Le slow management : l’humain et le durable au centre

N'hésitez pas à partager cet article :

Dans le monde d’aujourd’hui, en particulier dans le monde du travail, les employés doivent continuellement exécuter les tâches qui leur sont confiées.  Et comme on le sait, faire quelque chose plus vite ne signifie pas que ce sera mieux fait. C’est le problème du fast management actuel. Ainsi, dans le respect constant des délais, les tâches effectuées par les employés peuvent être de bien moins bonne qualité que prévu.  Alors de nos jours, plusieurs entreprises font référence au slow management.

En effet, l’idée du slow management repose sur l’hypothèse qu’un employé dispose d’autant de temps que nécessaire pour s’acquitter de ses fonctions.  Alors, la rapidité et l’efficacité avec lesquelles les équipes exécutent les projets qui leur sont confiés sont des facteurs importants dans la gestion lente.

Ainsi, découvrez dans les lignes à suivre, comment le slow management est une nécessité pour toute entreprise visant une bonne productivité au sein de son personnel.

Le slow management : l’humain et le durable au centre

 

Définition du slow management

Issu du concept anglo-saxon : « Management by Walking / Wandering Around » (MBWA), l’ambition du slow management est de remettre les hommes et les femmes au cœur des organisations. 

Le slow management prône une nouvelle forme de gestion avec beaucoup d’attention à la qualité, la satisfaction au travail, la confiance, la créativité et l’authenticité. Ça oriente une manière de travailler avec une attention à l’autonomie du professionnel, l’encouragement de la diversité et le respect de l’individu humain.

 

Pourquoi devriez-vous utiliser le slow management dans votre entreprise ?

Chacun peut avoir des raisons différentes d’utiliser cette technique. Les employeurs comptent sur l’amélioration de l’efficacité de leurs subordonnés. Les employés peuvent se détendre et se ressourcer. Vous aurez le temps de réfléchir à votre travail, que ce sur quoi vous travaillez vous rapproche ou non de votre objectif. 

Enfin, vous pouvez parler à d’autres collègues au travail, les féliciter pour les tâches qu’ils accomplissent ou simplement parler à des collègues et renforcer les relations. Le slow management vous aidera à résoudre les problèmes auxquels vous êtes confronté au travail ou vous donnera simplement un moment de détente.

 

Le slow management comme base de nouveaux modèles économiques

Les temps économiques actuels nécessitent une nouvelle forme de gestion. Créer et soutenir des organisations suffisamment agiles pour évoluer avec les demandes du marché en constante évolution. Une nouvelle méthode soutenant le besoin croissant de créativité, de propriété du travail et d’entrepreneuriat d’entreprise des travailleurs individuels. 

Pensez également à un slow management à la lumière de la demande croissante de professionnels créatifs et hautement qualifiés. Ces travailleurs ne sont pas uniquement motivés par l’aspect financier de leur travail. Ils considèrent également comme importants l’appréciation personnelle, la reconnaissance, la créativité, le plaisir et le travail utile lors du choix d’un employeur. Les organisations pratiquant un slow management sont plus susceptibles d’attirer et de fidéliser ces précieux collègues, car elles bénéficient d’une meilleure image employeur.

 

Quelle est la base d’un slow management ?

Dans la pratique, il existe 7 principes précieux derrière le slow management. Expliquons-les un peu plus en détail ci-dessous :

 

1. L’humain est le facteur le plus important

Vous travaillez avec des humains ; également lorsque vous êtes manager. Les humains peuvent faire ou défaire votre journée. Ne les considérez pas comme des ressources. En tant que gestionnaire, vous devez les valoriser comme l’aspect le plus important de votre travail. 

Les travailleurs que vous employez sont suffisamment intelligents (sinon vous ne les avez pas employés) pour réfléchir à la façon la plus optimale d’organiser leur propre travail et réfléchir à des améliorations. Assurez-vous que les personnes de votre entreprise ont un but et un sens dans leur travail. En tant que manager, vous devez leur inspirer votre vision et vous orienter sur le résultat et non sur un processus détaillé.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment manager à distance ? Avantages et inconvénients

 

2. Focus sur l’importance de la qualité dans le slow management

La qualité est plus importante que la quantité. La qualité rend les gens heureux, rend vos clients satisfaits de votre produit et rend vos employés fiers de leur travail. Les processus d’aujourd’hui se concentrent principalement sur la quantité. Cela produit des produits bon marché à grand volume. Et si le produit est des déchets au moins, ce sont des déchets bon marché. 

La plupart des mesures de gestion sont basées sur la quantité et cela se reflète également dans les actions de gestion. Le pilotage de la qualité se concentrera sur un ensemble de compétences et de résultats totalement différents. Prenons comme exemple la vision de Steve Jobs lorsqu’il a voulu créer le « meilleur téléphone mobile ». 

La qualité ne se limite pas au produit ; cela s’applique également au processus et à l’environnement. Le processus de production doit être conçu pour garantir la qualité du produit. Demandez-vous consciemment : « Est-ce la qualité que je souhaite offrir à mes clients ou à moi-même ? “. Cela pourrait entraîner des observations et des résultats surprenants.

 

3. La puissance du soutien professionnel

Soutenez les personnes dans leurs compétences professionnelles. Au sein de votre entreprise, ce sont les personnes les plus compétentes dans leur domaine. Assurez-vous de leur donner les moyens de décider de leur propre travail et de respecter le résultat. Une des erreurs pourrait être d’engager un expert externe pour résoudre un problème interne. 

Ce consultant délivrerait un rapport coûteux avec, dans le meilleur des cas, les mêmes conseils que vous auriez pu obtenir pour vos propres employés. Investissez, soutenez, respectez, encadrez et formez-les pour être les meilleurs professionnels dans leur domaine.

 

4. Liberté et esprit d’entreprise dans le slow management

Donnez à vos employés la liberté de prendre leurs propres décisions quant à la manière d’exécuter leur travail. Laissez-les décider comment dépenser le budget, par exemple pour la formation, les outils ou le marketing. 

Encouragez-les à faire preuve d’esprit d’entreprise dans leurs décisions et laissez-les faire preuve de créativité dans leur façon de travailler. Donnez-leur suffisamment de liberté et de pouvoir pour prendre des décisions commerciales concernant leur travail. Encouragez-les à prendre des initiatives et à respecter leurs décisions. Vous serez étonné de ce que vous obtiendrez en retour.

 

5. Mettre l’accent sur la création de valeur à long terme

Concentrez-vous sur la création de valeur à long terme et non sur la maximisation des bénéfices à court terme. Cela ne signifie pas qu’il n’est pas important de gagner de l’argent, mais que vous devez également être en mesure de gagner de l’argent à l’avenir. 

Investissez dans des projets qui améliorent votre entreprise. Focus sur la création de valeur durable. Les activités épuisant votre environnement professionnel (à la fois sur le plan de la nature, sur le plan social et économique) finiront par se retourner contre votre entreprise. D’où l’importance du développement durable.

 

6. Des règles favorables et moins contrôlantes

Réduire les processus est essentiel pour créer un lieu de travail stimulant. Les seules règles doivent soutenir votre travail au lieu d’empêcher la créativité et l’esprit d’entreprise. Les règles de contrôle qui n’ajoutent pas de valeur à votre entreprise ne font que vous coûter de l’argent et frustrent vos employés. 

Assurez-vous que les règles actives sont des règles de support pour un slow management. Cela peut se limiter à certaines règles de base pour organiser les activités quotidiennes et à certaines règles nécessaires pour maintenir un environnement de travail sûr. 

Examinez de près l’ensemble actuel de règles appliquées et envisagez ce qui se passera lorsqu’elles disparaîtront. Dans la plupart des cas, il n’y aura aucune différence ou même un soulagement et une augmentation de la productivité. Moins, mais mieux.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le management éthique : tout comprendre sur cette démarche

 

7. Faites-vous confiance

Faites confiance aux personnes avec lesquelles vous travaillez. Faites-leur confiance pour prendre les bonnes décisions et fournir les meilleurs efforts pour leur travail. Au cours des dernières décennies, nous avons appris à faire confiance aux processus et à l’enseignement du travail par des experts et non à notre propre jugement. 

Cela rend les travailleurs quelque peu impuissants. Avec la confiance, vous pouvez activer la réflexion sur le lieu de travail. Cela rend les gens plus conscients de leur travail et plus responsables du résultat final. Et pour tous les managers : abandonnez votre tendance au micromanagement, restez assis et soyez surpris du résultat final.

 

Conclusion 

En guise de conclusion, retenez ces trois points importants du slow management :

Premièrement, les hommes et les femmes en entreprise ont besoin avant tout de sens et de reconnaissance. Cela ne peut être transmis que par des réunions individuelles et des rassemblements – en d’autres termes, le temps que les gestionnaires donnent physiquement à leurs employés. 

Deuxièmement, pratiquer le slow management ne signifie pas aller lentement, en fait c’est le contraire. Il s’agit de comprendre que prendre le temps de rencontrer son équipe, c’est contribuer à son bien-être et ainsi contribuer à la performance de l’entreprise dans son ensemble. 

Troisièmement, pratiquer un slow management qui oblige les managers à sortir de leurs bureaux pour rencontrer leurs collaborateurs. 

Ce type de manager est capable de saisir les principaux avantages offerts par les rassemblements formels et informels pour enseigner, transmettre un message, répondre aux questions, partager des valeurs, partager une culture, et, en même temps, être capable d’apprendre de ceux à qui il ou elle parle.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant Web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

2 réflexions sur “Le slow management : l’humain et le durable au centre

  • à
    Permalien

    Excellent article et tellement vrai.
    Il y a des choses que je n’ai pas e’core testée, je m’y atelle 😉

    Répondre
    • à
      Permalien

      Bon courage dans vos tests ! N’hésitez pas à nous dire comment cela s’est passé.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :