Kakistocratie : comment les moins bons arrivent-ils au pouvoir ?

N'hésitez pas à partager cet article :

Le management par les pires ou le gouvernement par les pires est un phénomène que l’on retrouve dans le monde du travail et le plus souvent dans les contextes politiques. Il s’agit des dirigeants et des managers qui sont placés à des postes à haute responsabilité, mais qui ne disposent pas des compétences et des exigences requises pour les exercer. La kakistocratie se présente notamment à travers les managers et les dirigeants qui sont mauvais et incompétents. Elle est à l’opposé des maîtres mots du monde du travail actuel qui sont le mérite, l’engagement, la compétence ou encore la responsabilisation.

Dans la vie professionnelle, un employé progresse lorsqu’il est en adéquation avec son emploi et qu’il s’accomplit dans son travail. L’évolution de la carrière repose entre autres sur une hypothèse forte, celle de la compétence. Pourtant, cette règle n’est pas valable pour tous. Outre la quête de l’excellence et la règle de la compétence, nous faisons également face à un autre phénomène : la kakistocratie.

Des cadres, des managers, mais aussi des dirigeants sont incompétents et tiennent pourtant des postes à responsabilité. Ce phénomène nous pousse alors à nous interroger sur la façon par laquelle ces individus ont été nommés alors qu’il est évident qu’ils ne détiennent pas les compétences requises.

En effet, de nombreuses entreprises tombent dans le piège de la kakistocratie. En plus d’être incompétents, ces dirigeants, cadres ou encore managers mettent en difficulté l’entreprise et l’organisation entière par leur manière de manager. Et pourtant, ils restent en poste et continuent à exercer leurs autorités. Comment se présente alors ce phénomène et comment s’applique-t-il dans la réalité du monde du travail ?

Kakistocratie : mieux comprendre le management par l’incompétence

 

Qu’est-ce que la kakistocratie ?

La kakistocratie est un mot dérivé de deux mots grecs « kakistos » qui signifie « mauvais » et kratos « pouvoir ». Littéralement, ce mot signifie ainsi « gouvernement par les pires ». Il a été créé pour présenter l’ascension politique des individus les moins qualifiés au sein de la société. Cette vision se manifeste de nos jours dans les organisations politiques, mais également au sein des entreprises. Il est de plus en plus courant de retrouver des managers mauvais et incompétents ou encore des cadres qui ne sont pas au niveau. 

En effet, la kakistocratie est un phénomène qui désigne une entreprise, un gouvernement ou encore une organisation qui ont choisi des individus jugés incompétents à des postes à hautes fonctions. Dans le cadre de la vie au travail, il peut s’agir de managers incompétents ou de cadres qui manquent de formation. Ce phénomène s’oppose pourtant, avec le fait de voir une entreprise ou une organisation prospérer avec des personnes talentueuses et compétentes.

 

Comment se manifeste la kakistocratie ?

La promotion par l’incompétence est le principe central de la kakistocratie. Les organisations et les entreprises sont dirigées par les mauvais et les incompétents. Elles récompensent et mettent notamment en valeur les individus qui manquent de compétence et d’intelligence. La mise en œuvre de la kakistocratie se présente ainsi sous différents axes.

 

Aider les incompétents pour qu’ils renvoient l’ascenseur

Tout d’abord, le fait de promouvoir une personne incompétente garantit qu’elle ne fera pas d’ombre à son chef. De plus, cette personne sera reconnaissante de cette nomination.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  6 avantages du travail en équipe pour réaliser de meilleures performances

Ainsi, promouvoir une personne incompétente ou récompenser un mauvais permet un effet de renvoi d’ascenseur. Il garantit un allié sur le long terme et crée le sentiment de redevabilité envers celui qui a promu la personne.

À l’inverse que lorsque vous récompensez une personne talentueuse, elle estimera que c’est une juste reconnaissance de ses compétences et du travail fourni. Ce qui ne constitue pas une garantie de renvoi d’ascenseur.

Donner du pouvoir aux incompétents constitue ainsi un choix stratégique. Il permet entre autres de mettre en place un rapport hiérarchique autoritaire. Au sein de l’entreprise, un manager incompétent peut donner des faveurs et des avantages à certains de ses collaborateurs pour se faire des alliés. Ces derniers, étant redevables, acceptent tout et évitent toutes les contradictions d’idées.

 

Se créer un réseau d’alliés pour se maintenir en place

Dans cette optique, la personne incompétente ne peut rien faire en dehors de son réseau. En effet, la personne n’est donc pas capable d’atteindre les objectifs, car elle n’en a pas la compétence. De plus, elle n’en a pas l’obligation. Rien ne l’amène donc à développer sa compétence. Par conséquent, elle ne peut exister qu’à travers son réseau.

Au sein des organisations et des entreprises qui pratiquent la kakistocratie, le critère n’est pas d’être compétent, mais bien d’être redevable et loyal. Le réseau fonctionne parce que chacun est fidèle à celui qui l’a nommé à son poste. Au moindre souci, le réseau se protège.

Le risque principal dans la promotion par l’incompétence est de générer un sentiment d’injustice. Les collaborateurs talentueux ne sont pas reconnus à leur juste valeur. Ce qui cause également la démotivation au travail.

 

Mise en œuvre de la kakistocratie : quelles sont les conséquences ?

La kakistocratie est une stratégie utilisée dans la gestion des ressources humaines. Tout comme l’idiocratie, cette manière de faire ne fait pas beaucoup parler d’elle. Le savoir, la réussite personnelle, l’exigence, l’efficacité sont des maîtres mots qui ne font pas notamment partie de sa vision. En niant toutes qualités individuelles, elle soutient la promotion par l’incompétence. La progression, l’évolution de carrière professionnelle et les opportunités sont pour les mauvais. D’ailleurs, de nombreuses entreprises croient en l’efficacité de la kakistocratie.

 

La kakistocratie au sein de l’entreprise

En effet, les entreprises n’échappent pas au phénomène de la promotion par l’incompétence au travail. Les mauvais sont promus à des postes à responsabilités et sont maintenus dans leurs positions, au détriment de l’efficacité et de la performance. Puisque les promotions ne s’appuient pas sur des critères sélectifs comme la compétence, elles sont attribuées à ceux qui sont susceptibles de garantir une loyauté inconditionnelle et une soumission totale.

Ces choix affectent non seulement la productivité, mais auront également des conséquences sur l’entreprise sur le long terme. Ils peuvent aboutir sur des conflits entre les collaborateurs et constituent un véritable danger pour celle-ci. Ce sont notamment des profils qui manquent souvent de formation, d’expériences, de créativité et de stratégie efficace pour la prise de décision.

De plus, les meilleurs partiront, car ils auront un sentiment d’injustice. C’est un cercle vicieux qui se met en œuvre. Il va progressivement faire baisser le niveau de compétence au sein de l’entreprise.

Certains managers cherchent à « recruter meilleurs qu’eux » pour ne pas tomber dans cette spirale.

 

La kakistocratie et les mauvais gouvernants

En matière de gouvernance, il est possible de retrouver des incompétents au pouvoir qui aggravent la corruption, la criminalité, l’escroquerie et d’autres situations encore. C’est le cas des politiciens incapables qui tiennent des postes à haute responsabilité. Certains sont nommés comme ministre alors qu’ils ne disposent pas du tout des compétences requises pour cette fonction. Et les conséquences de l’incapacité et de l’inaptitude de ces gouvernants sont considérables. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Méthode 4CF : 5 principes pour définir des objectifs

Pour perpétuer ce phénomène, ces dirigeants mettent en place des systèmes politiques chaotiques. Ils offrent les opportunités aux personnes incompétentes et écartent les vrais talents. Étant peu disposés à gouverner, les mauvais ne peuvent que se soumettre à ceux qui les ont nommés. Ils sont redevables envers eux et restent loyaux à tout moment.

Certes, la kakistocratie existe au sein des entreprises et des organisations. Il est difficile de généraliser toutes les entités qui la pratiquent. Elle concerne notamment certains gouvernements, tout comme certains départements au sein de l’entreprise. Cette pratique courante dégrade les relations entre collaborateurs, mais nuit également à la productivité. Les décisions peuvent être prises tardivement ou peuvent ne pas être adaptées à la situation donnée. Les comportements des personnes jugées incompétentes peuvent également détériorer les relations et mettre en péril l’organisation tout entière.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant et Formateur en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Une réflexion sur “Kakistocratie : comment les moins bons arrivent-ils au pouvoir ?

  • à
    Permalien

    jesuis ebloouir par votre sujrt la kakistokratie julien merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :