Dynamique d’équipe : 6 outils pour engager ses équipes vers les objectifs

N'hésitez pas à partager cet article :

Selon le CNRTL, la dynamique est un « mouvement interne qui anime et fait évoluer ». La dynamique d’équipe serait donc lorsque ces dernières prennent vie (anime) et se focalisent vers un objectif commun pour changer une situation existante (évoluer).

L’équipe de travail doit tendre à un objectif commun tout en combinant avec des considérations propres à son organisation interne (codes, structures, habitudes).

La dynamique de groupe nécessite de renoncer à certaines considérations d’ordre personnel. L’égo, ou le « moi », doit céder sa place au collectif. Les individus doivent passer d’une structure en groupe à une organisation en équipe. Elles doivent donc adopter un objectif commun et cimenter leurs interactions avec une relation de confiance.

Lorsque la dynamique d’équipe est installée, elle permet de « soulever des montagnes » comme l’explicite le proverbe africain suivant : « seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ». Mais en réalité, que pouvons-nous arriver à faire seuls ? Seuls nous n’irions nulle part. Et si ensemble nous allions vite et loin ?

Dynamique d’équipe : 6 outils pour engager ses équipes vers les objectifs

 

L’art subtil de la dynamique d’équipe

Inutile de tenir pour acquise votre dynamique de groupe. Sa cohésion est telle une histoire de vie. Elle fluctue avec le temps et selon les événements. Développer la cohésion suppose un travail régulier, des objectifs stables, et de la rigueur.

 

Mieux travailler, c’est aussi mieux se connaître : la place de l’individu 

Nous sommes dans un groupe, pareil à ce que notre famille a dit de nous. Ainsi, notre propension à « vivre ensemble » dépendra en partie de notre enfance. La construction de la personnalité s’établit ensuite au sein de cercles sociaux et d’environnements professionnels. De plus, vous pouvez vous sentir à l’aise dans un groupe, et mis à l’écart dans un autre. Cela dépend de l’interaction de votre personnalité avec « la dynamique de groupe ». C’est la raison pour laquelle l’individu doit être considéré en tant qu’être singulier avant d’être intégré à tel ou tel service. 

Le sentiment de cohésion se traduit par un projet commun : faire preuve d’assertivité et avoir le sentiment d’appartenance à une équipe sont autant de points forts pour avoir la capacité à travailler ensemble. Établir un groupe de travail ne se fait pas au hasard : la complémentarité est de rigueur ainsi qu’un excellent esprit d’équipe. 

Mon futur collaborateur va-t-il être reconnu en tant qu’individu, en tant qu’être compétent et pourra-t-il être authentique dans ses relations humaines de tous les jours ?

 

Les freins liés aux comportements des individus à la dynamique de groupe 

Dans une équipe, il existe de nombreux freins à la synergie de ses membres. Lorsqu’il est mal à l’aise, il se peut que votre collaborateur adopte un comportement déraisonnable. Par exemple, il pourrait être sujet à la comparaison (« pourquoi tu y arrives, et pas moi ») encourageant ainsi la compétition (« j’ai fait trois ventes aujourd’hui, et toi aucune… ») ou à la peur du qu’en-dira-t-on.

Bien que la place de l’individu soit importante, il s’agit de proscrire les comportements individualistes, souvent valorisés à tort au sein des services commerciaux notamment. Une vision partagée, un travail collaboratif, et une équipe soudée sont autant d’éléments essentiels aux valeurs de l’entreprise, et permettant de construire une équipe avec une bonne dynamique de groupe. Un bon manager, fédérateur et encourageant une réelle cohésion, est pour cela essentiel. C’est le « travailler ensemble » qui est visé.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Rapport d’étonnement : tout savoir pour le rédiger convenablement

Auto-évaluation : notion importante de la dynamique d’équipe

Peut-être n’avez-vous aucune idée de la dynamique de groupe à laquelle vous appartenez, voire que vous fédérez. Il est toujours compliqué de se faire une opinion sans prendre de recul. Il est donc possible de proposer aux membres de votre groupe de répondre à un questionnaire d’auto-évaluation afin d’appréhender au mieux l’esprit d’équipe et de l’améliorer en fonction des résultats. En tout cas, des formations existent et permettent aux managers de développer leur leadership et ainsi de renforcer la dynamique de groupe.

 

Les outils de la dynamique de groupe 

Les leaders et/ou les visionnaires comprennent l’importance du bien-être de leurs collaborateurs dans leur contribution au succès de la dynamique d’équipe et donc de l’entreprise.

 

1. Développer la confiance

La dynamique de groupe va de pair avec une confiance mutuelle entre les collaborateurs. L’efficacité collective repose sur une ambiance de travail où règne la confiance, qui est le socle des relations saines et équilibrées. Elle est d’une importance capitale, surtout au sein de l’équipe commerciale où l’entraide est essentielle à l’épanouissement. De plus, le manager doit comprendre le rôle de son service parmi l’ensemble des activités, mais également connaître personnellement chaque collaborateur.

 

2. Donner une place à chacun même dans la dynamique d’équipe

La cohésion humaine est possible dès lors qu’elle permet de créer du lien. Clarifier les rôles de chacun est cependant essentiel à une vraie cohésion, c’est-à-dire sur le long terme. Le savoir-être des collaborateurs, leur identité et leur personnalité, doivent être pris en considération. Il sera plus facile de comprendre quelles sont les tâches qui doivent leur être assignées. Cela permet sur le long terme de maximiser les ressources humaines et d’optimiser la rentabilité en temps lors de la gestion de projets.

 

3. Le pouvoir de la communication 

Il serait possible de tout dire si l’on y met la forme. L’une des erreurs fondamentales des managers est de communiquer de la mauvaise façon. Il existe pour cela une méthode efficace avec le protocole de Communication non violente :

  1. Exprimer la situation
  2. Donner son ressenti
  3. Décrire son besoin
  4. Faire une demande

Bien évidemment, l’écoute, l’empathie et l’intelligence émotionnelle sont incontournables.

L’une des idées permettant d’encourager l’expression de chacun, c’est de créer un espace de parole au sein de l’équipe ; des réunions peu communes au sein desquelles aucun sujet n’est tabou. Le dialogue est tout simplement la clef de la (bonne) communication. Échanger permet de mieux travailler ensemble. Pour cela, une personne (le manager) doit fixer un objectif commun (mieux communiquer), motiver et fédérer son équipe. L’idée est de procéder à la remise en question de chaque individu afin d’évoluer ensemble de manière constructive et positive.

Si de manière générale, vous cherchez un moyen de dynamiser vos réunions pour impulser une dynamique d’équipe, pourquoi ne pas essayer la méthode Pecha Kucha ? De plus, les différents « Rythmes Managériaux » permettent une bonne mise en dynamique.

 

4. Motiver, engager et responsabiliser les collaborateurs

L’une des fonctions portées par le management est de permettre l’engagement, d’encourager le sentiment d’appartenance, de renforcer la performance et de mettre en place la cohésion de groupe. Établir un groupe de travail, c’est s’assurer de l’engagement de chacun, répondre aux interrogations, faire face au doute, et permettre aux collaborateurs de s’exprimer de façon libre. L’engagement permet de concourir à un objectif commun et d’améliorer la productivité. Plus les équipes seront au cœur des décisions et des actions, plus elles seront engagées.

L’exigence, lors de sa vie professionnelle, c’est permettre au salarié d’être responsabilisé dans ses rapports au travail. L’un des leviers consiste à encourager les membres d’équipes de l’entreprise les plus actifs (en dehors de la fonction managériale) de proposer des feedbacks concernant les comportements de leurs collaborateurs. Par conséquent, cela permettrait de développer l’esprit de cohésion et de cibler les « problèmes ». La reconnaissance, elle aussi, est aussi un enjeu important pour mettre en lumière les bons comportements.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Management et télétravail : comment gérer ses équipes à distance ?

5. Être orienté aux résultats est incontournable dans la dynamique d’équipe

Les objectifs sont nécessairement collectifs. Pour se souder et rester motivée, une équipe doit se fixer des objectifs communs. Ces derniers doivent être précis, atteignables, et éventuellement chiffrés. Le rôle du manager est de s’assurer de ces prérogatives. L’intelligence collective pourra ainsi s’exercer autour d’un objectif commun.

Nul besoin de faire appel à des consultants spécialisés pour favoriser le travail d’équipe : celui-ci est l’affaire des membres de l’équipe, des managers et des leaders. L’élaboration d’un tableau de bord peut aider en ce sens. Entretenir la cohésion par l’intermédiaire des résultats permet d’améliorer la performance des équipes, de gagner en maturité, de donner un feedback constructif.

 

6. Sortir du simple cadre de travail

L’une des nombreuses manières existantes permettant de souder l’équipe consiste à organiser des séminaires de cohésion tels qu’un séminaire sur l’improvisation, incluant un jeu de rôles. Le team building sportif ou l’organisation d’un rallye peuvent également être mis en place. Cela permet de masquer l’existence de lien hiérarchique de manière ludique. Le renforcement de la cohésion artificielle permet d’améliorer l’efficacité de l’équipe ainsi que la performance collective au travail. Au-delà de ces méthodes, développer la cohésion d’équipe est une affaire d’entraide au quotidien.

 

Conclusion

Si le manager recherche une dynamique de groupe, c’est qu’il souhaite dépasser les simples performances d’employés travaillant de manière isolée. En investissant dans la création d’une équipe et en s’assurant de sa mise en dynamique, il fait le pari de meilleures performances.

Pour autant, la dynamique de groupe requiert une attention particulière. En effet, les résultats peuvent être bons, ou mauvais. Si les leaders de l’équipe ne travaillent pas correctement (fainéantise, incompétences, etc.) et que le reste du groupe ne fait que suivre ou se conformer à ces pratiques, les résultats pourraient être catastrophiques.

La manager, qu’il soit plus ou moins directif, plus ou moins bienveillant ou plus ou moins dans une posture de coach devra donc savoir rester suffisamment vigilant. Ainsi pourra-t-il veiller à la bonne dynamique d’équipe.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant Web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :