Rigueur au travail : 5 conseils et 3 points de vigilance

N'hésitez pas à partager cet article :

Selon le CNRTL, il se dit de « rigoureuse » une personne qui est très sévère, qui montre beaucoup de sévérité, d’austérité, de dureté dans sa conduite ou son jugement ou qui est inflexible. En dépit de cette définition plutôt négative, la rigueur est le plus souvent considérée comme une qualité dans la vie professionnelle comme dans la sphère personnelle. Comment obtenir plus de rigueur au travail au quotidien ?

La rigueur est une qualité rare et convoitée. Lorsqu’il s’agit d’atteindre un objectif personnel ou professionnel, de tenir son engagement, de tenir les délais donnés ainsi que les procédures à suivre, une personne rigoureuse va agir de manière organisée et fluide, ce qui est clairement valorisé au sein des entreprises. 

Il s’agit d’un savoir-être souvent jugé indispensable par les recruteurs. La rigueur fera donc la différence entre vous et un concurrent. 

D’ailleurs, il s’agit d’une compétence interpersonnelle plus valorisée que les compétences techniques elles-mêmes. Avoir des collaborateurs rigoureux présente plusieurs avantages : gain de temps, gain d’argent, gain en efficacité, gain de performance et gain de confiance pour ce qui concerne l’ensemble des clients, et surtout, gain de fiabilité en tant que collaborateur.

Voici 5 conseils et 3 points de vigilance pour mettre de la rigueur au travail.

Rigueur au travail : 5 conseils et 3 points de vigilance

 

Les conseils à suivre pour devenir rigoureux  

La notion de rigueur sous-entend un travail constant sur soi-même, de la persévérance et de la témérité.

 Il s’agit d’une qualité attribuée individuellement, qui contribue à la qualité des services (ou des produits) qui sont proposés par les entreprises. 

Qu’il s’agisse de la rigueur dans l’apprentissage ou de la rigueur dans le travail, le fait d’être rigoureux peut vous permettre d’atteindre vos objectifs plus facilement, d’où la nécessité de développer cette qualité.

 

1. La routine avec la rigueur au travail

Par exemple, tous les jours à 11h, j’alimente ma veille commerciale, afin de savoir si des produits ou services concurrents ont émergé. Tous les jours, à 16h, je fais des exercices d’anglais pendant 30 minutes.

Le fait de créer des routines, d’instaurer des rituels et le fait de savoir quand je dois faire telle action permet de gagner en rigueur, et donc en efficacité.

 

2. La priorisation

Dans notre exemple précédent, il se peut que la veille commerciale soit plus importante que l’apprentissage de l’anglais, ou inversement. Souvent, la prospection de nouveaux clients est ce qui compte le plus dans une activité.

Aussi, vous pouvez modifier votre emploi du temps en fonction des priorités à l’ordre du jour.

Cela vous permettra de maximiser vos chances de respecter les délais concernant les tâches urgentes par exemple. La matrice d’Eisenhower est en cela un excellent outil de gestion du temps et des priorités au travail.

 

3. Les horaires et la planification

Le fait de s’imposer des horaires permet de ne pas s’éparpiller et de gagner en rigueur au travail. C’est particulièrement le cas si vous êtes indépendant. Il s’agit de déterminer un horaire de début, un horaire de déjeuner, un horaire de fin et aussi ses temps de pause pour faire du sport ou se distraire. 

Au-delà des horaires, il est important d’avoir un planning afin d’y insérer la chronologie des tâches que vous devez réaliser, et de s’y astreindre (vraiment) sans rechigner. Pour ce faire, bannissez les distractions, qu’il s’agisse des notifications de votre portable ou de vos emails… isolez-vous !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le management transversal : pourquoi l’adopter pour votre entreprise ?

Au début, cela peut paraître compliqué, surtout si vous avez tendance à ignorer votre raison, mais plus vous serez rigoureux, moins vous pourrez vous en passer.

 

4. La nécessité d’être patient

Comme dans toute entreprise, toute volonté de changement, tout projet, il est nécessaire de faire preuve de patience afin d’obtenir ce qu’on veut. Devenir rigoureux est possible à force de patience. Vous devez vous astreindre à :

  • Respecter votre parole et vos engagements
  • Planifier pour atteindre vos objectifs
  • Réaliser les tâches que vous vous assignez
  • Faire une chose à la fois, et la faire bien
  • Vous éloigner des distractions

Rome ne s’est pas créé en un jour, au même titre que vous ne pourrez pas être rigoureux du jour au lendemain. Soyez toujours fier de vos petites (comme de vos grandes) victoires.

À force de persévérance, rien n’est impossible !

 

5. La capacité d’adaptation

Il est possible de mettre en œuvre une idée dès que vous l’avez et que vous avez l’inspiration. 

Il est ainsi envisageable de modifier son planning, et ce, dans une volonté d’expansion de son activité qu’on soit salarié ou qu’on soit indépendant. 

Le fait de réaliser immédiatement ses idées permet de gagner en compétence et en adaptabilité et donc d’avoir plus de chance de « se réaliser ».

Dans la mesure où vous ne mettez pas en œuvre l’idée immédiatement, il se peut qu’elle se perde d’elle-même à jamais. C’est bien entendu à modérer en fonction de votre personnalité, car il se peut que vous ayez tous les jours de nouvelles idées. 

Dans un tel cas, celles-ci vous encourageraient davantage à vous éparpiller qu’à gagner en efficacité.

Le fait d’être rigoureux et discipliné sous-entend d’être capable de prendre des décisions rapidement.

 

La rigueur au travail : points de vigilance 

Poussée à son paroxysme, la rigueur peut devenir néfaste pour les collaborateurs, porter préjudice à la croissance de l’organisation et être par conséquent contreproductive.

 

1. Rigueur vs agilité

Le fait d’être rigoureux permet d’encourager l’autonomie, mais également la créativité, ce qui présente des avantages non négligeables. 

Le problème peut se poser dès lors que la rigueur se transforme en excès de rigueur, ce qui conduirait à de la rigidité, par définition toxique et inhibiteur de croissance. 

Cette caractéristique renvoie aux « notions de sévérité, de dureté, d’austérité ». Elle amenuise donc la qualité de vie au travail, ce qui est contreproductif pour améliorer l’efficacité des collaborateurs.

Le pire, ce sont les managers qui font l’objet d’une rigueur excessive, et qui ne peuvent se passer de contrôle, pratiquent les réunionites et privent leurs équipes de liberté de mouvement. 

Le fait de renforcer la rigueur est nécessaire et surtout bienvenu. Celle-ci ne doit cependant pas passer « du côté obscur » du management autoritaire au risque de perdre en substance.

 

2. Rigueur au travail vs rigidité 

L’excès de perfectionnisme d’une personne rigoureuse peut rapidement tourner au cauchemar pour ses collaborateurs. La rigueur poussée à l’extrême est un fléau pour celui qui en est à l’origine, en souffrance en raison de son excès de contrôle, de son impossibilité à déléguer convenablement et de son incapacité à faire confiance. 

Tout porte à croire qu’il est difficile d’être épanoui en faisant preuve d’autant de conscience de travail en raison du sentiment d’anxiété que cela peut provoquer.

Il est donc nécessaire de trouver un juste milieu entre le laxisme et la rigueur excessive, et de savoir « lâcher du lest » de temps en temps.

Les métiers de contrôle, tels que le contrôle qualité, le contrôle des procédures commerciales, et ceux relatifs à l’audit ont pour fonction de corriger, d’aller en profondeur, et donc d’être rigoureux dans leurs méthodes de travail. 

Au quotidien, un collaborateur qui garderait un œil attentif à l’ensemble de ses dossiers et n’aurait jamais le droit à l’erreur, serait un collaborateur sujet à l’anxiété, capable de faire un burn-out du jour au lendemain et de tout abandonner précisément en raison de sa « conscience professionnelle » exacerbée.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Chef d’équipe : un métier incontournable relevant de nombreux défis

Aussi, l’excès de rigueur peut conduire à des comportements inaptes à gérer l’exception qui confirme la règle. Le client qui ne coche pas les cases lors d’une vente, celui qu’il faut convaincre en dépit d’une caractéristique qu’il ne remplit pas.

 

3. Les dérives de la rigueur au travail

Vous avez oublié de porter vos pantoufles dans la maison ? La rigueur vous marche sur les pieds pour vous le faire comprendre. 

La rigueur, c’est ce manque de malléabilité entourant les règles établies. Vous ne respectez pas telle loi universelle établie par le rigoureux, vous êtes l’objet de sa risée. Vous n’avez pas surligné en vert la définition de votre mot ? Alors votre capacité à être bon élève est remise en question. 

L’excès de rigueur se rapproche dangereusement de la bêtise et du non-sens.

 

En conclusion sur la rigueur au travail

La rigueur est une qualité très valorisée dans nos sociétés contemporaines. Vous pouvez décider de devenir un individu rigoureux. Cela sera bénéfique sur le plan professionnel, puisqu’il s’agit d’une qualité qui sera valorisée d’abord par les recruteurs, ensuite par votre hiérarchie et vos collaborateurs. 

Pour ce faire, établissez la stratégie des petits pas. Demandez-vous peu, puis soyez de plus en plus exigeant vis-à-vis du niveau de rigueur que vous désirez atteindre. 

Attention toutefois, à ne pas tomber dans le piège sans fin de la rigueur poussée à son paroxysme. Cela pourrait conduire à un manque d’agilité, à de la rigidité contreproductive, voire d’encourager la bêtise et le non-sens qui devient un puits sans fond.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant Web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :