Compétences du manager : les 15 clés

compétences du managerManager libérateur, manager agile, intelligence émotionnelle sont autant de nouveautés qui viennent révolutionner le management moderne et les compétences du manager.

À l’époque du taylorisme, il fallait savoir maintenir des procédures en place en contrôlant que les employés fassent correctement leur travail. Aujourd’hui, le manager doit rendre ses équipes heureuses. La révolution du management est en cours. Et même si Gary Hamel a appelé son livre « La fin du management », il explique clairement que le management n’en est pas à sa fin.

Bien au contraire, après les révolutions agricoles, mécaniques et numériques, nous connaissons actuellement une révolution managériale.

Le manager doit évoluer pour animer ses équipes. Il doit s’adapter aux nouveaux paradigmes de la révolution numérique, des problèmes écologiques, des besoins de bien-être et de réalisation de ses employés, de l’importance grandissante de la qualité des produits et des organisations qui évoluent d’un mode pyramidal à un mode en réseau (Marc Halévy).

Il est donc temps de redéfinir ce qu’est le management moderne et les compétences du manager. En voici, selon moi, les 15 clés.

 

 

1 – Un management connecté

management connectéLa place du numérique ne fait que grandir. C’est devenu un incontournable et doit être une clé des compétences du manager pour une raison principale : communiquer.

La communication, surtout avec l’arrivée du télétravail, pourra se faire de manière satisfaisante grâce au numérique. Mails, groupes WhatsApp, appels Facetime ou Skype, nous pourrons partager de la manière que nous le souhaitons l’information et les documents.

Les réseaux sociaux nous permettront aussi de rester informés sous la forme qui nous convient. Créé un blog commun pourra aussi nous permettre de nous exprimer sur des sujets plus profonds et en détail. De plus, tous ces modes de communication favoriseront les réponses, les échanges et les débats pour trouver toujours plus de solutions de manière toujours plus participative.

 

2 – Un management qui s’adapte

management adaptéLe changement n’est plus une nouveauté, c’est devenu une norme. Finalement, l’absence de changement serait un vrai changement ! D’ailleurs, les entreprises opales, qu’évoque Frédéric Laloux dans son livre « Reinventing Organizations », ne parlent plus de changement ou de conduite du changement. Finalement, dans ce nouveau contexte, cela n’a plus de sens.

Ainsi savoir s’adapter aux nouvelles situations devient une qualité essentielle et basique. Le management moderne doit aimer le mouvement. Il faudra savoir accompagner les équipes pour franchir le pas. Une fois celui-ci franchi, il faudra savoir constamment se mettre en dynamique et mettre en dynamique ses équipes.

Ainsi, la créativité sera stimulée quotidiennement et permettra à l’entreprise d’innover jour après jour. L’innovation étant désormais un enjeu majeur de survie.

Mais savoir s’adapter c’est aussi savoir anticiper. Ainsi, les compétences du manager seront d’anticiper les nouvelles tendances et les nouveaux besoins pour pouvoir y répondre. Car s’adapter n’est pas si difficile si nous en avons le temps. Réagir dans l’urgence est toujours plus difficile et plus couteux.

 

3 – Un management qui aime les initiatives

management initiativeLe management moderne et les compétences du manager devront aussi laisser la place aux initiatives. Ainsi, si les équipes sont freinées dans leur travail et ne peuvent pas être autonomes en prenant des initiatives, les problèmes ne pourront pas être résolus avec la réactivité nécessaire au monde actuel.

De plus, les équipes seront plus à même de décider puisqu’elles connaissent souvent mieux les problèmes que la hiérarchie. Il faudra donc les laisser les résoudre pour avoir des solutions sur-mesure.

Laisser les équipes prendre quelques risques facilitera la créativité et l’innovation. Si nous ne tentons rien, il sera devenu difficile d’avancer.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment bien communiquer et passer un message efficacement ?

 

4 – Management empathique

management empathiqueIl devient essentiel de comprendre ses équipes. En effet, lors du taylorisme, les humains étaient comme des robots. D’ailleurs, Henry Ford disait : « Comment se fait-il que chaque fois que je demande une paire de bras, il y ait un cerveau qui vienne avec ? ». Désormais, nous considérons bien nos équipes à travers leurs cerveaux, leurs émotions et leurs tripes.

Notre management moderne doit donc évoluer et nous devons comprendre nos collaborateurs pour que le travail soit efficace. Une bonne écoute, une connaissance approfondie des émotions et la capacité à réagir de manière appropriée sont des qualités requises. L’intelligence émotionnelle, à savoir notre capacité à comprendre émotionnellement l’autre et nous-mêmes afin d’avoir des réactions appropriées et développer nos relations sociales, a toute sa place. À en croire Daniel Goleman dans son livre « L’intelligence émotionnelle », les personnes qui en sont capables réussissent mieux que les personnes qui ont un gros QI.

Pour aller plus loin, après avoir écouté et compris l’émotion de l’autre, notre management moderne consistera à les aider à trouver les bonnes solutions à leurs problèmes à travers des méthodes de coaching. En effet, le management ne consiste plus à dicter les solutions et les procédures, mais à laisser les collaborateurs, qui sont plus proches des problématiques et des clients, trouver leurs propres voies.

 

5 – Un management de la conviction

management convictionDans ce changement constant et ce monde complexe, le chemin n’est pas tout tracé. À l’époque, Henry Ford disait : « Les gens peuvent choisir n’importe quelle couleur pour la Ford T, du moment que c’est noir ». Le présent et le futur étaient identiques : il fallait produire des voitures noires.

Désormais, le présent et l’avenir sont bien distincts. Et nous produisons déjà aujourd’hui des voitures de toutes les couleurs. Alors que pouvons-nous produire demain ? Nous savons juste que nous aurons innové, que cela sera encore différent… ou pas. L’incertitude est bien présente.

Ainsi, les compétences du manager seront d’avoir des convictions fortes et être en mesure d’être convaincants pour que leur entreprise ne tombe pas dans un immobilisme. Il faudra savoir se forger des convictions et les partager pour avancer.

 

6 – Un management donnant de l’autonomie

management autonomeAvec le télétravail qui est en train de se mettre en place, l’autonomie devient de plus en plus une règle.

Chacun doit être en mesure de faire son travail par lui-même en ayant la possibilité de faire des choix. Le manager devra donc développer chez lui et chez ses équipes la confiance en soi, la capacité à se fixer un but et à l’atteindre ainsi que la volonté de progresser. Il pourra ainsi donner les capacités de devenir autonome.

 

7 – Un management du rebond

management rebondirLes choix que nous ferons et que feront nos équipes ne fonctionneront pas toujours. Désormais, nous faisons beaucoup de choix chaque jour. Nous sommes submergés d’information et nous et nos équipes devons trancher extrêmement souvent.

Ainsi, devons-nous accepter que nous allions faire beaucoup d’erreurs. Nous aurons aussi des réussites qui doivent avoir plus d’impacts que la somme de nos erreurs. Mais, nous ne devons pas nous laisser démotiver par nos échecs.

Nos échecs doivent être vus comme des moyens de progresser et comme un passage obligé si l’on veut aussi prendre de bonnes décisions et avoir de vraies réussites. Nous devrons donc savoir rebondir immédiatement après un échec sous peine de ne jamais avancer. Avoir un coup d’avance sera la clé dans ce domaine.

 

8 – Un management positif 

management positifComme nous l’avons vu dans un autre article, le cerveau ne comprend pas la négation ! Il nous est donc obligatoire de rester positif pour être bien compris et pour impulser une bonne énergie dynamique à nos collaborateurs.

Le monde complexe peut faire peur, surtout si nous sommes immobiles. Avancer peut rassurer et la meilleure des énergies pour cela sera d’être positif.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment se faire respecter au travail en tant que manager ?

Et même si des échecs surviennent, que la voie est longue et difficile d’accès, être positif permettra de passer un bon moment professionnel avec toute l’équipe. Le seul risque serait d’oublier tous les tracas et de réussir à atteindre tous les objectifs.

 

9 – Un management humain

management humainLe management moderne et les compétences du manager ne doivent pas seulement être emphatiques, mais aussi humains. Nous avons vu qu’il fallait se comprendre et comprendre l’autre. Mais il faut aussi savoir travailler efficacement en équipe.

L’intelligence émotionnelle sera une clé pour apprendre à travailler en équipe, à gérer les relations humaines, notamment les conflits, et animer de manière participative la collaboration entre chacun.

Il faudra donc être capable de s’entourer des bonnes personnes, de savoir faire participer chacun, de rendre les gens importants tout en les responsabilisant et de rendre la coopération efficace. Beaucoup de qualités pour ce management profondément humain.

 

10 – Un management en réseau

management réseauDésormais, il ne faut plus travailler en silo, mais bien en réseau. Le management moderne doit intégrer tous les acteurs et pas simplement les collaborateurs. Actionnaires, fournisseurs, équipes, clients, services, coachs, accompagnants sont autant d’intervenants qu’il faudra prendre en considération pour avancer et atteindre les objectifs.

Le réseau sera essentiel pour trouver les bons profils et collaborer efficacement.

 

11 – Un management qui donne du sens

management sensLes collaborateurs pensent avec leurs têtes, leurs cœurs et leurs tripes. Leurs besoins sont plus importants qu’avant et pour développer leurs compétences et être efficaces dans leur travail, ils devront bien comprendre la situation de l’entreprise. Le management moderne devra être un vecteur de sens. Le sens permettra de guider chaque collaborateur pour aller dans la bonne direction.

Le manager devra aussi être exemplaire pour incarner, faire vivre et montrer comment se traduit ce sens au quotidien. Il sera comme un phare dans le brouillard. Mieux, en raison de son attitude, il pourra dissiper le brouillard pour éclairer la voie.

 

12 – Un management sans égo et authentique

management authentiqueL’égo du manager n’est plus nécessaire. Lorsqu’il était question de maintenir des procédures en place, l’égo pouvait servir à montrer la force et la puissance du manager. La situation pouvait ainsi rester en place.

Désormais, cela n’a plus de sens. Les équipes doivent trouver par elles-mêmes les solutions pour répondre au mieux aux besoins de clients. Chaque besoin étant de plus en plus spécifique, il faut savoir s’y adapter.

Ce n’est donc plus un management qui doit imposer par l’égo, mais un management qui doit accompagner. C’est un management au service des collaborateurs et donc au service des clients. L’égo n’a plus sa place. Au contraire, les compétences du manager seront de savoir être authentique . Chaque collaborateur devra pouvoir être ce qu’il est pour apporter tout son potentiel à l’équipe. Les différences de chacun seront autant de ressources pour l’équipe et pour résoudre les situations.

Le management moderne devra donc laisser son égo de côté pour se permettre et permettre à chacun d’être pleinement soi-même au service du client et d’un sens commun.

 

13 – Un management intuitif 

management intuitionÊtre un phare dans le brouillard n’est pas une mince affaire. En effet, éclairer les autres est une chose, mais il faut savoir dans quelle direction nous devons les mener. Certaines fois, dans la masse d’information, notre cerveau « rationnel » sera perdu et ne nous sera pas utile.

Par contre, notre amygdale, centre de nos émotions, peut nous aider. En effet, nos expériences passées sont archivées grâce à notre amygdale. Ainsi, des traces de nos émotions liées à des situations passées sont conservées. Nous pouvons donc ressentir les mêmes émotions dans des situations présentes.

Par exemple, lors d’une situation passée, nous avons connu des peurs. Cette peur peut ressurgir actuellement. En y étant à l’écoute, nous comprendrons que nous vivons actuellement une situation analogue à une situation passée. Une fois le parallèle fait, nous pouvons nous remémorer les actions que nous avions faites et les résultats obtenus. Nous pouvons mieux décider dans la situation actuelle.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Transformation numérique des entreprises : les impacts managériaux

Ainsi, les émotions peuvent-elles nous servir de guide pour avancer. Être instinctif en se fiant à nos ressentis peut nous aider à avancer.

 

14 – Un management courageux

management courageIl faudra continuer à être courageux dans notre management moderne, et ce, pour plusieurs raisons.

Nous devrons constamment faire grandir nos équipes. Savoir faire de bons feedbacks sera essentiel, mais il faudra avoir le courage de dire ce que nous avons à dire.

Nous devrons être à l’écoute de nos émotions et développer cette sensibilité. Il faudra avoir le courage de l’assumer devant ses équipes.

Nous devrons être exemplaires et avoir le courage d’assumer nos erreurs.

De manière plus générale, nous devrons avoir le courage d’assumer ce que nous sommes et ce que nous voulons dire pour faire grandir les autres et être cohérent par rapport à nous-mêmes.

 

15 – Un management orienté client

management clientEnfin, le management moderne et les compétences du manager devront être orientés vers le client. Nous nous orientons vers un marché de masse individualisé. Avant la révolution mécanique, l’artisanat rendait chaque produit unique. Ensuite, la révolution industrielle a rendu chaque produit identique, mais accessible à tous. Désormais, les produits doivent être accessibles à tous en étant de plus en plus uniques et individualisés en fonction des besoins de chaque client.

Pour cela, nous devrons organiser des unités opérationnelles au plus proche de ces derniers. Il sera ainsi plus facile de les écouter et de prendre en considération leur avis. Il faudra donner à ces unités la capacité d’être autonomes et de pouvoir décider des actions à mener. Sinon, les avis des clients risqueraient d’être oubliés.

L’océan ne peut plus être rouge où les entreprises se concurrencent uniquement sur le prix avec des produits similaires. Ce système est cruel et violent. Et finalement, il ne répond pas aux besoins spécifiques des clients. Il faudra se positionner dans l’océan bleu où nos produits et nos services se distingueront de nos concurrents par une écoute de nos clients et par des produits et services spécialement conçus pour eux.

 

En complément sur les compétences du manager

Avec l’entreprise libérée, nous pouvons croire que le management peut disparaitre pour laisser les collaborateurs se gérer. Certes, l’autogestion semble une opportunité avec les nouveaux enjeux actuels. Cependant, cela nécessite un véritable accompagnement pour la mettre en place. Le management évolue et les managers doivent aussi évoluer.

Leurs compétences du manager s’élargissent et sont toujours aussi nombreuses. Il faudra donc savoir accompagner les managers dans tous les domaines que nous venons de voir. Le management n’est pas mort et les métiers de coachs et d’accompagnants ont de belles années devant eux.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 23
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement mon livreComment avoir des équipes plus motivées et plus efficaces ?