Management par la confiance : 13 leviers pour instaurer la confiance

N'hésitez pas à partager cet article :

La confiance est inhérente à des notions de fiabilité. Seule une relation professionnelle (ou personnelle) établie sur la durée peut permettre d’instaurer un climat de confiance entre les collaborateurs et leurs équipes. Le management par la confiance prend donc tout son sens. Son objectif est d’instaurer une relation de confiance.

Il faut savoir prendre la décision de faire confiance à ses équipes. Car s’entourer de collaborateurs dont nous sommes suspicieux n’a aucun sens. En effet, comment peut-on travailler avec des personnes en qui nous n’avons pas confiance ?

Mais cela peut faire peur. Alors le management par la confiance, est-ce vraiment possible ? Qu’est-ce que le « management par la confiance » ? Qu’est-ce que la confiance ? Comment encourager les managers à faire confiance ? Existe-t-il un réel intérêt à développer la confiance ? L’objectif de la confiance est-il de contribuer au développement des compétences des équipes telles que la capacité à inspirer confiance ? 

Historiquement, le management classique est défini par Fayol (1916). Il s’agit des activités de prévision, d’organisation, de direction, de coordination et de contrôle mises en œuvre pour atteindre les objectifs de l’entreprise. 

Le management par la confiance décentralise les compétences managériales ainsi que le pouvoir décisionnel et de mise en œuvre qui reposent désormais sur les acteurs et leur capacité à être fiable pour le bien collectif. 

Le management par la confiance s’imprègne donc d’agilité, et se distingue en de nombreux points du management classique. Les entreprises et les start-up qui se basent sur la confiance dans leurs rapports professionnels sont plus performantes. C’est le cas des entreprises libérées ou opales.

Pour ce faire, les acteurs doivent être invités à se responsabiliser, à faire preuve d’autonomie, à innover et être autorisés à faire des erreurs. Voici 13 clés pour instaurer un management par la confiance.

Management par la confiance : 13 leviers pour instaurer la confiance

 

1. Le management par la confiance : « J’ai confiance en toi » 

Accordez votre confiance, et exprimez-vous ! Vous verrez qu’en faisant confiance, vous responsabiliserez vos collaborateurs, et que les effets ne seront que positifs. 

Pour cela, dites-leur que vous avez confiance en eux lorsque vous leur confiez une mission : « j’ai confiance en toi ». 

Dans le cas où votre confiance est trahie, prenez des mesures correctives et renforcez le contrôle.

 

2. Le pouvoir des ressources humaines dans le management par la confiance 

Il est nécessaire d’être au fait du travail accompli par vos collaborateurs afin de gagner en légitimité, et de leur montrer de la gratitude. 

Cela vous permettra non seulement de vous faire apprécier, mais surtout d’instaurer un climat de confiance renforcé. Ils sauront désormais à quel point leur travail est apprécié (et valorisé par des paroles).

 

3. Valorisez la compétence, l’efficacité et la productivité

Pour ce qui concerne les collaborateurs les plus investis, ces derniers peuvent être mis en avant afin de valoriser les bonnes pratiques au sein de votre entreprise. L’ensemble des membres de l’équipe peut être intégré aux félicitations. 

En valorisant le personnel compétent, vos collaborateurs auront davantage confiance en vous (et envie de travailler pour vous). Pensez donc à les féliciter vos équipes.

 

4. L’intégration du personnel aux processus de décisions 

Les ressources humaines sont une ressource indispensable, et c’est la raison pour laquelle les collaborateurs doivent savoir qu’ils sont intégrés, valorisés, et estimés, en tant que collaborateurs essentiels aux projets, à la construction de la culture d’entreprise, et à la performance générale de l’entreprise. 

Lors des réunions concernant les décisions stratégiques, faire preuve d’agilité et encourager le climat de confiance consiste d’abord à intégrer les collaborateurs.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Entreprise libérée : exemple concret

 

5. L’équilibre des objectifs dans le management par la confiance

Atteindre les objectifs est ce qui est demandé aux salariés, mais ces objectifs doivent être globalement ambitieux afin de générer l’envie chez les collaborateurs. A contrario, les objectifs trop ambitieux découragent rapidement les collaborateurs, qui ne font plus confiance au système et souhaitent s’en détacher.

Les objectifs doivent donc être équilibrés afin de ne pas altérer le climat de confiance établi.

 

6. Les objectifs personnels et les objectifs professionnels

De plus et surtout, les objectifs doivent idéalement concorder avec des objectifs personnels. Il peut s’agir du développement de certaines compétences personnelles, par exemple des capacités de gestion, qui émergent dans le cadre de la vie professionnelle.

Pour cela, il est important de créer des liens de proximité, et de savoir quelles sont les intentions personnelles de vos collaborateurs (et non seulement connaître leurs ambitions professionnelles).

 

7. Le lâcher-prise

Le leadership ne signifie pas de micromanager. Le collaborateur suit une formation et sa posture est ensuite telle qu’il est capable, à terme, de travailler en autonomie. Afin qu’il travaille seul, vous devez lui montrer que vous lui faites confiance en sachant lâcher prise.

Le fait de bénéficier de la confiance de quelqu’un vous fait réfléchir à deux fois avant de la trahir. En revanche, si votre manager ne vous fait pas confiance, vous saurez qu’il ne sera pas trahi dans ses croyances ni dans ses pratiques managériales si vous commettez des erreurs irrémédiables.

 

8. Le droit à l’erreur dans le management par la confiance

Le rôle du manager est donc d’encadrer, mais surtout de lâcher prise, et de ne pas céder à la tentation de contrôler toutes les tâches réalisées par ses collaborateurs, au risque d’augmenter leur sentiment d’anxiété. 

Il est nécessaire de donner de la liberté à ses collaborateurs, et ce quels que soient les styles de management. 

Pour travailler librement, les membres de votre équipe doivent notamment savoir qu’ils ont le droit à l’erreur. Sinon, ils n’oseront pas.

 

9. L’insertion de l’agilité

Paul préfère la gestion opérationnelle des tâches et Jacques se sent à l’aise dans la gestion de projet en général. Un manager performant est un manager transversal, adaptable, agile. De telles qualités permettent de répondre aux attentes de vos collaborateurs, de leur donner la possibilité de choisir les missions qu’ils préfèrent s’assigner, et donc de minimiser leurs possibilités de vous « décevoir » (après tout, ils ont choisi les missions qui leur sont conférées !).

Une évaluation permet dans un second temps de valoriser la contribution individuelle, la contribution à la cohésion de groupe, et de valoriser la posture de celui qui s’investit et fait preuve d’initiatives.

 

10. Le bien-être des collaborateurs 

Le climat de confiance ne peut être établi qu’à la condition que vos collaborateurs sachent à quel point leur bien-être personnel (au-delà de leur expertise professionnelle) compte à vos yeux et aux yeux de l’entreprise pour laquelle vous travaillez. 

Un bon manager est un manager bienveillant, à l’écoute, proactif et empathique !

 

11. Les événements informels dans le management par la confiance

Les managers pourront organiser des événements en petit comité, et pas simplement des jeux de team building. Cela permettra de solidifier les relations professionnelles (et de créer du lien affectif) entre les différents collaborateurs et entre collaborateurs et managers. 

« Aller prendre un verre, » « prendre un café, » ou encore « aller déjeuner » ensemble sont autant de moments extrêmement importants et permettant de solidifier les rapports humains, de créer des liens entre collaborateurs, et ce indépendamment des objectifs professionnels.

Le fait de provoquer des échanges lors des événements informels (et non uniquement lors des team building) peut permettre de créer des rapports humains sincères, car ils sont entretenus en dehors du cadre habituel qui est celui de l’entreprise.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Entreprise à mission : pourquoi et comment la mettre en œuvre ?

 

12. L’écoute active et le management de proximité

Vos collaborateurs doivent être en mesure, en vue d’améliorer l’intelligence collective, de bénéficier d’un management de proximité afin de pouvoir s’exprimer librement ! Cela conduit à atténuer les tensions, dénouer les conflits et trouver des éléments d’entente, indispensables à la productivité et à l’atteinte des objectifs. 

Ainsi, animer une équipe requiert de l’écouter. Les managers doivent pour ce faire disposer d’un savoir-être évident, et savoir manager avec tact et leadership afin de fédérer la gestion de projet au mieux.

 

13. Le manager et son égo dans le management par la confiance

Les personnes qui montrent leur vulnérabilité sont des personnes humaines et sujettes aux émotions. En tant que manager, vous pouvez donc vous approprier tous les outils de management possibles et imaginables, mais vous devez bien comprendre que la confiance requiert de l’authenticité.

En montrant de temps en temps une part de vulnérabilité, vous serez plus apprécié, car vous ne serez pas « juste » un manager dur comme de la pierre, mais un être humain qui a ses moments de faiblesse lui aussi.

 

Conclusion : La technique des journalistes pour instaurer un climat de confiance (SERAS)

Les journalistes commencent par l’invocation d’un sujet vague. Cela permet de définir le cadre.

Le fait d’« élargir » permet ensuite de s’intéresser à différents axes de discussion à propos du sujet concerné. L’interlocuteur est encouragé à raconter davantage, à préciser, à donner des détails.

Une formule magique appartenant aux journalistes est : « finalement, ce que vous me dites, c’est que… » et c’est là que vous reformulez ce que votre collaborateur vous dit. 

Ainsi, il s’agit de « résumer » ce qu’on vient de vous dire. Cela est essentiel pour les managers, car ils peuvent ainsi comprendre les enjeux de chacun des collaborateurs (« si je comprends bien… »).

L’« attention » se porte sur l’interlocuteur. Il se sent dès lors compris, entendu et peut se confier à une oreille attentive. Au fur et à mesure de l’échange, l’interlocuteur fatigue, et c’est aussi lorsqu’il amenuise sa vigilance qu’il peut se confier à vous et faire preuve d’une honnêteté amplifiée. 

Il vous fait confiance, et vous avez instauré un climat de confiance. C’est précisément grâce à l’établissement de ce climat que vous pourrez manager en bonne et due forme.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant Web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :