Management délégatif : pourquoi et comment le mettre en œuvre ?

N'hésitez pas à partager cet article :

Définir les objectifs, fixer les objectifs et atteindre ces objectifs n’est possible que par l’intermédiaire d’un management efficace. Le management délégatif est l’idéal, car les équipes travaillent ainsi de manière autonome. Mais il n’est pas tout le temps possible.

L’un des rôles du manager est de diriger les efforts d’un groupe vers un objectif commun afin de permettre à l’entreprise de maximiser ses résultats. L’adoption d’un style de management approprié au contexte individuel et situationnel est essentielle. Afin de s’approprier le style adéquat, le manager pourra s’inspirer des différents styles de management, à savoir le management :

Chacun des managers disposera de son style de leadership propre, relatif à sa personnalité et à l’identité de l’entreprise. Mais il devra tout de même respecter les techniques fondamentales du management.

Sa manière de manager peut aussi être entièrement basée sur la confiance qu’il accorde à ses collaborateurs. En outre, il pourrait s’agir de la mise en application du management délégatif.

Management délégatif : pourquoi et comment le mettre en œuvre ?

 

Qu’est-ce que le management délégatif ? 

Le management délégatif se concentre essentiellement sur la responsabilité individuelle des collaborateurs.

 

Le management délégatif est basé sur la confiance

En d’autres termes, le manager encourage l’innovation, la créativité et l’enthousiasme par l’intermédiaire de tâches qu’il confie à ses collaborateurs. L’ingrédient principal ? La confiance. Celle-ci est indispensable au management délégatif, car le manager va confier l’exécution et le suivi de certaines missions (presque) sans intervenir. Ces derniers sont dès lors autonomes.

 

L’absence de microcontrôle 

Ainsi, les échanges entre manager et collaborateurs sont ponctuels. En d’autres termes, le chef fixe les objectifs à atteindre en vue de responsabiliser ses collaborateurs et laisse libre cours à ses équipes dans leur mode de fonctionnement. Ils choisissent d’eux-mêmes le cheminement à suivre. Le rôle du manager est limité à des contrôles de résultat, souvent opérés à distance. En réalité, le manager va porter son regard sur les méthodologies éventuelles dès lors que l’objectif est atteint.

 

L’épanouissement personnel et collectif avec un minimum d’intervention extérieure

Le management délégatif correspond à un style de management où les collaborateurs ont l’opportunité de développer une certaine cohésion d’équipe et surtout de se surpasser sans intervention extérieure. 

Le manager n’interviendra éventuellement que pour une planification globale. Il est le leader au niveau de l’ensemble du projet.

Il s’agit d’une stratégie managériale pour laquelle la prise d’initiative est incitée de la part des managers qui souhaitent responsabiliser par l’intermédiaire d’une organisation et d’une communication établies.

 

La reconnaissance des compétences par l’intermédiaire de la confiance

Une autre spécificité de ce style de management est la reconnaissance des compétences des collaborateurs. En effet, le principe même du management délégatif étant fondé sur la « confiance », ce type de leadership ne pourra être envisagé que si le manager est convaincu de la capacité de ses collaborateurs à atteindre les objectifs fixés. 

Pour cela, il est important d’établir une confiance mutuelle entre le manager et ses collaborateurs, puisque celui-ci devra déléguer une forme de « pouvoir » afin de permettre aux employés d’être autonomes, sans son intervention. 

Bien que le management délégatif implique un minimum de participation du manager lorsqu’il s’agit de la gestion des tâches, son rôle demeure capital pour le bon fonctionnement de l’entreprise. Ainsi, plusieurs éléments sont à prendre en considération afin de bien mettre en pratique ce style de management. En effet, il s’agit en effet d’un « style de commandement » particulier.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Rapport d’étonnement : tout savoir pour le rédiger convenablement

 

Comment mettre en pratique le management délégatif ? 

Style de commandement, style de management, style de direction, style de gestion, style relationnel, style autoritaire, style démocratique, style de communication, style employé… déterminer le style de management délégatif est loin d’être évident. Voici les prérequis de ce type de management :

 

La confiance en soi et en ses propres compétences

Il est vrai que le manager oriente et détermine principalement les objectifs à atteindre. Le management délégatif offre une certaine liberté aux collaborateurs dans la mise en place et l’exécution de leur charge de travail. Aussi et avant de pouvoir déléguer, le manager doit d’abord avoir confiance en ses propres compétences et en lui-même.

 

Les capacités de communication pour un bon management délégatif

La communication est l’une des caractéristiques essentielles au bon fonctionnement d’une entreprise de manière générale et pour la mise en application du management délégatif en particulier. 

Ainsi et afin de pouvoir transmettre les instructions avec précision, concision et clarté, le manager doit être doté d’excellentes capacités de communication (à l’écrit comme à l’oral).

 

Faire preuve de perspicacité et avoir le sens de l’observation

L’une des prérogatives permettant au manager d’envisager ce style de management consiste à faire preuve de perspicacité. Une telle qualité est nécessaire afin de repérer les collaborateurs capables d’être autonomes dans leurs domaines d’intervention respectifs.

Définir les collaborateurs capables de travailler en autonomie

L’agilité du manager dans son discernement concernant la nature humaine lui permettra de déléguer aux collaborateurs qu’il va considérer comme « capables d’autonomie » en termes de compétences et de prise d’initiative.

Favoriser le management délégatif avec des collaborateurs expérimentés

Ce management ne peut être efficace qu’avec des collaborateurs expérimentés qui éprouvent le besoin d’accomplir leurs missions de manière autonome. L’avantage ? Une manière de travailler contribue à leur sentiment d’appartenance à l’entreprise.

 

Savoir définir les tâches efficacement dans le management délégatif

Grâce à son expertise technique, le manager est capable de définir rapidement quelles sont les tâches à réaliser et de déléguer les tâches qui vont le mieux correspondre à chacun de ses collaborateurs. Son rôle majeur consiste à fixer les objectifs pour accomplir les résultats attendus au sein de l’entreprise. Ceci, grâce à la détermination des différentes tâches à accomplir en amont et à leur répartition.

Afin de manager et de déléguer efficacement, le chef est avant tout un expert de son domaine d’activité. Il est capable de travailler rapidement et efficacement.

 

La capacité à déléguer 

Naturellement, le fondement du management délégatif repose sur la délégation auprès de ses collaborateurs… Concernant ce type de management, le manager doit être capable de reconnaître les qualités, de valoriser les initiatives de ses collaborateurs, et de déterminer leurs compétences. 

Ce n’est que grâce à de telles compétences que le manager pourra déléguer efficacement certaines responsabilités aux membres de son équipe. Pour ce faire, il peut user de différentes techniques de délégation : 

  • L’informelle – En donnant des instructions de vive voix à ses collaborateurs, le manager confie ainsi des tâches simples.
  • La délégation formelle – Les consignes sont écrites et transmises aux collaborateurs qui doivent effectuer des tâches plus importantes.
  • La délégation totale – Technique appliquée aux collaborateurs expérimentés dans leur domaine de compétence, et qui n’ont pas besoin de directives

 

Instaurer un système de contrôle

Bien que ce style de management dote les collaborateurs d’une certaine forme de liberté, il est toutefois important de les accompagner, et d’examiner régulièrement leur évolution (ainsi que leurs résultats). Le manager est ouvert aux suggestions, propositions et prises d’initiatives, mais garde aussi un contrôle sur les résultats en réalisant régulièrement des suivis. Ainsi et selon les besoins des collaborateurs, il leur apportera le soutien nécessaire, en leur transmettant des informations utiles.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Technostructure : quand les techniciens prennent le pouvoir !

 

Quels sont les avantages du management délégatif ?

Développer le leadership par l’intermédiaire d’un tel style de management présente différents avantages pour l’entreprise.

 

Le sentiment d’appartenance

Tout d’abord, ce style de management cultive le sentiment d’appartenance des collaborateurs et stimule leur motivation. Favoriser l’intelligence collective et le travail d’équipe, adapter un style souple pour des collaborateurs matures, procéder à un recadrage ponctuel en fonction des résultats… autant de stratégies adaptées au management délégatif qui permet aux équipes de se sentir pleinement intégrées en tant qu’entités autonomes, innovantes, et voire autorégulées.

 

La réduction du sentiment d’anxiété

Le fait de pouvoir librement exécuter leur tâche réduit le stress et améliore l’ambiance de travail entre les équipes.

 

Amélioration de la productivité avec le management délégatif

Non seulement ce style de management valorise le travail des collaborateurs, mais ces derniers sont plus enthousiastes à l’idée d’atteindre ces objectifs de rentabilité et à chercher des solutions aux problématiques qu’ils rencontrent. L’ensemble de telles caractéristiques permet à chaque collaborateur d’être plus productif.

De plus, les équipes au plus proche du terrain peuvent décider comment elles souhaitent agir. Elles ont donc souvent une meilleure organisation et de meilleures solutions.

 

Le manager gagne du temps et se concentre sur d’autres axes de développement

De plus, le manager quant à lui, peut utiliser son temps et son énergie de manière plus stratégique et productive, pour des considérations annexes permettant de développer d’autant plus l’entreprise.

 

Favoriser le partage de compétences

Enfin, cela permet la transmission de compétences clés et le partage d’informations pertinentes dès lors que les collaborateurs travaillent ensemble et en autonomie pour trouver des solutions aux problèmes rencontrés. 

Dans tous les cas, le manager devra faire preuve d’un équilibre entre la délégation et l’implication. Et ce, même s’il choisit de prioriser la responsabilisation de ses collaborateurs.

 

Les limites du management délégatif

Ce type de management présente néanmoins certains inconvénients.

  • Dès lors que le manager s’efface au sein de l’entreprise, des risques de non-respect des rapports hiérarchiques peuvent survenir
  • Les erreurs potentielles des collaborateurs sont souvent plus importantes en raison de ce style de leadership
  • Le modèle de management s’avère inefficace lorsque le manager se retrouve face à des collaborateurs moins expérimentés (nouveau collaborateur par exemple) ou moins compétents (en raison de sa personnalité…)
  • Le manager pourrait à terme désintéresser son équipe et cesser d’avoir de l’autorité ;
  • Les collaborateurs peuvent se sentir délaissés par leur manager contrairement aux effets attendus ;

Le manager pourra s’inspirer de ce mode de management sans qu’il soit incessamment appliqué. 

Aussi et dans la mesure où le management délégatif peut être contreproductif en raison du modèle de son entreprise, il pourra faire appel à d’autres styles de management.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :