Comment être un bon manager ?

N'hésitez pas à partager cet article :
  • 128
    Partages

comment être un bon managerSe demander comment être un bon manager est une bonne démarche. En effet, beaucoup de situations dépendent de notre attitude. Suivant les impulsions que nous enverrons, nous obtiendrons différentes réactions de la part de nos équipes. Si nous voulons atteindre les objectifs, satisfaire nos clients ou encore créer et développer de la cohésion d’équipe, il est nécessaire de se questionner sur la manière dont nous faisons notre job.

Mais être un bon manager est un bien grand mot. Ce n’est pas une liste d’attitudes ou de compétences qui font que nous sommes un bon manager. Différentes personnes avec différentes attitudes et compétences peuvent être de bons managers. Alors par où commencer dans cette question bien plus complexe qu’elle y parait ? Finalement, quels sont les points communs nécessaires ?

Voici, selon moi, les 5 clés pour se mettre sur la bonne voie et commencer à répondre à la question : « Comment être un bon manager ? »

Comment être un bon manager ?

 

1 – Limiter les erreurs

Pour commencer, nous avons tendance à vouloir être un bon manager voire à être le meilleur. En tant que managers, notre travail consiste à créer du lien entre les personnes pour qu’elles travaillent ensemble. La complexité des personnalités et des liens rend notre travail difficile.

Ainsi, avant de chercher à savoir comment être un bon manager, il est déjà préférable d’éviter de faire trop d’erreurs. Je vous renvoie dans un premier vers mon article sur les 5 erreurs à éviter. Cliquez ici pour le consulter. J’y évoque les erreurs classiques suivantes :

  • Vouloir tout contrôler
  • Faire de l’individuel en collectif
  • Ne pas donner les moyens de réussir
  • Sanctionner avant de comprendre
  • Vouloir rendre tout le monde pareil (uniformiser)

L’idée première est donc d’essayer de limiter les erreurs avant d’essayer d’être un bon manager.

Ensuite, l’idée est de chercher à garder ses équipes et à les maintenir motivées. Je vous renvoie à mon article expliquant comment réduire le turnover en cliquant ici :

  • Intégrer en toute bienveillance
  • Bien recruter
  • Bien former
  • Responsabiliser et impliquer ses équipes
  • Mettre en place un cadre de travail adapté
  • Considérer ses employés comme des humains

 

2 – Garder son humilité

Dans cette même démarche, mais pour aller plus loin, il est essentiel de faire preuve d’humilité. Savoir comment être un bon manager c’est savoir comment être humble. En effet, l’humilité permet de garder des relations saines avec les autres. Nous entretenons aussi une relation honnête et lucide par rapport à nous-mêmes. Ces relations saines permettront de travailler en toute transparence et en toute confiance. L’unique but est d’atteindre les objectifs et satisfaire les clients.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment gérer un conflit au travail en 3 méthodes ?

Être manager n’est pas simple… à l’image d’un manager d’une équipe de football, en cas de victoire, c’est grâce à l’équipe, en cas de défaite, c’est à cause du manager. Nous sommes là pour faire réussir les autres, à savoir nos équipes. La réussite provient de leur travail. Nous ne sommes qu’un maillon de la chaine. Nous ne sommes pas un héros. Notre égo doit donc être mis de côté pour nous consacrer à la réussite collective. Notre réussite personnelle passe après.

Je pense aussi à la notion de simplicité qui peut exister dans l’humilité. Savoir rester simple c’est se comporter avec nos équipes comme avec n’importe qui, comme avec notre famille et nos amis. Il ne faut pas oublier que si nous sommes managers, ce n’est pas parce que nous sommes un homme supérieur. La vie est différente pour chacun et n’amène pas forcément les mêmes opportunités. De plus, certains font le choix de ne pas faire carrière. Pour autant, nous avons compris que la place dans la hiérarchie n’est pas le résultat de plus ou moins d’intelligence.

 

3 – Savoir écouter et coacher

Pour savoir comment être un bon manager, il faut comprendre que le métier de manager n’est plus de tout décider et d’être responsable de tout. D’ailleurs, le terme utilisé n’est plus celui de « responsable » ou de « chef ». Il a évolué en « manager », puis « leader » pour actuellement s’orienter vers celui de « coach ».

Nous commençons à comprendre que les équipes opérationnelles sont les mieux placées pour comprendre et répondre aux besoins des clients. Avant, les équipes opérationnelles étaient les « bras » et les services centraux étaient « le cerveau ». Désormais, les choses changent. Nous cherchons à mettre en dynamique les bras et les cerveaux des équipes opérationnelles pour satisfaire au mieux et plus rapidement les clients.

Nous-mêmes, en tant que managers, leaders ou coachs, sommes un peu plus, voire beaucoup plus, éloignés des problématiques des clients que nos équipes. Pour atteindre les objectifs de vente et de chiffre d’affaires, nous devons donc amener nos équipes à savoir trouver des solutions aux problèmes et à savoir être autonomes et responsables.

Nous devons donc faire évoluer nos compétences vers toujours plus d’écoute pour montrer notre compréhension et de coaching pour accompagner nos collaborateurs vers le mouvement. Nous devons amener le collaborateur à identifier les problématiques, à trouver les solutions et les plans d’action par lui-même pour l’impliquer au maximum et nous assurer de la satisfaction rapide du client.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment avoir un management équilibré : ni trop rigide ni trop souple ?

4 – Accompagner et faire grandir ses équipes

Donner les moyens de réussir

Il sera donc essentiel que le collaborateur ait tous les moyens de réussir : moyens matériels, financiers, humains, logistiques, etc. Sans ces moyens, il pourrait rester bloqué et ne pas réussir à satisfaire les clients. Notre rôle est donc de s’assurer que tout a bien ce dont il a besoin.

 

Développer ses collaborateurs

Le développement de nos collaborateurs sera aussi essentiel. Il faudra les faire grandir. Bien les former sera une clé essentielle pour les garder motivés et compétents.

Faire évoluer les responsabilités de chacun pour que chaque personne puisse mettre ses qualités et ses forces au service du collectif et de la satisfaction du client.

 

Rendre les équipes heureuses et les clients satisfaits

Il faudra aussi chercher à rendre ses équipes heureuses et à travailler sur leur bien-être. En effet, si nous voulons que le client soit satisfait, il faudra travailler sur la satisfaction de ceux qui les satisfont :).

En d’autres termes, en ayant des équipes heureuses, elles sauront envie de rendre les clients heureux. D’où les nombreuses démarches que nous entendons au sujet du bonheur et du bien-être en entreprise. C’est une démarche qui est positive pour les employés et les clients, et donc, les entreprises.

 

5 – L’art de savoir être inutile

Lorsque je me demande comment être un bon manager, je me rappelle souvent ce qu’on me disait : si tu es absent et que tout se passe parfaitement bien, alors tu as bien fait ton travail. Je suis complètement en accord avec cette manière de voir les choses.

En effet, un manager ne doit pas chercher à être un héros, irremplaçable, ou encore la pièce maitresse. Au contraire, il doit tout faire pour ne pas être un héros, ne pas être irremplaçable, ou ne pas être une pièce maitresse. Son rôle est de s’assurer que tout se passe bien en ce qui concerne ses équipes. Mais personne n’a précisé que tout devait bien se passer en sa présence.

Que le manager soit présent auprès de ses équipes est une bonne chose, mais il ne doit pas les écraser et prendre toute la place. Le juste équilibre est d’apporter ses compétences au groupe lorsque nous sommes présents, comme n’importe quel employé le ferait. Mais l’autre partie de l’équilibre est d’être capable de faire en sorte que tout se passe bien en notre absence.

Je me souviens, lorsque j’ai lu le livre « Homme d’affaires malgré moi » d’Yvon Chouinard, qu’il aimait pratiquer le management par l’absence. Il est le fondateur de Patagonia, une entreprise libérée et écolo. Pour lui, ne pas être là permet d’envoyer un signal fort de confiance à ses équipes. En effet, être toujours présent peut être le signe que nous pensons que les équipes n’y arriveront pas sans nous. C’est aussi les rendre dépendantes de notre présence. En notre absence, elles auront envie de nous prouver, mais aussi de se prouver à elles-mêmes qu’elles peuvent y arriver. Leur satisfaction sera donc encore plus grande. Ainsi, être absent, c’est aussi obligé les équipes à s’organiser par elles-mêmes.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment manager une équipe ?

 

En complément pour savoir comment être un bon manager

Même si le cadre s’élargit de plus en plus avec les entreprises libérées ou les entreprises opales, il y a des règles dans l’entreprise. Le manager en est garant. Mais les règles les plus importantes sont les valeurs. En effet, des valeurs découlent toutes les attitudes formelles et moins formelles nécessaires au travail en équipe et à la collaboration de tous.

Le manager se verra donc dans l’obligation d’incarner ces valeurs à travers son exemplarité et s’assurer qu’elles soient bien respectées. Le manager, le leader ou encore le coach devront servir de phare dans le brouillard et donc de point de repère.


N'hésitez pas à partager cet article :
  • 128
    Partages
  • 128
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement mon livreComment avoir des équipes plus motivées et plus efficaces ?