Manager son manager : 7 clés qui font la différence

N'hésitez pas à partager cet article :

Pour manager son manager, il faut comprendre le management. Pour cela, il faut comprendre que ce n’est pas simplement notre niveau hiérarchique qui fait de nous un manager. En effet, manager, ce n’est pas simplement utiliser sa position hiérarchique pour mettre en dynamique. Ce n’est pas simplement utiliser le mode directif pour que nos équipes se mettent à travailler.

Non, manager, c’est l’art de savoir influencer les autres pour leur donner envie d’avancer et d’atteindre leurs objectifs. C’est savoir donner du sens, faire participer et donner de l’autonomie en déléguant. Le management est un jeu de pouvoir, mais pas seulement hiérarchique. C’est notre capacité à influencer qui est primordiale.

Ainsi, si nous sommes capables d’influencer nos équipes positivement, dans le respect des personnes et des objectifs, alors nous comprenons qu’il est possible d’en faire de même avec notre manager. Cet article n’a pas pour but d’aider à devenir calife à la place du calife. Non. L’idée est plutôt de mieux comprendre comment avoir une relation efficace avec notre supérieur hiérarchique lorsque notre entente avec lui n’est pas au beau fixe.

Voici 7 clés incontournables pour nous aider à mieux coopérer avec notre manager.

Manager son manager : 7 clés qui font la différence

 

1 – Prendre conscience

La première clé pour apprendre à manager son manager est de bien comprendre que c’est lui qui a le pouvoir hiérarchique. Il peut, s’il le souhaite, utiliser le mode directif pour nous imposer de faire quelque chose.

De notre côté, ce n’est pas possible. Nous pouvons toujours essayer de lui imposer certaines choses. Cependant, ce pouvoir n’est pas officiel ni reconnu. Nous risquons de ne rien obtenir. Pire, nous pourrions même dégrader encore plus la relation. Ce que nous verrons au point suivant.

Nous devons donc lâcher prise sur ce point, car nous ne pouvons rien imposer. Nous allons donc devoir faire différemment. Il va donc nous rester la possibilité d’influencer et de maintenir une bonne relation.

 

2 – Ne pas toucher à l’égo pour manager son manager

Ainsi, nous venons de voir que le mode directif avec son supérieur hiérarchique peut dégrader la relation. En effet, c’est lui le manager. Nous devons le reconnaitre comme tel. Vouloir lui donner des ordres, c’est ne pas le reconnaitre comme notre manager.

Si nous ne le reconnaissons pas comme notre manager, alors qu’il l’est, nous allons le froisser dans son égo. En effet, il aura le sentiment de ne pas être reconnu par un membre de son équipe. En retour, il risquerait de ne pas nous reconnaitre en tant que membre de l’équipe, en tant que personne compétente, ou tout simplement en tant qu’un de ses collaborateurs.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Exemplarité managériale : pas si simple de montrer l'exemple

Si nous voulons le respect des autres et notamment de notre manager, il est essentiel de les respecter. Si nous respections les autres, nous aurons plus de probabilités qu’ils nous respectent à leur tour.

Pour cela, il ne faut pas oublier le positionnement que nous devons avoir par rapport aux autres. C’est ce que nous appelons la relation « +/+ », à savoir une relation d’adulte responsable à un adulte responsable. Nous nous considérons comme une personne adulte et responsable et nous en faisons de même avec l’autre. Ainsi, il aura plus de chances d’en faire de même avec lui-même et à notre égard.

 

3 – Comprendre l’attitude de son manager

J’ai la conviction que pour manager son manager nous ne devons pas chercher à imposer. Bien au contraire, je pense qu’il faut chercher à comprendre. Pourquoi notre manager a-t-il cette attitude ?

Peut-être que son excès d’autorité vient d’un manque de confiance en lui. Lui imposer des idées ou rentrer dans le rapport de force ne va pas arranger la situation. Par contre, si nous comprenons son état d’esprit, alors nous pourrons chercher à le rassurer. Ainsi, il ne se sentira pas en danger et la relation s’améliorera.

Il faut donc comprendre les situations qui bloquent, mais aussi le ressenti de notre manager pour améliorer notre compréhension de la relation. Ensuite, nous pourrons travailler dessus.

 

4 – Se définir un objectif

Pour manager son manager nous devrons aussi nous définir un objectif. Il est trop facile de lui faire porter le chapeau de tous les malheurs du monde et surtout des nôtres. Chacun doit prendre ses responsabilités et les assumer.

Pour cela, nous devons bien comprendre ce qui ne fonctionne pas. Est-ce un problème de communication, d’autonomie, de compétences ou autre ? Une fois que nous savons ce qui ne va pas, nous pourrons affiner en analysant nos émotions.

Cette situation provoque-t-elle en moi de la peur ? C’est que je pense qu’il y a un danger. Est-ce que je ressens de la colère ? C’est que mes valeurs sont bafouées ou que je ne me sens pas respecté. Enfin, est-ce que je me sens triste ? C’est que je sens un manque par rapport à cette situation.

Une fois l’analyse faite, je dois me fixer un objectif atteignable. Ainsi, j’aurais prise sur la situation et j’agirai en tant qu’adulte responsable. Manager son manager, c’est agir de manière responsable pour sortir d’une situation problématique dans le respect des personnes.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Développer son charisme en 10 actions

Enfin, il ne me restera plus qu’à définir un plan d’action réaliste et qui dépende bien de moi.

 

5 – Attention aux croyances limitantes pour manager son manager

Les croyances limitantes peuvent empêcher de manager son manager. En effet, nous pourrions nous dire « mon manager a forcément raison », « Je ne peux pas avoir d’échange avec mon manager » ou encore « je ne dois rien dire » ou « je vais être sanctionné si j’échange avec lui ».

Toutes ces croyances peuvent se réaliser, ou non. Peut-être que certaines fois elles se réaliseront et dans d’autres situations identiques elles ne se réaliseront pas. Nous ne pouvons jamais en être certains.

Nous devons donc nous autoriser à échanger avec notre manager. Bien évidemment, cela doit rester dans le respect de la personne. Attention aussi aux croyances sur nous comme « j’ai forcément raison », « si j’étais à sa place, je ferais mieux », etc.

 

6 – Mettre en place une relation de confiance

La relation de confiance doit toujours rester en place entre le manager et le collaborateur. En effet, si la confiance n’existe pas, il ne sera pas possible que les deux personnes travaillent correctement ensemble.

Pour cela, je peux vous renvoyer à mon article sur la relation de confiance. J’identifie 4 actions incontournables pour maintenir une bonne relation de confiance :

  • Être exemplaire
  • Tenir ses engagements
  • S’intéresser à lui
  • Reconnaitre ses torts

 

7 – Communiquer efficacement

Enfin, nous devrons communiquer efficacement avec notre manager pour être en mesure de nous faire comprendre et d’exprimer ce que nous attendons. Pour cela, le protocole de Communication Non Violente (CNV) et le plus adapté. En effet, il se déroule en 4 étapes :

  • expliquer la situation
  • exprimer son ressenti
  • formuler son besoin
  • exprimer une demande

Ainsi, nous pourrons nous faire comprendre précisément. Nous aurons expliqué la situation problématique et surtout la manière dont nous l’avons vécue (le ressenti). Ensuite, nous aurons donné du sens sur notre besoin et fait une demande. Notre interlocuteur saura directement ce que nous attendons de lui.

Attention, la réaction de notre manager lui appartient. Il est libre d’accepter ou non de réaliser notre demande.

 

En conclusion pour manager son manager

Selon moi, manager son manager ou plutôt travailler efficacement avec lui c’est :

  1. Prendre conscience de ce qui dépend de nos et de lui
  2. Ne pas toucher à son égo
  3. Se définir un objectif
  4. Comprendre l’attitude de son manager
  5. Travailler sur les croyances limitantes
  6. Mettre en œuvre une relation de confiance
  7. Communiquer efficacement
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Quel est le rôle du manager ?

Nous devrons aussi savoir lâcher prise. Ces 7 points dépendent de nous, mais tout ne dépend pas de nous. Nous devrons donc savoir faire la part des choses entre nos responsabilités et celles de notre manager.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :