La méthode Hoshin : mettre en œuvre le management par percée

N'hésitez pas à partager cet article :

La méthode Hoshin (management par percée) ou « policy deployment, goal deployment » est un système de management ou encore une méthode d’excellence d’origine japonaise.

En japonais, HOSHIN KANRI renvoie à l’aiguille d’une boussole. C’est elle qui va diriger vers un objectif commun. Le terme « ho » a pour signification « direction » tandis que « shin » veut dire « aiguilles » et le terme kanri signifie « management ».

Le management s’inspire de la méthode Hoshin lorsqu’il s’agit de permettre l’excellence opérationnelle, à savoir une méthode de gestion de projet conduite dans une démarche d’amélioration continue des processus.

Les objectifs stratégiques sont établis de manière à concourir à un objectif commun, au travers de facteurs « opérationnels » qui permettent de le mettre en œuvre. Dans son principe et son application, la méthode continue d’améliorer les processus permettant de concourir à l’objectif fixé.

La méthode Hoshin : mettre en œuvre le management par percée

 

Introduction à la méthode Hoshin 

Il est nécessaire de suivre plusieurs étapes afin de mettre en place la méthode Hoshin. Ces étapes doivent répondre à plusieurs principes clefs. 

Expérience opérationnelle, culture d’amélioration continue, management visuel, éliminer le gaspillage, performance opérationnelle, lieu de travail idéal, ingénierie de la stratégie, management de la qualité, leviers contenus dans le plan d’action, palier aux irrégularités, ergonomie des processus, voix du client, excellence industrielle… ou encore, la capacité des managers à faire preuve de leadership sont autant de méthodes et outils permettant la mise en place et le suivi de la méthode Hoshin.

 

Quels sont les principes clefs de la méthode Hoshin ? 

Les acteurs de terrain sont réunis afin de supprimer les gaspillages et de s’assurer le meilleur niveau de productivité possible. Une telle méthode permet l’amélioration des méthodes de production, encourage la flexibilité, et augmente la performance au travers de la valeur ajoutée.

 

Valoriser l’action

Afin d’atteindre les objectifs, la vision est transformée en actions. Les dirigeants de l’entreprise conduisent le changement en impliquant l’ensemble de leurs collaborateurs.

 

Les changements : faire une percée

Les objectifs stratégiques requièrent des changements conséquents. Il est pour cela nécessaire de faire preuve de flexibilité et d’adaptabilité. De tels changements sont réguliers (une fois par an par exemple) et anticipés-organisés.

 

Le partage de la vision partagée

Les changements importants doivent être réalisés de concert entre les collaborateurs de l’entreprise, dont la « vision partagée » concernant les changements et les objectifs sont avérés. 

Des outils de communication sont pour cela indispensables.

 

Une méthode harmonieuse et opérationnelle

Le déploiement de la méthode est vertical. Cependant, ce déploiement se fait dans le souci de s’intégrer au mieux aux actions quotidiennes déjà existantes. Ceci, afin de s’assurer une cohérence et une réussite optimale.

 

La méthode est peu contraignante

La méthode ne nécessite pas de budget spécifiquement alloué. Les collaborateurs doivent simplement prendre le temps de définir les étapes permettant d’atteindre le ou les objectifs.

 

La délimitation d’un périmètre

L’établissement d’un périmètre permet aux différents collaborateurs de savoir qu’ils sont concernés par le changement des paramètres qu’il est nécessaire d’opérer afin d’atteindre les objectifs.

 

La priorisation

Lors de leurs réunions, les groupes de travail doivent procéder à plusieurs étapes, à savoir :

  • Analyser la situation (ex. : diagramme d’Ishikawa)
  • Dégager les points de progrès et les moyens nécessaires
  • Fixer des objectifs et des stratégies
  • Impliquer les équipes
  • Faire le bilan des résultats obtenus
  • Ajuster et réajuster
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Cohésion d’équipe : comment la créer et la développer ?

 

L’intégration

Lors des réunions, ces mêmes groupes de travail mettent en place un plan d’action permettant la réalisation des objectifs en fonction de l’analyse réalisée.

 

Itération et contrôle 

L’objectif de la démarche HOSHIN est l’amélioration continue et la gestion/l’analyse des résultats obtenus. 

La résolution de problèmes au quotidien doit permettre d’atteindre plus facilement les objectifs. 

Des améliorations récurrentes doivent être apportées en termes d’efficacité, de qualité, de coûts, d’innovation ou de développement.

Proposer des actions d’amélioration est au coeur de la méthode Hoshin. Une telle amélioration continue peut s’inspirer de la méthode PDCA. « Planifier – Faire – Vérifier – Agir (ou PDCA ; « Plan, Do, Check, Act ») » aussi appelée roue de Deming. Cela permet l’amélioration continue au travers de différentes étapes.

De tels contrôles se doivent d’être opérés ; cela peut prendre la forme d’audits. Le but est d’itérer le plan d’action, afin de mettre en place des actions correctives.

 

Satisfaction client

L’objectif est in fine de satisfaire le client.

Bien qu’elle soit originellement conçue pour les grandes entreprises, la méthode Hoshin est incontestablement applicable pour l’ensemble des entreprises, TPEs et PMEs incluses.

Améliorer en continu et procéder à l’amélioration des méthodes permettant d’atteindre l’objectif stratégique requièrent de suivre différentes étapes.

 

Les étapes de la méthode Hoshin

Il s’agit d’abord de reprendre les fondements : quelle est la raison d’être de l’entreprise ?

Les dirigeants de l’entreprise doivent définir les objectifs stratégiques de manière claire et précise. L’un des objectifs est d’apporter un avantage concurrentiel certain. Dans le cadre de la méthode Hoshin (management par percée), 3 objectifs maximum seront choisis.

Ces objectifs doivent prendre en considération l’ensemble des collaborateurs dans leur mise en place (par exemple, il ne s’agit pas d’objectifs de production).

Ces objectifs stratégiques doivent ensuite être décomposés en plusieurs objectifs (annuels) et communiqués aux groupes de travail.

Ensuite, les objectifs doivent être intégrés et adaptés à toutes les strates de l’entreprise. La définition des objectifs est désormais communiquée et peut être mise en œuvre.

L’étape relative à l’exécution peut commencer. Les rapports permettent de savoir comment, dans quelles proportions et avec quelles échéances les objectifs seront atteints. 

En fin d’année, un bilan est effectué pour valider ou non la démarche.

 

L’application de la méthode d’excellence : comment faire ? 

La mise en œuvre de la méthode Hoshin peut suivre différents modes d’application. Cette méthode d’excellence présente des avantages, mais aussi des inconvénients.

 

Comment mettre en œuvre la méthode Hoshin ? 

La méthode n’apporte pas d’informations spécifiques concernant l’exécution.

 

Diagramme

Il est possible de noter sous forme de diagramme toutes les actions principales et comment elles s’intègrent. Ainsi, sera-t-il plus facile d’anticiper et de mettre en place le processus d’application permettant d’atteindre les objectifs.

 

Le portfolio Kanban

Le portfolio Kanban est l’une des méthodes permettant l’exécution. Kanban est une méthode globale et visuelle. Le Portfolio Kanban permet de cartographier et de suivre l’avancement des projets.

 

Quels sont les avantages et inconvénients de la méthode Hoshin ? 

La méthode Hoshin présente de nombreux avantages et quelques inconvénients.

 

Les avantages de la méthode Hoshin

Déterminer un chiffre d’affaires ambitieux et l’atteindre grâce à la méthode Hoshin est tout à fait envisageable. Établir une ligne de conduite stratégique afin de convaincre les consommateurs d’aimer vos produits est également possible. 

Il n’est pas suffisant de déterminer une stratégie. Encore faut-il la mettre en place, puis l’exécuter !

C’est précisément ce que permet la méthode Hoshin.

Elle conduit à avoir une vision d’ensemble, d’inclure l’ensemble des collaborateurs, et de réaliser des changements cohérents, en adéquation avec l’objectif principal.

La mise en place des objectifs principaux et de grandes ampleurs, et des objectifs secondaires plus quotidiens permettent de garantir la cohérence, et de savoir quels sont les moyens humains ou matériels nécessaires à leur atteinte.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Pyramide de Maslow : managez vos équipes à partir de leurs besoins

La méthode Hoshin est un intermédiaire indispensable entre la vision stratégique et l’exécution de celle-ci, et ce, grâce à des notions de cohésion et de concentration.

 

Les inconvénients de la méthode Hoshin

La méthode Hoshin ne prévoit pas l’imprévisible. Elle fixe donc des objectifs sans égard aux imprévus éventuels. Les partisans de la méthode agile rejettent la mise en place d’objectifs par percée, jugés peu pertinents au regard de certaines activités dont la rapidité d’évolution est structurelle telles que celles appartenant au secteur de la digitalisation.

Il s’agirait donc d’utiliser cette méthode pour des entreprises appartenant à des secteurs d’activités dont la propension aux changements est faible et/ou lente. Cela permettrait (précisément) de rendre les objectifs stratégiques annuels pertinents. 

Le processus d’amélioration continue présente des limites dans la mesure où la mise en place de projets d’amélioration continue nécessite un environnement stable en termes de collaborateurs, de conjoncture et de moyens. 

La performance industrielle conduit à mettre en œuvre des méthodes permettant l’optimisation des processus, mais celle-ci est sans fin. Identifier les améliorations au travers d’un outil d’amélioration continue est donc nécessaire, mais contre-productif à terme.

 

En conclusion

Dans tous les cas, le portfolio Kanban permet l’exécution du plan stratégique, mais n’est parfois pas adapté aux start-up appartenant au secteur du digital par exemple. 

Les participants mettent en place une dynamique d’amélioration continue permettant d’initier l’optimisation de la production au travers d’une transformation opérationnelle. 

Les collaborateurs permettent de cartographier les flux, l’élimination des gaspillages de temps et l’amélioration continue des procédés ce qui engendre une efficacité opérationnelle plus importante.

Le principe d’amélioration continue est intrinsèque à cette méthode, qui est une méthode d’amélioration par excellence établissant un plan d’amélioration continue apte à piloter chaque poste de travail et à s’intégrer dans une logique de réduction des coûts et de compétitivité à toute épreuve.

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant Web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :