Manque de respect au travail : comment avoir de l’autorité naturellement ?

N'hésitez pas à partager cet article :
  • 529
    Partages

La question du manque de respect au travail d’un membre ou d’une équipe vis-à-vis de son manager fait partie des problématiques de ce dernier. En effet, cela peut arriver. La situation devient alors inconfortable. Il devient important de garder son autorité.

Mener de nouveaux projets ou poursuivre la gestion des affaires régulières est plus compliqué. En effet, dans ce genre de situation la personne ou l’équipe peuvent ne plus suivre et il devient utopique de vouloir atteindre les objectifs dans ce contexte.

Pour gérer au mieux cette situation ou éviter qu’elle ne se produise, il est essentiel de prendre le temps de s’interroger sur les causes de tels agissements. Il faudra en amont avoir la bonne attitude pour éviter que cela ne se produise. Travailler sur sa perception de la situation sera important. Chercher à comprendre ce qui a poussé un membre ou notre équipe à agir de la sorte sera le point de départ pour sortir de ce type de conflit. Il faudra ensuite savoir comment réagir et savoir si une ou des sanctions sont envisageables.

Manque de respect au travail

 

1 – Agir pour que cela ne se produise pas 

En amont, pour éviter tout manque de respect au travail il faudra respecter certains points dans notre attitude.

 

Sortir du rapport de force

Dans un premier temps, je préconise de ne pas tomber dans le rapport de force. Certaines fois, nous pouvons être confrontés à une personne ou une équipe qui va chercher à établir un rapport de force.

Par exemple, il est possible qu’une personne cherche à se positionner sur ses compétences face à une tâche. Si nous tombons dans le rapport de force, nous allons entrer en compétition avec cette personne sur cette tâche, par fierté ou par égo. Ou simplement parce que nous croyons que notre rôle de manager est de montrer que nous sommes plus compétents sur ce point.

Je pense que ce n’est pas notre rôle. Dans ce cas, notre métier est de s’entourer des meilleurs. Il est donc naturel que nos employés puissent être plus compétents que nous sur les tâches qu’ils réalisent au quotidien. Il ne faudra donc pas tomber dans ce piège pour éviter les risques de conflits.

 

Reconnaissance et respect

Alors que faire ? Reconnaitre la compétence de cette personne sera un acte managérial fort. Non seulement nous nous positionnerons en dehors du rapport de force et de la compétition, mais en plus nous soulignerons les qualités de notre employé. Comment peut-il alors survenir un manque de respect de la part de cette personne alors que nous la félicitons sur la qualité de son travail ?

En effet, nous lui enverrons du respect. Il est rare de ne pas en avoir en retour. Car une des clés est bien là. En envoyant du respect, nous aurons du respect. Pour éviter tout manque de respect au travail, il faudra nous assurer de bien respecter l’autre. Avoir de l’autorité naturellement, c’est respecter l’autorité des autres.

 

Écoute

Le manque de respect au travail survient aussi si les équipes ou un individu ne se sentent pas écouter. J’évoque très souvent l’écoute. Elle est une nouvelle fois essentielle. En effet, le manque de respect au travail n’est finalement que l’expression d’un mal-être. À l’image d’une cocotte minute qui monte en pression et qui finit par exploser. Prendre le temps d’écouter lors de rencontre individuelle ou collective un membre ou toute notre équipe leur donnera les moyens de s’exprimer et d’évacuer, à chaque fois, un peu de pression.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Travailler de chez soi : bonne ou mauvaise idée ?

En les écoutant et en comprenant de manière sincère leurs problématiques, elles se sentiront encore une fois reconnues et comprises. Comment manquer de respect à quelqu’un qui nous comprend sincèrement ? Ce sera très difficile. Cependant, l’écoute seule ne suffira pas.

 

Exemplarité et cohérence

En effet, le dernier grand point pour éviter tout manque de respect au travail sera d’être exemplaire et cohérent. J’entends par là que si nous avons écouté une personne ou notre équipe, nous allons comprendre une problématique. Si nous en restons là, ces personnes ne comprendraient pas notre inaction. Il faudra alors être cohérent et exemplaire sur les moyens à mettre en place pour soulager nos équipes.

Elles ont besoin de soutien dans une période de pic d’activité ? Il faudra alors soit les aider, soit leur donner des moyens supplémentaires. Si ces 2 actions ne sont pas possibles, car nous sommes déjà au maximum de nos capacités et que nous n’avons pas de budget, il sera essentiel de leur expliquer la situation et de régulièrement les encourager. En donnant le maximum de ce qu’il nous est possible de faire, alors nous serons exemplaires et cohérents par rapport à la situation. La personne ou nos équipes nous en seront reconnaissantes.

 

2 – Notre perception est essentielle

Malgré une attitude qui peut être appropriée, nous pouvons tout de même nous retrouver dans une situation de manque de respect au travail. Le premier point sera de travailler sur notre perception de la situation et sur la manière dont nous vivons cette situation.

En effet, imaginons un de nos employés qui nous parle de manière sèche et brutale par rapport à une consigne que nous venons de lui donner. Sommes-nous réellement dans le manque de respect au travail ?

 

Notre perception donne vie ou non au manque de respect au travail

Ce qui fera que nous sommes dans le manque de respect au travail sera, dans un premier temps, notre perception et la manière dont nous vivons la situation. En d’autres termes, si nous vivons ce qui vient de se passer comme un manque de respect, alors ce sera un manque de respect. Si nous ne le vivons pas comme un manque de respect, alors ce ne sera pas un manque de respect.

Si je reprends l’exemple de ce membre de notre équipe qui nous a parlé sèchement, nous pouvons voir les choses de 2 manières :

– Nous le prenons pour nous et tombons dans le manque de respect au travail
– Nous ne le prenons pas pour nous et considérons que notre employé est juste agacé. N’avons-nous jamais le droit d’être agacés ?

 

Travailler sur sa confiance en soi

Les impacts de cet exemple sont forts. En effet, plus nous serons sensibles, plus nous risquons de considérer les situations comme des manques de respect. Plus nous aurons confiance en nous, moins nous tomberons dans des considérations de manque de respect. Il est donc essentiel de travailler sa confiance en soi.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  La bienveillance au travail : définition, avantages et points de vigilance

Je le dis avec bienveillance, mais j’ai souvent vu de jeunes managers, en manque de confiance sur leur métier, se considérer comme n’étant pas respectés. Un manager plus expérimenté et plus confiant sera moins à même d’y voir un manque de respect, mais plus un saut d’humeur de notre employé. Cette réaction n’a rien à voir avec nous. Elle n’est que le reflet de l’état d’esprit de cette personne à un instant T.

Pour autant, même si notre perception des situations nous permet de mieux faire le trie sur un manque de respect au travail réel ou non, il n’en reste pas moins qu’il restera des situations où le manque de respect est bien présent. Alors que faire ?

 

3 – Comment réagir ?

Le manque de respect au travail lorsqu’il est avéré doit nous amener à réagir. En effet, laisser faire, c’est montrer qu’il n’y a pas de limites. Or, peu importe que nous soyons dans un management autoritaire ou libéré, il existe toujours un cadre. Même si celui-ci est plus ou moins large.

 

Comprendre le pourquoi de cette situation

Lorsqu’un manque de respect est avéré, par exemple un employé est devenu grossier avec nous, il va falloir comprendre ce qui a poussé cette personne à agir de la sorte. Il est certain que nous n’allons pas apprécier de nous être vu manquer de respect. Pour autant, nous devons réagir de manière professionnelle et entamer une conversation avec la ou les personnes.

Le manque de respect est une réaction suite à une émotion. En effet, cette personne ou ces personnes ont vécu une situation qui les a fait réagir émotionnellement. C’est cette réaction émotionnelle qui les a poussés à nous manquer de respect.

– Nous devons donc comprendre quelles sont les situations qui ont provoqué une réaction.
– Nous devons aussi comprendre l’émotion qui s’y rattache.

 

Les différentes émotions et ce qu’elles signifient sont

Peur : quelque chose a fait peur à cette ou ces personnes. Il faudra donc identifier l’objet de cette peur. De cette manière, nous comprendrons mieux la situation et pourrons agir pour qu’elle cesse ou ne se reproduise pas.

Colère : cette personne ou ces personnes ne se sont pas senties respectées. Il va donc falloir agir sur ce qui a causé le manque de respect et réintroduire du respect.

Tristesse : cette émotion est présente en cas de manque. C’est donc ce manque qui a provoqué la réaction. En agissant dessus, nous pourrons éviter de revivre cette situation.

Joie : la satisfaction d’un besoin peut amener un excès de confiance et ensuite à un mauvais positionnement de la personne. Il faudrait donc remettre l’événement déclencheur à la bonne place pour que la personne concernée se repositionne correctement. Par exemple, la personne vient d’avoir une augmentation et se positionne comme si elle venait de changer de position dans la hiérarchie.

 

S’exprimer

En cas de manque de respect au travail, il faudra aussi s’exprimer. Pour cela, le protocole de Communication Non Violente est le plus adéquat. Voici comment ce mode de communication fonctionne (extrait du site web nvc-europe.org) :

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment animer une réunion de travail : objectifs et déroulements ?

Observation

« Nous avions rendez-vous ici il y a quarante minutes, cela fait une heure que je suis ici. »

Il convient ici de faire très attention à la communication non verbale (soupirs, intonation de voix) afin de rester le plus neutre possible dans l’énonciation.

Sentiment

« Je suis en colère d’avoir attendu comme cela, car… »

Commencez la phrase par « Je » afin de prendre la responsabilité de vos sentiments et de ne pas accuser l’autre de ce que vous pouvez ressentir.

Besoin

«… J’ai besoin de sentir que je peux te faire confiance. »

Trouvez le besoin qui est à l’origine du sentiment que vous éprouvez.

Demande

« Acceptes-tu me prévenir, la prochaine fois que tu auras du retard ? »

Concluez par une demande concrète, et négociable.

Communiquer de cette manière nous donne une autorité naturelle. En effet, nous ne sommes pas dans l’émotion. Au contraire, nous sommes capables de décrire la situation et l’émotion que nous avons ressentie. Ensuite, nous expliquons notre besoin et nous formulons notre demande.

Nous sommes donc très clairs et de cette manière, il est difficile de remettre en question ce que nous disons : nous parlons de faits, de nos ressentis/notre besoin. Nous ne pouvons pas remettre en question des faits ni des ressentis et le besoin d’une personne. Ensuite, nous formulons une demande. Il n’y a donc pas d’ambiguïté.

 

Entretien de recadrage

Je vous invite à consulter mon article sur « Recadrer un collaborateur efficacement et en toute bienveillance ». Les étapes que je préconise sont :

1 – Communiquer de manière non violente pour exprimer la situation
2 – Donner un temps pour laisser s’exprimer le collaborateur et l’écouter
3 – Basculer sur du coaching pour définir l’objectif
4 – S’assurer que les objectifs seront tenus
5 – Se préparer à recadrer un collaborateur

 

En complément sur le manque de respect au travail : sanction ou non ?

Bien évidemment, certains comportements vont nécessiter une sanction. Celle-ci peut être plus ou moins lourde. Cet article n’a pas pour vocation de faire la liste des sanctions (même si nous pouvons retenir l’avertissement, la mise à pied disciplinaire, la mutation ou encore la rétrogradation et le licenciement). Cependant, voici les critères à prendre en compte, selon moi, pour décider ou non d’une sanction :

La gravité du geste : un excès d’humeur qui ne nous est pas destiné est différent d’une insulte volontaire et nous étant clairement destinée. La sanction doit être proportionnelle à la faute.
La fréquence de l’acte : que cela arrive une fois ou très régulièrement est différent.
En individuel ou en collectif ? Si par exemple, le manque de respect est intervenu en collectif, nous pourrions demander des excuses publiques. Nos demandes peuvent donc être différentes.


N'hésitez pas à partager cet article :
  • 529
    Partages
  • 529
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement mon livreComment avoir des équipes plus motivées et plus efficaces ? 

DÉJÀ PLUS DE 4.000 LECTEURS !