Défauts d’un manager : les principaux points qui nuisent au travail d’équipe

N'hésitez pas à partager cet article :

Le manager peut avoir toutes les qualités possibles et imaginables sur le papier, si son équipe ne remplit pas les objectifs, on peut se poser la question de sa compétence : mauvaise ambiance, manque d’implication des collaborateurs, faible propension à l’innovation – autant de signes révélateurs d’un curseur managérial positionné au mauvais endroit. Les défauts d’un manager sont souvent très visibles sur l’attitude et l’état d’esprit des équipes.

Les fondamentaux du management ne sont pas acquis par tous de la même manière. Ainsi, la question de savoir comment manager se pose dès lors que vous avez à travailler quotidiennement avec un mauvais manager.

Défauts d’un manager : les principaux points qui nuisent au travail d’équipe

 

Les principaux défauts d’un manager 

Parmi les défauts malheureusement courants dans le style de management, on retrouve un manque d’organisation, ce qui a un impact sur la productivité de l’équipe, mais également le fait d’accentuer l’anxiété de ses collaborateurs, sans être capable de reconnaître ses propres limites.

Certains encore ne font pas preuve d’autonomie ou s’astreignent à un style de management directif, incapables de communiquer correctement et d’être à l’écoute, ni de transmettre leur savoir-faire. 

Ils peuvent aller jusqu’à pratiquer la stratégie du « diviser pour mieux régner ».

L’un des principaux défauts d’un manager consiste notamment à éprouver des difficultés à déléguer. Ils peuvent également manquer de respect, de gratitude, voire être tyrannique.

Dans des cas extrêmes, des managers peuvent essayer de vous nuire volontairement : rétention d’information, rétention de moyens, absence d’objectifs fixés et clairs, intransigeance… jusqu’à ce que vous finissiez par fuir avant de succomber. 

Enfin, un mauvais manager pourrait pointer du doigt vos erreurs, être contrôlant, faire du favoritisme, abuser de son pouvoir, négliger les feedbacks, ne pas vous faire évoluer ni accepter la critique.

Il se peut que la bonne manière de manager fasse défaut au concerné en raison de sa personnalité, tout simplement. Une telle fonction ne convient pas à n’importe qui. 

Il est possible que le manager soit incapable de souplesse ou encore trop émotif. Enfin, il se peut également qu’il soit contrôlant. Même si, bien sûr, trouver un équilibre dans son management est toujours difficile.

Dans de tels cas, il va de soi que recadrer la manière de manager est vital pour la survie de l’entreprise.

 

Il n’y a pas de mauvais collaborateurs, il n’y a que des mauvais managers

Il convient de repenser les problèmes rencontrés au sein des différents services sous le prisme d’un potentiel mauvais management et chercher à corriger ces défauts d’un manager.

 

L’absence de collectif

Le manque d’intelligence collective peut potentiellement naître d’un manque de cohésion de groupe. Cependant, une telle conséquence peut être due à un manager faisant difficilement face à la contradiction, et n’encourageant pas la collaboration en raison de sa résistance aux désaccords avec sa vision.

 

Le manque de communication

Le management de proximité fait partie intrinsèque des responsabilités du manager, et ce, quel que soient les styles de management qui lui sont préférés. Il est impératif d’être à l’écoute, et ce de manière active, afin d’instaurer un climat de confiance, et de pouvoir travailler sereinement.

 

L’absentéisme

Il se peut qu’un taux d’absentéisme élevé soit lié à une pression trop importante mise sur le dos de votre équipe, qui porte un fardeau anxiogène compliqué à gérer au point de « poser un arrêt maladie ». Le manager a un rôle de tampon entre sa hiérarchie et son équipe : il doit s’assurer que l’objectif soit atteignable, et éviter à son service de subir le stress dont lui-même est victime.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Compétences du manager : 15 leviers pour un management moderne

 

Manque d’implication 

Les managers pensent souvent à tort qu’ils doivent se montrer forts face à leurs équipes, tentant de masquer leurs faiblesses. Un manager doit être un exemple d’humilité et le fait de reconnaître ses erreurs est un aveu d’honnêteté souvent apprécié à sa juste valeur. Il doit être exemplaire. Cela permet de promouvoir la cohésion, le droit à l’erreur, et donc l’implication.

 

Le manque de confiance

La communication est essentielle pour instaurer un climat de confiance, mais il est également nécessaire d’apprendre à affirmer sa vision, ses idées, sa volonté, à faire preuve de leadership, mais également à savoir dire non. De plus, un manager organisé, précis et méthodique inspire confiance.

 

Le manque de motivation / l’ennui 

Il est nécessaire de tracer une ligne directrice avant de prendre les commandes d’une équipe. Celle-ci doit être en mesure de savoir où elle va et pour quelle raison. L’important est donc de comprendre la vision stratégique de base, auprès de la hiérarchie. Ceci, afin de transmettre un message clair et précis aux collaborateurs.

 

L’absence d’innovation est un des défauts d’un manager

Le manque d’idées est souvent lié à un management trop directif. Les salariés peuvent ne pas se sentir à l’aise dans le fait d’exprimer leur opinion. Le management hiérarchique est souvent nécessaire pour certains employés sans expérience. Mais il est vain, voire contreproductif, pour un collaborateur présent dans l’entreprise et au même poste depuis plusieurs années. Attention donc au « control management » trop présent.

 

La réticence au changement 

Un manager réticent au changement aura des équipes réticentes aux changements. En effet, les équipes ont tendance à mimer leur manager, dans ses qualités, mais aussi ses défauts. Le manager devra donc se former en termes de compétences pour gérer et conduire le changement auprès de ses équipes. Mais il devra aussi travailler sur lui pour mieux comprendre ses propres points de blocage et savoir les lever.

 

Absence de productivité

Lorsque la confiance n’est pas là, le principe de : « Quand le chat n’est pas là, les souris dansent », s’active. En effet, sans relation de confiance, le manque de productivité d’une équipe est souvent lié à l’absence physique, voire psychique, du manager. Si le manager veut s’assurer d’une bonne productivité en tout temps, il devra prendre la décision de faire confiance à ses équipes. Celles-ci seront donc plus à même de prendre leurs responsabilités.

 

Les solutions pour corriger les défauts d’un manager

Les qualités managériales ne s’inventent pas et il vaut mieux former les managers à leur fonction avant leur prise de poste. Pour ce qui concerne le recrutement, il convient d’être vigilant quant à certains points à aborder.

 

Les formations

Celui qui est choisi comme nouveau manager n’est pas nécessairement celui qui a le profil, mais bien celui qui est le plus méritant dans l’atteinte de ses objectifs. Le manager et ses collaborateurs doivent être prêts au changement. 

Apprendre le management est possible. De nombreuses écoles et formation en ligne ont fait le pari de pouvoir relever un tel défi. Le fait de coordonner une équipe est partie intégrante des bases du management et aider le manager à le faire correctement est possible. 

La formation management d’équipe notamment permet à l’élève de développer son leadership.

 

Le recrutement pour éviter les défauts d’un manager

Dans le cas où aucun collaborateur de l’entreprise n’a le profil de manager, il est possible de créer un poste de management de toute pièce. Le poste de manager doit être clairement défini ainsi que ses missions. Celui-ci doit être capable d’encadrer une équipe. Il est donc nécessaire de lui faire passer un entretien d’embauche. Et de passer au crible son expérience professionnelle, si possible, auprès de la DRH. Les fonctions de manager sont très prisées. Mais les élus sont rares. Parce que les qualités requises sont nombreuses et surtout rares chez un seul et même individu.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les fondamentaux du management : 7 points

 

Les qualités d’un manager

Comment qualifier un bon management ? C’est une question très large qui se pose ici. Le rôle du manager est d’abord d’être honnête, de motiver, de piloter et de fixer des objectifs. Être un bon manager, c’est également encourager la cohésion d’équipe, avoir un bon état d’esprit. Ce dernier devra faire preuve d’humilité, être pragmatique, mais également courageux. Savoir manager c’est également être un manager-coach qui se soucie de la qualité de vie au travail et qui met le relationnel au premier plan. Leadership, réactivité, souplesse : le manager sait faire preuve d’agilité en dépit des liens hiérarchiques

 

En conclusion sur les défauts d’un manager

Finalement, que vous soyez manager ou souhaitiez le devenir un jour, que vous ayez un bon ou un mauvais manager, sachez que « l’idéal est en vous-même, les obstacles aussi » (Thomas Carlisle). 

Vous pourrez donc lire tous les conseils possibles et imaginables, de ce qui est mauvais et de ce qu’il est convenu de faire en tant que manager, la solution se trouve en réalité au fond de chacun d’entre nous. 

Tirons donc le meilleur de nous-mêmes afin de vivre autant que faire se peut en harmonie.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant Web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :