Comment déployer un management équilibré ?

N'hésitez pas à partager cet article :

Manager, c’est souvent devoir choisir entre être rigide ou être souple. Nous pouvons souvent hésiter et surtout nous pouvons souvent douter. Ai-je été trop rigide ? N’ai-je pas été trop souple ? Avoir un management équilibré devrait nous permettre d’être plus juste dans nos actes managériaux et ainsi plus juste vis-à-vis de nos équipes. 

Si nous sommes plus justes, alors nos équipes devraient bien vivre notre management et être plus motivées. Mais avoir un management équilibré n’est pas simple. Entrons dans le vif du sujet et examinons de plus près cette notion et ce que nous pouvons faire. Voici 4 clés pour mieux comprendre le management équilibré.

Management équilibré

 

1 – Se rassurer : un voleur reste un voleur

Le premier point est de comprendre que chaque membre de notre équipe à sa propre personnalité. Nous ne pouvons pas le changer. Nous pouvons développer sa compétence et le faire évoluer dans son attitude. Mais, nous ne pouvons pas changer sa personnalité. Donc, peu importe notre management, la personnalité du collaborateur restera la même.

Je vais prendre un exemple radical où nous aurions dans notre équipe un collaborateur qui vole. Nous sommes, par exemple, managers dans un atelier et un de nos collaborateurs vole régulièrement de l’outillage. Si nous avons un management trop rigide, cet employé se dira à lui-même pour justifier son acte que, parce que nous sommes trop rigides et directifs, alors nous ne méritons rien d’autre que d’être volés. À l’inverse, si nous sommes trop souples, il se dira à lui-même que nous ne voyons rien et donc que c’est notre faute s’il vole. Peu importe notre management, un voleur est un voleur.

Il en est de même pour un rabat-joie : si nous sommes trop rigides, il se dira que nous mettons une mauvaise ambiance. Cela justifiera son attitude. Si nous sommes trop souples, il se dira que sans règles il ne peut pas y avoir de bonnes relations entre les personnes et donc pas de bonne ambiance.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Cohésion d’équipe : comment la créer et la développer ?

Ce n’est donc pas obligatoirement notre management qui pousse les personnes à voler ou à être rabat-joie, mais bien leur caractère.

J’évoque ce point pour nous rassurer. Notre management ne peut pas être parfait et nous ferons des erreurs. Et ce n’est pas parce que nous n’avons pas trouvé l’équilibre dans notre management que nos collaborateurs ont de mauvais comportements. Rassurons-nous, car ce n’est pas parce que notre management n’est pas équilibré que nous sommes la cause de tous les problèmes.

 

2 – La difficulté d’avoir un équilibre

Comme nous venons de l’évoquer succinctement, chaque individu a sa propre personnalité. En théorie, nous devons nous adapter à chacun. Cependant, nous ne connaissons pas toute leur histoire et ce que les individus nous montrent n’est qu’une facette de ce qu’ils sont.

Ainsi, avec la meilleure volonté du monde, nous ne pouvons pas connaitre les individus parfaitement. De plus, nous avons notre propre histoire et notre propre vision du monde. C’est à travers nos propres prismes que nous apprenons à connaitre les autres. Entre ce qu’ils sont réellement et ce que nous voyons, il y a obligatoirement un écart.  Ainsi, nous aurons beau faire notre maximum pour avoir le meilleur management possible, ce ne serait pas parfait, car nous ne connaissons pas et ne pouvons pas connaitre parfaitement les individus.

Pour poursuivre dans cette logique, comme chacun voit le monde à travers le prisme de ses croyances et de son histoire, les situations sont donc différentes pour chacun. Nous pourrions juger qu’un collaborateur a mal agi alors que pour lui, sa réaction est tout à fait normale. Nous pourrions donc vouloir être strictes dans notre management pour le recadrer. Lui ne comprendrait pas, car il aurait le sentiment d’avoir bien agi et attendrait de la souplesse.

Avoir un management équilibré ne serait qu’un ressenti de notre part, mais pas forcément celui de nos équipes. Finalement, le management équilibré n’existe pas. Alors que faire ?

 

3 – Limiter les erreurs

Disons-le tout de suite, le management parfait et donc équilibré en tout temps n’existe pas. La perfection en elle-même n’existe pas non plus. Nous allons donc faire des erreurs. De plus, comme chaque personne a sa personnalité et son histoire, il faudrait que nous puissions nous adapter à chacun. Notre objectif est bien de nous adapter à chaque personne, mais nous commettrons des erreurs, car les individus et les relations humaines sont trop complexes. L’idée est, selon moi, de faire un minimum d’erreurs.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Plate-forme d’intégration d’entreprise : pour améliorer ses résultats

Le management consiste donc à limiter les erreurs plutôt qu’à chercher à être un manager parfait. Et cela change tout ! En effet, chercher à être parfait c’est toujours en faire plus et toujours faire mieux : toujours plus et toujours mieux. Nous allons donc nous attaquer à des détails qui n’auront aucune importance. Par exemple, nous allons vouloir manager une petite querelle entre deux collaborateurs sans importance et y mettre toute notre énergie. Sachant que nous sommes imparfaits, nous prenons le risque d’y mettre de l’huile sur le feu et de la transformer en véritable conflit ouvert.

Je pense que nous devons garantir certains fondamentaux et l’équilibre sera là. Plus nous voudrons en faire, plus nous prenons le risque de faire des erreurs. Je prône le moins, mais mieux. La loi de Pareto va en ce sens : 20 % de nos actions managériales entraînent 80 % de nos résultats.

Le management équilibré est un management qui met de l’énergie uniquement sur les fondamentaux pour le faire au mieux.

 

4 – Agir sur les fondamentaux

Comme nous venons de le voir, le déséquilibre est plus présent que l’équilibre. Il m’apparait donc essentiel, dans la turbulence que représente le management, de se centrer sur les fondamentaux. Ils nous permettront de limiter nos erreurs, car nous ferons moins, mais mieux. Se centrer sur les fondamentaux c’est aussi maximiser son efficacité grâce à la loi du 20 % d’efforts pour 80 % de résultats.

Alors quels sont les fondamentaux :

  • Écouter l’autre pour comprendre, valoriser et permettre aux membres de notre équipe de s’exprimer
  • Connaitre les émotions et savoir interpréter les émotions pour mieux les comprendre et avoir des pistes sur les moyens de réagir
  • Maitriser notre égo pour ne pas écraser l’autre et lui permettre de s’exprimer, d’agir et donc d’exister
  • Mettre en place du coaching plutôt que tout diriger et tout décider
  • Responsabiliser ses équipes pour les faire se sentir importante et actrices de leur vie professionnelle

Pour résumer, écouter, faire preuve d’intelligence émotionnelle, maitriser son égo, coacher et responsabiliser sont le 20/80 de notre management. Avoir un management équilibré est donc de respecter ces points.

 

Pour aller plus loin sur les fondamentaux du management, j’ai écrit dernièrement un article sur les 15 clés du management moderne qui reprend ce que nous venons de voir avec des points supplémentaires.

Je peux aussi vous proposer un article pour éviter les 5 erreurs classiques : tout contrôler, faire de l’individuel en collectif, ne pas donner les moyens, sanctionner sans comprendre, uniformiser les individus.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le management agile : philosophie, principes et méthodologie

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant Web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :