Théorie de l’attachement : pour de bonnes relations avec vos équipes

N'hésitez pas à partager cet article :

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, John Bowlby réalise des recherches sur la figure d’attachement, le lien d’attachement affectif et identifie des troubles de l’attachement. Cette théorie de l’attachement nous est très utile, notamment en termes de management.

Ainsi, le père de la théorie de l’attachement a orienté ses recherches sur les répercussions des séparations des enfants d’avec leurs parents. Nous verrons que le besoin de protection permet de mieux expérimenter.

Ce besoin est essentiel à notre développement. Il peut avoir des répercussions sur nos vies d’adultes, et notamment dans notre vie professionnelle.

Théorie de l’attachement : pour de bonnes relations avec vos équipes

 

Qu’est-ce que la théorie de l’attachement ? 

Chaque style d’attachement ou type d’attachement est explicité par sa théorie de l’attachement. Attachement désorganisé, attachement sécurisant, attachement parental et attachement à la mère, attachement au groupe, attachement à la cause, attachement à la nature, attachement constant, attachement émotionnel, attachement excessif, attachement particulier

L’attachement de la population en bas âge est d’une importance capitale lors de la petite-enfance. Il permet leur maturité émotionnelle, affective et conduit à favoriser le bien-être des adultes.

 

L’attachement 

L’objectif du système d’attachement est de faciliter la relation entre l’enfant et une ou des figures adultes. Ainsi, cet enfant peut se sécuriser plus facilement.

Ainsi, dès lors que ce système d’attachement est fortement présent, l’enfant ne sera satisfait que par le contact ou la proximité avec cette figure adulte. 

 

Le système exploratoire 

Dès lors que l’enfant sait qu’il peut s’appuyer ou se référer au « caregiver », à savoir la figure d’attachement, il se sent suffisamment en sécurité grâce à sa relation d’attachement suffisamment sécurisante pour explorer son environnement.

 

Attachement et exploration 

Un lien de corrélation existe entre les comportements d’attachement de l’enfant et ses capacités à explorer. L’absence de la mère et/ou un attachement sécurisé ébranlé pourrait conduire à inhiber un comportement sécure conduisant à l’exploration de son environnement. 

Le besoin de protection et la relation d’attachement lors de la petite enfance sont donc indispensables au développement du jeune enfant (et de l’adulte qu’il deviendra).

 

Qui est le « caregiver » ? 

Dans la plupart des cas, le caregiver est la mère de l’enfant, car c’est elle qui s’occupe généralement des premiers soins de l’enfant. En outre, il s’agit d’un individu qui est présent sur le plan physique et émotionnel (affectif) de l’enfant. Ce sont autant de formes d’attachement nécessaires à son bon développement.

Le caregiver est donc présent en continu et accessible. Il est là surtout concernant les considérations émotionnelles afin de favoriser le lieu d’attachement du nourrisson. 

Au-delà d’être physiquement présent, de telles figures d’attachement doivent être sécurisantes grâce à leur sensibilité face aux émotions de l’enfant. 

Créer un lien affectif en dehors de telles considérations pourrait donc s’avérer impossible.

 

La théorie de l’attachement par type d’attachement 

Mary Ainsworth détermine différents types d’attachement. Le style d’attachement sécure, le type d’attachement « insécure évitant » ainsi que les attachements « ambivalents/résistants ». En 1991, des chercheurs identifient le style d’attachement de l’enfant de type « désorganisé ».

 

Le type d’attachement « sécure »

Estime de soi, capacité à demander de l’aider, capacité à explorer… Les conséquences positives d’un type d’attachement sécure sont multiples. Bien que le niveau d’attachement soit tel que l’enfant ne souhaite pas se séparer de son caregiver, celui-ci est heureux lors de son retour.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les différentes émotions pour mieux comprendre nos équipes

 

Le type d’attachement « insécure évitant »

L’insécurité chronique de l’enfant le conduit à ne compter que sur lui-même. Il éprouve des difficultés à faire confiance en raison de sa détresse émotionnelle. Il tente d’amenuiser le degré d’attachement dont il a besoin et étouffe les signaux de détresse.

 

Le type d’attachement « insécure ambivalent » ou « résistant »

Un tel enfant va contester les cas des séparations en raison de son trouble de l’attachement et manifeste sa colère, à la différence de l’attachement « insécure évitant ».

 

Le type d’attachement « désorganisé » 

Les comportements des enfants dont le type d’attachement est « désorganisé » semblent, comme son nom l’indique, « désorganisés » et leurs gestes et postures présentent une certaine ambivalence. Il s’agit d’enfants désorientés désorganisés. Les figures « d’attachements » sont souvent terrifiantes et à l’origine de maltraitance dans de tels cas de figure.

 

Théorie de l’attachement appliquée au management 

Attachement au travail et attachement aux principes relatifs à l’effort – il semblerait que notre attachement soit en réalité évolutif et que notre besoin de sécurité soit constant au cours de notre vie. Ceci, en vue de maintenir notre capacité d’explorer et donc à être performant. 

La théorie de l’attachement ne serait donc pas que l’apanage des enfants.

 

Le besoin de sécurité des collaborateurs

Quelle forme d’attachement chez les adultes ? Notre attachement personnel aujourd’hui est aussi important que celui d’hier. Les besoins de l’enfant sont importants, et ceux de l’adulte aussi. Nous sommes dans un monde en mutation constante. Il est nécessaire de sortir de sa zone de confort et de faire preuve d’innovation. 

Oui, mais, pour sortir de sa « zone de confort » encore faut-il se sentir sécurisé, avoir un besoin de proximité satisfait, être dénué de carences affectives, ne pas faire preuve de négligence de la part de notre entreprise, être valorisé pour nos implications… !

Ainsi, et bien qu’il soit aussi nécessaire d’être motivé ou encore créatif, il n’en reste pas moins que les collaborateurs ont un aussi besoin de sécurité. Et ceci, en dehors des réglementations prévues à cet effet.

 

Théorie de l’attachement & théorie comportementale 

John Bowlby a permis de définir plusieurs troubles du comportement, de l’attachement sincère et sécure à l’attachement maternel dysfonctionnel. 

Aussi, il a permis de faire émerger une théorie comportementale qu’on pourrait appliquer de manière générale, concernant notre nécessité d’être dans un environnement stable et sécurisant avant de prendre une quelconque initiative, et ce, à l’instar de la pyramide de Maslow. 

Dès lors que les liens affectifs qui permettent l’attachement sont évolutifs, la vie d’adulte que nous menons, qu’il s’agisse de nos relations amoureuses et/ou de nos interactions professionnelles, ne peut être épanouissante qu’à la condition d’être entouré de sécurité affective et de sécurité émotionnelle.

 

L’application de la théorie de l’attachement en entreprise 

C’est la raison pour laquelle les pratiques managériales doivent nécessairement s’imprégner de proximité, mais aussi de disponibilité auprès des collaborateurs. Ceci, afin de favoriser leur sentiment de sécurité. Pour cela, nul besoin de tableaux de bord ni de reporting ou de compte-rendu de réunion. Il suffit d’un management de proximité avec les membres des équipes.

En outre, les collaborateurs doivent savoir qu’ils peuvent se tromper et que leurs comportements proactifs ne seront nullement sanctionnés, et ce, afin d’expérimenter et d’innover. Le droit à l’erreur est incontournable.

 

En conclusion sur la théorie de l’attachement

Nous l’avons compris, l’intérêt du véritable attachement réside dans ses conséquences. Liens positifs avec l’initiative, amélioration des relations humaines, amoindrissement du sentiment d’anxiété, santé mentale au beau fixe, performances, innovation…

Les interactions précoces, sécurisantes et de qualité avec des figures parentales comme la figure de la mère en tant que figure maternelle indispensable permettent de créer un attachement sécurisant propice au développement de l’enfant. 

Par analogie, s’attacher à un poste de travail et développer une culture de rapports de proximité au sein d’une entreprise favorise le sentiment de sécurité émotionnelle des collaborateurs. Ceci leur permet de développer des liens d’affection et des liens positifs avec les missions qui leur sont assignées. Ainsi peuvent-ils être force de proposition et d’innovation.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Intelligence interpersonnelle au travail : utiliser les émotions

Avoir un attachement est donc essentiel pour les nourrissons, et présente de nombreuses opportunités à l’âge adulte concernant vos collaborateurs. La qualité de l’attachement détermine l’épanouissement, qu’il s’agisse de la petite-enfance, de l’adolescence et des adultes.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :