Entreprise libérée : exemple concret

N'hésitez pas à partager cet article :

entreprise libérée exempleEn 12 ans, j’ai pu observer tellement de personnes et vu tellement de potentiel individuel et collectif en elles. Mais j’ai aussi vu beaucoup de freins et de séparations entre chacun. Mon avis ? L’entreprise actuelle fonctionne, mais elle en a beaucoup sous le pied. Pour cette raison je souhaite évoquer ce sujet  “entreprise libérée : exemple concret”. Les révolutions technologiques nous aident, c’est indéniable.

 

Entreprise libérée : exemple concret

Cependant, la prochaine grande révolution sera humaine.

Laisser s’exprimer tout le potentiel humain sera la source d’une nouvelle croissance. Est-ce possible ? Oui, c’est certain. Quelques entreprises ont déjà commencé à libérer leurs équipes. Le plus incroyable c’est que les gens y sont plus heureux et les performances économiques y sont exceptionnelles.

Dans cette nouvelle dynamique, le métier des leaders change.

Avant, le chef devait tout savoir et décidait de tout. Désormais, la tendance est inverse : le leader accompagne ses équipes pour qu’elles développent leurs compétences et soient capables de décider elles-mêmes (même de leurs salaires !). Quand on y pense, c’est plus sain et plus efficace. Qui peut tout savoir ? Qui est capable de décider de tout ? En tout cas, ce n’est pas moi.

Le stade de développement des entreprises actuelles est normal. C’est un processus (voir mon article : « Entreprise opale et autres stades d’évolution »). Ce que sont les entreprises aujourd’hui n’est pas ce qu’elles seront demain.

J’ai toujours essayé d’avoir une attitude très humaine et responsabilisante concernant mes employés.

J’ai fait beaucoup d’erreurs en tant que manager, mais j’ai aussi eu de belles réussites. Voici donc “entreprise libérée : exemple concret”.

Le contexte 

Lorsque je travaillais en magasin, dans la vente de vêtements, le nettoyage en magasin était un des principaux sujets. Nous externalisions cette prestation. Généralement, nous demandions de grandes prestations et voulions le prix le plus bas possible. Ce à quoi les entreprises répondaient : « oui, oui ». Nous signions donc des contrats, où, dès le début, il n’était pas possible pour l’entreprise de tenir ses engagements.

Lorsque j’ai ouvert mon premier magasin en tant que directeur, je voulais changer de logique. J’étais prêt à payer ce qu’il fallait. Je voulais que la prestation puisse être effectuée convenablement pour que les personnes chargées du nettoyage du magasin aient le temps de tout faire. J’appréciais aussi que les produits utilisés soient plus respectueux de l’environnement.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Patagonia, entreprise libérée et écolo - 1ère partie

J’ai contacté cinq entreprises. Une seule eut la même philosophie que moi. Le prix était logiquement un peu plus cher que les autres. Ainsi, m’assurai-je d’avoir une prestation de qualité : les clients trouveraient un magasin propre et il ne serait pas nécessaire de contrôler la prestation tous les matins. Ce serait bon pour le chiffre d’affaires et notre efficacité. J’ai signé et les résultats de la prestation répondaient à mes attentes.

Les relations

Les relations entre mes équipes et les deux personnes entretenant le magasin (je les appellerai Nathalie et Christine) étaient excellentes. Elles se sentaient comme faisant partie de l’équipe et avaient le respect de tout le monde. C’est précisément lorsque chacun se sent respecté et sent contribuer à la réussite commune que chaque personne fait pleinement preuve de responsabilité.

La situation exceptionnelle

Un matin, un de mes employés (je l’appellerai Damien) dont les horaires avaient été changés à la dernière minute ne se présente pas à 9 h 30. Malheureusement, ce jour-là, seulement lui et moi devions être présents à 9 h 30 pour l’ouverture du magasin. Je décide de l’appeler. Il me dit qu’il croyait commencer à 10 h et qu’il part immédiatement de chez lui. Je comprends que je vais être tout seul pendant environ 30 minutes.

Le magasin faisait 2 000 m2. Même si le trafic n’est pas très fort le matin, c’est toujours délicat de se retrouver tout seul. Je me poste à la caisse/accueil du magasin, dis bonjour aux quelques clients qui entrent et essaie de rester calme. Nathalie et Christine passent devant moi pour me dire au revoir. Elles arrivaient le matin à 8 h 30 et quittaient le magasin à 9 h 30, au moment de l’ouverture.

Le miracle de la libération

C’est alors que le miracle arrive. Nathalie se retourne et me dit : « Mais vous êtes tout seul Julien », ce à quoi je réponds : « Oui, malheureusement Nathalie ». Elle me dit : « Ce n’est pas possible que vous restiez seul. Nous allons attendre que Damien arrive. De toute façon, j’ai vu que la réserve méritait un coup de balai ».

Je précise que nettoyer la réserve ne faisait pas partie de leur contrat tout comme de rester après 9 h 30. J’étais soulagé et leur étais très reconnaissant.

Les problèmes continuent

Cinq minutes après, Christine vient me voir et me signale qu’un camion vient de se garer derrière la réserve. La livraison venait d’arriver. J’étais livré tous les matins entre 10 h 30 et 11 h 30. Ce fut la seule et unique fois en 3 ans où je fus livré à 9 h 35.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Patagonia : entreprise libérée et écolo - 2ème partie

Au même moment, une cliente s’approche de ma caisse avec des articles. Il est aussi très rare d’encaisser une personne à 9 h 35 alors que le magasin ouvre à 9 h 30.

Il était 9 h 35 et je devais surveiller le magasin, encaisser une cliente et réceptionner la livraison.

Mais lorsque des employés, même d’une entreprise extérieure, se sentent impliqués dans la vôtre, alors nous devenons invincibles !

Christine me propose d’aller en caisse le temps que j’aille en réserve réceptionner la livraison. Je lui demande comment elle va faire, car elle ne sait pas l’utiliser. « Ce n’est pas grave », me dit-elle, d’un ton assuré. « Je vais discuter avec la cliente ».

Je pars en réserve, ouvre la porte de la livraison et demande à Nathalie si elle veut bien superviser le déchargement du camion. Elle accepte volontiers.

Je retourne en caisse où je retrouve Christine et notre cliente en train de discuter avec le grand sourire. Je commence à encaisser la cliente tout en m’excusant. La cliente comprend tout à fait et semble avoir passé un excellent moment avec Christine.

Il est 9 h 50, Damien arrive et prend la caisse. Je retourne en réserve, où je retrouve le chauffeur, Nathalie et Christine, en train de discuter. Je n’ai plus qu’à signer le bordereau de livraison. Tout est rentré dans l’ordre !

Finalement, tout s’est bien passé, tout va bien et tout le monde a le sourire !

Dans la plupart des organisations actuelles, chacun a sa Job Description et la respecte scrupuleusement. Lorsque nous sommes respectés, responsabilisés, que nous comprenons pourquoi nous faisons les choses et que nous avons l’autonomie de le faire, alors les comportements changent. Nathalie et Christine ne m’auraient jamais aidé sans tout cela. Encore une fois, merci à elles.

 

En complément sur “entreprise libérée : exemple concret”

Tout aurait pu dégénérer avec cette livraison arrivée plus tôt tout comme la cliente qui avait fait ses achats rapidement. En réalité, ces événements nous ont rapprochés et rendus plus forts. C’est un cercle vertueux qui s’était mis en place. Nos équipes sont capables d’aller plus loin que leur Job Description. À nous de leur en laisser l’occasion. Pour cela, il faut libérer nos équipes. J’espère que cet article “entreprise libérée : exemple concret” vous aura aidé.


N'hésitez pas à partager cet article :
  • 15
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement mon livreComment avoir des équipes plus motivées et plus efficaces ?