Se remettre en question : comment s’autocoacher en 4 étapes ?

N'hésitez pas à partager cet article :

En tant que managers, certaines situations peuvent être bloquées. En effet, nous pouvons constater des problèmes qui n’avancent pas et qui sont en décalage par rapport aux objectifs. Très souvent, c’est le signe que nous devons changer en premier pour provoquer le changement. Par conséquent, comment se remettre en question ?

En effet, face à un problème qui n’évolue pas, nous allons devoir nous transformer pour avancer et le dépasser. Mais il n’est pas simple de se remettre en question lorsqu’on occupe un poste de manager. Nous pourrions avoir peur de ne plus être légitimes. En effet, un manager ne devrait-il pas tout savoir ? Nous pourrions aussi être tristes. Ce sentiment de tristesse surviendrait parce que nous aurions le sentiment d’avoir échoué dans notre mission. Nous pourrions aussi ressentir de la colère, parce que nous ne nous sentirions pas respectés du fait de devoir nous remettre en question.

Face aux problèmes rencontrés et aux émotions présentes, il n’est pas toujours facile de se remettre en question. Pourtant, cette démarche saine et indispensable doit bien se mettre en œuvre. Alors, commencez par vous autoriser à prendre une pause et posez-vous ces 4 questions pour vous remettre en question facilement en tant que manager.

Se remettre en question : comment s'autocoacher en 4 étapes ?

 

1. Quelle est la situation à changer pour se remettre en question ?

Une fois que nous nous sommes autorisés à faire une pause et à accepter de bouger notre posture, posons-nous la question du problème. En effet, il s’agit ici de verbaliser la situation bloquée. Nous devons la décrire de manière objective.

Par exemple, nous avons fait une présentation sur un projet, mais personne n’y adhère. Nous avons beau y mettre beaucoup d’énergie, nous sentons que nos collaborateurs et nos collègues ne se mettent pas en dynamique. Il s’agira donc de mettre par écrit ce problème : « J’ai beau mettre beaucoup d’énergie dans ce projet, personne n’y adhère ».

Ainsi, parce que nous aurons clairement formalisé le problème, nous pourrons avancer en ayant en tête une situation claire et précise. Cela va nous aider à canaliser notre remise en question.

 

2. Qu’est-ce que je ressens ?

Ensuite, savoir se remettre en question, c’est aussi comprendre que ce sont souvent les ressentis qui peuvent nous bloquer. En effet, les situations sont neutres. Un accident de voiture est un événement objectif. Par contre, nous pouvons le vivre de différentes manières. Cela peut nous faire peur, nous mettre en colère ou encore nous rendre tristes.

Ainsi, pour nous remettre en question, allons-nous devoir comprendre et verbaliser ce que nous ressentons. Si je reprends mon exemple, nous allons nous poser la question de : « Qu’est-ce que je ressens par rapport au fait que mes collaborateurs et collègues n’adhèrent pas à mon projet ? ». En effet, nous allons chercher à faire bouger notre ressenti pour bouger nous-mêmes.

Nous pouvons ressentir de la colère. Elle signifie que nous ne nous sentons pas respectés. Nous pouvons aussi avoir une émotion de peur. Elle indique la présence d’un danger. Enfin, la tristesse est le signe d’un manque. Par conséquent, ces trois émotions majeures nous indiquent que les problèmes de respect, la présence d’un danger ou un manque sont des sources de blocage. Nous devons donc travailler dessus pour nous remettre en question.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Équilibre de vie : 7 leviers pour concilier toutes ses sphères de vie

 

3. Se remettre en question : quel est mon objectif ?

La troisième étape découle elle aussi de la précédente. En effet, en fonction de notre émotion, nous allons chercher à définir un objectif. Donc, ce n’est pas la situation bloquante qui va directement conditionner notre objectif. Non, c’est bien la manière dont nous vivons cette situation qui va canaliser et orienter notre but.

En effet, si nous nous étions basés uniquement sur la dernière réunion et cela sans prendre en considération notre ressenti, nous aurions pu décider de refaire une présentation plus précise ou plus dynamique pour faire bouger les lignes. Mais cette remise en question ne se serait pas faite en profondeur.

Avec le ressenti, il est possible de se remettre en question et de se fixer des objectifs plus précis. Si je suis en colère et que je ne me sens pas respecté, je vais me remettre en question et commencer par me respecter et respecter les autres. Ensuite, je pourrais leur demander un peu plus de compréhension de leur part et donc un peu plus de respect.

C’est le même principe avec la tristesse. Peut-être que je ressens un manque. Mon énergie est donc moins forte et ne donne pas envie aux autres d’avancer. Je vais donc identifier ce manque et prendre le temps de faire mon deuil ou de le compenser. Ainsi, pourrais-je revenir avec beaucoup plus d’énergie et en donner aux autres.

Enfin, c’est peut-être parce que j’ai peur que je fais peur aux autres. Je devrais donc identifier le danger qui me freine. Ensuite, je pourrai agir sur ce danger pour le supprimer. Par conséquent, je vais me rassurer et je rassurerai les autres.

 

4. Comment vais-je m’y prendre ?

Enfin, la dernière étape pour se remettre en question va être de définir son plan d’action. En effet, nous connaissons la situation problématique et notre ressenti. Se remettre en question c’est chercher à travailler sur son ressenti pour se mettre en dynamique et avancer.

Si notre objectif est de travailler sur notre colère en réintégrant du respect, il s’agit de se poser la question de comment faire précisément. Nous pouvons commencer par prendre du recul sur notre travail et nous parler avec bienveillance pour réintroduire du respect. Ensuite, nous pouvons décider d’adopter une posture plus respectueuse des autres en comprenant qu’ils ont le droit de ne pas être emballés par notre projet. Enfin, nous pouvons faire une demande auprès des personnes impliquées. Nous pouvons évoquer avec elles le fait que nous donnons beaucoup pour ce projet et que nous aimerions plus d’empathie.

Notre objectif peut être aussi de travailler sur notre tristesse et donc notre manque. Nous allons donc nous remettre en question en commençant par savoir ce qui nous manque. Est-ce qu’il nous manque des moyens ? De la compréhension? Du soutien ? Il s’agira d’identifier cette carence. Et si par exemple, nous souhaitons plus de soutien, nous pouvons alors en demander. Mais encore une fois, la remise en question est partie de nous, à savoir de notre ressenti.

Enfin, si nous éprouvons de la peur, au lieu d’accuser les autres d’avoir peur, nous allons chercher en nous le danger que nous percevons. Si nous avons peur que le projet soit trop difficile, nous pouvons par exemple le scinder en deux. Ainsi, serons-nous face à deux projets plus faciles. Nous commencerons par présenter le premier à nos collaborateurs et collègues. Et parce que nous serons plus confiants et parce que le projet sera plus facile, alors nous aurons surement plus d’envie de leur part.

 

En synthèse pour se remettre en question

Se remettre en question est une action simple qui permet de bouger nos lignes pour changer les situations problématiques. Pour cela, nous allons respecter une méthode en quatre étapes :

  1. Dans un premier temps, nous formaliserons la situation problématique.
  2. Ensuite, nous irons comprendre ce que nous ressentons. Est-ce de la colère, de la tristesse ou de la peur ?
  3. Nous poursuivrons en définissant un objectif cohérent par rapport à notre ressenti. Cela peut consister à réintroduire du respect, à supprimer un danger ou à combler un manque.
  4. Enfin, nous définirons un plan d’action. Nous commencerons par des actions qui nous concernent, car nous devrons bouger en premier. Ensuite, nous pourrons nous tourner vers les autres.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Employés heureux : 9 étapes pour rendre vos employés plus heureux

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant et Formateur en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.

 


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :