Communication non verbale : décrypter le langage du corps et améliorer son management

N'hésitez pas à partager cet article :

D’après une étude du professeur Albert Mehrabian, la communication non verbale représente plus de 90 % de notre communication. L’utilisation de la parole pour communiquer est donc finalement secondaire. 

Cela est d’ailleurs flagrant lorsque l’on se retrouve dans un pays étranger, sans parler la langue et que l’on arrive malgré tout à se faire comprendre (la plupart du temps !). 

Grâce à notre attitude, nos gestes, notre odeur ou encore notre regard, nous transmettons plus d’informations que par les mots. On parle ici du langage corporel.

S’il a un avantage certain pour décoder un message, il sert également à mieux cerner son interlocuteur et donc, lorsqu’il est maîtrisé, à tourner une situation à son avantage. Utilisé dans la vie quotidienne, le “non verbal” est aussi très présent lors de nos échanges professionnels. 

C’est dans ce dernier cas que nous allons mettre en avant l’importance de maîtriser et de décrypter le langage du corps pour un management optimal. 

Communication non verbale

 

Qu’est-ce que la communication non verbale ?

Définition

La communication non verbale regroupe l’ensemble des échanges entre les personnes sans avoir recours à la parole. Elle s’oppose à la communication verbale qui utilise uniquement les mots.

Le “non verbal” fait référence aux mouvements du corps et du visage, aux réactions physiologiques comme la transpiration par exemple, à l’environnement qui nous entoure et à nos actes personnels (style vestimentaire, coiffure, etc.) 

Contrairement à la prise de parole qui est le plus souvent consciente et maîtrisée, le langage non verbal relève davantage de l’inconscient (réactions incontrôlées). En effet, le corps fait passer de nombreux messages de façon inconsciente. Les deux interlocuteurs réagissent à ces messages non verbaux de manière souvent spontanée et involontaire. Les interlocuteurs se retrouvent alors à communiquer sans s’en rendre compte

Dans certains cas, la communication non verbale peut être volontaire : un hochement de tête, un contact physique comme une tape amicale dans le dos, un rapprochement de son espace personnel, etc.

 

Les moyens utilisés dans le langage non verbal 

L’homme utilise différents moyens pour transmettre un message à travers la communication non verbale. 

Le plus connu d’entre eux est le langage du corps. On identifie alors des signes corporels ou des expressions corporelles très variées. C’est l’ensemble du corps humain qui est impliqué : visage, bras, mains, jambes, etc. 

 

Ensuite, nous avons l’accueil physique (ou langage physique) qui reste indépendant de la communication corporelle. Il s’agit notamment du choix de notre tenue vestimentaire, de notre parfum, ou encore du fait de porter des tatouages ou des piercings par exemple. 

En effet, une jeune fille maquillée et apprêtée, communique un message différent qu’une jeune fille négligée. Le cerveau de la personne en face analysera inconsciemment et instantanément son apparence physique et pourra se faire une idée de cette jeune fille, avant même qu’elle ne prononce la moindre parole.

Attention cependant, à ne pas se laisser influencer par ces différents artifices. Ils peuvent être révélateurs d’une situation ou d’un état d’esprit, mais ils peuvent aussi donner le change. Il faut donc analyser cette manière de communiquer avec recul et en complément des autres formes de la communication verbale et non verbale. 

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les soft skills sont-elles utiles pour la gestion d’entreprise ?

De plus, l’expression artistique est un excellent moyen de faire passer des messages non verbaux. Cette forme de langage existe depuis des millénaires chez l’être humain. On identifie notamment la peinture, le dessin, la danse, la musique, les arts martiaux, etc.

 

Enfin, depuis l’arrivée des nouvelles technologies, nous découvrons encore de nouvelles formes du langage non verbal : la communication grâce aux émoticônes, à certaines vidéos de mise en scène comme tik-tok, etc.

 

Les différentes formes du langage corporel

Comme nous l’avons vu précédemment, le langage corporel représente une des formes de la communication non verbale. Nous allons identifier les différents signaux non verbaux produits par notre corps de manière consciente et inconsciente et analyser leur impact.

 

1. La posture

Il s’agit de la position du corps. Les différentes postures adoptées transmettent de nombreuses informations sur notre état d’esprit, notre réceptivité face à l’interlocuteur et notre ressenti sur la situation présente.

Voici quelques analyses de postures :

  • les bras croisés et le haut du corps en retrait illustrent une personne plutôt fermée, hostile à recevoir votre message ;
  • la position du corps en avant et des mains tournées vers l’interlocuteur peuvent laisser transparaître de la bienveillance ;
  • des pieds bien ancrés dans le sol, un dos droit et un port de tête relevé montrent une certaine confiance en soi, un confort et voir même une volonté de s’imposer ;
  • à l’inverse, un buste courbé et une tête baissée sont signes de nervosité, d’inconfort ou d’ennuie. 

 

2. La gestuelle

Elle est représentée par les mouvements du corps. La kinésique permet d’étudier et de décoder la communication par ces mouvements. Ils sont interprétés de différentes manières, selon s’ils sont lents, saccadés, rapides ou répétitifs. 

Par exemple, une personne qui passe 50 fois la main dans ses cheveux lors d’un entretien, communique de façon inconsciente son stress. Le geste quasi rythmique d’un individu qui remue sa jambe sous une table traduit souvent une forme d’anxiété ou d’impatience.

En revanche, un langage gestuel lent et ample a tendance à montrer une personne sereine et confiante. 

Le fait de réajuster ses lunettes, de se toucher le visage ou encore de manipuler un objet permet de gérer une émotion ou d’évacuer une tension.

Encore une fois, certains gestes sont inconscients ou semi-conscients et d’autres sont totalement volontaires. Il s’agit, entre autres, d’une poignée de main (ferme ou non), d’une approbation par l’action de lever le pouce en l’air. 

 

3. Les expressions du visage

La communication non verbale passe essentiellement par le visage. Les expressions faciales englobent le regard, le sourire et toutes les mimiques ou micro-expressions. 

Contrairement aux autres formes de langage corporel, ces expressions sont universelles et traduisent le même message dans n’importe quelle culture.

  • Le regard : un seul contact visuel peut parfois suffire à se comprendre. Il constitue une mine d’informations et se décline sous de nombreuses formes : regard insistant, fuyant, vague, noir, compatissant ou encore séducteur. Il peut également être neutre et donc compliquer la tâche de l’interlocuteur qui essaie de décrypter la moindre information. Le regard peut avoir une forte influence sur la personne qui se trouve en face. En effet, un regard trop intense peut la mettre mal à l’aise ou encore l’effrayer, sans même avoir prononcé une parole. Grâce au regard, nous pouvons transmettre plusieurs messages comme l’enthousiasme, l’ennuie, la colère, la tristesse, etc.
  • Le sourire : il peut aussi bien communiquer une joie ou une pensée positive, mais aussi masquer une contrariété ou une nervosité. Le sourire a le pouvoir d’être communicatif, il permet donc de détendre et de mettre à l’aise la personne en face de soi, qui répondra spontanément par un sourire. N’en soyez pas avare 🙂
  • Les mimiques : facilement repérables, elles sont souvent incontrôlées et interviennent par l’action des muscles du visage : pincement des lèvres, froncement des sourcils, crispation du front, etc. Elles communiquent également de nombreux messages différents. 
  • Les micro-expressions : beaucoup plus subtiles et très furtives, elles passent souvent inaperçues. Seules des personnes entraînées peuvent les analyser. Par exemple lorsqu’une personne aime particulièrement ce qu’elle voit, ses pupilles se dilatent. Une autre peut légèrement cligner des yeux en guise d’approbation.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment avoir du charisme en tant que manager ?

4. La voix

La voix participe à la communication orale. Grâce à la voix, il est possible d’intercepter des informations sur la personne communicante sans même la voir. Ceci est possible par l’analyse de 4 caractéristiques verbales :

  • ton de la voix : une intonation monotone peut marquer un certain manque d’intérêt alors qu’une intonation forte suscite l’enthousiasme. De plus, le ton utilisé dans une phrase peut nettement modifier sa signification, alors que nous utilisons des mots identiques (exemple : vous répondez à un ami “je vais bien”, le ton utilisé peut traduire un réel bien-être ou au contraire un certain mal-être sur lequel vous ne souhaitez pas vous attarder) ;
  • volume : une personne qui parle fort peut dégager un certain charisme et à l’inverse une voix discrète et difficilement audible traduit une forme de timidité ;
  • densité : elle se caractérise par le débit. Au plus nous parlons vite, au plus nous transmettons des signes de nervosité ;
  • timbre : une voix plutôt grave ou plutôt aiguë ne révèle pas les mêmes informations. 

 

5. La distance corporelle

En tant qu’individu, le besoin d’espace personnel varie selon la situation et l’interlocuteur qui se trouve en face.

L’individu accepte une distance intime (quelques centimètres) lorsque le niveau de familiarité est élevé : membres d’une même famille, partenaires de vie ou lorsque la situation l’exige : sports de combat, danse de couple, etc. 

Il adopte une distance personnelle lorsqu’il est dans la confidence ou qu’il parle de sujets personnels avec un ami proche par exemple. 

Il privilégie la distance sociale avec ses collègues de travail ou toute personne extérieure qu’il a l’habitude de côtoyer, mais qui n’est pas dans sa sphère personnelle. 

Enfin, l’homme exige une distance publique (plus de 3 m) avec les personnes qui lui sont étrangères ou lorsqu’il se retrouve face à un grand nombre d’individus. C’est le cas d’un orateur lors d’une prise de parole en public.

 

L’importance de la communication non verbale en management

Travailler la communication du corps en tant que manager 

Si la plupart des managers s’attardent sur la qualité des mots qu’ils emploient lorsqu’ils prennent la parole en public, ils ont tendance à oublier leur communication non verbale. Pourtant, lorsqu’elle est négligée ou incontrôlée, elle peut avoir de nombreux effets négatifs.

En effet, lorsqu’un manager ne soigne pas son langage non verbal, il peut se faire trahir par des manifestations physiques qui iraient à l’encontre de ses paroles. Son discours serait alors totalement discrédité et il perdrait toute crédibilité face à son auditoire. De plus, certaines attitudes comme une posture nonchalante, un bâillement ou un regard absent lors d’un échange avec collaborateur, peuvent laisser penser qu’il s’ennuie et donc engendrer une perte de confiance.

À l’inverse, une bonne maîtrise de sa communication non verbale favorise un bon relationnel avec ses équipes. Un bon manager, à l’écoute et qui porte de l’intérêt à son interlocuteur, inspire le respect et la confiance des travailleurs. À terme, cela renforce la cohésion d’équipe. De plus, un manager qui travaille sa posture, sa gestuelle, sa voix, etc. aura plus de facilité à motiver et enthousiasmer son équipe pour qu’elle le suive. 

Attention, il est parfois difficile de mentir sur son propre langage du corps, même lorsque l’on s’entraîne à le maîtriser. Certaines expressions incontrôlées peuvent malgré tout nous trahir, il faut donc rester le plus authentique et le plus vrai possible. 

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment se fixer des objectifs : 5 étapes ?

Décrypter le langage du corps de ses collaborateurs

Savoir maîtriser son propre langage du corps est une chose, mais pouvoir décrypter celui de ses collaborateurs et tout aussi important. 

Dans un premier temps, il permet de voir comment les collaborateurs perçoivent le discours du manager à l’instant T. Ainsi, il est plus facile de le rectifier pour s’adapter à leur ressenti. 

De plus, la communication non verbale a l’avantage de mettre en lumière les non-dits. Lorsqu’ils sont identifiés, il est alors plus facile d’anticiper les conflits.

Enfin, lorsque le manager repère une expression physique quelconque d’un membre de son équipe, il peut alors engager le dialogue, se mettre dans une posture de bienveillance et ainsi rendre la communication plus fluide. 

 

 

C’est indéniable, la communication non verbale joue un rôle essentiel dans notre façon d’interagir avec les personnes qui nous entourent.

Que ce soit dans la vie personnelle ou dans la sphère professionnelle, le langage du corps peut nous servir comme nous desservir. D’où l’importance d’apprendre à l’identifier et à le maîtriser ! 

En plus d’être très utile pour les managers, l’analyse du langage corporel s’avère très efficace dans d’autres secteurs de l’entreprise : la vente (étude comportementale du client pour réussir une négociation), les ressources humaines (analyse plus profonde du candidat), le marketing, etc. 

 

Julien Godefroy

Julien Godefroy

Consultant Web en Management et Gestion du Temps

J’accompagne les managers à développer leurs compétences en management et en gestion du temps grâce à des articles, vidéos, ebooks, formations en ligne et coachings.


N'hésitez pas à partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :