Comment motiver une équipe ? Une méthodologie concrète

N'hésitez pas à partager cet article :
  • 57
    Partages

Comment motiver une équipe ?Savoir comment motiver une équipe est une affaire complexe. Tout n’est pas simple. Il existe plusieurs facteurs qui entrent en jeu. Il y a tellement de facteurs qu’il peut même devenir difficile de savoir par où commencer et comment poursuivre.

Le risque est de vouloir tout faire sans prioriser ni structurer son action. Ainsi, pourrions-nous nous épuiser sans obtenir de résultats. Nous pourrions aussi arriver à des états d’incompréhension. En effet, nous aurions mis en place des actions qui n’ont pas porté leurs fruits. Ceci créerait du doute.

Pour autant, même si la perfection n’existe pas dans le domaine de la motivation, je suis convaincu que des méthodologies simples et efficaces peuvent très bien convenir. L’idée de cet article n’est pas de faire le tour de toutes les actions qui pourraient créer ou entretenir la motivation. Pour cela, cet article sur 25 actions à mener pour motiver vos équipes peut vous aider. N’hésitez pas à cliquer ici pour le consulter.

À travers cet article, je souhaite plutôt parler de la chronologie de la mise en place des actions qui contribue à motiver une équipe. Je ne reprends pas toutes les actions possibles et imaginables. En effet, l’idée n’est pas de se perdre. J’en ai sélectionné 5 et je les ai structurées. En effet, ces 5 grandes actions ou ces 5 grandes étapes interviennent les unes après les autres même si lorsqu’une action est lancée, elle se poursuit lorsque la suivante s’engage.

Voici donc, selon moi, les 5 grandes étapes à mettre en œuvre pour motiver son équipe.

Comment motiver une équipe ?

 

1 – L’importance de l’intégration

La phase de recrutement d’un nouveau collaborateur tout comme sa phase de formation sont des moments clés pour s’assurer de sa motivation. Cependant, je souhaiterais mettre en lumière la phase d’intégration qui, selon moi, est cruciale pour savoir comment motiver une équipe. En effet, je pense que c’est à ce moment-là que se joue le maintien ou non de la motivation du collaborateur.

Nous avons des moyens d’influencer la motivation d’un collaborateur. Cependant, la motivation est propre à chacun. Chacun est donc maître de sa propre motivation. Lorsque nous recrutons un collaborateur, il sera motivé en arrivant. En tant que manager, l’idée est donc de maintenir la présence de cette motivation.

Pour cela, la phase d’intégration est très importante. Le collaborateur met les pieds pour la première au sein de l’entreprise en tant que collaborateur. Sa première impression est importante. Comme le veut l’adage « on a qu’une seule fois l’occasion de faire une bonne première impression ». Que le contrat, le matériel ainsi que le bureau du collaborateur soient prêts font désormais partie des fondamentaux de l’intégration.

Mais l’intégration doit aussi être le moment où le collaborateur sent qu’il est attendu. Il doit savoir qu’il a un rôle à jouer et qu’il fait déjà partie de l’équipe. Ainsi, avoir informé en amont de la venue du nouveau collaborateur et avoir préparé son arrivée sont essentiels. Prévoir un petit déjeuner ou un déjeuner avec l’équipe pour faire les présentations montrera que son arrivée n’est pas anodine. Ensuite, un message d’accueil noté à l’entrée de l’office ou du lieu de travail officialisera cette arrivée et valorisera le candidat. Un simple « bienvenu Julien » sera du plus bel effet. Un petit cadeau au nom de l’entreprise viendra apporter la touche finale à une intégration réussie.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Finalité du management : les 4 avantages d’un bon management

 

2 – Faire attention à son égo

Savoir comment motiver une équipe c’est aussi travailler sur soi. Je ne vais pas entrer dans une définition philosophique de l’égo. Ce que j’entends par « égo », c’est « le moi qui ne pense qu’à lui ». Il se manifeste lorsque nous cherchons à avoir raison parce que nous sommes le manager. C’est une sorte de fierté de soi qui ne veut pas faire exister l’autre. C’est cette partie de nous qui veut avoir raison ou qui pense avoir toujours la meilleure manière de faire.

Malheureusement, cette partie de nous existe. Elle n’est pas forcément mauvaise, car elle nous aide à la survie et nous donne des convictions. Mais elle ne doit pas nous aveugler. L’aveuglement que produit l’égo peut nous faire prendre de mauvaises décisions, mais surtout, risque de nous positionner au-dessus de nos équipes.

Évidemment, dans une entreprise hiérarchique, en tant que managers, directeurs ou encore patrons, nous sommes positionnés au-dessus de nos équipes. C’est normal et cela fait partie des règles du jeu. Mais si nous y ajoutons notre égo, alors la distance entre nous et nos équipes s’accroit avec beaucoup de poids. Notre égo peut nous amener loin de la cohésion d’équipe et nous positionner « très » au-dessus d’elle. Il peut aussi les écraser, car si nous avons toujours raison. Elles ont donc toujours tort. Leur estime d’elles-mêmes ne pourra pas être bonne.

Savoir être un manager, directeur ou patron qui sait rester à sa place est essentiel. Il ne faut pas nous sous-estimer. À l’inverse, il ne faut pas nous surestimer. Ce juste équilibre de notre « moi » permettra un juste équilibre dans la relation avec l’autre. C’est ce que nous allons voir dans cette troisième partie.

 

3 – Travailler sur la relation de confiance

Nous venons de parler de l’égo et de son importance pour ne pas déstabiliser la relation. Car pour savoir comment motiver une équipe, travailler la relation avec son équipe et avec les individus est crucial. Derrière cette notion de relation se cache aussi la notion de confiance. En effet, pourquoi un individu travaillerait-il pour quelqu’un en qui il n’a pas confiance ? Et même si le contrat oblige à fournir un travail en échange d’un salaire, l’implication ne sera jamais totale si la relation et la confiance ne sont pas en place.

Concernant la relation, elle devra se faire d’adulte à adulte. Il existe 4 types de relations : enfant/adulte (-/+), adulte/enfant (+/-), enfant/enfant (-/-) et adulte/adulte (+/+). Pour synthétiser, dans les relations -/+ ou +/- une personne est dominée par l’autre. Soit, il s’agit de l’employé qui est dominé par son patron. Soit, c’est le patron qui manque de confiance et se laisse dominer. Si les protagonistes sont tous en manque de confiance, ils peuvent être dans des relations -/- où tout le monde se tire vers le bas.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Gestion de conflit en entreprise : trois méthodes efficaces

La relation +/+ est une relation équilibrée où chacun se respecte et respecte l’autre. C’est une relation qui permet donc la mise en place de la confiance, mais aussi la responsabilisation et la prise d’initiative, car chacun se comporte en adulte. Pour revenir sur l’égo, si celui-ci est trop actif, il fait basculer la relation en +/- (le manager écrase l’employé). Le salarié a donc des difficultés à prendre ses responsabilités et des initiatives. C’est d’ailleurs un des objectifs du management bienveillant.

Concernant la confiance, elle devra être impulsée par le manager. J’évoque les 5 points essentiels pour mettre en place la confiance dans cet article. Cliquez ici. Pour rappel :

  • Être exemplaire
  • Tenir ses engagements
  • Garder la confidentialité
  • S’intéresser sincèrement à l’autre
  • Reconnaitre ses torts

 

4 – Impliquer les équipes

Nous avons bien intégré nos équipes et avons su laisser notre égo de côté. La relation de confiance est en place. Pour pouvoir motiver une équipe, il est désormais temps de les impliquer. Pour cela, le management participatif est parfait. En effet, impliquer les personnes dans leur travail, c’est les impliquer dans les phases de réflexion et de décision.

Si nous demandions à nos équipes de simplement exécuter une tâche, la motivation sera moins forte. Elles n’auront pas participé à la réflexion et n’auront décidé de rien. De plus, il est fort probable qu’elles ne puissent pas réajuster le projet en fonction des événements sans l’accord de leur supérieur. Cela donnera le sentiment à nos équipes de n’être que des pions, sans pouvoir et donc sans importance.

À l’inverse, si nous les impliquons dans la réflexion, dans la décision et leur donnons la possibilité de réajuster, alors elles se sentiront très utiles et importantes. Savoir comment motiver une équipe, c’est savoir leur donner de l’importance en les impliquant.

Ainsi, les impliquer c’est les faire participer. Si nous voulons que ce processus se fasse en profondeur, il faudra savoir impliquer les équipes sur la vision de l’entreprise et les valeurs de l’entreprise. Faire participer les équipes sur l’élaboration de la vision de l’entreprise et la définition de ses valeurs impliquera les équipes en profondeur. Elles connaitront et partageront la raison d’être de l’entreprise. Leur implication sera totale.

 

5 – Faire confiance, donner de l’autonomie et responsabiliser

Enfin, une fois les équipes impliquées, nous pouvons désormais leur donner de l’autonomie et les responsabiliser. Savoir comment motiver une équipe, c’est savoir que cette étape vient en dernier. C’est souvent l’erreur que nous pouvons faire. Donner de l’autonomie et de la responsabilisation, alors que la relation de confiance n’est pas en place. Les équipes peuvent donc être sur leur garde et ne pas aller au bout des choses. Il en est de même si elles ne sont pas impliquées ou si notre égo est trop fort.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment développer les compétences de ses équipes ?

Il faudra alors leur donner de la confiance. Mais faire confiance aux autres c’est avoir confiance en soi. Nous retrouvons donc un nouvel aspect de développement personnel essentiel. Car si nous donnons de l’autonomie et des responsabilités sans faire confiance à notre équipe, nous risquons d’être trop présents. Les équipes n’auront donc pas les coudées franches pour mener à bien leurs missions correctement.

Mais si nous avons réellement confiance en nous et en notre équipe, alors nous pourrons leur confier des missions concrètes. Il faudra alors prendre le temps de bien définir la mission et le terrain de jeu (le cadre) de celle-ci. Il sera très important de donner tous les moyens matériels, financiers ou encore humains pour réussir à atteindre les objectifs. Notre équipe devra aussi sentir que la responsabilité leur appartient.

Nous n’interviendrons que si notre équipe nous le demande. Mais nos interventions devront juste être pour les aider dans leur réflexion. Savoir comment motiver une équipe, c’est savoir les responsabiliser en les laissant résoudre leurs problèmes, prendre leurs propres décisions et assumer leurs actes.

 

En complément sur comment motiver une équipe

Si cet article vous a plu et que vous souhaitez aller plus loin pour comprendre comment motiver une équipe, vous êtes libres de télécharger gratuitement mon livre : « Comment rendre nos équipes plus motivées et plus efficaces ? » en cliquant ici. J’y évoque les sources de démotivation, les sources de motivation (+ 5 bonnes pratiques à mettre en place) et 12 thématiques pour repenser le management.

Concernant ces 12 thématiques, elles s’inspirent des entreprises libérées. Pour aller plus en profondeur sur les actions des entreprises libérées, n’hésitez pas à consulter ces 2 livres : Reinventing Organizations de Frédéric Laloux et Liberté & Cie d’Isaac Getz.


N'hésitez pas à partager cet article :
  • 57
    Partages
  • 57
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement mon livreComment avoir des équipes plus motivées et plus efficaces ?