Management d’équipe : 6 notions à ne jamais oublier

N'hésitez pas à partager cet article :

Le management d’équipe est l’ensemble des techniques qui permettent de s’assurer une forte cohésion d’équipe ainsi qu’une bonne mise en dynamique. Cependant, il est fréquent que de nombreuses personnes évoluent vers le poste de manager sans pour autant être formées. C’est là que les difficultés commencent.

En effet, il ne nous viendrait pas à l’esprit de devenir coiffeur sans recevoir de formations pratiques et théoriques. Malheureusement, c’est ce que nous pouvons trop souvent constater dans le management d’équipe. Parce que nous avons bien travaillé à un poste donné, nous pouvons être récompensé en devenant un manager d’équipe. Or, c’est bien un métier à part entière qui nécessite une formation théorique et pratique.

De nombreuses erreurs et manquements sont ainsi réalisés. Même s’ils ne sont pas volontaires, ils causent de nombreux dégâts qui peuvent certaines fois être irrécupérables. Pour éviter certaines erreurs et démarrer comme il le faut, voici la liste des 6 notions à ne jamais oublier pour bien démarrer dans son management d’équipe… et même aller bien plus loin !

Management d'équipe : 6 notions à ne jamais oublier

 

1 – Sans confiance, nous n’irons nulle part

La première étape est de prendre conscience qu’il n’est pas possible de mettre en œuvre un management d’équipe puissant si nous n’avons pas confiance en nos équipes. En effet, l’art de déléguer va nous amener à confier des responsabilités à nos collaborateurs. Ils vont donc devoir travailler seuls ou en équipe sur différents sujets et tâches.

Ainsi, sera-t-il question de gagner du temps. Nous devrons les laisser faire, au moins en partie. Si nous n’avons pas confiance, il nous sera impossible de déléguer convenablement. Nous risquons de mettre en œuvre un micromanagement et de passer notre temps à contrôler tout ce qu’ils font.

À la moindre erreur, nous risquons d’être trop sévères ou d’intervenir trop rapidement. Nos équipes n’auraient donc ni la motivation ni le temps de corriger ou de s’adapter. Pour cette raison, il est essentiel de donner de la confiance.

Donner de la confiance est un acte managérial. Dans un premier temps, c’est une prise de décision. Nous devons prendre la décision de faire confiance. Ensuite, il est question d’entretenir cette confiance. Parce que nos collaborateurs réalisent correctement leur travail, alors la relation de confiance se maintient.

Si nous avons trop peur de donner de la confiance trop rapidement, nous pouvons commencer par déléguer de petites tâches. Ainsi, au fur et à mesure, nous augmenterons la taille et la complexité des tâches. Progressivement, nous déléguerons de plus en plus.

 

2 – Le management directif fonctionne très mal en management d’équipe

Instinctivement, nous avons tendance à croire que le management d’équipe consiste à donner des ordres. C’est ce que nous appelons le management directif. Or, il fonctionne très mal pour de nombreuses raisons. En voici les 3 principales :

1. Il est limité à nos propres capacités. Si nous ne sommes pas compétents ou moins compétents dans un domaine, comme nous décidons de tout, la qualité du travail s’en ressentira.

2. Le management directif ne gère pas la complexité. En effet, comme nous gérons tout, nous ne pouvons pas nous occuper de centaines de tâches. Nous allons donc réduire le nombre de tâches, les simplifier ainsi que définir de nombreuses procédures. Nous allons donc réduire et uniformiser, ce qui nous fera perdre en agilité et en gestion de la complexité.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Pratiques managériales : problèmes, évolution et nouveaux leviers

3. Enfin, très souvent le management directif est utilisé pour dominer l’autre. Or, notre métier n’est pas d’être au-dessus des autres, mais bien d’atteindre les objectifs. Nous allons donc régulièrement être dans le rapport de force pour nous positionner même lorsque nos collaborateurs ont de bonnes idées ou s’ils ont raison. Les conflits pourraient donc être nombreux.

 

3 – Donner les moyens de réussir et le management participatif fonctionnent main dans la main

Un management d’équipe efficace permet une forte cohésion d’équipe et une bonne mise en dynamique. Pour cela, il faut donner les moyens de réussir et donner l’envie de réussir. C’est assez mécanique : en effet si nos collaborateurs ont tous les moyens pour réussir et l’envie de réussir, alors ils réussiront.

Nous devons donc nous assurer de leur donner tous les moyens de réussir : moyens financiers, humains, logistiques, etc. Car si nos équipes ont besoin d’une machine pour produire correctement un certain type de pièce, s’ils n’ont pas la machine, que peuvent-ils faire ?

N’oublions pas que le développement de leurs compétences fait partie des moyens à leur donner pour réussir. Il sera donc essentiel de commencer à leur donner du sens et à les former très rapidement. Ce type d’accompagnement fait partie des fondamentaux d’un bon management d’équipe.

Enfin, il n’existe pas des milliers de solutions pour donner envie à nos équipes : il faut les faire participer. En effet, parce qu’elles participeront aux prises de décisions, à l’élaboration des plans d’action ou encore simplement parce qu’elles pourront donner leur avis, elles se sentiront plus engagées.

Nous pouvons prendre l’exemple d’un enfant qui joue au football. S’il a les moyens de réussir (une tenue complète, il participe aux entrainements, etc.), mais qu’il ne peut jamais jouer les matchs officiels, il sera démotivé. Ainsi, même si cela n’est pas possible à 100%, dès que nous pouvons faire participer nos équipes, nous devrons le faire. Cela peut être en leur demandant leur avis ou en les faisant participer à des groupes de travail.

 

4 – Les rythmes managériaux ne sont pas optionnels en management d’équipe

Très souvent, nous insistons sur l’importance de communiquer au quotidien avec nos équipes. Personnellement, je pense qu’il faut préciser cette pensée. En effet, nous passons notre temps à communiquer. Le non verbal est un mode de communication constant. Donc même si nous ne disons rien, notre posture, nos mimiques et autres expressions faciales communiquent à notre place.

Le problème n’est donc pas le manque de communication, mais bien le surplus de communication. L’autre problème est qu’il nous est difficile de maitriser notre non verbal. Il parle sans que nous lui ayons demandé !

Il s’agit donc de venir structurer notre communication. Et cela passe par les rythmes managériaux, à savoir des réunions régulières avec nos équipes. Ces réunions peuvent prendre la forme d’un briefing d’équipe, de réunions mensuelles individuelles ou collectives, de lancement d’année ou encore d’entretiens annuels.

Ces rythmes managériaux nous permettront d’échanger avec nos équipes et de nous assurer que nous sommes bien alignés et orientés vers les bons objectifs. Ce sont donc des moments où nous nous assurerons que les bonnes priorités sont en dynamique et que tous les moyens nécessaires sont disponibles. C’est aussi l’occasion de faire participer les équipes pour les engager au maximum.

 

5 – L’exemplarité n’est pas négociable

Albert Schweitzer disait que « L’exemplarité n’est pas une façon d’influencer les autres. C’est la seule ». Cette citation est extrêmement pertinente. En effet, si nous souhaitons voir de la solidarité au sein de nos équipes et que nous ne sommes pas solidaires, que va-t-il se passer ? Nos équipes n’auront tout simplement pas envie d’être solidaires.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Exemple de leader : 5 styles de compétences de leadership

En effet, en management d’équipe, le manager est observé. Par mimétisme, les équipes vont reproduire ce qu’il fait. S’il demande aux équipes de travailler dur et de manière professionnelle et que lui-même ne fait pas grand-chose, les collaborateurs vont s’en rendre compte. Et pourquoi auraient-ils envie de travailler dur si le manager n’en fait pas de même ?

Il est certain qu’en tant que manager nous devons adopter la posture que nous voulons voir chez nos équipes. Gandhi disait « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ». En effet, avant de demander aux autres d’adopter un certain comportement, nous devons commencer par mettre en œuvre ce comportement. C’est aussi ce qui s’appelle « balayer devant sa porte ». L’exemplarité n’est donc pas négociable.

 

6 – Prendre soin de soi n’est pas superflu pour un bon management d’équipe

Enfin, n’oublions jamais de prendre soin de nous. Le métier de manager peut être très stressant et très rapidement nous pouvons être débordés. Il peut donc vite devenir difficile de trouver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée.

Nous devrons donc rapidement apprendre à dire non pour nous éviter d’en faire trop. En effet, nous pouvons être happés par les différents projets qui nous entourent. Si nous ne posons pas de limites, nous nous engagerons dans de nombreux projets pour lesquels nous risquons d’ailleurs de manquer de temps. Nous serons donc pénalisés dans notre vie perso, mais aussi dans notre vie professionnelle.

Nous devrons donc aussi savoir prendre des temps de récupération pour retrouver notre énergie. Par exemple, nous pouvons nous couper de notre téléphone et de notre ordinateur en dehors des heures de travail ou quand nous estimons que nous avons besoin de nous reposer.

Enfin, plus basiquement, mais pour autant tellement vrai : nous devrons faire attention à notre hygiène de vie. Le sommeil, notre alimentation ou encore notre activité physique ont un véritable impact sur nos capacités. Beaucoup travaillent aussi sur leur respiration, car elle a des conséquences sur notre gestion du stress ou encore notre endurance.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant et Formateur en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.

 


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :