Organisation matricielle : mieux comprendre cette structure complexe

N'hésitez pas à partager cet article :

Les entreprises comme les sociétés hiérarchiques, à savoir pyramidales, verticales, dont l’unité de commandement est positionnée au sommet stratégique, au sommet de la structure, et qui sont dotés d’un nombre de niveaux hiérarchiques impressionnant, et inspirées de la standardisation sont certainement vouées à disparaître. L’organisation matricielle est-elle une solution ?

La forme structurelle traditionnelle dont la structure simple et pragmatique plaisait tant s’oriente désormais vers des structures modernes dont les niveaux hiérarchiques sont moins pesants. 

Les caractéristiques de la structure matricielle s’inspirent à la fois de l’organisation classique et de la structure décentralisée. 

Comment mettre de la « matricité » dans les structures et organisations des entreprises ?

Organisation matricielle : mieux comprendre cette structure complexe

 

L’organisation matricielle comme modèle traditionnel 

La structure organisationnelle permet de savoir qui fait quoi, comment les personnes et les services interagissent et a pour but de les organiser.

Il existe différents types d’organisation au sein d’une entreprise parmi lesquelles : 

  • L’organisation fonctionnelle, dont la structure fonctionnelle dépend de la compétence
  • La structure divisionnelle, qui donne du pouvoir à chaque service ou division
  • L’organisation en mode de projets et l’organisation matricielle

L’organisation matricielle est donc un type de structure dont la division du travail, le management, et la direction générale s’inspirent des deux premiers modèles en tant que structures modernes.

 

Qu’est-ce qu’une organisation matricielle ? 

Structurer l’organisation de façon matricielle ne veut pas dire qu’il n’y a plus de hiérarchie ni de centralisation de la prise de décision au sein des équipes. Le modèle est complexe et nécessite des explications complémentaires.

 

Histoire de l’organisation matricielle 

Les structures matricielles apparaissent au milieu du siècle dernier, aux États-Unis et possiblement à l’initiative de Boeing ou de l’aéronautique américain. Laissé pour compte dans les années 1990, le modèle inspire de nouveau dans les années 2000 en raison de certains objectifs stratégiques complexes.

 

Comment définir la structure matricielle ? 

Une structure matricielle prend en considération les composantes par projet et les composantes fonctionnelles. 

Il y a une indépendance entre les différents groupes, mais ils collaborent. De ce fait, ils deviennent interdépendants. 

L’activité se distingue en deux éléments distincts : la fonction et le projet (ou le service).

 

Le management du salarié est partagé 

L’organisation est qualifiée de « matricielle » dès lors que les collaborateurs ont plusieurs managers. 

Dans un modèle organisationnel matriciel, l’employé a deux supérieurs hiérarchiques. Un responsable fonctionnel, désigné en fonction des tâches assignée, ainsi qu’un responsable permanent, qui dispose d’une autorité hiérarchique.

 

Structure matricielle, structure multidimensionnelle 

Différentes logiques hiérarchiques se situent au même niveau hiérarchique. 

Il ne s’agit pas d’une structure hybride dans laquelle on superpose des « pouvoirs », mais bien d’un croisement de compétences équivalentes et nécessaires sur un seul et même projet.

 

Une structure matricielle décentralisée par nature

La structure est décentralisée dans l’organisation matricielle.

Pour ce faire, il est nécessaire de délimiter les cadres de compétences, les différents « territoires » de chaque collaborateur. 

Énergie dissipée, lutte de pouvoir, ralentissement des décisions et inertie sont autant de risques d’une décentralisation mal structurée. 

En cas de réussite d’un tel mode d’organisation, le pouvoir de décision s’avère renforcé au sein des équipes, qui peuvent faire preuve de davantage de flexibilité grâce à la décentralisation.

 

La recherche de performance

Optimiser les ressources humaines, en exploitant leurs performances de manière décentralisée permet de performer l’intelligence collective de ces dernières, « actrices de terrain » incontournables pour mener à bien des projets.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  GPEC : définition, mise en place et enjeux

 

Structure opérationnelle et fonctionnelle 

L’entreprise matricielle remet en question le commandement traditionnel. Conséquence ? Une hiérarchie double, opérationnelle et fonctionnelle, par opposition au fonctionnement hiérarchique classique.

Cela leur permet d’être plus autonomes et ainsi de gagner en efficacité. 

 

Quelles entreprises ? 

De nombreuses entreprises peuvent mettre en place ce modèle. Il correspond davantage aux structures choisies pour mener à bien de nombreux projets dont les équipes sont pluridisciplinaires.

Cependant, l’organisation matricielle fonctionnerait difficilement dans la réalité. Mais elle s’avère tout simplement indispensable afin de mener à bien certains projets. Et c’est la raison pour laquelle elle continue d’être appliquée aujourd’hui. 

C’est également pour cette raison que les sociétés de grande taille auraient des difficultés à mettre en place une telle structure matricielle.

 

Conclusion sur l’organisation matricielle

Les organisations matricielles de la structure de l’entreprise sont donc essentielles dans la gestion de projets, qui font donc l’objet d’un découpage – opérationnel/fonctionnel – comprenant « la fonction et le projet ». Chaque salarié dispose de deux supérieurs hiérarchiques. À savoir un chef de projet temporaire pour ce qui est des tâches concernant le projet, et un responsable qui est quant à lui permanent.

 

Les avantages et les inconvénients de l’organisation matricielle

Comme n’importe quel modèle, matrice, organigramme, l’organisation matricielle présente des avantages et inconvénients.

 

Avantages 

D’abord quelques avantages, et non des moindres. 

  • Le modèle matriciel permet une « meilleure transversalité des compétences ». 
  • Les compétences techniques spécialisées se partagent entre salariés et responsables. 
  • La communication s’avère facilitée en interne, et notamment entre les responsables et les managers. 
  • De plus, cela encourage l’innovation et la coordination au travers du renforcement de la collaboration. 

 

Inconvénients 

L’organisation matricielle peut conduire à des dérives. Il est possible qu’il y ait une dérive du nombre de managers. Si chaque salarié doit rendre des comptes à plusieurs managers, le temps perdu, les problèmes de remontée / descente d’information ou encore les prises de décisions deviennent handicapants.

Au-delà de ce cas extrême, l’un des inconvénients consiste en la perte de repères, des tensions liées à la double hiérarchie, générant de l’anxiété ainsi qu’un certain mal-être. 

Des instructions contraires peuvent être données aux subordonnés, ce qui cause inévitablement des problèmes de clarté dans les objectifs et les moyens à mettre en œuvre.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant Web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :