Comment faire des présentations efficaces avec la méthode Pecha Kucha ?

N'hésitez pas à partager cet article :

Connaissez-vous la méthode Pecha Kucha ? Si vous désirez réussir une présentation créative qui capte l’attention de tous et en même temps transmet un message efficacement, cet article vous plaira. Dans cette note, nous vous présentons la méthode Pecha Kucha, qui vous permet de communiquer et structurer tout ce que vous voulez en moins de 7 minutes à vos auditeurs.

Ce mot vient d’Astrid Klein et Mark Dytham. Ils sont architectes et basés au Japon. Quand ils se sont préparés à un événement avec des entrepreneurs du monde du design, ils ont dû résoudre un problème : « les architectes parlent trop ». Sur cette base, ils ont cherché un moyen de donner à tous les orateurs la possibilité de réaliser leurs présentations sur l’innovation et la créativité sans faire perdre de temps aux autres.

En réponse à ces inconvénients, ils ont créé la méthode Pecha Kucha (en japonais « son de la conversation »), qui consiste en une bonne présentation de 20 diapositives qui changent toutes les 20 secondes. Grâce à cela, en 6 minutes et 40 secondes, les différents intervenants de l’événement ont réussi à véhiculer une idée clairement, à l’illustrer et à captiver le public du début à la fin.

Cette méthode était si efficace à l’époque qu’elle a évolué vers les « Pecha Kucha Nights », des événements organisés dans différentes villes du monde dans lesquels 12 ou 14 présentateurs donnent des conférences sur une grande variété de sujets avec des diaporamas au format Pecha Kucha.

Si avec la technique Pecha Kucha, il est possible qu’entre 12 et 14 intervenants présentent leurs idées sans que personne ne s’endorme. Alors, pourquoi ne pas appliquer cette méthode au bureau ?

Pecha kucha : la meilleure méthode pour faire une présentation

 

1 – Définir l’objectif de votre présentation orale Pecha Kucha

Pour construire des prises de parole en public parfaites avec Pecha Kucha, il existe plusieurs étapes à suivre. Ces étapes sont des idées à développer dans le processus de la construction de vos présentations.

Tout d’abord, quand on pense à la présentation, on part de deux avantages : le format est déjà décidé et la durée aussi. Ces limitations réduiront le nombre de décisions à prendre.

Une fois ce problème résolu, ce qui suit est de prendre le sujet que vous allez discuter et de l’exprimer en une seule phrase. Par exemple, « Papier recyclé au bureau ».

En revanche, il faut se demander quel est l’objectif de la présentation. Comment :

  • faire une proposition ?
  • introduire une nouvelle méthode ou un outil de travail ?
  • expliquer un processus ?
  • convaincre quelqu’un de faire ou de ne pas faire quelque chose ?

Troisièmement, pour réussir à produire une vraie présentation avec Pecha Kucha, il faut nécessairement que vous évoquiez votre idée ou votre sentiment à votre public. Il est aussi indispensable que cela soit compréhensif à leur niveau, une fois la discussion terminée.

Si, par exemple, votre objectif est de proposer que le papier soit recyclé au bureau. Le message que vous voulez laisser avec votre discours concerne votre préoccupation sur la quantité de papier jetée et que quelque chose peut être fait à ce sujet.

Ces trois éléments seront les principaux axes de la présentation et toutes les décisions que vous allez prendre à l’avenir répondront à ces facteurs.

 

2 – Recherchez les mots pour faire une présentation avec Pecha Kucha

Après avoir décrit ce qui précède, il est temps d’entrer plus en détail. Prenez votre phrase de sujet et ajustez-la pour résumer le but de votre discours. Cela va être le cœur de votre pitch et de votre script.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Management digital : le manager digital face aux nouveaux outils

Ensuite, utilisez une nouvelle phrase pour écrire chacun des éléments que vous pensez ne pas manquer pour développer le sujet. Mais prenez garde d’identifier les phrases qui expriment les idées les plus importantes. Et différenciez-les des idées secondaires. Ne laissez que les éléments qui aident le public à mieux comprendre le sujet et donnez la priorité à ceux qui sont les plus proches de votre phrase principale.

Si nous continuons avec l’exemple précédent, la phrase principale d’une proposition pourrait être :

  • « Nous devons faire quelque chose avec les papiers que nous jetons. »

En arrière-plan, vous pouvez lister des idées telles que :

  • « Nous avons jeté tellement de papier ».
  • « Les conséquences de jeter autant de papier sont… »
  • « La meilleure solution est de recycler. »
  • « Les avantages du recyclage sont… »
  • « Nous disposons des ressources suivantes pour résoudre le problème. »

 

3 – Élaborez vos diapositives

Pour assembler cette partie, il est utile de garder à l’esprit le format le plus courant de la narration : introduction-milieu-extrémité (ou situation actuelle-problème-solution). Ainsi, vous devez revenir à vos notes et identifiez ce que vous allez mettre dans chaque section en fonction de ces concepts.

Par ailleurs, certains ont un talent particulier et peuvent donner un exposé complet à partir d’une sélection de sujets. Il est probable que les premières fois, vous ayez besoin de plus de structure. Par conséquent, une méthode efficace pour organiser consiste à diviser une feuille en 20. Chaque division ou ligne sera remplie d’une ligne de texte qui représente une slide de la présentation.

Alors, consacrez les premières lignes à présenter et expliquer qui vous êtes et pourquoi vous donnez cette conférence. Enregistrez les deux dernières slides pour la conclusion. Cela peut contenir un appel à l’action, une question rhétorique, des coordonnées ou un remerciement, selon le but de votre présentation.

Après cela, vous allez repérer les phrases que vous aviez assemblées dans les lignes restantes, classées selon leur place en introduction, au milieu ou à la fin. Une fois que cela est fait, remplissez les blancs si nécessaire avec de nouvelles phrases qui développent les idées principales. Maintenez toujours une hiérarchie des informations. De cette façon, si vous devez sortir quelque chose, vous saurez tout de suite de quoi vous pouvez vous passer.

 

4 – Développer votre présentation par la méthode Pecha Kucha

Pour développer votre excellente présentation, vous devez réviser la structure et modifiez-la autant de fois que nécessaire. Sans perdre de vue le fait que ce que vous allez raconter doit se dérouler comme s’il s’agissait d’une histoire. Une fois satisfait, vous avez ainsi converti ces 20 phrases en paragraphes d’environ trois lignes et vous les avez connectées ensemble. L’idéal est de raconter une histoire et donc faire du storytelling.

Vous devez alors considérer que vous ne pouvez pas consacrer plus de 20 secondes à chaque paragraphe. Mais aussi qu’une grande partie de ce que vous ne pouvez pas dire en raison de problèmes de temps, vous pourrez l’exprimer visuellement sur la diapositive avec Pecha Kucha.

D’autre part, gardez à l’esprit que, par essence, votre présentation est orale. Évitez donc les mots compliqués ou le langage trop technique. Assurez-vous également que toutes les idées sont liées entre elles. Cela vous aidera à garder le fil de « l’histoire ». Même si à un moment donné les diapositives et votre discours se désynchronisent.

Pour cela, réfléchissez à la manière dont les différentes idées sont liées les unes aux autres et détectez quelles sont la cause ou la conséquence des autres, et lesquelles sont définition et explication.

Une fois que vous avez fait ce qui précède, c’est le bon moment pour vous chronométrer. Lisez le discours à voix haute (sans vous précipiter et en respectant les pauses) et assurez-vous qu’il dure environ 6 minutes, 40 secondes. S’il est long, jetez les idées que vous aviez identifiées comme secondaires. Ensuite, réduisez et combinez les paragraphes ou synthétisez tout ce qui n’est pas extrêmement essentiel.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Fidélisation des salariés : 5 actions clés !

 

5 – Recherchez des images

L’objectif de cette étape est d’obtenir 20 images qui complètent les idées que vous allez soulever. Cependant, il n’est pas bon que tous les supports visuels coïncident exactement avec sa partie correspondante du discours. Car dans le cas d’un éventuel manque de coordination pendant la présentation, les deux éléments doivent conserver leur sens par eux-mêmes.

Pour cette raison, il est conseillé que les images se réfèrent à des idées générales ou ambiguës qui ont un sens, quel que soit le moment du discours dans lequel elles apparaissent.

En ce qui concerne les problèmes techniques ; pour éviter que les images ne deviennent pixélisées, ne vous en tenez qu’à celles qui sont de bonne qualité. Si vous utilisez Google, dans la recherche d’images ; sélectionnez « Outils » et dans le menu qui apparaît, changez la taille en « grande ». Vous pouvez également utiliser des banques d’images ou certaines que vous ou votre équipe de communication ou de conception avez générées. À ce stade, gardez à l’esprit les proportions de la diapositive afin que l’image que vous sélectionnez ne soit pas coupée là où elle ne devrait pas.

Il est important de considérer que si vous voulez que l’attention du public se concentre sur ce que vous dites ; vous ne devez pas surcharger son sens de la vue avec des informations. Tout support visuel n’est que cela, un support, pour lequel il ne doit pas gagner en importance dans le discours. Un autre point à souligner est que vous parlez des images et non du texte.

Contrairement aux présentations PowerPoint typiques en proie à des blocs de texte illisible ou avec des titres, les diapositives de ce type de présentation n’utilisent la puissance de l’image qu’avec le mot occasionnel qui reste en arrière-plan.

 

6 – Assemblez la présentation

Comme logiciel de présentation, vous pouvez utiliser PowerPoint, Google Slides ou l’outil de présentation que vous connaissez pour votre mise en forme. Il vous suffit de vous assurer de planifier toutes les diapositives pour que chacune dure 20 secondes. Cela peut être facilement fait à partir du menu des transitions. Il est recommandé que la dernière diapositive dure un peu plus longtemps. Car si le jour de la présentation, le discours est en retard, vous disposez de quelques secondes supplémentaires pour clore l’idée.

 

En conclusion sur la méthode Pecha Kucha

Nous venons de la voir, cette méthode consiste donc à présenter 20 diapositives toutes les 20 secondes afin de donner du rythme à notre présentation. Ainsi, notre intervention dure précisément 6 minutes et 40 secondes. Ainsi, pourrons-nous faire une présentation orale plus interactive.

L’exercice n’est donc pas facile. Il est donc essentiel d’effectuer la présentation à travers Pecha Kucha régulièrement. En essayant et en commettant des erreurs, vous réaliserez ce qui doit être changé, adapté ou ajouté et vous vous ajusterez au rythme des 20 secondes. Une fois que vous avez gagné en confiance, répétez avec quelqu’un qui peut vous donner des commentaires constructifs. Après cela, la seule chose qui reste est de sortir et de se montrer avec cette présentation. Et pourquoi pas lors de votre prochain coworking ?

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant Web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :