Elle doit notamment intégrer d’autres éléments pour réaliser une cartographie plus précise et pertinente tels que le contexte de l’entreprise ou encore les compétences du manager.

Grille de Blake et Mouton : Repérer et cerner les styles de management

 

Le style de management laxiste – « laisser-faire » (1.1)

Le premier style de management défini dans la grille managériale de Blake et Mouton est le style laxiste. Ce type de management se caractérise notamment par un faible intérêt que ce soit pour le bien-être des salariés ou pour les résultats de l’entreprise. La seule préoccupation du manager est de préserver son poste au sein de l’entreprise. Pour cela, il évite à tout prix les situations difficiles telles que les conflits, les confrontations ou encore les situations de crise.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Leadership vs management : choisir et déployer la bonne posture

Le manager laxiste n’assume pas ses responsabilités et ne se soucie en aucun cas du bien-être de ses collaborateurs. Il ne se sent pas concerné par les résultats de l’entreprise et ne fait que le strict minimum pour conserver son poste. Partisan du « laisser-faire », il ne dirige pas le travail de ses équipes et les livre à eux-mêmes.

Au sein de l’entreprise, ce type de management peut engendrer des problèmes organisationnels. En effet, le manager ne montre aucun engagement pour obtenir un bon rendement et porte peu d’attention aux conditions de travail. Ses pratiques managériales peuvent susciter la contestation des collaborateurs et pousser les meilleurs talents à quitter l’entreprise.

 

Le style de management participatif – « social » (1.9)

Le style participatif est présenté dans la grille managériale de Blake et Mouton comme un style de management paternaliste. Il s’agit d’un mode de management qui porte un intérêt particulier à l’être humain. Au sein de l’entreprise, le manager social se caractérise par son leadership altruiste. Les relations humaines passent avant toute chose. Pour cela, le manager met en avant le bien-être de ses collaborateurs et les conditions de travail avant les résultats de l’entreprise.

Le manager est à l’écoute et attentif aux besoins de ses équipes. Il met en place une relation solide avec ses collaborateurs et instaure une bonne ambiance de travail. Ce style de management vise à encourager les collaborateurs à donner le meilleur d’eux-mêmes grâce à une approche participative empathique. Il garantit le bien-être et l’épanouissement des employés tout en assurant la satisfaction au travail.

En revanche, le manager social a tendance à négliger la production. Il ne se préoccupe pas toujours des objectifs fixés et de la rentabilité de l’entreprise. En effet, avec ce style de management, les résultats économiques sont au second plan après les relations humaines.

 

Le style de management intermédiaire (5.5)

Dans la grille Blake et Mouton, le style de management intermédiaire est également appelé management politique. Il s’associe à l’équilibre en tenant compte des besoins des collaborateurs tout en se souciant de la rentabilité de l’entreprise. C’est le style qui recherche le compromis et qui met en avant les résultats et la productivité sans résigner sur le bien-être et l’épanouissement des collaborateurs.

En effet, le manager intermédiaire représente l’équilibre entre l’orientation vers l’humain ainsi que l’orientation vers les résultats. Il prend en compte les besoins de ses collaborateurs et tend également vers l’atteinte des résultats. Son attitude est bienveillante et paternelle. Bien qu’il soit parfaitement équilibré, ce style de management présente des limites. En voulant faire des compromis, les résultats restent moyens et les équipes n’arrivent pas à atteindre leur performance optimale.

 

Le style de management autoritaire – « centré sur la tâche » (9.1)

La grille de Blake et Mouton fait également référence à un style de management autoritaire. Contrairement au style de management participatif, celui-ci est particulièrement centré sur la tâche. Un style de management autoritaire est lié à la peur de l’échec du manager. Ce dernier est centré sur la production et fait passer les résultats avant l’humain.

Le manager autoritaire se préoccupe essentiellement de l’atteinte des objectifs. D’ailleurs, chaque membre de l’équipe est considéré comme une ressource stratégique utilisée pour atteindre les objectifs. Pour cela, le manager met en place des outils de contrôle strict pour surveiller les membres de son équipe. Ces derniers sont notamment utilisés comme des pions dans le but de maximiser la production.

Le manager qui utilise cette posture n’arrive pas à maintenir la motivation et la performance de son équipe pendant longtemps. En effet, les employés deviennent de moins en moins motivés et ne peuvent pas réaliser leurs tâches de manière performante à force d’être contrôlés. En outre, ce style de management ne favorise pas la créativité des employés puisqu’ils ne font qu’obéir aux ordres de leur manager.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Quel est le rôle du manager ?

 

Le style de management démocratique – « intégrateur » (9.9)

Le style démocratique ou intégrateur est le dernier style de management dans la grille de Blake et Mouton. Il est centré sur l’optimisation des compétences humaines pour favoriser l’atteinte des objectifs. Le management intégrateur se concentre notamment sur les ressources humaines et met l’intelligence collective au service de l’entreprise. Dans cette optique, la notion d’équipe est d’une grande importance et les objectifs ne sont pas fixés, mais partagés par tous.

Pour cela, le manager met en place un style de management démocratique. À l’écoute et ayant un esprit ouvert, il implique chaque membre de son équipe pour obtenir des performances élevées. Ce style de management permet de mieux gérer les conflits. Bien que ce style de management présente de nombreux avantages, il est souvent difficile à mettre en place. Il est notamment efficace dans les entreprises à taille humaine et s’applique difficilement dans les grands groupes. Toutefois, pour optimiser la performance, tout manager devrait idéalement tendre vers ce modèle de management.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant et Formateur en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Une réflexion sur “Grille de Blake et Mouton : Repérer et cerner les styles de management

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :