Roue de Deming : définition, étapes et bienfaits

N'hésitez pas à partager cet article :

C’est une évidence, le marché concurrentiel d’aujourd’hui pousse les entreprises à chercher l’excellence ! Anticiper les problèmes plutôt que de les réparer et satisfaire le client en toutes circonstances sont donc les fondements de la méthode PDCA (Plan, Do, Check, Act) dont est issue la fameuse roue de Deming. 

Une organisation doit sans cesse se réajuster pour faire face aux dysfonctionnements : perte de temps, gaspillage, mauvaise productivité ou encore défauts de fabrication. Si la plupart des entreprises parviennent à régler ces problèmes grâce à des améliorations ponctuelles, elles se font toutefois rapidement dépasser.

Pour pallier cette perte d’efficacité et pour continuer de se démarquer de la concurrence, William Edwards Deming a mis au point un nouvel outil de gestion de la qualité : la roue de Deming.

Voici tout ce que vous devez savoir sur cette méthode de management efficace : définition, mise en place et bienfaits, afin de pouvoir l’appliquer dans votre propre activité.

Roue de deming

 

Roue de Deming définition 

La roue de Deming est un outil de management issu de la méthode de gestion de la qualité : PDCA. Elle repose sur une démarche d’amélioration continue afin d’anticiper les problèmes et de proposer des produits ou des services de qualité. Elle favorise également les expérimentations dans le but d’innover toujours plus.

Proche du Lean management, la roue de Deming a pour objectif d’améliorer l’organisation d’une entreprise afin qu’elle soit concurrentielle.

Mise au point dans les années 1950, la roue de Deming est d’abord présentée aux industriels japonais. Aujourd’hui la méthode a traversé les frontières et s’est largement généralisée. Elle s’organise en 4 phases distinctes et peut s’appliquer à tous les niveaux d’une organisation : logistique, marketing, finance, etc.

 

Les étapes du cycle Deming : Plan Do Check Act 

L’application de la roue de Deming se fait avec précision. Elle regroupe 4 phases distinctes qu’il faut parcourir dans le sens des aiguilles d’une montre. Attention, aucun retour en arrière n’est possible ! Si le niveau attendu n’est pas atteint, il faut recommencer le cycle dans l’ordre.

 

1. Phase de préparation

Elle consiste à identifier le problème, trouver la ou les solutions et planifier le travail. Lors de cette phase, il est important de déterminer l’objectif du projet ainsi que les moyens mis en oeuvre pour l’atteindre. Il s’agit d’un véritable audit interne.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Exemplarité managériale : pas si simple de montrer l'exemple

C’est au moment de cette première étape de la roue de Deming qu’il est conseillé de recueillir les idées de chacun. Pour cela, l’organisation de sessions de brainstorming est idéale. Elles favorisent le travail d’équipe et impliquent les collaborateurs dans le processus de changement. De plus, les outils comme le diagramme de Pareto ou le diagramme d’Ishikawa facilitent la recherche des causes du problème. Tout ceci dans le but d’améliorer la conduite de projet.

Enfin, il est nécessaire de faire l’inventaire des solutions proposées et de préparer leur mise en oeuvre. Pour cela, l’utilisation d’un cahier des charges est de mise. Vous pourrez y reporter le planning, les indicateurs du succès et le coût estimé. Le cahier des charges fera office de référentiel pour les étapes suivantes.

Point important de la phase “plan” : s’assurer que tout le monde adhère au projet.

 

2. Phase de mise en oeuvre

Cette phase se caractérise par les actions menées pour atteindre les objectifs fixés au préalable. Concrètement, les équipes réalisent les tâches qui leur ont été attribuées.

Avant de passer littéralement à l’action, des tests sont souvent réalisés afin de s’assurer du bon déroulement du processus.

Ensuite, au cours de la réalisation des tâches, les intervenants doivent vérifier plusieurs points :

  • le respect des délais ;
  • la bonne gestion du budget : il est important de ne pas le dépasser ;
  • l’assurance de la qualité.

La durée de la phase d’exécution dépend de la réalisation des objectifs.

 

3. Phase de contrôle

La phase “Check” sert à vérifier le travail effectué et à s’assurer que les résultats obtenus sont à la hauteur des résultats attendus. En d’autres termes, que la solution développée réponde bien au problème initial. Lors de cette étape, il est important de se questionner sur l’ensemble du processus afin de savoir s’il peut être généralisé :

  • peut-on améliorer les tâches effectuées (problèmes de conception ou autres) ?
  • La communication a-t-elle été optimale ?
  • Avons-nous respecté les délais entre chaque phase ?
  • Quels ont été nos points faibles et nos points forts ?
  • Etc.

Afin de vous aider dans cette démarche d’analyse, vous pouvez vous appuyer sur les indicateurs de performance préalablement établis dans le cahier des charges (phase “plan”).

À la fin de cette étape, il est important de faire l’inventaire des aspects à améliorer, toujours dans le processus d’amélioration continue de la qualité.

 

4. Phase d’ajustement

Cette dernière étape “Act” permet de réagir face à l’analyse apportée précédemment. Soit les résultats sont satisfaisants et dans ce cas, on agit pour mettre en oeuvre la solution, soit les résultats ne sont pas probants et on décide de reprendre les étapes de la roue de Deming au début.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment bien communiquer et passer un message efficacement ?

Dans le premier cas, on déploie la solution sur un périmètre plus étendu.

Dans le dernier cas, on ajuste et on corrige. Il est important de se servir des connaissances acquises lors du cycle précédent pour améliorer le processus du nouveau cycle et obtenir la qualité attendue.

 

Deming et amélioration continue : des bienfaits à long terme 

 

L’amélioration de la qualité

Mettre en place des améliorations continues, dans une démarche qualité, permet d’optimiser les processus et d’anticiper les difficultés. En effet, les étapes de planification et de vérification permettent d’appréhender les potentiels problèmes à venir et de les contourner. La gestion de projet est renforcée grâce à un suivi rigoureux. La recherche permanente de la qualité permet de renforcer la satisfaction des clients.

 

La diminution des risques

Lors des différentes étapes du cycle PDCA, on vérifie systématiquement la cohérence des modifications apportées avant de les adopter. C’est ce qu’on appelle la phase d’expérimentation. Ainsi, les erreurs sont corrigées à temps, avant même qu’elles n’aient de répercussions sur la satisfaction client ou sur la santé financière de l’entreprise.

 

L’innovation et le développement

L’application de la roue de Deming encourage le développement et les innovations afin d’assurer une qualité irréprochable sur le long terme. La recherche constante de nouvelles solutions et la participation des équipes dans les différentes phases du cycle permettent de collecter de nouvelles idées. De plus, la conduite du changement étant organisée de façon méthodique, elle devient transparente aux yeux des collaborateurs. Cela contribue à intégrer efficacement le changement dans la vie quotidienne de l’entreprise et ainsi, de rendre l’organisation plus agile.

 

Vous l’aurez compris, la roue de Deming et plus généralement la méthode PDCA est un système de management complexe, mais qui a su faire ses preuves. L’application répétée des 4 phases du cycle Deming permet une excellente gestion des risques et propulse l’entreprise dans un processus d’amélioration permanente et sans fin…


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :