Le diagramme de PERT : outil d’aide au pilotage de projet

N'hésitez pas à partager cet article :

Littéralement, le diagramme de PERT vient de l’acronyme Programm Evaluation and Review Technique. Il s’agit d’un outil de planification et d’organisation indispensable pour le pilotage de projet. Cette technique est initialement développée par la marine américaine sur le projet Polaris à la fin des années 1950. Elle fut très vite adoptée en entreprise pour maîtriser la durée de réalisation des tâches en termes de management de projet.

Le diagramme de PERT désigne un outil visuel précieux pour l’ordonnancement de projet. Il s’agit d’une méthode conventionnelle efficace pour organiser et coordonner les différentes tâches du projet. En pratique, sa représentation graphique sous forme de réseau permet d’identifier les éventuelles connexions entre toutes les tâches, de déterminer leur temps d’exécution et de définir leurs interdépendances.

Le diagramme de PERT propose une vue d’ensemble de la chronologie d’un projet. D’un côté, cela permet de subdiviser le projet en plusieurs tâches individuelles. D’un autre côté, cela aide à déterminer un chemin critique nécessaire pour évaluer la durée et optimiser les délais de réalisation. Cependant, au-delà de sa structure singulière, ce diagramme de réseau sert souvent de complément pour le diagramme de Gantt.

Le diagramme de PERT : outil d’aide au pilotage de projet

 

Les principaux intérêts à utiliser le diagramme de PERT

La mise en place d’un diagramme de PERT permet d’établir un plan de projet simple et efficace. La représentation graphique des tâches facilite la répartition des responsabilités et offre à tous les intervenants la possibilité d’avoir une vue d’ensemble du projet avant le démarrage. Sans oublier que la méthode PERT constitue un atout majeur pour préparer la construction d’un planning Gantt.

 

Planification des tâches

Le diagramme de PERT constitue une méthode efficace pour déterminer l’ordre d’exécution des tâches les unes par rapport aux autres. Il permet aux chargés de projet de détecter les tâches à traiter dans les plus brefs délais, les tâches à traiter simultanément et les tâches antérieures. Cela constitue un excellent atout pour mener à terme les projets complexes constitués de diverses tâches interdépendantes avec des chemins parallèles.

 

Affectation des ressources

Le diagramme de PERT est un outil organisationnel indispensable pour déterminer les ressources essentielles pour réaliser un projet. Sa fonction principale consiste à identifier les tâches à effectuer du début jusqu’à la fin du projet. Il permet ainsi de prévoir les ressources humaines, financières et matérielles nécessaires pour les accomplir. Entre autres, la méthode contribue à définir les échéances et à réduire les pertes de temps et de coûts de réalisation.

 

Repérage des problématiques

Il s’agit notamment de l’une des fonctionnalités phares d’un diagramme de PERT. Cette capacité le distingue des autres méthodes et propose un énorme avantage aux utilisateurs. En effet, sa représentation graphique sous forme de réseau facilite la détermination d’un chemin critique. En pratique, cela permet de repérer les tâches critiques et non-critiques, de visualiser la durée globale du projet et d’anticiper le retard de l’intégralité du projet.

 

Estimation des temps nécessaires

La création d’un diagramme de PERT permet de créer une feuille de route essentielle prévoir les différentes tâches. Les chargés de portefeuille de projet adoptent généralement cette méthode pour calculer la durée du planning initial, estimer la durée des tâches individuelles et évaluer la durée du projet. Le processus amène précisément les chefs de projets à calculer les dates au plus tôt et au plus tard.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Objectifs personnels : 1 méthode en 2 étapes pour atteindre ses objectifs

 

Formules et exemples de diagramme de PERT

Il est souvent difficile d’estimer la durée totale d’un projet. Parmi les nombreux outils de pilotage de projet, le diagramme de PERT a un fort potentiel dans sa capacité à estimer de manière assez précise les durées. L’équation souvent employée pour déterminer la durée attendue est représentée par l’équation standard suivant :

E = (O+4M+P) / 6

  • E : représente la durée attendue
  • : représente la durée réaliste
  • P : représente la durée pessimiste
  • O : représente la durée optimiste

Après la création du diagramme de PERT, il est impératif de réaliser une analyse PERT. Cela est indispensable pour si le projet va tenir ses délais. En effet, il suffit de calculer l’écart-type pour déterminer le degré de variation de toutes les données. Pour interpréter, un résultat proposant une valeur faible se traduit par une date de réalisation attendue fiable.

Écart-type = (P – O)/6

 

Le diagramme de PERT : outil d’aide au pilotage de projet

 

Les étapes pour créer un diagramme de PERT

La création d’un diagramme de PERT permet d’avoir un coup d’avance sur n’importe quel projet. En effet, sa disposition simple et ses estimations de durées efficaces favorisent la conception d’un projet correctement planifié. De plus, il propose une vision claire des tâches à accomplir à tous les intervenants. Pour ce faire, il suffit de suivre une méthodologie simple et facile à mettre en place.

 

Étape 1 : Indiquer les tâches et les relier entre elles

Il faut commencer par lister les différentes tâches nécessaires pour réaliser le projet. À noter qu’il est important de ne rien oublier et de bien découper le projet. Dans cet objectif, adopter la méthode du brainstorming et le WBS ou Work Breakdown Structure constitue un excellent atout. Une fois terminé, il est indispensable d’estimer la durée de chacune des tâches en utilisant la technique de l’estimation à 3 points. En parallèle, il faut évaluer les dépendances et représenter l’antériorité des tâches afin de planifier l’ordre d’exécution.

Ensuite, il s’agit d’établir le réseau. Pour ce faire, il suffit de relier les tâches entre elles grâce à des liens de dépendances désignés par des flèches et des cercles. En principe, les flèches sont utilisées pour indiquer les tâches à accomplir et relier deux cercles. De leurs côtés, les cercles représentent les étapes et sont divisés en trois parties : en haut sur la partie gauche la date de livraison de la tâche au plus tôt, en haut sur la partie droite la date de livraison de la tâche au plus tard et sur la moitié du bas le repère de l’étape.

 

Étape 2 : Identifier les dates

Identifier les dates de début au plus tôt consiste à déterminer le moment le plus précoce pour débuter une tâche de projet. Pour les compter, il suffit de faire des additions successives des durées des tâches à partir de l’étape initiale. En pratique, il permet de définir le jour et l’heure de début au plus tôt. Cependant, il est essentiel de considérer les diverses dépendances des tâches pour réussir cette étape. De plus, cette étape consiste à définir un délai à respecter pour chaque étape et à instituer une temporalité dans le projet.

Indiquer les dates au plus tard consiste à définir la date et l’heure espérées pour terminer le projet. Pour les calculer, il suffit de retrancher successivement les durées des tâches à partir de l’étape finale. Dans le cas où deux étapes sont à l’origine d’une même étape, il est impératif de calculer les dates dans les deux cas là et de retenir la date la plus petite. Il s’agit également de la manière à adopter pour gérer les tâches fictives.

 

Étape 3 : Évaluer les retards possibles et chemins critiques

Les marges constituent les espaces de liberté possédés par chaque activité. Elles sont importantes pour maintenir la flexibilité du projet. La marge libre se définit comme le retard que peut supporter la réalisation d’une tâche sans impact sur la date au plus tôt des tâches suivantes. Quant à elle, la marge totale se définit comme le retard que peut supporter la réalisation d’une tâche sans impacter la date de fin du projet. En pratique, deux étapes qui entourent une tâche permettent de calculer la marge de cette tâche.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment planifier : 11 conseils pour un meilleur équilibre au quotidien

Marge totale = Date au plus tard de l’étape suivante – Durée de la tâche – Date au plus tôt de l’étape précédente

Marge libre = Date au plus tôt de l’étape suivante – Durée de la tâche – Date au plus tôt de l’étape précédente

À ce moment, le diagramme de PERT est créé et complété. Il est maintenant temps de déterminer le chemin critique du projet. Par simple définition, un chemin critique représente des activités qui ne disposent pas d’espace de liberté. En effet, dans la mesure où l’une des activités subit du retard, cela affecte tout le long du chemin et le projet sera retardé. Il est ainsi important d’identifier le chemin critique pour pouvoir déterminer la durée minimale du projet. Cependant, une fois que le diagramme de PERT est terminé, il est temps de préparer un planning de Gantt pour faciliter la visualisation et la gestion au quotidien.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant et Formateur en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :