Mauvaise ambiance au travail : que faire ?

N'hésitez pas à partager cet article :
  • 85
    Partages

Une mauvaise ambiance au travail et c’est la productivité et les résultats qui chutent. Mais cela peut être aussi notre moral de manager qui en prend un coup. En effet, un cercle vicieux peut rapidement se mettre en œuvre. La mauvaise ambiance tue notre moral et celui de nos équipes ce qui vient accentuer la mauvaise ambiance au travail.

Pour autant, le cercle vertueux existe. Quand l’ambiance au travail est bonne, notre moral est au beau fixe tout comme la productivité et les résultats. Tout ceci renforce le bon climat social déjà existant.

Comme tout bon médecin, nous allons dans un premier temps chercher à identifier les symptômes. Les équipes sont elles plutôt épuisées et je constate des cas de Burn Out ? Les personnes sont-elles plutôt en dépression ou s’ennuient-elles au travail ? Dans ce cas, je suis plus proche du Bore Out. Les collaborateurs ne comprennent pas le sens de leur travail ? Nous sommes peut-être plus proches du Brown Out.

Mais ce n’est pas tout. Conflits incessants, manque de respect régulier, communication coupée ou encore sabotage, tels sont les attitudes que nous pouvons rencontrer lorsque l’ambiance au travail n’est pas bonne. Voici une méthode en 5 étapes pour essayer d’avancer dans ce genre de situation et repartir sur de bonnes bases.

Mauvaise ambiance au travail : que faire ?

 

1 – Demander aux équipes, tout simplement

La première étape lorsque nous constatons une mauvaise ambiance au travail est de tout simplement demander aux équipes. En effet, c’est en demandant à ceux qui le vivent que nous saurons où se situe le problème.

Cependant, je pense un peu dangereux de l’évoquer autour d’une réunion commune. Nous pourrions l’envisager un peu plus tard, mais pas au tout début. En effet, le risque serait que les personnes ne puissent pas ou ne souhaitent pas parler librement. Un autre risque serait que ce que certains expriment en dérange d’autres. Nous arriverions arriver à un conflit ouvert qui n’est pas grave en soi. Le plus dur serait de le gérer sur l’instant, car nous serions pris au dépourvu.

À l’inverse, si nous menons notre enquête de manière individuelle, nous pourrions en savoir plus sans créer de vagues. Ainsi, nous aurions la possibilité d’anticiper et de mettre en œuvre un vrai plan d’action.

En individuel, les personnes pourront parler plus librement. Elles nous exposeront plus facilement les causes de la mauvaise ambiance. Une fois que nous aurions rencontré individuellement tous les membres de notre équipe, nous y verrions plus clair. Ainsi, nous saurions dans quelle direction aller. Nous pourrions définir un plan d’action et ainsi avancer sur la mauvaise ambiance au travail.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment prendre confiance en soi en 7 astuces ?

 

2 – Travailler sur la communication

Autre point important face à la mauvaise ambiance au travail : la communication. Les relations entre les personnes sont très complexes. Nous passons beaucoup de tempos à exprimer nos points de vue sur le travail, des situations, voire des personnes. Chacun a sa sensibilité dans la manière de dire les choses. C’est également valable dans la manière de recevoir ce qui a été dit.

Il est donc fréquent que des personnes puissent être vexées ou choquées par des propos qui ont été tenus. En retour, cette personne pourra s’exprimer et vexer ou choquer à son tour. Mais il est aussi possible qu’elle ne dise rien et soit dans le « non-dit ». Tout ce qui est dit ou non entraine des déséquilibres dans les relations qui peuvent, à terme, provoquer une mauvaise ambiance au travail.

 

La CNV

Dans ce cas et même bien avant, il peut être très utile de former nos équipes à la Communication Non Violente. C’est un protocole de communication en quatre étapes. Il permet à chacun de s’exprimer au mieux et facilite la réception de ce que nous disons par les autres. N’hésitez pas à consulter cet article pour en savoir plus. Les quatre étapes sont :

  • Exposer la situation
  • Exprimer son ressenti
  • Exprimer son besoin
  • Faire une demande

 

Les rencontres collectives

Ensuite, la question peut être, est-ce que les équipes ont suffisamment de temps pour échanger ensemble ? Finalement, quelle est la fréquence de mes réunions avec toutes mes équipes ? Tous les mois, trimestres, semestres, années ? Avec du recul, nous prenons conscience qu’une réunion mensuelle avec nos équipes peut sembler être le minimum.

Mais d’autres occasions sont aussi possibles. Ponctuellement, une sortie au restaurant ou une activité extra-professionnelle permettra aux équipes d’échanger sur des sujets autres que le travail. Ainsi, chacun apprendra à découvrir l’autre à travers un regard nouveau et complémentaire. Ce sera une occasion supplémentaire d’apprendre à mieux se comprendre et à s’apprécier.

 

Gérer les conflits

Enfin, la mauvaise ambiance au travail peut résulter d’un ou plusieurs conflits qui n’ont pas été traités. En effet, le conflit n’est pas forcément agréable, mais il est le signe que chacun s’exprime (avec la CNV, c’est encore mieux). Les différences de points de vue sont mises sur la table. Cela ne peut être que bénéfique pour avancer et trouver des solutions.

Cependant, il faut traiter le conflit et ne pas laisser les vexations, non-dits ou encore incompréhensions sans y apporter de réponses ou sans donner de sens.

La méthode Thomas-Kilmann que j’aborde dans cet article nous aidera à sortir du conflit. Pour le reste, il ne faudra jamais oublier d’écouter ses employés, notamment leurs ressentis. Ainsi, nous comprendrons mieux leur état d’esprit et nous pourrons mieux agir.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Pourquoi être heureux au travail a du sens ?

 

3 – La bienveillance

La mauvaise ambiance au travail donne tout son sens à la bienveillance. Selon le Centre National de Ressources textuelles et lexicales, la bienveillance c’est une :

  • Disposition généreuse à l’égard de l’humanité.
  • Qualité d’une volonté qui vise le bien et le bonheur d’autrui

La bienveillance vise donc à favoriser la reconnaissance de l’autre, mais aussi à prendre en considération ses besoins. Dans cette prédisposition, il est certain que les comportements des uns envers les autres seront bien meilleurs.

Mais le plus dur est de mettre en œuvre cette bienveillance. Le manager a un rôle central à jouer. En effet, il devra impulser la démarche et incarner, de par son exemplarité, la bienveillance. Il devra miser sur des compétences comme l’écoute et l’intelligence émotionnelle, notamment sur la compréhension et la gestion des émotions.

Il devra aussi s’assurer que les valeurs et la mission de l’équipe soient bien alignées avec la définition de la bienveillance pour éviter que des écarts ne surviennent. Mettre en œuvre un management bienveillant n’est pas simple. N’hésitez pas à consulter mon article sur ce sujet.

 

4 – Le management participatif

Le management participatif est aussi un levier en cas de mauvaise ambiance au travail. En effet, faire participer pleinement les équipes dans leur quotidien professionnel permet de les impliquer pleinement et de les responsabiliser. Ainsi, parce qu’elles seront plus soucieuses et sensibles à leur vie professionnelle, elles seront encore plus vigilantes à l’ambiance au travail. Mais parce qu’elles seront aussi pleinement responsabilisées, elles sauront que c’est à elles d’agir en cas de mauvaise ambiance au travail.

De plus, dans le management participatif, les équipes ont la possibilité de décider et de mettre en œuvre le plan d’action qui va avec. Elles n’ont pas de pouvoir sur 100% des décisions. Pourtant, le simple fait qu’elles puissent tout de même agir et décider sur certains aspects qui leur sont proches leur permettra d’avoir les moyens d’agir sur la mauvaise ambiance au travail.

En effet, comment travailler sur cette thématique si nous n’avons aucun levier d’action ? Si seul le manager peut agir, la faute lui sera imputée, tout comme le maintien de la situation. À contrario, en cas de management participatif, les équipes qui auront le pouvoir de décider et d’agir n’auront d’autres solutions que d’intervenir.

Enfin, le management participatif permet de définir ensemble les valeurs du groupe. Ainsi, collectivement, les personnes se mettent d’accord sur les règles du jeu en termes d’attitudes et de comportements. Parce que chacun aura participé à l’élaboration des valeurs communes, chacun sera plus soucieux de les appliquer. Les comportements des uns envers les autres seront donc plus harmonieux. Les conflits diminueront et les tensions aussi.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le bonheur au travail est-il une arnaque ?

 

5 – Agir sur l’environnement de travail

Enfin, n’oublions pas, l’environnement de travail pèse lourdement sur l’ambiance au travail. Imaginons des locaux sales où la peinture est en train de se détacher et où nous pouvons sentir une odeur forte et désagréable. Certes, le tableau est noir, pourtant il existe réellement. Comment, dans ces conditions, nos équipes pourraient-elles être dans les meilleures dispositions d’esprit pour travailler ? Même si elles aiment leur métier, elles pourraient trainer des pieds pour aller travailler par simple dégoût.

À l’inverse, un cadre de travail chaleureux et propre impulsera un état d’esprit beaucoup plus convivial. Car notre environnement de travail a un impact direct sur notre manière de voir les choses, notre état d’esprit et notre humeur. Une mauvaise ambiance peut donc provenir directement du cadre de travail. Nous devons agir dessus et garantir qu’il correspond aux valeurs, attitudes ou encore comportements que nous voulons voir.

L’idée n’est pas de coller des posters vantant des valeurs ou attitudes communes que nous voulons voir. Il faut faire vivre ces valeurs et attitudes à travers l’environnement de travail. Nous voulons une ambiance chaleureuse ? Il faudra choisir des couleurs et des matériaux qui font vivre ces valeurs. Nous voulons de la cohésion d’équipe ? La disposition des locaux peut nous y aider. Nous souhaitons de la bienveillance ? Tout le matériel, permettant le confort de chacun, est-il disponible ?

 

En complément sur la mauvaise ambiance au travail

Nous avons vu que pour agir sur la mauvaise ambiance au travail, nous pouvons nous appuyer sur :

  • nos équipes pour connaitre leur point de vue
  • la communication, pour faciliter les échanges
  • la bienveillance, pour apaiser le climat social
  • le management participatif, pour impliquer chacun
  • et l’environnement de travail, pour impulser un bon état d’esprit

Mais n’oublions pas, en tant que manager, un travail sur soi est nécessaire dans toutes les situations, même en cas de mauvaise ambiance au travail. Car la difficulté est double :

  • savoir facilement se remettre en question pour chercher ce qui dans notre attitude a pu contribuer à cette mauvaise ambiance au travail et agir sur ce qui dépend réellement de nous
  • savoir ne pas tout prendre pour soi, car nous ne sommes pas non plus responsable de tout ce qui se produit et ainsi éviter de se faire du mal inutilement

N'hésitez pas à partager cet article :
  • 85
    Partages
  • 85
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement mon livreComment avoir des équipes plus motivées et plus efficaces ? 

DÉJÀ PLUS DE 5.000 LECTEURS !