Réussir Son Management

Des outils pour impulser la réussite collective et être plus efficace

Intelligence émotionnelle au travail : guide complet pour l’utiliser

N'hésitez pas à partager cet article :

L’intelligence émotionnelle au travail désigne la capacité d’une personne à comprendre, gérer et utiliser ses émotions positivement. Cela permet de communiquer efficacement, d’éprouver de l’empathie pour ses collègues ou ses équipes, de surmonter les défis ou encore de désamorcer les conflits. Daniel Goleman et son livre « L’intelligence émotionnelle » sont une référence sur ce sujet.

Nous connaissons très bien le quotient intellectuel, le QI. Beaucoup de tests existent sur ce sujet. Plus nous avons un QI élevé, plus nous sommes censés être intelligents. Cependant, Daniel Goleman nous explique dans son livre que ce n’est pas tout à fait exact. En effet, les personnes qui atteignent de hautes fonctions ou qui connaissent une réussite professionnelle sont plutôt des personnes faisant preuve d’intelligence émotionnelle.

Ainsi, pour réussir en tant qu’animal social, il faut savoir s’entourer. Notre QI ne nous connecte pas aux autres. Par contre, notre quotient émotionnel, notre QE, lui, nous connecte et détermine nos capacités relationnelles. Plus nous sommes connectés, plus nous avons de relations, plus il sera facile d’évoluer, de réussir nos projets professionnels et donc d’atteindre des objectifs.

Nous allons voir l’importance de l’intelligence émotionnelle au travail ainsi que les 5 leviers essentiels pour bien l’utiliser. Ensuite, nous verrons une méthode de communication et une méthode de coaching intégrant l’intelligence émotionnelle.

Intelligence émotionnelle au travail : guide complet pour l'utiliser

 

Quelle est l’importance de l’intelligence émotionnelle au travail ?

Les personnes ayant une haute intelligence émotionnelle sont capables de communiquer plus clairement et efficacement, réduisant ainsi les malentendus.

De plus, l’intelligence émotionnelle au travail aide à gérer et à résoudre les conflits de manière constructive, en trouvant des solutions mutuellement bénéfiques.

Ensuite, les leaders avec une haute intelligence émotionnelle sont capables d’inspirer et de motiver leurs équipes, de reconnaître et de valoriser les contributions des autres et de créer un environnement de travail positif.

Outre cela, les équipes dont les collaborateurs ont une haute intelligence émotionnelle travaillent mieux ensemble, car ils comprennent et respectent les émotions et les points de vue des autres.

Enfin, une bonne intelligence émotionnelle au travail contribue à un environnement moins stressant et plus harmonieux. Ce bien-être au travail peut conduire à une meilleure satisfaction et rétention des employés.

 

5 leviers pour utiliser l’intelligence émotionnelle au travail 

 

1 – La conscience de soi (connaitre ses émotions)

La conscience de soi est la capacité à reconnaître et à comprendre ses propres émotions et leurs effets. Au travail, cela permet d’identifier ses points forts et ses faiblesses, et d’accepter les critiques constructives de manière positive.

Nous pouvons distinguer 4 émotions principales :

  • La peur : elle nous indique lorsqu’un danger est présent.
  • La colère : elle nous indique que nous ne nous sentons pas respectés.
  • La tristesse : elle nous indique un manque
  • La joie : elle nous indique la satisfaction d’un besoin

Cependant, connaître les principales émotions ne suffit pas pour développer l’intelligence émotionnelle au travail. Il est crucial d’en prendre conscience lorsqu’elles se manifestent. En effet, identifier ses émotions dans le contexte professionnel est essentiel.

Par exemple, reconnaître sa colère, sa tristesse, sa peur ou sa joie est la première étape. Cela permet de mieux comprendre et gérer ses réactions. Ainsi, l’intelligence émotionnelle au travail implique cette prise de conscience. Nos émotions influencent souvent nos actions et décisions de manière spontanée. En être conscient permet de les maîtriser et de comprendre les causes sous-jacentes, comme un danger, un manque de respect ou la satisfaction d’un besoin.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment contrôler sa colère : 6 méthodes opérationnelles

 

2 – La maîtrise de soi (maîtriser ses émotions)

La maîtrise de soi est la capacité à contrôler ou à rediriger les impulsions et les humeurs perturbatrices. Cela aide à rester calme sous pression et à prendre des décisions réfléchies plutôt que de réagir de manière impulsive. Par conséquent, pour développer l’intelligence émotionnelle au travail, il est crucial de maîtriser ses émotions après les avoir identifiées.

Maîtriser la peur : Face à un danger, nos réactions instinctives sont la fuite, la paralysie ou l’affrontement. Une fois le danger identifié, nous pouvons adapter notre réaction. Souvent, nos peurs sont imaginaires. En prenant conscience de leur source, elles peuvent disparaître.

Gérer la colère : La colère survient lorsque nos valeurs sont bafouées ou que nous ne nous sentons pas respectés. Pour la gérer, il faut d’abord reconnaître que nos pensées en sont la cause, même si l’événement déclencheur est externe. Ensuite, pour calmer la colère, il faut interrompre ces pensées en se concentrant sur des éléments positifs, comme la famille, les amis ou une activité que nous apprécions. Enfin, il est important de communiquer avec la personne concernée, en exprimant clairement notre ressenti et nos besoins, ou d’éviter la situation problématique à l’avenir.

Contenir la tristesse : La tristesse provient d’un manque. Parfois, ce manque peut être comblé, mais souvent, il s’agit d’un facteur émotionnel lié à un changement ou une perte. Il est crucial de respecter les étapes du deuil et de s’adapter à la nouvelle situation pour surmonter cette émotion.

Vivre la joie : La joie résulte de la satisfaction d’un besoin. Il est important de comprendre comment ce besoin a été comblé pour renforcer ses compétences émotionnelles et reproduire ces méthodes efficaces.

 

3 – L’automotivation

Pour utiliser l’intelligence émotionnelle au travail, il est crucial de savoir s’automotiver. Parfois, nos émotions nous bloquent, rendant la motivation difficile. Par exemple, un conflit avec un collègue peut entraîner de la colère et nous détourner de nos tâches. Si cela devait arriver avant une réunion, nous serions distraits et non motivés. Cela réduirait notre efficacité. C’est pourquoi il est essentiel de surmonter ces débordements émotionnels pour rester concentrés.

Pour savoir comment se motiver au travail, Daniel Goleman, expert en intelligence émotionnelle, souligne l’importance de l’enthousiasme et de la persévérance, même dans les situations difficiles. Ceux qui possèdent ces qualités se démarquent souvent.

De plus, pour y parvenir, définissez des objectifs clairs et atteignables et divisez les tâches complexes en étapes plus petites et récompensez-vous à chaque étape franchie. Ensuite, utilisez des affirmations positives pour renforcer votre détermination. Outre cela, évitez les distractions et créez un environnement de travail propice à la concentration. Enfin, entourez-vous de personnes positives et motivantes.

 

4 – L’empathie (percevoir les émotions d’autrui)

L’empathie est la capacité à comprendre les émotions des autres. Cela facilite une meilleure communication et la création de relations positives. L’empathie est cruciale pour le leadership et la gestion des équipes.

Les individus communiquent non seulement verbalement, mais aussi à travers des signaux non verbaux, tels que les expressions faciales et les gestes. Savoir interpréter ces signaux nous permet de mieux comprendre nos collègues et d’adapter nos actions en conséquence.

Tout comme nous devons identifier nos propres émotions, nous pouvons faire de même avec nos collègues. Par exemple, si un collaborateur semble avoir peur, il peut y avoir un danger imminent pour lui. En comprenant et en accompagnant cette émotion, nous renforçons le sentiment de compréhension mutuelle. De même, la colère peut signaler un manque de respect, nécessitant une réponse respectueuse pour éviter l’escalade des tensions.

Comprendre et réagir aux émotions de nos collègues renforce nos relations et améliore notre intelligence émotionnelle au travail. Cela crée un lien plus profond basé sur une compréhension empathique, allant au-delà de la simple perception des situations objectives. En intégrant cette dimension émotionnelle, nous améliorons significativement notre capacité relationnelle dans l’environnement professionnel.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment gérer ses émotions : 6 techniques d’intelligence émotionnelle

 

5 – Les compétences sociales (maîtriser les relations humaines)

Les compétences sociales sont les compétences nécessaires pour gérer les relations et construire des réseaux. Cela inclut la capacité à influencer les autres, à gérer les conflits, à travailler en équipe et à inspirer les collègues.

Pour démontrer une intelligence émotionnelle au travail, il est crucial de cultiver de bonnes relations interpersonnelles. Selon Daniel Goleman, les émotions sont contagieuses, et une expression émotionnelle peut rapidement se propager à travers une équipe, générant des tensions et des conflits.

Maîtriser ses propres émotions est essentiel pour éviter cette contagion émotionnelle. Par exemple, une tristesse mal gérée peut rapidement influencer négativement l’énergie de l’équipe. En tant que managers, il est difficile de dissimuler nos émotions, mais il est essentiel de les gérer de manière appropriée au travail.

Il est également important de gérer les émotions des autres pour prévenir toute propagation émotionnelle négative. En tant que gestionnaires, notre rôle est de favoriser des relations harmonieuses en gérant judicieusement les émotions.

De plus, les émotions peuvent être utilisées de manière stratégique pour influencer positivement les équipes. Par exemple, la colère peut être canalisée comme énergie pour le changement, tandis que la tristesse peut marquer une transition. Cependant, il est crucial d’utiliser ces émotions de manière consciente et éthique.

Enfin, la puissance de persuasion réside souvent dans la capacité à susciter des émotions chez les autres, dépassant ainsi le simple discours. Cela souligne l’importance de la gestion émotionnelle dans les relations professionnelles pour créer un environnement de travail positif et productif.

 

Utiliser l’intelligence émotionnelle au travail pour mieux communiquer

Intégrer l’intelligence émotionnelle au travail dans le cadre du Protocole de Communication Non Violente est crucial. Ce protocole de communication non violente, développé par Marshall Rosenberg, favorise des interactions respectueuses et constructives en mettant l’accent sur l’expression honnête des émotions et des besoins. En utilisant cet outil, les individus peuvent mieux comprendre et gérer leurs propres émotions, ainsi que celles des autres.

Ainsi, cela permet d’éviter les conflits et de favoriser une communication efficace au sein de l’équipe. En appliquant les principes de la Communication Non Violente, les professionnels peuvent exprimer leurs sentiments et leurs besoins de manière assertive, tout en restant empathiques envers les autres. Cette approche contribue à un climat de travail positif et à des relations interpersonnelles plus harmonieuses, améliorant ainsi la performance globale de l’organisation.

Ce protocole se divise en 4 étapes :

  • Exprimer la situation
  • Exprimer son ressenti
  • Faire part de ses besoins
  • Exprimer sa demande

 

Utiliser l’intelligence émotionnelle au travail pour mettre en dynamique des équipes

L’intelligence émotionnelle au travail est également mise en œuvre dans les méthodes de coaching pour mettre en dynamique les individus. Cela implique l’expression de la situation, des sentiments, la fixation d’objectifs et l’élaboration d’un plan d’action. Les émotions sont ainsi reconnues comme des moteurs pour mobiliser les individus ou les groupes.

Cette forme d’intelligence vous permet donc d’insuffler de l’élan à vos équipes, en les mettant en mouvement vers des objectifs communs. En intégrant cette approche dans la gestion des équipes, les leaders peuvent cultiver un environnement où les émotions sont canalisées de manière constructive pour stimuler la motivation et renforcer l’engagement. En encourageant une communication ouverte et en valorisant l’expression émotionnelle, les entreprises peuvent favoriser une culture du travail collaboratif et de l’efficacité collective.

Par exemple, la méthodologie peut se diviser en 4 étapes :

  • Exprimer la situation
  • Exprimer son ressenti
  • Fixer un objectif
  • Définir un plan d’action

L’émotion est donc reconnue comme motrice pour mettre en dynamique un individu ou un groupe. C’est donc une intelligence qui vous permettra de mettre en mouvement vos équipes.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les différentes émotions : 4 émotions pour comprendre son équipe


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.