5 erreurs à éviter pour ne pas démotiver ses équipes

N'hésitez pas à partager cet article :

Savoir comment motiver ses salariés s’avère bien évidemment essentiel pour atteindre collectivement nos objectifs. Cependant, avant de chercher à motiver, un bon manager se doit de connaître les facteurs principaux de démotivation qui pourraient nuire à la productivité au travail. 

Ce serait comme vouloir remplir une piscine qui fuit. Nous mettrions de l’eau, mais elle s’écoulerait tout de suite. Il nous nous retrouverions dans l’impossibilité de la remplir.

Il en est de même avec le réservoir de motivation de nos collaborateurs. Si notre attitude les démotive, peu importe ce que nous pourrions faire de bien, leur motivation ne se remplirait jamais. Nous devons donc être vigilants, dans un premier, à ce qui pourrait provoquer la démotivation des salariés avant de chercher les facteurs de motivation.

Souvent, je fais référence au sondage de 2017 de l’institut Gallup. Leur enquête conclut que 90% des collaborateurs sont désengagés. En tant que managers, nous devons donc prendre conscience que la plupart de nos collaborateurs sont potentiellement désengagés et donc moins productifs.

Comment peut-on en arriver là ? Car ce sondage signifie que sur 10 personnes sur un bateau d’aviron, seulement une rame fort et avec l’envie de franchir la ligne d’arrivée. L’institut Gallup nous dit que 7 personnes ne rament pas, ou trop peu, et 2 personnes rament en sens inverse.

Comment s’en sortir ? Éviter les 5 erreurs classiques qui entravent la motivation des équipe et donc la productivité au travail. Ce texte est directement extrait de mon livre gratuit : « Comment rendre nos équipes plus motivées et plus efficaces ? ».

Comment motiver son équipe ? productivité au travail

 

1 – Vouloir tout contrôler

managementLe métier du manager et du dirigeant n’est pas simple. En effet, nous avons été habitués à devoir tout savoir et pouvoir résoudre tous les problèmes. Comme lors du taylorisme, le cerveau et les bras étaient dissociés, le chef étant le cerveau, il devait tout savoir.

Cependant, notre monde devient complexe. Ainsi, tout est désormais interconnecté et la quantité d’informations qui circule dépasse nos capacités physiques. Aujourd’hui, dans ce monde complexe, le leader ne peut plus tout savoir et ne peut plus tout contrôler.

Le risque, pour le leader, en termes de crédibilité et de charge de travail, est de vouloir tout contrôler et tout gérer alors que nous maîtrisons de moins en moins les métiers de nos employés.

L’opportunité, c’est de laisser faire nos employés et d’aller jusqu’à les solliciter pour améliorer leur productivité.

Peu de temps après avoir commencé à travailler en tant que manager, un autre manager fut recruté. Il avait environ 25 ans. Les employés de notre magasin avaient entre 10 et 20 ans d’ancienneté. Ce nouveau manager arriva d’une autre entreprise et voulut expliquer à ses équipes comment il fallait faire. Il passait son temps à les surveiller.

Au bout d’une semaine, tous les employés l’appelaient le « petit roquet » et au bout de 15 jours, le directeur dut mettre fin à sa période d’essai.

L’astuce, pour éviter la démotivation des salariés, aurait été d’arriver, de s’appuyer sur les équipes en place pour bien comprendre le job et de les laisser faire. Le job est simplement de s’assurer qu’elles ont tout ce qu’il faut pour travailler et progresser.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment motiver une équipe : 5 étapes essentielles à la motivation au travail

 

2 – Faire de l’individuel en collectif n’est pas productif

productivité au travailUne des premières leçons que l’on m’a enseigné en tant que manager pour comprendre comment motiver son équipe pour qu’elle soit productive est qu’il ne faut jamais « faire de l’individuel en collectif ».

Si nous avons un feedback à donner à une personne de notre équipe, il est essentiel de ne pas le faire devant d’autres personnes, que ce soit des membres de l’équipe ou des clients.

Encore une fois, Dale Carnegie nous explique que chacun doit se sentir important. Notre estime de soi et l’image que nous pensons avoir auprès des autres sont essentielles pour se sentir important. Si nous sommes critiqués devant d’autres personnes, cela va baisser notre estime de nous et donc nous démotiver. Cela aura donc pour effet de baisser la productivité au travail. 

Combien de fois ai-je pu voir aux caisses des magasins, un des responsables intervenir pour un problème et faire directement un reproche à l’employé présent en caisse. Il est préférable d’attendre un autre moment (organiser une rencontre) pour débriefer.

Certes, le feedback sera donné plus tard, mais en attendant, la motivation de l’employé sera préservée. Je suis certain que notre employé nous sera reconnaissant d’avoir attendu un moment en tête à tête plus approprié. Nous serons donc dans un cercle vertueux et non l’inverse.

 

3 – Ne pas donner assez de moyens pour réussir 

managementLorsque j’étais étudiant, je travaillais l’été pour gagner de l’argent. Je faisais le tour des agences d’intérim. Cela s’est toujours bien passé, excepté une fois. Je devais travailler pour une entreprise de voirie. Je me présente le matin à l’heure convenue dans une rue en travaux.

J’arrive, on me tend une pioche, on me montre un endroit et on me dit de creuser dans le trottoir. Ne connaissant pas à l’avance la tâche que je devais faire, je n’avais pas prévu de gants. Je commence donc à frapper la pioche contre le trottoir qui était en parfait état sans gants et sans comprendre pourquoi.

À côté de moi, une personne conduisait dans une tractopelle. Elle creusait le milieu de la rue jusqu’aux canalisations. Au bout d’une heure, j’avais fait un trou minuscule et je demande au conducteur de la tractopelle si cela est suffisant.

Il sort de son engin, me baragouine quelques mots et retourne dans son véhicule. Bref, j’avais des ampoules plein les mains et je ne comprenais pas ce qu’il fallait faire. J’étais inutile et j’ai arrêté de travailler.

Il est essentiel, pour comprendre comment motiver son équipe, de nous assurer que nos employés aient les moyens de réussir :

  • Le sens : pourquoi je creuse ?
  • L’objectif : jusqu’où je dois creuser ?
  • La formation adéquate : Comment dois-je faire ?
  • Le matériel adéquat : des gants — une pioche, est-ce suffisant pour creuser dans un trottoir ?

Le cercle vicieux serait de ne pas donner tous les moyens de réussir. L’employé n’arriverait pas à réaliser sa mission. Il pourrait donc être sanctionné, ce qui ne l’aiderait pas plus à réaliser sa mission.

 

4 – Sanctionner de façon abusive nuit à la productivité au travail

productivité au travail

Nous arrivons un matin et nous constatons qu’une voiture de fonction a été prise par une des femmes de ménage. Nous devenons très irrités et l’attendons de pied ferme.

Elle arrive, nous lui sautons dessus, lui expliquons qu’il est formellement interdit de prendre une voiture de fonction. Nous la licencions sur-le-champ.

Il est 9 h, nous avons rendez-vous avec une personne très importante. Nous nous dirigeons vers l’accueil de notre entreprise. Notre rendez-vous est là. Il nous remercie chaleureusement d’avoir envoyé quelqu’un le chercher à l’aéroport si tôt ce matin.

En effet, il avait perdu son portefeuille et avait appelé notre entreprise. En réalité, la femme de ménage a décroché le téléphone et a pris une voiture de fonction pour aller chercher cette personne.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Travail en équipe : 5 éléments pour le mettre en œuvre

Nous devons envisager que nos employés sortent des règles établies pour la bonne cause (le bon fonctionnement de l’entreprise, la satisfaction d’un client, etc.). Cela peut nous surprendre et nous amener à « sur-réagir ».

Cependant, si l’action correspond aux valeurs de l’entreprise, elle ne doit pas se voir sanctionnée. Il est donc essentiel d’écouter calmement avant de sanctionner.

Et si vous doutez qu’une femme de ménage puisse prendre une voiture de fonction pour aller chercher quelqu’un d’important à l’aéroport, sachez que cela a eu lieu dans l’entreprise FAVI, qui est un des modèles des nouvelles méthodes de management et d’organisation.

 

5 – Uniformiser des individus 

managementNous pouvons encore avoir des réflexes du Taylorisme. En effet, chaque employé doit faire un geste bien précis suivant sa tâche.

Cependant, pour ne pas diminuer la productivité au travail, nous devons comprendre que dans nos équipes, chacun étant différent, chacun peut avoir sa propre manière de faire.

Un gaucher et un droitier peuvent utiliser la même machine de manière différente et être aussi efficaces. Si nous demandons à un droitier de se servir de sa main gauche, il risque d’être moins productif.

Par contre, si nous utilisons les différences de chacun, nous pouvons améliorer les processus plus facilement. Le droitier et le gaucher ont des visions différentes. Chacun peut donc apporter son point de vue pour améliorer les choses.

Pendant très longtemps, il a été question d’uniformiser les gens. En termes de relation client, il faudrait que tout le monde ait presque la même attitude, les mêmes mots, la même manière de faire. Chaque client est différent.

Si nos employés agissent selon comment ils sont véritablement, les clients iront directement voir le conseiller qui lui convient le mieux. Notre entreprise s’avérera donc plus adaptée aux multiples différences de nos clients.

Dans un monde complexe et en perpétuelle évolution, l’innovation et l’adaptation sont deux qualités prioritaires qui surgissent lorsque nous misons sur la différence entre nos employés. Elles permettent une meilleure productivité au travail.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant Web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Une réflexion sur “5 erreurs à éviter pour ne pas démotiver ses équipes

  • à
    Permalien

    bonjour merci pour cet article trés intéressant !
    je suis tout à fait d’accord avec ce qui est dit, j’ajouterai qu’un des problèmes des personnes en général et peut être encore plus des managers et le besoin de flatter nos ego en désirant avoir toujours raison, pour ‘pisser plus loin que l’autre’ en oubliant que nous sommes tous des êtres alliant le + et le -, sans dualité pas de + ou de – ! dans un monde qui se numérise à vitesse de la lumière, seul les entreprises qui comprendrons qu’elles sont globales dans leurs employés résisteront à l’intelligence artificielle.
    et n’oublions pas que nos cerveaux sont intereliés entre eux et que ce que nous croyons nous en faisons l’expérience, ce que nous croyons dans nos pensées racines ….
    à +
    Franck

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :